background preloader

Georges moustaki- Sans la nommer

Georges moustaki- Sans la nommer
Related:  Chants

Les Gens dEn Face Craonne, rose rouge pour Georges gravure : Otto DIX, Soldat blessé (automne 1916, Bapaume), 1924, eau-forte Il y a cent ans, au Chemin des Dames, tout ceux qui montaient tombaient dans le ravin. 40 000 en sept jours, dont beaucoup de tirailleurs sénégalais. Les bidasses se révoltèrent, crosses en l’air. En novembre 1997, nos reportages ont contribué à faire connaître cette histoire et cette chanson que le père de Daniel Mermet, Georges Mermet, né en avril 1897, et survivant de cette bataille, chantait à ses enfants quelquefois le dimanche. Un reportage de Daniel MERMET du 7 novembre 1997, préparé avec l’aide de Raïssa BLANKOFF : [REPORTAGE] Craonne, rose rouge pour Georges [07 novembre 1997] Télécharger le MP3 - Écouter dans une nouvelle fenêtre À Craonne, j’ai eu le bonheur de rencontrer Yves Gibeau, l’auteur de « Allons z’enfants » en 1987, en novembre, il y a trente ans. Et nous revenions à cette chanson en buvant des canons. Je n’ai pas oublié ce message et c’est pour ça que je tiens à évoquer encore tout ça.

Gr�ve illimit�e Chants revolutionnaires mp3 mai 68 dominique grange Parole et musique: Dominique Grange Grève illimitée Les portes se ferment Les piquets se forment Grève illimitée Les bras fatigués Délaissent la chaîne Les tours sont muets Grève illimitée Grève illimitée Quand elle monte des usines La colère, la colère Quand elle monte des usines La colère a la voix des machines Ce nest quun début Tout simmobilise On parle de crise Ce nest quun début On marche beaucoup Paris sans essence Dialogue partout Ce nest quun début Ce nest quun début Quand elle marche dans la rue La colère, la colère Quand elle marche dans la rue La colère na que ses poings nus La révolution Le mot est lâché En plein mois de mai La révolution Entre les pavés Des fleurs vont pousser Pour tous ceux qui font La révolution La révolution Quand elle unit les camarades La colère, la colère Quand elle unit les camarades La colère monte en barricades Quand on bâillonne la colère La colère, la colère Quand on bâillonne la colère Elle fait le tour de la terre. Continuons le combat

Marc Ogeret chante demain | La musique de Là-bas C’est vrai, bientôt nous n’aurons plus d’abeilles, c’est vrai, nos cheminots sont mal partis, c’est vrai, la France rejette les réfugiés, c’est vrai, les jeunes ne veulent plus faire enseignants, c’est vrai que nous avons Macron, et que nous avons Colomb, c’est vrai qu’un tas de mômes n’iront pas en vacances, c’est vrai que les gavés se gavent encore et encore et que nous ne les avons toujours pas pendus, c’est vrai tout ça, on peut continuer comme ça, mais c’est nous qui avons les plus belles chansons. Oui, nous. Ils ont quoi ceux d’en face ? Des marches militaires, des airs d’opéra pour la distinction, des musiques de réclame, des chants pour la messe, des hymnes et des clairons. En hommage, parmi des centaines, nous avons choisi six chansons par Marc Ogeret. Daniel Mermet « Il faisait si beau ce matin », poème de Louis Aragon, musique de Jean-Paul Marchand (1967) : « La Semaine sanglante », paroles de Jean-Baptiste Clément, sur l’air du « Chant des Paysans » de Pierre Dupont (1968) :

Related: