background preloader

Vidéo: Quel est le secret du sourire de la Joconde?

Vidéo: Quel est le secret du sourire de la Joconde?
Related:  Peintures - A Classer

Tableaux de Léonard de Vinci  Éternels Éclairs Couronne de laurier, par Léonard de Vinci Ginevra de Benci, par Léonard de Vinci L'annonciation, par Léonard de Vinci La belle Ferronière, par Léonard de Vinci La belle Milanaise, par Léonard de Vinci La Cène, par Léonard de Vinci La dame à l'hermine, par Léonard de Vinci Image en haute résolution non disponible La Joconde, par Léonard de Vinci La madone au fuseau, par Léonard de Vinci La madone Benois, par Léonard de Vinci La madone Litta, par Léonard de Vinci La vierge à l'Enfant avec sainte Anne, par Léonard de Vinci La vierge aux rochers, par Léonard de Vinci Le baptême du Christ, par Léonard de Vinci et Verrocchio Le Musicien, par Léonard de Vinci Marie Madeleine, par Léonard de Vinci Saint Jean Baptiste, par Léonard de Vinci Vierge à l'enfant avec Sainte Anne et Saint Jean-Baptiste, par Léonard de Vinci Visage d'une jeune femme (I), par Léonard de Vinci Visage d'une jeune femme (II), par Léonard de Vinci Éloge à Léonard de Vinci * Paul Valéry Découvrez aussi sur ce site Les Peintres

La Sainte Anne, l'ultime chef-d'œuvre de Léonard de Vinci Remerciements : Cette exposition bénéficie du mécénat exclusif de Salvatore Ferragamo Chef-d’œuvre de Léonard de Vinci restauré avec le concours du Centre de recherche et de restauration des musées de France, la Vierge à l’Enfant avec sainte Anne est au cœur d’une exposition exceptionnelle rassemblant pour la première fois l’ensemble des documents liés à ce panneau. Le début de la lente et complexe genèse du tableau remonterait à 1501, date de sa première mention dans la correspondance d’Isabelle d’Este. Léonard de Vinci ne cessa ensuite de perfectionner cette composition ambitieuse, qu’il laissa inachevée à sa mort en 1519. Esquisses de composition, dessins préparatoires, études de paysage et le magnifique carton de la National Gallery de Londres – jamais présenté à côté du tableau depuis la mort de Léonard – illustrent, entre autres, cette longue méditation et rendent compte des différentes solutions successivement envisagées par le maître. Commissaire(s) :

Portrait d'Isabelle d'Este Léonard de Vinci quitta Milan en 1499 alors que l’armée française pénétrait en Italie. En route pour Venise, il s’arrêta à Mantoue et réalisa à la demande d’Isabelle d’Este cette esquisse d’un portrait qui ne fut jamais peint. Ce dessin extrêmement célèbre est, malgré un état de conservation médiocre, l’une des plus belles interprétations du demi-portrait en buste dans l’œuvre de Léonard. Contrefaire le naturel... Depuis 1498, Isabelle d’Este cherchait à obtenir une image d’elle-même, peinte, sculptée ou frappée, qui la satisfasse. ...avec perfection Esquisse singulière dans ses proportions, dans le raccourci du buste, dans son inachèvement même, l’œuvre retient également par l’ambiguïté de son parti. Bibliographie - ARASSE Daniel , Léonard de Vinci. - BAMBACH Carmen C., Drawing and Painting in the Italian Renaissance Workshop. - DEMONTS Louis, Les Dessins de Léonard de Vinci au musée du Louvre, Paris, 1921, n° 17-17bis - VIATTE Françoise, Léonard de Vinci.

La Renaissance - De l’Italie, foyer de la Renaissance, à l’ensemble... Des signes avant-coureurs d’une Renaissance artistique pointent en Italie dès le début du XIVe siècle. En peinture, un peintre florentin comme Giotto, par un traitement naturaliste du visage humain, quitte les conventions du gothique de la fin du Moyen-Âge ; à Sienne, Lorenzetti articule paysage et figures au service d’une commande communale, et non plus religieuse, en forme de leçon civique, avec sa fresque Effets du bon et du mauvais gouvernement. Dans la mouvance du poète et humaniste Pétrarque, de jeunes intellectuels florentins se ressourcent dans la culture de la Grèce antique. Plan-relief des fortifications et de la citadelle du Château d’Oléron (Charente-Maritime) conçue par Vauban, 1703. La sortie du Moyen Âge Au début du XVe siècle, l’architecte Brunelleschi revitalise les idées de perspective de l’antiquité romaine. Ces avancées marquent la sortie de l’art du Moyen Âge. Le lien Flandres-Italie s’affermit via les banquiers italiens établis à Lyon, Bruges et Anvers.

Tintoret Miracle de Saint-Marc délivrant l'Esclave e-Venise.com Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave Le Tintoret a peint ce tableau en 1548 pour illustrer un fragment de la légende dorée de Saint-Marc, le Patron de Venise : Sans avoir demandé la permission à son maître, un esclave rempli de piété était parti en pèlerinage à San Marco pour honorer les reliques de l'Evangéliste. A son retour, son maître voulut le punir d'une manière exemplaire en le condamnant à une exécution publique. Il serait mis à mort après qu'on lui eût crevé les yeux, parce qu'ils avaient vu ce qu'ils n'auraient jamais dû voir. Comme les clous ne pouvaient percer les yeux de l'esclave, le maître ordonna qu'on brisât ses jambes qui l'avaient porté jusqu'à Venise. Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave Et comme l'esclave continuait de chanter les louanges de San Marco, le maître en colère voulut qu'on lui brise la bouche à coups de marteau. Autour d'eux, les témoins s'approchent, se penchent, pour voir de plus près cette chose incroyable.

Tintoret Miracle de Saint-Marc délivrant l'Esclave e-Venise.com « Tintoret est le roi des violents. Il a une fougue de composition, une furie de brosse, une audace de raccourcis incroyables, et le Saint-Marc peut passer pour une de ses toiles les plus hardies et les plus féroces. Ce tableau a pour sujet le saint patron de Venise venant à l'aide d'un pauvre esclave qu'un maitre barbare faisait tourmenter et géhenner à cause de l'obstinée dévotion que ce pauvre diable avait à ce saint. L'esclave est étendu à terre sur une croix entourée de bourreaux affairés, qui font de vains efforts pour l'attacher au bois infâme. Les clous rebroussent, les maillets se rompent, les haches volent en éclats ; plus miséricordieux que les hommes, les instruments de supplice s'émoussent aux mains des tortionnaires. Cette figure vigoureuse, athlétiquement musclée, de proportion colossale, fendant l'air comme le rocher lancé par une catapulte, produit l'effet le plus singulier.

Peinture - La Renaissance artistique La "révolution picturale" de la Renaissance «Tous ceux qui ne prennent pas comme modèle la nature, cette éducatrice de tous les maîtres, s'efforcent en vain de faire de l'art ». (Léonard de Vinci ) Une véritable révolution picturale secoue la Renaissance. La Joconde ou Monna LisaLéonard de Vinci, 1503-1506, huile sur bois,Musée du Louvre, Paris Deux innovations essentielles traversent la période :L'invention de la technique de la peinture à l'huile au début du XVe siècleLa découverte des lois de la perspective linéaire en Italie La technique de la peinture à l'huile La grande innovation des maîtres flamands est d'avoir mis au point la technique de la peinture à l'huile. Jusque là, les peintres mélangeaient leurs pigments (poudre fine provenant d'une substance minérale broyée) avec un liant à base de jaune d'oeuf pour obtenir une pâte qu'ils délayaient ensuite avec de l'eau. La découverte de la perspective Essayez de trouver le point de fuite sur cette oeuvre de Léonard de Vinci. Notes : 1.

Les Italiens à Fontainebleau La première école de Fontainebleau La première École de Fontainebleau s’est formée autour de trois décorateurs italiens, Le Rosso, Le Primatice et Niccolò dell’Abate arrivés à Fontainebleau respectivement en 1530, 1532 et 1552. Leurs personnalités ont été souvent confondues : en fait, compte tenu des échanges qu’implique une intime collaboration, ils sont tous trois fort différents; chacun est responsable d’une orientation particulière de l’École, prouvé à de longues années de distance par leur vive influence personnelle. Autour d’eux quelques figures émergent peu à peu de l’anonymat : parmi les Italiens, Lucca Penni, parmi les Français, Antoine Caron. Eva Prima Pandora, vers 1538, Jean Cousin, (Paris, musée du Louvre). Le Bain de Diane, vers 1555, François Clouet, (Rouen, musée des Beaux-Arts). Vénus à sa toilette, vers 1550, École de Fontainebleau, (Paris, musée du Louvre). Autour du Primatice Autoportrait, 1540, Le Primatice, (Florence, Galleria degli Uffizi).

L’école de Fontainebleau et la Renaissance en France Les derniers Valois et l’école de Fontainebleau De Charles de Valois, qui sera Philippe VI (1293-1350) à Henri III (1551-1589), le long règne des Valois à donné à la France des grands mécènes qui favoriseront le développement de l’art. C’est au cours des guerres d’Italie, menées par Charles VIII dès 1494, poursuivies par Louis XII et François Ier, que les rois de France découvrirent la civilisation italienne de la Renaissance et ses réalisations très différentes du style gothique. Diane chasseresse (portrait de Diane de Poitiers), vers 1550, peintre Anonyme de l’École de Fontainebleau, (Paris, musée du Louvre). À l’image de l’Italie donc, les souverains du royaume de France au XVIe siècle, très actifs sur le plan politique et sur le plan artistique ont promu de nombreuses et intéressantes innovations culturelles. La naissance d’une tendance artistique propre Portrait équestre du roi François I, vers 1540, François Clouet, (Florence, Offices) Sebastiano Serlio (1475-1554)

École de Fontainebleau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gabrielle d'Estrées, 1594, Paris, musée du Louvre École de Fontainebleau est le nom donné à deux périodes de l'histoire de l'art français, qui dominèrent la création artistique française au XVIe et au XVIIe siècle, et figurent parmi les exemples les plus aboutis de l'art renaissant en France. Première École de Fontainebleau[modifier | modifier le code] Ces peintres influencèrent de nombreux artistes français tels que Jean Goujon ou Antoine Caron ou bien Noël Jallier. Seconde École de Fontainebleau[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Sylvie Béguin, L'École de Fontainebleau, Gonthier-Seghers, 1960 Articles connexes[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

La Renaissance : les siècles de l'aventure Les enjeux idéologiques L'Europe de la Renaissance est formée d'une mosaïque d'États de différents types (républiques urbaines, royaumes nationaux, seigneuries, principautés laïques ou ecclésiastiques). Mais au-delà de ces différences, il est possible de trouver des tendances idéologiques de fond : Le développement du nationalisme (Espagne, Hollande, Angleterre) qui a souvent un contenu religieux et qui a été favorisé par l'unification des langues et des cultures. Naissance de l'État moderne Le type de pouvoir politique qui domine pendant la Renaissance est, sans contredit, la monarchie absolue de droit divin. Toutefois, dans la pratique, le bon vouloir du roi est limité pour diverses raisons (les usages du royaume, l'inaliénabilité du domaine royal, etc.). Nous ne voulons, sire, révoquer en doute ou disputer de votre puissance. Aux XVe et XVIe siècles, l'État moderne fait son apparition. Ces deux auteurs ont une carrière politique importante. Le réalisme politique La critique utopique

Arcimboldo, l'été Laisser un commentaire ou un avis. Giuseppe Arcimboldo. L 'Été. (Vers 1562). L'Été est un homme dans la force de l'âge. Légumes et fruits de saison forment son visage : raisins, prunes, pommes, noisettes, aubergines, petits pois, maïs, ails...

Related: