background preloader

Traiter ses eaux usées par les plantes, mode d'emploi

Traiter ses eaux usées par les plantes, mode d'emploi
Related:  Assainissement des eaux

Wikipédia - Phytoépuration Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Coupe d'un bassin de filtre planté de macrophyte à écoulement horizontal Schéma de principe d'un filtre planté à écoulement vertical compartimenté avec typhas plantés sur sable filtrant La phytoépuration est un système de traitement des eaux utilisant les propriétés biologiques de plantes macrophytes ou microphytes et de la microfaune qui les accompagnent. Les différents systèmes[modifier | modifier le code] Lagunage[modifier | modifier le code] Le lagunage est une technique consistant à reproduire l’écosystème d’une zone humide. Filtres plantés de macrophytes[modifier | modifier le code] À la différence de la lagune à macrophytes, le filtre planté met en œuvre un média filtrant (sables gravillons, graviers). Filtres à écoulement vertical[modifier | modifier le code] L'eau est répartie à la surface du filtre et percole dans le massif filtrant. Seule l'activité microbienne est mise en jeu. Autres systèmes[modifier | modifier le code]

Filtrer et boire votre eau de pluie L’eau est un élément vital. Mais pour boire son eau de pluie, on doit la potabiliser afin d’être sûr que sa qualité est irréprochable. Voyons ensemble quelque raison de potabiliser son eau de pluie. La première est bien évidemment le faible coût de revient d’un système de filtrage. Il y a ensuite le côté écologique. Prenons l’exemple de l’utilisation de l’eau douce pour votre lave-linge. L’eau de pluie est dépourvue de calcaire. Quelques explications Le système nous rabâche sans cesse qu’une eau très pure est dangereuse pour la santé. 1/Les UV Pour avoir une eau pure et potable, le moyen le plus sûr et le plus simple à mettre en œuvre et le stérilisateur UV. Le principe Le traitement sert à désinfecter et potabliser l’eau en détruisant les micro-organismes pathogènes comme les virus, les bactéries et les microbes. 2/L’ osmoseur L’eau du robinet et l’eau minérale en bouteille se confrontent aux mêmes critères de potabilité.

Une solution alternative, la phytoépuration © Antoine Bosse-Platière Nos eaux usées polluent trop souvent la nature sans que l’on s’en rende compte. Un grave problème dans les zones rurales qui ne connaissent pas le tout-à-l’égout. L'épuration autonome classique avec tranchées d'épandage © D. Klecka La phytoépuration fait appel aux bactéries présentes dans les systèmes racinaires des plantes pour épurer l'eau. Comment ça marche ? Différents cas de figure sont possibles pour la phytoépuration. Le prétraitement se fait soit dans un lit vertical planté de roseaux, soit dans une fosse toutes eaux. Pour le traitement, il faut ensuite prévoir un bassin à écoulement horizontal planté d'espèces végétales capables d'absorber les charges polluantes (bambous, massettes, iris des marais, laîches...), suivi d'une mare ou d'un fossé planté d'espèces semi-aquatiques ou ornementales gourmandes. Filtres à roseaux - © D. Si vous optez pour le lit vertical planté de roseaux en prétraitement, prévoyez un dénivelé d'environ 90 cm avec le second bassin.

L’aquaponie : PermacultureDesign Je vous avais présenté une vidéo d’un système présentant l’aquaponie pendant que j’étudiais à l’institut de recherche en permaculture australien. Je voudrais aujourd’hui entrer un peu plus dans le détail de manière à ce que vous compreniez un peu mieux le fonctionnement, les avantages et inconvénients de ce système. L’aquaponie est un mélange d’Aquaculture et d’Hydroponie. Plus simplement, on crée un système vertueux ou élevage de poisson rencontre culture de végétaux. Un système d’autosiphon permet aux racines d’être aérées puis immergées temporairement. Comment l’aquaponie fonctionne? Une des méthodes de design en permaculture est l’analyse besoins/produits des éléments/systèmes que nous souhaitons installer. En faisant cette analyse, on s’aperçoit que ces deux éléments sont très compatibles. Enfin le pompage de l’eau peut être mis en œuvre par une pompe solaire sans aucunes difficultés. Les tailles des systèmes sont variés. En conclusion Les avantages et les défauts de l’aquaponie

Phyto-épuration Par rapport à l'épuration classique, la phyto-épuration a d'indéniables avantages, elle permet de traiter phosphates et nitrates.Les bassins de plantes aquatiques offrent une alternative écologique, économique, durable et esthétique. Le principe est simple : les bactéries aérobies (qui ont besoin d'oxygène et ne dégagent pas de mauvaises odeurs) transforment les matières organiques en matière minérale assimilable par les plantes. En retour, les plantes aquatiques fournissent de l'oxygène par leurs racines aux bactéries. Différents cas de figure sont possibles pour la phyto-épuration WC à chasse d'eau Fosse toutes eaux Vous traitez les eaux usées sortant de la fosse dans un premier bassin végétal vertical, puis dans un second bassin végétal horizontal, les eaux ainsi épurées peuvent être épandues, servir pour l'arrosage, ou encore finir en bassin. Tout à l'égout Toilettes sèches De nombreux livres et sites sont dédiés à la phyto-épuration, et les techniques sont tout aussi nombreuses.

Permaculture : une tour à légumes valorisant les eaux usées… : PermacultureDesign Durant notre dernier cours de design en permaculture à l’ecohameau du Moulin de Busseix, il a été décidé d’expérimenter une nouvelle façon de valoriser les eaux usées, en produisant de la nourriture. Nos utilisateurs disposant de toilettes sèches, il nous restait à assainir les eaux ménagères très peu chargées en pathogènes, et les valoriser avant leur départ de notre système, telle que la permaculture nous l’enseigne. Le flux d’eau arrivant à environ deux mètres au dessus du sol (la maison paille est montée sur pilotis), nous avons décidé d’adapter une technique d’assainissement écologique utilisée en Afrique. Alors comment fonctionne ce système d’assainissement écologique de valorisation des eaux usées pour la production de nourriture? Valoriser les eaux usées ménagères Bien sûr, cette eau aujourd’hui de plus en plus précieuse, n’est pas habituellement destinée au jardinage, d’ailleurs la règlementation française n’est pas favorable à cela. Quels légumes peuvent être cultivés?

Traitement des eaux par phyto-épuration Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. Le traitement des eaux par phyto-épuration est un assainissement non collectif des eaux par phyto-épuration (épuration par l'action de plantes)... État des lieux L'eau de notre planète est à 98 % sous forme salée, et se situe dans les mers et océans. Quelles solutions pour traiter écologiquement nos eaux usées domestiques ? Depuis le 31 décembre 2005, toutes les résidences non raccordées au tout à l'égout sont soumises à l'obligation d'un système d'assainissement individuel. La fosse septique constitue le traitement primaire ou « prétraitement » des eaux usées. Vient ensuite le « traitement » par divers dispositifs épuratoires. les lits filtrants, drainés ou non selon la nature et la pente du terrain, qui permettent une infiltration des eaux traitées sur la parcelle sans moyens réels de mesure de qualité épuratoire au-delà du filtre. Pourquoi un système d'assainissement par filtre planté ? Un traitement physique Un traitement chimique naturel

Permaculture: La phyto-épuration, enfin un système agréé! : PermacultureDesign En permaculture, la phyto-épuration est reconnue pour être un système d’assainissement efficace et la législation évolue en ce sens! Une intégration dans le paysage réussie Ça y est, après beaucoup de lutte et d’argent investi, le système de phyto-épuration d’Aquatiris est enfin agrée… Autant que c’est une révolution dans le monde de l’écologie puisque nous n’aurons plus ni à nous cacher de l’administration, ni à faire des dérogations ou autre pour installer ce genre de système, un petit rappel sur le fonctionnement : La phyto-épuration ou assainissement des eaux usées par filtres plantés de roseaux (c’est quand même très long à dire comme ça!!!) En effet, en permaculture, nous allons veiller à rendre au milieu naturel une eau aussi propre, voire plus propre que celle que nous allons prélever. La première : nous sommes en présence de toilettes à eau classiques et nous utiliserons donc deux filtres plantés. Un système compatible avec les toilettes sèches est aussi envisageable

Pedo-épuration : gestion et valorisation des eaux ménagères au jardin : PermacultureDesign Pourquoi une pédo-épuration? Les eaux usées de chaque habitation doivent être traitées avant d’être rejetées dans le milieu naturel. Ces eaux sont composées d’eaux vannes (les eaux usées des toilettes) et d’eaux ménagères, le reste des eaux usées : vaisselle, hygiène, machine à laver. Les eaux ménagères représentent environ 70 % de nos eaux usées mais contiennent à peine la moitié de la pollution domestique. Du fait de l’absence des eaux vannes, leur qualité microbiologique est également très supérieure à celle d’un effluent toutes-eaux classique. Partant de ce constat, une nouvelle approche de valorisation des eaux ménagères au jardin s’est développée dans les régions arides des Etats-Unis et en Australie. Qu’est ce que la pédo-épuration? Le terme pédoépuration fait référence à la capacité épuratrice du sol qui est ici utilisée pour assurer le traitement des eaux ménagères. Plusieurs designs sont possibles pour les tranchées d’épandage à faible profondeur. Illustration : Elayne Sears

Sir Joseph Bazalgette and London's Sewers Imagine the smell that three million Londoners could make if their toilets poured into overflowing cesspools or drains in the street, or if they emptied chamberpots out of their windows. It’s unthinkable now, but that was reality in 1855. By the middle of the nineteenth century, the Victorians knew this wasn’t healthy, but not why. The first recorded case of cholera in England was in Newcastle in 1831, and there were major outbreaks in 1849 and 1854. It took some clever deduction by Dr John Snow, later immortalised at a Soho pub, to find the true cause. Although Snow was unaware of it, a sewer was leaking into the Broad Street well. Bazalgette’s sewers are partly hidden beneath the vast embankments alongside the Thames, including the Victoria and Albert Embankments. Building London’s sewers was the biggest civil engineering project in the world at the time.

London's 'super sewer' gets the go ahead Image copyright Thames Water Plans for a £4.2bn "super sewer" under London have been given the go-ahead by the government. Work on the controversial 15-mile (25km) Thames Tideway Tunnel, which has been proposed by Thames Water, will start in 2016 and finish in 2023. The company says it is needed because the city's current Victorian drainage system cannot cope. Opponents say the work will cause major disruption near tunnelling sites and insist there are better options. The tunnel will run from Acton Storm Tanks in west London to the Abbey Mills pumping station, in east London, and have a storage capacity of 1.25 million cubic metres. It would eventually add up to £80 a year to Thames Water customers' bills. Communities Secretary Eric Pickles said: "This is a challenging infrastructure project, but it is clear that the Thames Tunnel will help modernise London's ageing Victorian sewerage system, and make the River Thames cleaner and safer."

London sewerage system Map of the London sewerage system from 1882. The London sewerage system is part of the water infrastructure serving London, England. The modern system was developed during the late 19th century, and as London has grown the system has been expanded. History[edit] The original Abbey Mills pumping station Interior of the Octagon at Crossness showing its elaborate decorative ironwork, which was heavily influenced by Moorish imagery The intercepting sewers, constructed between 1859 and 1865, were fed by 450 miles (720 km) of main sewers that, in turn, conveyed the contents of some 13,000 miles (21,000 km) of smaller local sewers. Gravity allows the sewage to flow eastwards, but in places such as Chelsea, Deptford and Abbey Mills, pumping stations were built to raise the water and provide sufficient flow. During the 20th century, major improvements were made to the sewerage system and to the sewage treatment provision to substantially reduce pollution of the Thames Estuary and the North Sea.

Related: