background preloader

Jean Ferra - Le chant des partisans

Jean Ferra - Le chant des partisans

“The Ducktators”: Loony Tunes Turns Animation into Wartime Propaganda (1942) George Orwell published his satirical allegory Animal Farm in 1945 at the tail end of World War II. While Orwell claimed his inspiration for the farm setting was a bucolic village scene, it’s tempting to imagine that he also drew some of his ideas from American propaganda cartoons made during WWII by Disney (see below) and Warner Brothers. One particularly striking example from 1942 is Loony Tunes’ “The Ducktators,” set on a farm that becomes Europe under a newly-hatched Adolf Hitler duckling, sporting the forelock and mustache and shouting “sieg heil” as soon as he emerges from his jet-black egg. Hitler-duck’s posturing appeals to a strutting, broadly stereotypical Italian goose (Mussolini), and many of the ducks and geese on the farm, who line to up salute and, um… goosestep. First, cut to the simpering “Dove of Peace,” an androgynous creature who wrings its hands and says, “Have they forgot? Find Disney Propaganda Films Here: The Making of a Nazi: Disney’s 1943 Animated Short

World War II Double Exposure Photography Is Awesome Author: Richard Darell Richard Darell is the founder and CEO of Bit Rebels, a multifaceted online news outlet that reports daily on the latest developments in technology, social media, design and everything geek. Today this media entity welcomes more than 2.5 million unique visitors per month and is considered the go to place for people in constant motion. As an Internet entrepreneur, he is dedicated to constantly trying to develop new ways to bring content faster and closer to the end user in a more streamlined way. [.... Un oeil sur l’histoire/géo] La Seconde Guerre Mondiale en chansons Je vous conseille la lecture de ce blog -Lire, Ecouter, Voir- Vous y découvrirez la Seconde Guerre Mondiale en Chansons A écouter attentivement... Voici quelques extraits, le blog -lire, ecouter, voir- vous donne les explications de ces quelques chansons, de plus, vous en découvrirez d’autres ... A Lire !!! La Seconde Guerre Mondiale en chansons (1) le chant des partisans Nuit et Brouillard (Jean ferrat) Maréchal, nous voila La Seconde Guerre Mondiale en chansons (2) Fleur de Paris (Charles Trenet) La tondue (Brassens) Les Ricains (Sardou) La Seconde Guerre Mondiale en chansons (3) Comme toi (JJ Goldman) Les 2 oncles (Brassens) L’Hexagone (Renaud) + + + Ecouter le mois de Juin.

Interactive map: Nazi death camps Dachau, the first camp. Auschwitz, where more than 1 million Jews, Roma (Gypsies), Poles, Soviet prisoners of war and others were killed. But as horrific as they were, they were only three camp complexes in a system of more than 850 ghettos, concentration camps, forced-labor camps and extermination camps that the Nazis established during the 12 years Adolf Hitler was in power. By the end of World War II in 1945, the death camp system stretched from France and the Netherlands in the west to Estonia, Lithuania and Poland in the east. There were 20 main concentration camps, many of which had many subcamps, according to Geoffrey Megargee, the editor of the U.S. Many of them combined the most dehumanizing and degrading characteristics of prison and slave labor camps. There were also four main extermination camps -- Belzec, Chelmno, Sobibor and Treblinka -- devoted solely to killing everyone who passed through their gates.

Les 100 mots de la Shoah Tal Bruttmann, Christophe Tarricone, Les 100 Mots de la Shoah, éd. Que sais-je ? PUF, 2016, De quoi parle-t-on quand on utilise le vocabulaire de la Shoah ? Les deux auteurs, Tal Bruttmann, historien, spécialiste des politiques antisémites en France durant la Seconde Guerre Mondiale ("La logique des bourreaux", "Auschwitz") et Christophe Tarricone, professeur agrégé et formateur au Mémorial de la Shoah font le pari de clarifier les usages de mots censés rendre imparfaitement compte de ce moment historique que Claude Lanzmann a qualifié d’indicible, entreprise ô combien difficile, puisque les premiers vocables ont d’abord été ceux des bourreaux, telles les nombreuses Aktion, la "Solution finale (du problème juif)"... la tristement célèbre LTI ("Lingua Tertii Imperii" ou "langue du IIIe Reich) qu’avait si bien caractérisé en son temps Viktor Klemperer.

Ce que racontent les «rouleaux d’Auschwitz» Ce que l’on appelle les «Rouleaux d’Auschwitz» sont plusieurs documents de différentes natures, réalisés par des membres du Sonderkommando, ou unité spéciale, un groupe de prisonniers principalement juifs obligés de travailler dans les crématoriums d’Auschwitz-Birkenau. (Les Rouleaux ont inspiré le film Le fils de Saul, Grand Prix du dernier Festival de Cannes et qui vient d’être nominé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.) Ces écrits furent enfouis dans le sol des crématoires en 1944. Entre 1945 et 1980, huit cachettes de documents de cinq auteurs identifiés ont été découvertes, la plupart du temps par hasard; peu de ceux qui en connaissaient l’existence avaient survécu. Comme le montre notre ouvrage publié récemment, Matters of Testimony: Interpreting the Scrolls of Auschwitz, les documents enterrés à Auschwitz permettent de voir sous un angle nouveau et primordial le Sonderkommando et les témoignages de la Shoah. Auschwitz-Birkenau State Memorial Museum

Être gay ou lesbienne au temps du nazisme Le 70e anniversaire de la Libération est aussi l’occasion de commémorer les victimes de la persécution nazie, dont celles, longtemps oubliées, qui furent déportées parce qu’homosexuelles. Et d’évoquer ce que l’on sait sur la vie des gays et des lesbiennes aux quatre coins de l’Europe durant cette sombre période. C’est désormais un fait avéré : entre 1933 et 1945, les hommes homosexuels ont payé un lourd tribut à la barbarie des nazis qui voulaient « purifier » la « race aryenne » de ce « vice contagieux ». Prisonniers au camp de concentration de Sachsenhausen, en Allemagne, surveillés par des gardiens nazis (19 décembre 1938). Une période de forte répression Si, en Allemagne, cette page de l’histoire est aujourd’hui bien documentée par les chercheurs, qu’en est-il de la vie des gays et des lesbiennes à cette époque dans les autres pays d’Europe ? Tout en prenant des formes variables, la répression s’est aussi organisée dans les régions et pays annexés par l’Allemagne. Et ailleurs ?

Bordeaux : rue par rue, la carte des enfants juifs raflés pendant la guerre n peut désormais localiser sur internet l'endroit où habitaient en France les 11 458 enfants juifs déportés vers les camps de la mort. "La cartographie répertorie tous les enfants déportés de France", dit Serge Klarsfeld, inlassable militant de la connaissance de la Shoah, qui mène ce projet spectaculaire avec le professeur Jean-Luc Pinol de l'Ecole normale supérieure (ENS) de Lyon. Pour certaines grandes villes, dont Bordeaux, la localisation est faite à l'adresse. Le site internet du projet permet donc à chacun d'entrer son adresse personnelle sur le site et de découvrir, souvent, que des enfants ont été arrêtés tout près, voire dans son propre immeuble. Ceux qui habitent près de la place de la Victoire, à Bordeaux, apprendront ainsi qu'au 246 rue Sainte-Catherine, habitaient 4 enfants juifs raflés et déportés : il s'agit de Rose, Renée et Henri Zellerkraut et de Riva Rudnitzki. Le projet d'une cartographie totale des 80 000 victimes

Internement et génocide tsiganes: un week-end riche en évènements autour de la mémoire et des liens entre passé et présent Les vendredi 27, samedi 28 et dimanche 29 mars 2015 seront exceptionnellement riches en évènements consacrés à la mémoire des persécutions et du génocide tsiganes à Paris, à Marseille et dans le petit écran. Avec notamment un colloque au Mémorial de la Shoah à Paris, des témoignages et des projections mais aussi des débats sur l’importance de la mémoire et du récit aux jeunes générations dans les luttes actuelles pour les droits des Roms et des gens du voyage, en France et en Europe. LE VENDREDI 27 MARS, LA MEDIATHEQUE MATEO MAXIMOFF A PARIS accueillera à partir de 19H une soirée intitulée « TEMOIGNER, RESISTER », faisant ce lien essentiel entre le passé et le présent. Fresque au camp des Millescop. region PACA LE DIMANCHE 29 MARS, LE MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS consacre un après-midi de rencontres/témoignages au génocide des Sinti et Roms placés sous le signe à la fois de l’histoire et de la mémoire. Isabelle Ligner

Les Tsiganes dans l'Europe occupée : entre persécutions et génocide Conférence-débat le Mercredi 19 octobre 2011 à 14h, au Lycée Buffon, [1] Affiche sur la conférence : Affiche conférence Tsiganes Les Tsiganes dans l’Europe occupée : entre persécutions et génocide R Gurême, J Duhem, MC Hubert, M Heddebaut Conférence de Marie Christine Hubert, Historienne et archiviste. Auteur d’une thèse d’histoire sur les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale. Présentation de documents sur la persécution et la déportation des Tsiganes du Nord-Pas de Calais et de Belgique par Monique Heddebaut, membre de la Commission historique du Nord, conseillère scientifique auprès du Musée de la Résistance de Bondues (Nord) et de Malines (Belgique). Le convoi Z du 15 janvier 1944, parti de Belgique, comptait 145 Tsiganes arrêtés dans le nord de la France. Sommaire de la Revue d’études juives du Nord : Raymond Gurême Raymond Gurême CR Interdit aux nomades

Related: