background preloader

Les 5 M ou arbre d'Ishikawa

Les 5 M ou arbre d'Ishikawa

30 idées pour enterrer un projet / 1 : - maintenant, réussissons on peut essayer autrement...les conditions ont changé ça a marché ailleurs… vous avez donc l’expérience pour aller plus loin et éviter les écueils / 2 : - soyons créatifs voilà un véritable argument pour commencer / 3 : - les hommes se sont longtemps passé de machine à laver le linge…ou d’électricité / 4 : - nous trouverons les moyens nécessaires !!! on peut négocier / 5 : - nous avons moins besoins d’hommes que d’idées on peut revoir l’organisation / 6 : - changeons la carte scolaire faites en sorte d’en bénéficier revoyons notre projet / 7 : - qui en bénéficiera ? de quels risques parlez vous ? / 9 : - le moment est venu qu’est ce <qui justifie votre attente ? / 10: - voyons votre expérience, parlons en… ton expérience servira donc à contredire la théorie / 11: - ne partons pas battus d’avance nous le convaincrons rédigeons le courrier ensemble et par rapport aux évaluations nationales ? on n’est pas dans une dynamique de compétition…

Sept trucs pour pour réussir une séance de brainstorming Le brainstorming est une méthode de créativité qui permet de trouver en groupe des solutions nouvelles et pertinentes à une question posée. Des idées peuvent naître sur des sujets très variés : créer un nouveau produit, imaginer un concept ou un slogan, lancer une campagne publicitaire, organiser la fête du siècle... Cette technique repose sur le postulat : ensemble, nous sommes plus forts ! Mieux vaut réfléchir à dix plutôt que seul dans son coin. Une journée laisse assez de temps pour faire décanter les idées. 1. Lorsque le chef d'entreprise vise la production d'idées innovantes, il doit faire appel à un animateur extérieur à sa société. 2. Le groupe doit être composé de 7 à 15 personnes afin de créer une belle dynamique. 3. Pas question de rester dans les murs de l'entreprise ! La décoration est joyeuse et colorée... comme à la maison. 4. L'animateur annonce l'objectif et le timing de la journée. 5. Chaque participant note une idée par Post-it. Il ne faut pas négliger le déjeuner. 6.

Conduire une réunion 2 LES JEUX DE RÔLE: présentation de la démarche Qu’est-ce que c’est ? Le jeu de rôle met les stagiaires en situation de simuler une action ou un comportement ayant lieu dans des circonstances réelles ou réalistes. Pour quoi faire ? Dans « jeu de rôle », il y a « jeu ». Quand ? Les jeux de rôle peuvent être mis en place aux moments de la journée où les participants sont concentrés : on ne lance pas un jeu de rôle à midi ou à 17 h. Comment les préparer ? Un jeu de rôle demande beaucoup de soin dans sa préparation Pour que les conditions d’apprentissage soient respectées, il faut mettre au point trois types de documents. La fiche de situation, distribuée à tous les participants, décrit le cas. La fiche décrit l’environnement du cas. Les fiches de rôles décrivent les caractères, l’histoire et les objectifs des personnages. Comment les lancer ? - Annoncer l’exercice et son objectif : « Nous allons faire un jeu de rôle simulant un entretien d’appréciation. - Expliquer le fonctionnement du jeu.

Nanoplat project | Strategic Design Scenarios Development of a Platform for Deliberative Processes on Nanotechnology in the European Consumer Market based on social computing tools. Projective scenarios simulating possible developments of nanotechnologies in food to stimulate strategic conversation and beta-test the platform. How to foster democratic discussions among citizens on where technology is aiming at? NANOPLAT was a European research project aiming at the development of a platform for deliberative processes on nanotechnology in the European consumer market. Within the consortium leaded by SIFO/Norway, SDS developed simple online tools to facilitate and encourage the discussion between remote stakeholders involved in the same nanotech sector. A beta test of the platform was conducted on food & nano topic: enriched tomatoes preventing cancer, long conservation fresh milk, tearless onions… Different mock-up of future food products have been extrapolated from scientific conjectures circulating in the media. www.nanoplat.org

Quel type de manager ? Leadership ? Tout le monde s'étonne lorsqu'un manager, dont on disait qu'il ne réussirait jamais, change de job et arrive au sommet dans sa nouvelle entreprise... C'est qu'à chaque contexte, circonstance, genre d'équipe à encadrer, un type de manager correspond mieux qu'un autre. Hervé Bommelaer, consultant chez Leroy Dirigeants- BPI Group, en est convaincu. "Prendre conscience de son style, de sa posture de management, vaut mieux que de se dire : je vais appliquer tel modèle. On réussit en exploitant d'abord ses points forts." Seulement, au gré des changements, un certain type de manager est plus demandé que d'autres. Le contexte des entreprises dicte le style de manager à recruter pour telle ou telle, expliquent Pascale Bottela (directrice Ile-de-France) et Philippe Lesage (consultant et coach), du cabinet Alexandre Tic. L'habit fait-il le moine ? Le style "engagé" est "tout à fait adapté au monde de l'entreprise aujourd'hui", estime Hervé Bommelaer.

Le mentorat, une méthode d’avenir Loading... Mode d’apprentissage, le mentorat consiste à jumeler une personne d’expérience, le mentor, avec un jeune en transition, le mentoré. Précurseur du sujet, la québécoise Christine Cuerrier nous éclaire sur les nombreux atouts de cette méthode. Le mentorat est redevenu à la mode au début des années 2000 et tend particulièrement à se développer au Canada, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, en revanche « la France possède moins cette culture de transfert de connaissances », remarque Christine Cuerrier, professeure associée au Département de communication sociale et publique de la Faculté de communication à l’Université du Québec à Montréal. L’université québécoise travaille depuis plusieurs années au développement du mentorat en implantant à l’automne 2009 le seul programme de formation de 2ème cycle en mentorat. « Le lien intergénérationnel est très important, de même que le volontariat des deux personnes concernées et la gratuité du processus », précise Christine Cuerrier.

cours de communication chapitre 3 - Le blog de BTS MUC Altéa cours 1) Les acteurs de la communication: a)Statut et rôle: l Le statut: c'est la position occupé par un individu au sein d'une société. Les critères qui permettent d'évaluer le statut des autres sont: sa profession, des attributs extérieurs tel le revenu, le niveau d'études et le type de diplôme, la situation de famille, l'âge...Du statut découle des relations hiérarchiques, c'est à dire des relations avec ses supérieurs ou ses subordonnés, c'est se qu'on appel la dimension verticale du statut. On à aussi des relations avec ses paires, là on parle de la dimension horizontale du statut. l Le rôle: c'est les actions qu'un individu est sensé faire. Le statut est le rôle définissent l'identité sociale d'un individu, ils lui confèrent des droits et des devoirs. l L'autorité: c'est l'aptitude à faire respecter volontairement des ordres, elle définit le principe hiérarchique, la capacité du supérieur de dire au subordonné se qu'il doit faire, à quel moment et de quel manière. b)Les types de relations:

Innovation | De la perspicacité à l'innovation | Volare Pour la première fois dans l'histoire, la plupart d'entre nous vit dans des villes et pas à la campagne. Nos espaces à vivre deviennent de plus en plus petits et nous avons de plus en plus de mal à justifier le fait que certaines zones dans les maisons soient dédiées à une seule fonction. La maison moderne exige d'être flexible. Des pièces à vivre, pour dormir, manger et cuisiner sont en pleine mutation pour devenir un espace multifonctionnel. Et la manière dont nous créons et utilisons nos appareils doit être la même. L'art de la cuisine Le rôle d'un objet d'art sculpté. Comme pour de nombreux designs de cuisine moderne, Volare est basé sur une disposition modulaire. Et lorsque vous avez fini, tout coulisse à nouveau sans laisser de trace. Article précédent L’innovation, unétat d’esprit

Comment une liste de tâches peut-elle nous faire perdre notre productivité De ce postula, je suis parti, il y a quelques années dans ce que nous pourrions appeler une todolistomanie frénétique m’imposant de noter toutes les choses à faire. Quoi de plus judicieux me diront certains. Et pourtant, comme tout extrême, cette façon de faire s’est révélée totalement inefficace. Aujourd’hui j’utilise une méthode bien plus fine et efficace ne s’appuyant que très peu sur des TodoLists. Pourquoi tout noter ne marche pas Les TodoLists présentent une utilité indéniable. Cependant, au fur et à mesure du temps, nous voyons notre liste s’allonger toujours un peu plus amenant à un constat simple et sans détour : nous n’avons pas suffisamment de temps pour tout faire. Ainsi, pour palier cette difficulté vient la phase d’élimination où nous épurons notre TodoList des éléments les moins pertinents. Le dernier point qui dessert plus encore notre TodoList est le mélange de tâches de qualités différentes. Une méthode à base de sélection naturelle Photo : Andrew Magill

Fauchon lance trois thés aux vertus santé.

Related: