background preloader

SkyTruth: l’anti-Yann Arthus Bertrand

SkyTruth: l’anti-Yann Arthus Bertrand
Depuis 2001, John Amos déploie ses compétences d'analyste d'imagerie satellitaire pour évaluer l'impact environnemental réel des activités humaines. Interview avec celui qui espère faire de SkyTruth un modèle de vérification des données écologiques. Lancée en 2001, l’ONG SkyTruth a décodé des centaines d’images satellitaires de toute une panoplie de désastres provoqués par les activités industrielles, agricoles ou immobilières : nappes de pétrole, déforestation, glissement de terrain et autres inondations. Loin de l’imagerie esthétisante de Yann Artus Bertrand ou de Nicolas Hulot, John Amos livre en Creative Commons des clichés expertisés à destination du public. Découvert sur FlickR dans nos recherches de photographies sur les gaz de schiste, ce géologue a accepté de répondre à quelques questions pour OWNI. Comment vous est venue l’idée de SkyTruth ? La mine à ciel ouvert de Cerro de Pasco (Perou) au coeur d'une ville de 70.000 habitants. Comment votre projet s’est-il concrétisé ?

Forum for the Future - Action for a sustainable world Brésil: le barrage de la discorde [Mise à jour 17 août 2012: Un tribunal fédéral a demandé l'arrêt des travaux, au motif que les Indiens n'ont pas été consultés avant leur mise en oeuvre.] Fin août 2011, des manifestations ont été organisées dans quinze pays, du Brésil à l'Iran en passant par les États-Unis et le Canada, contre le grand projet hydroélectrique Belo Monte sur le fleuve Xingu, en Amazonie. Le futur troisième plus grand barrage au monde inondera 500 km2, forçant plus de 16.000 personnes à se déplacer. "Préservons la forêt et l'humanité. Alstom visé En France aussi, une manifestation d'opposants au projet s'est déroulée le 20 août devant la grande Arche de la Défense. Cette action contre Belo Monte n'est pas anodine. Ses propos ont cependant reçu un écho plus que modéré puisque selon l'AFP, les manifestants français étaient seulement une cinquantaine. Regardez la vidéo: Les travaux ont débuté Lles constructions de Belo Monte ont bel et bien débuté selon le collectif brésilien opposé au barrage Xingu Vivo.

La typologie 2011 des consommateurs face au développement durable C’est à partir de son enquête annuelle sur les Français et la consommation durable (voir notre article d’avril 2011), que le cabinet Ethicity a établi, en collaboration avec Aegis Media, une typologie des consommateurs. Ainsi, en fonction de la manière dont ces derniers intègrent le développement durable dans leurs comportements, on peut identifier les leviers à activer pour les inciter à aller vers une consommation plus responsable. La présentation des résultats de l’étude s’est déroulée le 8 septembre au Comptoir Général, en présence de Dominique Dron, Commissaire Générale au développement durable. On constate tout d’abord que les consommateurs français se différencient avant tout en fonction de leur pouvoir d’achat et de leurs convictions, et que par conséquent les caractéristiques telles que l’âge ou la CSP sont moins segmentantes quand il s’agit de consommation responsable. L’analyse a permis d’identifier 3 grands groupes de consommateurs, qui ont été répartis en 8 sous-groupes :

Le classement 2011 des entreprises françaises ayant le meilleur bilan carbone selon l'ONG Environmental investment organisation Qu'ont en commun Axa, Crédit Agricole et l'Oréal ? Voilà, parmi les fleurons le tiercé gagnant "vertes" des entreprises françaises. C'est du moins ce qu'indique le tout nouveau classement des bilans carbones des 300 plus grandes entreprises européennes publié ce mardi par Environmental investment organisation (EIO), institut de recherche britannique spécialisée dans les investissements verts. Respectivement 4e, 12e et 16e du classement européen effectué par EIO, l'assureur, la banque et le fabricant de cosmétiques seraient, en France, les compagnies qui émettent le moins de carbone par rapport à leur chiffre d'affaire. Leurs émissions directes, réalisées en cours de productions ou en raison du transport, mais aussi indirectes, comme celles dues à l'utilisation d'électricité, seraient relativement moins élevées que celles des autres groupes français. En Europe, c'est l'assureur Aviva, en Grande Bretagne, qui émettrait le moins de carbone.

Scientists Develop Affordable Solar Panels That Work In The Dark It's about damn time, don't you think? Scientists at Lawrence Berkeley National Laboratory announced Wednesday that they have been able to confirm a new high-efficiency solar cell design that utilizes nearly the entire solar spectrum. Translation: They figured out a way to make solar panels generate electricity in the dark. CleanTechnica says , In earlier trials, the researchers used different alloys that achieved full spectrum responses but involved very high production costs. The Lawrence Berkeley breakthrough represents just one path to increasing the efficiency and lowering the cost of solar cells. In the meantime, you could just turn any metal surface into solar panels with photovoltaic spray paint . [Photo: Norby /Flickr]

Lester Brown:”Notre point faible, c’est l’alimentation” Lester Brown est en France en ce moment pour le lancement de l’édition française de son dernier livre « Basculement, comment éviter l’effondrement économique mondial », co-édité par Rue de l’échiquier (qui a aussi publié il y a quelques mois Biomimétisme de Janine Benyus) et Souffle court Edition. Dans ce nouvel ouvrage, il s’interroge sur notre capacité à prendre des décisions avant de basculer dans l’irréparable. Lester Brown : « Je me suis longtemps irrésolu à croire que l’alimentation, pouvait être le point faible de notre civilisation. Le temps du tipping point Chaque livre de Lester Brown est d’importance. En 2001, il décide de passer à un autre champ d’action, en proposant des scénarios politiques globaux pour sortir de l’ornière écologique économique et politique dans lequel il voit la société s’enfoncer. Ses analyses, peu entendues au début, se sont révélées exactes. Alimentation : que nous réserve cette prochaine décennie ? L’alimentation est notre point faible :

Mobility planet dauphin Louie Psyihoyos n'est pas cinéaste. C'est un militant écologiste qui veut sauver les créatures marines de la convoitise des hommes. Il mène ce combat sans trop se soucier du choix des armées. Ici, c'est le cinéma, enfin... des images captées. The Cove, dont la mission est de dénoncer le massacre de milliers de dauphins par des pêcheurs japonais est si peu regardant sur les moyens employés que ce film finit par être une leçon d'éthique documentaire a contrario, tout ce qu'il ne faut pas faire quand on se pique de filmer la réalité. Autour du réalisateur en titre s'agrège un commando d'élite, fait d'anciens militaires, de spécialistes du camouflage. Le fait est de notoriété publique mais les autorités municipales et halieutiques japonaises ne tiennent pas à ce qu'il soit photographié ou filmé. L'entreprise est noble et trouve un mentor en la personne de Ric O'Barry. Lu et copié/colé dans "Le monde"

En Chine, le réveil écologique passe par Internet - ONG - Mondialisation Du jamais vu en Chine ! Plus de 12 000 habitants rassemblés sur la Place du Peuple de Dalian (nord-est du pays) pour exiger la fermeture immédiate d'un complexe pétrochimique. C'était le 12 août dernier. Une première manifestation pour la protection de l'environnement organisée grâce aux réseaux sociaux sur Internet. A l'origine de ce rassemblement exemplaire, un message posté par un inconnu sur Weibo, le « twitter chinois ». Un site de micro-blogging auquel sont abonnés plus de 200 millions de Chinois et qui, depuis le début de l'année, défraie la chronique. La crainte des désordres sociaux « Les Chinois se sentent de plus en plus concernés par les problèmes environnementaux et par la pollution ces dernières années, explique Jonathan Watts, journaliste et auteur spécialisé sur les questions environnementales en Chine*. Des ONG de plus en plus actives Prison et résidence surveillée Pour autant, critiquer en Chine reste un art difficile et dangereux.

Recycle it Right – Electronics TakeBack Coalition If you want to get rid of electronic equipment that you no longer use and want to protect the environment, follow these steps: 1. Don’t throw old electronics in the trash! Don’t put your old electronic products or batteries in the trash (even if it’s legal in your state). More on the toxics in your computer. 2. If your product can be reused, donate it to a reputable reuse organization, that won’t export it unless it’s fully functional. 3. If your product is too old or too broken to donate, you should recycle it. But many recyclers simply export your old products, dumping them on developing nations. Your best option is to use a recycler who is part of the “e-Steward” network; they don’t export to developing nations, and they follow other high standards. Click here to find e-Steward recycler near you. 4. If there is no e-Steward near you, then you may want to use the manufacturer’s takeback program, although many don’t provide much disclosure about responsible recycling. 5. Staples. 6.

Related: