background preloader

Le bonheur, un idéal qui rend malheureux?

Le bonheur, un idéal qui rend malheureux?
FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le philosophe allemand Wilhelm Schmid vient de publier un essai intitulé Le Bonheur. Alors que le sujet de philosophie proposé aux élèves de terminale S est «Vivons-nous pour être heureux ?», FigaroVox lui a demandé sa définition du bonheur. Wilhelm Schmid vit à Berlin et enseigne la philosophie à l'université d'Erfurt. Le Bonheur (Éditions Autrement), court opus devenu un succès international, est son premier livre traduit en français. FigaroVox. - Votre livre s'intitule Le Bonheur. Wilhelm Schmid. - Il existe trois types de bonheur. Un deuxième type de bonheur a toutefois une signification encore supérieure pour l'homme moderne: le bonheur du bien-être. Mais seul l'art de vivre philosophique est capable d'éviter à un homme de résumer toute sa vie à un unique bonheur de bien-être. Un indice du bonheur national brut a été créé par l'ONU. Dès le Ier siècle après J. Les gens ont toujours cherché le bonheur, mais pas toujours avec la même intensité.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/06/16/31003-20140616ARTFIG00182-le-bohneur-un-ideal-qui-rend-malheureux.php

Related:  johannefaustMes centres ,,

Journée internationale du bonheur 20 mars En avril 2012, lors d’une Réunion de haut niveau sur le bonheur, intitulée « Le bonheur et le bien-être : La définition d'un nouveau paradigme économique », le Secrétaire général a estimé EN que le monde avait besoin d'un nouveau paradigme économique qui reconnaît la parité entre les trois piliers du développement durable. « Le bien-être social, économique et environnemental sont indissociables. Ensemble, ils définissent le bonheur brut mondial », avait-il souligné. Organisée lors de la 66ème session de l'Assemblée générale, cette réunion avait été convoquée à l'initiative du Bhoutan, un pays qui reconnaît la suprématie du bonheur national sur le revenu national depuis le début des années 1970 et qui a adopté le « Bonheur national brut (BNB) » comme étant un indice plus complet et plus représentatif du niveau de vie réel que le Produit national brut (PNB).

La conception du bonheur dans les cultures d'ailleurs Le bonheur, dans la pensée occidentale, est l’aboutissement d’une démarche et d’une construction aboutissant à un état durable de plénitude et de satisfaction ou encore, une jouissance d’une situation. Il est à la confluence de plusieurs registres, le sensible, le social, les affects. Pour l’Occident, les représentations socialement et historiquement construites du bonheur s’articulent à l’individualisme : il est un état émotionnel momentané ou durable de l’individu et moins du collectif ; c’est une notion subjective et en même temps normative. Qu’il se situe dans une aspiration individuelle ou collective, qu’il soit au bout d’une quête pour un avenir matériellement meilleur – une promesse pour demain – ou dans le mythe d’un âge d’or appartenant à un passé lointain – un temps révolu et perdu à jamais –, le bonheur est à la fois nostalgie et promesse.

Société : l’obsession du bonheur - Sud Ouest.fr « Sud Ouest Dimanche ». Ibiza accueille tous les ans plus de 2,5 millions de touristes. Que viennent-ils chercher ? Yves Michaud. Le plaisir. Celui que promet la marque Ibiza. Les 6 critères du bonheur, selon le rapport 2013 de l'ONU BONHEUR - Rappelez-vous, c'était il y a un peu plus d'un an: la publication du premier World Happiness Report, le Rapport annuel sur le bonheur, par l'ONU. Sa finalité: mesurer le bien-être des individus pays par pays évidemment, mais aussi déterminer quels sont les critères les plus importants dans la mesure du sentiment de bonheur. Rendu public dimanche 8 septembre, le second World Happiness Report permet d'y voir un peu plus clair. Grâce à l'analyse de données fournies par les États mais aussi les travaux sur le bien-être d'organisations comme l'OCDE, ou encore ceux de l'institut américain Gallup, les chercheurs ont pu aller plus loin que l'an dernier. Lire aussi:» Arianna Huffington : Pourquoi les enquêtes sur le bonheur me laissent perplexe » Mesure du bien-être : 1978 fut l'année la plus heureuse selon une étude de chercheurs australiens

le "droit au bonheur" Félicien Lemaire prendra, le 1er janvier 2017, la direction du Centre Jean-Bodin, centre de recherche juridique et politique de l’Université d'Angers. 0inPartager la rédaction vous conseille Le bonheur est une question dont tout le monde se saisit. La plupart des sciences humaines et sociales (philosophie, sociologie, psychologie, histoire) interrogent de longue date la notion.

PHILOSOPHIE: Le bonheur Dans nos chères librairies mauriciennes, on trouve, parmi les nombreux rayons, les catégories de « développement personnel », de « religion et/ou spiritualité », de « psychologie », mais aucun rayon qui n’ait pour nom ce qui existe partout ailleurs : « philosophie ». C’est dans les deux ou trois premières catégories citées que l’on peut trouver des livres qui promettent le bonheur, et on y trouve de tout : des ouvrages proposant le bonheur en quelques leçons jusqu’à des livres qui s’interrogent plus longuement sur la possibilité (ou non) d’être heureux. Quel sens peut-on donner à cette chose tant chérie qu’est le bonheur ? Le bonheur collectif On peut dire que pratiquement toutes les philosophies de l’Antiquité, qu’elles soient issues de la civilisation greco-romaine, ou bien de l’Asie orientale, proposent, chacune à leur manière, une idée du bonheur.

 Stéphanie Deslauriers «Nous constituons probablement les premières sociétés dans l'histoire à rendre les gens malheureux de ne pas être heureux.» Pascal Bruckner, philosophe français. BAM. Flash d'inspiration alors que je lis mon petit livre de citations philosophiques...au petit coin (Ben quoi! On aime lire ou on n'aime pas ça). Étant une personne intense, je vis tout...intensément.

Matérialisme et bonheur, des valeurs qui s'opposent L’argent ne fait pas le bonheur… La recherche psychologique récente a non seulement montré la vérité de cette maxime, mais a commencé à démontrer que quand les gens organisent leurs vies autour de la poursuite de la richesse leur bonheur peut même diminuer. Les études sur les rapports entre le bonheur et la richesse matérielle des psychologues américains E. Diener et D. Myers, rapportées par l’American Psychological Association (APA), soulignent que “les individus sont plus heureux s’ils vivent dans les pays riches plutôt que dans les pays pauvres. Cependant, une fois qu’ils ont assez d’argent pour subvenir aux besoins de base comme la nourriture, un toit, etc., l’argent ne contribue pas beaucoup à améliorer leur bonheur. Ni les hausses de la croissance économique nationale, ni les augmentations de revenus personnels n’ont beaucoup d’effet sur le bien-être personnel des citoyens.”

Oui, car source fiable(le figaro) et apporte un nouveau regard donc intéressant. by math_manon Mar 7

Related:  Le bonheur UE3