background preloader

Les géants d'internet contrôlent de plus en plus l'information

Les géants d'internet contrôlent de plus en plus l'information
OFFENSIVE. "Ces 18 derniers mois, (ces géants d'internet) qui avaient jusqu'ici une relation distante avec le journalisme sont devenus des acteurs dominants de l'écosystème de l'information", résume le Tow Center for Digital Journalism de l'Université américaine de Columbia, dans une étude publiée en juin 2016. Beaucoup proposent aux éditeurs de presse de publier directement leur contenu sur leurs plateformes, à l'instar des canaux Instant Articles de Facebook ou Discover de Snapchat, et sont "désormais directement impliqués dans tous les aspects du journalisme", fait valoir l'étude. La plupart des médias nouent des partenariats avec ces nouveaux acteurs de l'information pour maintenir ou développer leur exposition sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux, mais les perspectives financières restent incertaines. Désormais, les géants d'internet "supplantent les choix et les objectifs des sites d'information et leurs substituent (les leurs)", affirme l'étude. Related:  Apprendre à naviguer sur le webpresse2c un monde de filtre

55 infos intéressantes à propos de Google [infographie] Certains sont fans de l'entreprise qui a révolutionné Internet, et qui s'apprête à faire de même dans une foule d'autres secteurs, d'autres sont extrêmement méfiants de la firme tentaculaire, dont certains services font la pluie et le beau temps dans leur secteur d'activité, et qui regroupe une quantité gigantesque de données sur les individus du monde entier. Une chose est certaine, c'est que Google ne laisse personne indifférent. On m'a proposé récemment une petite infographie en anglais retraçant quelques particularités de la firme californienne. Certaines assez connues, d'autres moins, retraçant une bonne partie de l'historique et des activités de l'entreprise ; ses origines, ses produits, ses finances, son étendue à travers le monde, mais aussi ses utilisateurs et ses employés. J'ai donc demandé l'autorisation de l'auteur pour en faire une traduction, qui m'a en retour gentiment fourni les fichiers sources, merci à lui ! source : BargainFox Les origines L'empire du web

RFI Savoirs : Comprendre, apprendre et créer des médias Le 16 juin 2016, RFI (Radio France Internationale) a lancé le site RFI Savoirs avec comme slogan « les clés pour comprendre le monde en français » ; un espace en ligne de curiosités, de connaissances à partager et de savoirs à consulter. 7 thématiques sont couvertes par RFI Savoirs : l’économie, l’environnement, la francophonie, la géopolitique, l’histoire, la santé et les sciences. Chaque centre d’intérêt à parcourir propose des dossiers, des articles, des séquences audio… et à interagir! Comprendre, apprendre et participer 3 onglets d’entrées sont mis à disposition des internautes et mobinautes : comprendre et enrichir ses connaissances,apprendre et enseigner le français,participer à la communauté (blogs individuels et collectifs, billets, audioblogs, ressources, travaux en ligne, questions réponses). Dossier Education aux médias : de l’idée à l’action Cette « chaîne » de savoirs s’intéresse notamment au numérique avec un dossier exhaustif : l’éducation aux médias : outils et repères.

rue89.nouvelobs Tristan Harris a été le « philosophe produit » de Google pendant trois ans. Ça vous laisse perplexe ? Nous aussi, au début. On a découvert cet ingénieur informatique américain formé à Stanford via un post de Medium passionnant titré « Comment la technologie pirate l’esprit des gens ». Il y explique (en anglais) comment les entreprises de la Silicon Valley nous manipulent pour nous faire perdre le plus de temps possible dans leurs interfaces. Concrètement, Facebook a intérêt à ce qu’on scrolle son fil d’actu toute la journée, et pour ça, il nous détourne de notre intention initiale. Tristan Harris a créé un label, Time Well Spent, pour faire en sorte que les technologies nous redonnent du pouvoir au lieu de nous transformer en zombies boulimiques de notifications et de flux d’infos. Merci, votre inscription a bien été prise en compte. Tristan Harris à TedX Bruxelles - TedX Mais est-ce que c’est si grave, pour toi ? Ça nous rend vraiment fou, en fait (rire). C’est vrai. Mais ça a mal tourné ?

On te manipule Une Théorie du complot, c'est quoi ? Une théorie du complot (on parle aussi de conspirationnisme ou de complotisme) est un récit pseudo-scientifique, interprétant des faits réels comme étant le résultat de l’action d’un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement pour modifier le cours des événements en sa faveur, et au détriment de l’intérêt public. Incapable de faire la démonstration rigoureuse de ce qu’elle avance, la théorie du complot accuse ceux qui la remettent en cause d’être les complices de ce groupe caché. Elle contribue à semer la confusion, la désinformation, et la haine contre les individus ou groupes d’individus qu’elle stigmatise. Les 7 commandements de la théorie du complot 1. 2. La théorie du complot voit les indices de celui-ci partout où vous ne les voyez pas, comme si les comploteurs laissaient volontairement des traces, visibles des seuls "initiés". 3. 4. La théorie du complot tend à mélanger des faits et des spéculations sans distinguer entre les deux. 5.

“Presse française : qui possède quoi?” : le “Monde Diplo” explique tout en une infographie - Vu sur le net Discours unique anti-syndicaliste, débats tronqués... Ces dernières semaines, le traitement de l'actualité en France relevait d'un “climat de guerre sociale entretenu par les principaux médias du pays”, explique le “Monde Diplomatique”, qui y consacre une infographie et un article. Eclairant. Qui possède les grands titres de presse aujourd’hui ? A cette simple question que beaucoup se posent en ces temps d’un journalisme à l'indépendance vacillante, soumis aux contraintes économiques, le site du Monde Diplomatique répond par une infographie intitulée Presse française : qui possède quoi ? (dernière mise à jour : mars 2017). Le schéma prend d’ailleurs tout son sens à la lecture de l’article qu’il complète, publié dans le numéro du Monde Diplomatique daté du mois de juillet (journal dont Le Monde, également propriétaire de Télérama, est actionnaire à 51%, mais qui en reste très indépendant).

Intelligence artificielle pour Facebook, jury populaire pour Periscope : la modération évolue Périscope fait voter ses utilisateurs sur les contenus, tandis que Facebook envisage de se reposer davantage sur l’intelligence artificielle pour le sujet épineux de la modération. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Comment réussir à filtrer efficacement les millions de contenus publiés chaque jour sur les réseaux sociaux pour éviter les messages haineux ? Cette question a toujours été un véritable casse-tête pour ces plates-formes, qui doivent faire évoluer leurs méthodes de modération à mesure qu’elles grandissent et que les pratiques de leurs utilisateurs changent. Aujourd’hui, la plupart des grands réseaux sociaux fonctionnent selon le même principe : les utilisateurs peuvent signaler des contenus problématiques, et une équipe d’employés de l’entreprise traite ces signalements et décide de censurer ou non les messages. Mardi 31 mai, Periscope, l’application de vidéo en direct appartenant à Twitter, a introduit un nouveau mode de fonctionnement. Condamner ou acquitter

Hooligans à l’Euro : Olivier Mazerolle abusé par un photomontage de pelle dans un stade Le journaliste de RTL a interrogé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, sur la présence d’un homme armé d’une pelle au Stade-Vélodrome. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Plus que par le terrain (malgré, tout de même, une égalisation russe à la dernière minute), le match Angleterre-Russie, samedi 11 juin, a surtout fait parler de lui par les incidents qu’une minorité de « supporteurs » russes et britanniques ont provoqué à Marseille les jours précédant la rencontre, ainsi qu’après le coup de sifflet final. Plusieurs peines de prison ferme ont été prononcées lundi et des supporteurs russes vont être expulsés de France. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, était mardi l’invité de la matinale de RTL. Le journaliste Olivier Mazerolle l’a interpellé (à 4 min 20 s dans la vidéo) sur ces incidents et a mentionné un fait inattendu : « Sur les images on voit même un homme brandir une pelle, comment tout cela a-t-il pu rentrer dans le stade ?

Académie d'Orléans-Tours | Portail académique : Eduquer aux médias et à l'information (EMI) Appel à projets 2015 - 2016 Pour l'année 2015 - 2016, l'académie Orléans - Tours a été retenue pour participer aux Travaux Académiques Mutualisés (TraAM) EMI. Ce travail transversal mené conjointement dans 6 académies (Besançon, Clermont-Ferrand, Dijon, Nantes et Nice) est piloté par la DNE. Thèmes 1 - Liaison école / collège 2 - Hoax, rumeur et désinformation (thématique retenue dans l'académie) Dans l'académie Orléans - Tours, un petit groupe d'enseignants de collège et de lycée, constitué en "labo", piloté par Karen Prévost-Sorbe (Coordonnatrice académique Clemi) et Vincent Patigniez (Collaborateur DANE), en lien avec Pierre Cauty (DAN), a centré sa réflexion sur la formation des personnels et sur la production de ressources en ligne. Le projet académique Cliquer ici - 1.39Mo Objectifs Contexte - Appel à projets pour l'année 2015 - 2016 - 152Ko - Infographie - 1.12Mo TraAM EMI 2015 - 2016 (Eduscol) Scenarii pédagogiques "Quand la rumeur court" >>> Pour consulter le scénario - 354Ko

Modération : Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft s’engagent devant la Commission européenne Les quatre acteurs américains du Web ont signé un « code de conduite » dans lequel ils s’engagent à supprimer les contenus haineux en moins de 24 heures. « Une série d’engagements pour combattre la propagation du discours de haine illégal en Europe. » C’est ainsi que la Commission européenne définit, dans un communiqué publié mardi 31 mai, le « code de conduite » signé par les groupes américains Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft. Dans ce document en douze points, les quatre géants du Web s’engagent notamment à effectuer, en moins de vingt-quatre heures, leur travail de modération. A savoir examiner « la majorité des signalements valides » par les internautes et, s’il y a lieu, « supprimer ou rendre inaccessibles » les contenus haineux. Facebook s’était déjà engagé à tenir ce délai auprès de l’Allemagne en décembre 2015. Lire aussi : Contre la propagande djihadiste en ligne, le gouvernement se tourne vers le secteur privé

Complotisme, un anathème commode (Le Monde diplomatique, juin 2015) « Travailleur, sache qu’un complot ultralibéral dirigé de Bruxelles est en cours afin de te dépouiller de tes droits les plus élémentaires (…). Ce discours, on l’a entendu durant la campagne référendaire sur la Constitution européenne de 2005. Trois ans plus tard, il n’a pas pris une ride. Toujours les mêmes procès d’intention, les mêmes affirmations mensongères, les mêmes demi-vérités assénées dans le but de faire peur dans les chaumières. » Jean Quatremer, Libération, Paris, 5 mai 2008. « Vers 1995, on a vu arriver des petites boutiques comme [le site] Acrimed, assez marginales, et très virulentes, qui se sont lancées dans la critique des “médias dominants”. « Après une brève parenthèse, les grands simplificateurs sont de retour. « Moi, je vois simplement la sociologie de Bourdieu comme une sociologie s’intéressant aux stratégies liées à des réseaux qui complotent. « La posture critique (…) porte aussi en germe une logique du soupçon.

Attentat à Orlando : pourquoi de nombreux journaux ont choisi la même photo en une Lors d'attentats, d'attaques ou de catastrophes, plutôt que de montrer l'horreur, les médias préfèrent rendre compte de la violence en montrant la tristesse des proches des victimes. La photo en une de Libération ce lundi 13 juin, vue aussi en première page du New York Times, du Guardian, de La Razon ou du Jerusalem Post, a déjà presque acquis le statut d'image iconique pour représenter la tuerie dans une boîte gay à Orlando. Présente sur les réseaux sociaux dès le moment de sa diffusion par Reuters, elle est très vite devenue l'un des symboles forts de l'événement, en dehors d'images plus symboliques comme celle du drapeau américain aux couleurs de l'arc en ciel. Il faut savoir que dans ce type d'événement, les images de ce qui s'est passé, au moment où cela s'est passé, sont généralement très rares. Les photographes dépêchés sur place s'attachent alors aux conséquences de l'événement : les réactions des survivants, des proches et des familles.

Facebook accusé de manipuler les internautes avec ses «trending topics» POLITIQUE Le réseau social a démenti en assurant que « ces allégations étaient infondées »… 20 Minutes avec agences Publié le Mis à jour le La rubrique « Trending » (qui n’existe pas dans la version française de Facebook) est une petite pastille qui se trouve en haut à droite de la page et mentionne les sujets dont on parle le plus sur le réseau social. Et c’est concernant cette petite rubrique, dont les thèmes choisis sont en théorie identifiés par un algorithme que Facebook est, depuis le début de la semaine, accusé d’avoir manipulé les internautes. Une rédaction qui opère des choix éditoriaux affirmés Si l’algorithme repère le nombre total de mentions ou une forte augmentation des requêtes sur un court laps de temps, selon le site Gizmodo, ce service fonctionnerait en réalité comme une rédaction qui opère des choix éditoriaux affirmés. Exit Fox News, préférons le « New York Times » ou la BBC Ce traitement éditorialisé n’aurait pas été le résultat d’instructions. Mots-clés :

Related: