background preloader

VERDUN

VERDUN
Bataille de la Somme Lancée le 1er juillet après une semaine d'intense préparation d'artillerie, l'offensive franco-britannique de la Somme se poursuit jusqu'à l'automne. Très meurtrière, elle permet néanmoins de reprendre aux Allemands quelques kilomètres de terrain et surtout leur cause des pertes telles que l'armée impériale doit cesser ses assauts contre Verdun. La Voie Sacrée Convoi de camions à Heippes, 7 mars 1916Cordon ombilical de la défense de Verdun, la départementale de 60 km. entre Bar-le-Duc et Verdun voit passer jusqu'à 12 000 véhicules par jour, dont 9 000 camions grâce auxquels hommes, munitions et ravitaillement peuvent rejoindre la ville tandis que les blessés sont redescendus vers l'arrière. Fort de Douaumont Entrée du fort de Douaumont aujourd'huiLorsque les Allemands s'en emparent par surprise et presque sans combat, le fort de Douaumont n'est plus défendu que par une poignée de territoriaux. Mort-Homme / Cote 304 Fort de Vaux Attaque au gaz

http://static.ide.fr/corporate/demo/SIRPA-TERRE/verdun/htmlv2/

Related:  Histoire - Géographiecivils et militaires durant la Grande Guerre1ère GM1WW

Dzovinar Kévonian : «Le déni turc du génocide arménien est aussi financier» La Turquie nie toujours catégoriquement que l'Empire ottoman ait organisé le massacre systématique de sa population arménienne en 1915 et récuse le terme de «génocide» repris par l'Arménie et une vingtaine de pays dont la France, mais pas les Etats-Unis par exemple. Entretien avec Dzovinar Kévonian, maître de conférence en Histoire à l’Université Paris-Ouest-Nanterre La Défense. Pourquoi, à votre avis, la Turquie refuse-t-elle de parler de génocide, de reconnaître ce qui s'est passé ? Le regard que l’historien pose sur le négationnisme institutionnel de la Turquie impose de distinguer la politique du gouvernement jeune-turc concepteur et réalisateur du génocide de 1915-1916, et celle du gouvernement kémaliste qui se met en place à partir de sa victoire de 1922 dont l’héritage n’a pas été renié par la Turquie actuelle. Réfugiés arméniens attendant des bateaux© STR / Historial de Péronne / AFP

Le roman historique pour la jeunesse sur la Première Guerre mondiale, une idéologie à front renversé de la propagande distillée à l’époque ? Nous publions ci-dessous, en tant que tribune, le travail d’Octave, membre actif de gregoiredetours.fr et passionné de la première guerre mondiale. Cent ans après, quelle image de la Première Guerre mondiale les jeunes francophones peuvent-ils se faire en lisant des romans historiques qui leur sont destinés ? Jamais avant et vraisemblablement plus jamais après novembre 2014 on ne trouvera environ 70 romans historiques pour ce sujet chez les éditeurs francophones européens. Notre corpus ne sera composé que de romans historiques[1], il y aura donc un ensemble de première édition et de rééditions qui couvriront un espace de création qui est en gros celui de ce début de XXIe siècle. Nous écartons tout ce qui se présente sous l’apparence du documentaire et de l’album.

Les camouflages délirants qui embrouillèrent les sous-marins allemands durant la Première guerre mondiale En 1918, John Everett, peintre de marines, reçoit du ministère de l’Information britannique l’autorisation spéciale de représenter des scènes fluviales à Londres. Everett tombe alors sous le charme du camouflage disruptif de certains navires et décide de les peindre. Le camouflage disruptif (on parle aussi de camouflage Dazzle) qui décorait les navires de bandes zigzagantes aléatoires était dû à l’imagination d’un artiste britannique du nom de Norman Wilkinson, qui en avait eu l’idée pour tenter de protéger les navires des attaques des sous-marins allemands, qui coulaient alors de trop nombreux navires britanniques. Cette stratégie donna naissance à des œuvres s’apparentant à l’école cubiste ou vorticiste. (On peut trouver une belle collection de photographies de ces navires sur io9.) Comment est née cette étrange idée et surtout, comment fonctionna-t-elle?

Première Guerre mondiale : chronologie interactive Les causes profondes de la Grande Guerre: regards d'historiens Quelles sont les causes profondes de la Première Grande Guerre, apparue rétrospectivement comme le suicide d’une Europe au faîte de sa puissance ? Explications à l'AFP des historiens allemand Gerd Krumeich, professeur à l’Université de Düsseldorf, et irlandais John Horne, professeur au Trinity College de Dublin: A l'orée de la guerre, un rapport de forces inégal entre les grandes puissances Lorsque le conflit s'engage, à l'été 1914, la balance semble bien inégale entre les deux camps: les pays de l'Entente (France, Grande-Bretagne, Russie) comptent quelque 260 millions d'habitants – et le double avec leurs empires-- contre 120 millions pour les puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie).

3H1 : Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale Cimetière américain de Romagne-sous-Montfaucon Le premier thème d’Histoire de l’année s’intitule » L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914- 1945) ». Il met en évidence la période troublée qui va du début de la première guerre mondiale à la fin de la deuxième guerre mondiale. Le chapitre 1 dont nous allons parlé ici concerne les civils et les militaires dans la Première Guerre mondiale. 374/journal du13 août 1915:Maurice Beaury, condamné à mort Carnets du rémois Paul Hess (extraits) Rien à ce jour Le carnet de Jules Forest (40 ème RI) La guerre éclata le 4 août 1914 nous n’avons eu notre baptême du feu que le 22 août JOPPECOURT (Meurthe-et-Moselle) sous les forces de l’ennemi nous avons été obligés de battre en retraite sur VERDUN ou nous en avons fait la défense ainsi que du fort de TROYON jusqu’au 17 décembre 1914.De la nous avons passé 7 mois de combats continus dans la forêt d’Argonne.

6.000 photos de la guerre 14-18 sont en ligne Belgique Les passionnés de la Grande Guerre le savaient : la collection de photographies conservée aux Archives générales du Royaume est très riche et diversifiée. En fait, tous les aspects du conflit y figurent : de l’invasion du pays aux massacres de civils et aux atrocités en général à l’armistice en passant par les opérations militaires sur l’Yser, le quotidien des soldats, la propagande et le gouvernement belge à Ste-Adresse, la vie des civils en Belgique, etc. Le Centenaire de la Première Guerre mondiale Dans l'enfer de Verdun Découvrez grâce à ce site sur la guerre de 1914-1918, le rôle déterminant de cette victoire sanglante et emblématique de 1916, et suivez, à travers des témoignages souvent inédits, les souffrances héroïques endurées par les Poilus sur le champ de bataille. Publié par

Related: