background preloader

György Schwartz alias George Soros

György Schwartz alias George Soros
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans le nom hongroisSorosGyörgy, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français GyörgySoros où le prénom précède le nom. George Soros Sa jeunesse[modifier | modifier le code] Soros, né György Schwartz, est le fils de l'écrivain espérantophone Tivadar Soros (alias Teodoro Ŝvarc) dont l'œuvre Maskerado ĉirkaŭ la morto écrite originalement en espéranto et qui relate ses expériences pendant l'occupation nazie à Budapest a été traduite dans plusieurs langues (anglais, russe, allemand, hongrois et turc). Il est né en Hongrie dans une famille juive où il vécut jusqu'en 1946, date à laquelle il fuit l'occupation soviétique en se rendant à un congrès d'espéranto. Soros émigra au Royaume-Uni en 1947 où il entreprit des études d'économie à la London School of Economics. « L'homme qui fit sauter la banque d'Angleterre »[modifier | modifier le code] Revenus et fortune[modifier | modifier le code] Related:  ExécutantsFinance mon amour

Le Lobbying qu'est-ce que c'est ? Lobbying Plus fort que le Da Vinci Code, plongez dans l'incroyable univers du lobbying avec cette interview fleuve de Roger Lenglet ! Philosophe et journaliste d'investigation, il est co-auteur du livre-événement de John Stauber & Sheldon Rampton, “L'industrie du mensonge : lobbying, communication, publicité & médias”. Ceux qui étymologiquement “passaient par le couloir” ont verrouillé presque toutes les portes... Burning zone ! Le Lobbying, qu'est-ce que c'est ? Roger Lenglet : Pour en donner une définition simple, le lobbying c'est l'ensemble des pratiques d'influence exercées par des groupes d'intérêts auprès des décideurs et de tous ceux qui ont du poids sur l'opinion et la législation. Les pratiques qui posent problème sont celles qui, sous couvert de communication ou d'information, mettent en péril le jeu normal de la démocratie et sont exercées par des cabinets de lobbying, capables de mettre en œuvre des procédés d'influence moralement très douteux. Et les chercheurs ?

Alan Greenspan Alan Greenspan (/ˈælɨn ˈɡriːnspæn/; born March 6, 1926) is an American economist who served as Chairman of the Federal Reserve of the United States from 1987 to 2006. He currently works as a private adviser and provides consulting for firms through his company, Greenspan Associates LLC. First appointed Federal Reserve chairman by President Ronald Reagan in August 1987, he was reappointed at successive four-year intervals until retiring on January 31, 2006 after the second-longest tenure in the position. Greenspan came to the Federal Reserve Board from a successful consulting career. Early life and education[edit] Greenspan was born in the Washington Heights area of New York City. Career[edit] Before the Federal Reserve[edit] During his economic studies at New York University, Greenspan worked under Eugene Banks, a managing director at the Wall Street investment bank Brown Brothers Harriman, working in the firm's equity research department. Chairman of the Federal Reserve[edit] Memoir[edit]

Scandale du Libor : 61,6 millions d'euros d'amende pour JP Morgan Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le La Commission européenne a infligé, mardi 21 octobre, une amende de 61,7 millions d'euros à la banque américaine JP Morgan pour avoir participé à une entente illicite visant à influencer le taux d'intérêt de référence sur le franc suisse, aussi connu sous le nom de Libor, entre mars 2008 et juillet 2009. La Royal Bank of Scotland (RBS), également impliquée, a bénéficié d'une immunité car c'est elle qui a alerté les autorités européennes. « Il s'agit de la troisième affaire dans laquelle la Commission constate une entente liée à la manipulation d'un taux de référence par de grandes banques qui, au lieu de se faire concurrence entre elles, se sont entendues », a déploré le commissaire européen à la concurrence, Joaquin Almunia, en justifiant ces sanctions : « Notre économie a besoin d'un secteur financier sain, transparent et qui fonctionne bien. Lire le décryptage : Scandales financiers : des amendes « record » à mettre en perspective

Petit historique de Veolia Par Adri Nieuwhof Adri Nieuwhof est une psychologue et une avocat des droits de l'homme. Le partenariat de Veolia dans le projet israélien pour construire un ligne de tramway sur le territoire palestinien occupé à Jérusalem-Est a attiré l'attention des groupes pro-palestiniens du monde entier qui ont répondu à l'appel de la société civile palestinienne pour des campagnes de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre Israel. {Dessin du tramway à Jérusalem} Appel de la Société civile palestinienneism-france.org En se basant sur un précédent article concernant la ligne de tramway à Jérusalem-Est avec le siège social de Veolia Environnement en France et une banque hollandaise qui a investi dans l'entreprise (1), explorons l'historique de la multinationale Veolia Environnement. [Veolia Environnement.tit] L'entreprise Veolia a été créée en 1853 en France sous le nom de Compagnie Générale des Eaux (CGE). [Veolia en Israel.tit] [La route du tramway de Jerusalem. .tit] [1] A. [5] Voila!

George Soros Soros is a well-known supporter of progressive-liberal political causes.[11] Between 1979 and 2011, Soros gave away over $8 billion to human rights, public health, and education causes.[12] He played a significant role in the peaceful transition from communism to capitalism in Eastern Europe (1984–89)[8] and provided one of Europe's largest higher education endowments to Central European University in Budapest.[13] Soros is also the chairman of the Open Society Foundations. Early life[edit] The Jewish Council asked the little kids to hand out the deportation notices. I was told to go to the Jewish Council. Soros did not return to that job, but instead went into hiding the next day. Soros emigrated to England in 1947 and became an impoverished student at the London School of Economics.[22] While a student of the philosopher Karl Popper, Soros worked as a railway porter and as a waiter. Business career[edit] Soros' experience from 1963 to 1973 as a vice-president at Arnhold and S.

Neel Kashkari, the $700 Billion Man The government's $700 billion bailout plan is in the hands of this man. Neel Kashkari, a relatively green assistant secretary in the Treasury department, will be responsible for the government's purchasing of billions of dollars of bad assets from banks and other financial agencies. His career has been a short one. Personal Life • Kashkari grew up in Stow, Ohio, an Akron suburb. • He comes from a family of scientists. • Accordingly, Kashkari also studied science, getting his masters in engineering from the University of Illinois, Urbana-Champaign • He and his wife Minal live in Silver Spring, Maryland, with their dog Winslow. Career • Neel's first job was as an aerospace engineer at TRW, where he worked on technology for NASA projects such as the Webb Space Telescope, which is due to replace the Hubble. • He decided to change careers and go to Wharton Business School at the University of Pennsylvania. Notable Quotes

Nébuleuse Rothschild Soros L'affaire Cahuzac n'en finit plus de faire des vagues en France et même au-delà puisqu'elle dévoile tous les liens imbriquant cette gigantesque machine à "nettoyer" des masses d'argent énormes. Cette masse d'informations provient d'une gigantesque base de données de 260 gigabits (!!) recueillies soi-disant en 15 mois par des journalistes scrupuleux et honnêtes. Le Offshore leaks et les services de renseignement. Le capital offshore est beaucoup plus important que le capital visible! La mise à disposition d'une telle masse d'informations n'est pas une première puisque nous avons eu droit au Wikileaks et dernièrement au Vaticanleaks. Qui sont les initiés? Dans l'affaire Offshore leaks qui nous intéresse, les grands initiés sont les médias occidentaux choisi rubis sur ongles pour diffuser ces infos. D'où provient Offshoreleaks? Comme nous le dit précisément et avec acuité JM Vernochet géopolitique français 8 : De Soros à lord Rohtschild. La nébuleuse Rohtschild-Soros Un pion débranché...

Lawrence Summers Lawrence Henry "Larry" Summers (born November 30, 1954) is an American economist who is President Emeritus and Charles W. Eliot University Professor of Harvard University.[2] Born in New Haven, Connecticut, Summers became a professor of economics at Harvard University in 1983. He left Harvard in 1991, working as the Chief Economist at the World Bank from 1991 to 1993. Following the end of Clinton's term, Summers served as the 27th President of Harvard University from 2001 to 2006. Family and education[edit] Summers was born in New Haven, Connecticut, on November 30, 1954, into a Jewish family, the son of two economists, Robert Summers (who changed the family surname from Samuelson) and Anita Summers (of Romanian-Jewish ancestry), who are both professors at the University of Pennsylvania. At age 16,[3] he entered the Massachusetts Institute of Technology (MIT), where he originally intended to study physics but soon switched to economics (S.B., 1975). Career[edit] Academic economist[edit]

Plan accepté Un travailleur devant le siège de la Bourse de New York. Photo : PC/AP Photo/Richard Drew À Washington, les membres de la Chambre des représentants ont approuvé, vendredi, le plan de sauvetage de l'économie de 700 milliards de dollars. Une première mouture du plan avait été rejetée lundi, ce qui avait fait plonger les marchés boursiers. La Chambre des représentants approuve le plan de sauvetage de 700 milliards de dollars. Le plan du secrétaire au Trésor, Henry Paulson, avait déjà été adopté par une forte majorité de sénateurs, mercredi, après que certaines modifications y eurent été apportées. Lundi, la Chambre des représentants avait défait le projet de loi par 228 voix contre 205. Dans une courte déclaration faite depuis la Maison-Blanche, le président George W. Le président Bush a soutenu qu'il demeurait un « chaud partisan » du libre marché, mais que, confronté à la situation actuelle, son gouvernement devait agir. Les Bourses reculent Forte baisse de la Bourse de Tokyo.

About the ICIJ The International Consortium of Investigative Journalists is an active global network of 160 reporters in more than 60 countries who collaborate on in-depth investigative stories . Founded in 1997, ICIJ was launched as a project of the Center for Public Integrity to extend the Center’s style of watchdog journalism, focusing on issues that do not stop at national frontiers : cross-border crime, corruption, and the accountability of power . Backed by the Center and its computer-assisted reporting specialists, public records experts, fact-checkers and lawyers, ICIJ reporters and editors provide real-time resources and state-of-the-art tools and techniques to journalists around the world. Our advisory committee consists of some of the biggest names in investigative journalism : Bill Kovach, Rosental Calmon Alves, Phillip Knightley, Gwen Lister, Goenawan Mohamad, Reginald Chua and Brant Houston. Why we exist The need for such an organization has never been greater. What we do Who we work with

Lawrence Summers Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Summers. Lawrence Henry Summers Politiquement, il fut le 71e secrétaire au Trésor des États-Unis de 1999 à 2001 dans l'administration Clinton. Membre de l'équipe de transition du président-élu Barack Obama, ce dernier l'a choisi pour être le chef du Conseil économique national, un organe du Bureau exécutif du président des États-Unis, fonction qu'il a quittée en 2010. Il était l'un des candidats pressentis pour être le successeur de Ben Bernanke à le tête de la Réserve fédérale des États-Unis en janvier 2014, mais c'est finalement Janet Yellen qui a été nommée. Situation familiale et éducation[modifier | modifier le code] A l'âge de 16 ans, il entre au Massachusetts Institute of Technology, pour étudier la physique mais change très vite pour l'économie. Summers est père de trois enfants (des jumelles, Ruth et Pamela et un fils Harry) avec sa première femme, Victoria Perry. Carrière[modifier | modifier le code]

Crise financière: retour sur le week-end qui aurait pu tout changer Six ans après le début de la crise financière, le New York Times consacre un long article au week-end qui a peut-être tout changé: celui des 13 et 14 septembre 2008, quand a été prise la décision de laisser tomber la banque d’affaires Lehman Brothers. Le quotidien américain a interviewé d'actuels et d'anciens cadres de la Fed, la banque centrale américaine. Leur vision des choses diffère de celle des hommes au pouvoir à l’époque: le président de la Fed Ben Bernanke, le secrétaire au Trésor de George W. Bush Henry Paulson et le président de la Fed de New York Timothy Geithner, qui allait succéder à Paulson auprès de Barack Obama. Selon ces cadres cités anonymement, Lehman Brothers se serait retrouvée «solvable, de justesse» (contrairement à ce qu’affirmaient, notamment, ses concurrentes de Wall Street) en cas de plan de sauvetage. Partagez cet article

La mafia lit le Financial Time & le Wall Street Journal Voilà ce qu’écrivait Denis Robert dans « une affaire personnelle » sorti en avril dernier... Parmi les sociétés qui ont réalisé le plus de bénéfices en une trentaine d’années, on trouve d’abord des banques. La magazine Forbes a établi en 2007 le Hit Parade des sociétés mondiales cotées en Bourse. Les critères du palmarès étaient les bénéfices. On mesure ici la rentabilité et non le chiffre d’affaires qui n’indique que la masse. Les banques sont le fleuron du capitalisme. La banque, l’argent ne lui coûte rien. Elle le fabrique et le revend. Les banquiers se sont partagé la planète. Les banques vendent aux gogos leur capacité à faire gagner de l’argent. Pourtant à la seconde où un citoyen remet à son banquier ce qui lui appartient, ces dépôts deviennent, par une loi mécanique, un emprunt pour la banque. Les banquiers se servent de nos économies pour spéculer sur les marchés et inventer, avec la complicité des traders et autres dealers, de nouveaux produits de plus en plus pointus.

Alan Greenspan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alan Greenspan Alan Greenspan (né le à New York), économiste de formation, a été le président de la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, du au . Spécialiste de la politique monétaire intérieure des États-Unis, sa gestion du krach d'octobre 1987 et de l’inflation pendant son mandat est reconnue. Louant sa grande expérience, les médias l'ont appelé « l'économiste des économistes », ou le « Maestro »[1], au regard de l'engouement des années 1990 pour la technologie, qu'il a favorisé. Biographie[modifier | modifier le code] Alan Greenspan a grandi à Manhattan (New York) dans le quartier de Washington Heights. En 1943, diplômé du George Washington High School, il échappe à la conscription pour des raisons médicales et, repoussant l'entrée à l'université, passe deux années comme musicien professionnel dans le groupe de Henry Jérôme[4]. Il a été un ami de Ayn Rand et se définit républicain libertarien[13]. ↑ N.

Related: