background preloader

Post-humain

Post-humain
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le post-humain ou posthumain est un concept issu notamment des champs de la science-fiction, de l'art contemporain et de la philosophie. L'apparition du concept de post-humain est étroitement lié au développement des nouvelles technologies après la Seconde Guerre mondiale, et des biotechnologies en particulier. Le transhumanisme est un courant de pensée qui appelle de ses vœux l'avènement d'une posthumanité radicale, peut-être appelée à s'installer progressivement, ou à surgir très rapidement et de manière imprévue pour le plus grand nombre par le biais d'une singularité technologique. Le philosophe Peter Sloterdijk, dans ses Règles pour le parc humain, évoque l'idée et la rejette en recommandant à l'homme de « conserver son statut arriéré » dans des limites fixées par lui-même, pour continuer à vivre dans un monde où la technologie étend son pouvoir impersonnel. Liens[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Related:  Post humainSavoir

Bienvenue dans le monde posthumain ! Ce ne sont ni des Dr Folamour, ni des scientologues farfelus, ils sont chercheurs en biologie cellulaire à Harvard, pionniers de l'intelligence artificielle au Massachusetts Institute Of Technology (MIT) ou neurobiologistes à l'Institut Pasteur, et, pourtant, quand on lit leurs témoignages, on doit souvent se pincer. L'hybridation de l'humain et de l'animal ? D'ores et déjà acquise. L'utérus artificiel susceptible de faire naître des enfants «hors mère» comme on parle de culture hors sol ? Seule une espèce de frisson d'horreur mondial a provisoirement permis de stopper les expérimentations déjà très poussées de l'endocrinologue Helen Hung-Ching Liu en 2002. Auteurs de cette enquête unique en son genre, Roger-Pol Droit, philosophe et chroniqueur au Monde, et Monique Atlan, journaliste ayant notamment collaboré à Sciences et avenir, sont allés à la rencontre de tout le gotha scientifique et intellectuel mondial pour comprendre l'ampleur et la portée des mutations en cours. Humain.

Web des données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Cela permet d'interroger automatiquement les données, quels que soient leurs lieux de stockage, et sans avoir à les dupliquer[1]. Tim Berners-Lee, directeur du W3C, a inventé et défini le terme Linked Data et son synonyme Web of Data au sein d'un ouvrage portant sur l'avenir du Web sémantique[2]. Principes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Les Bernardins passent le post-humanisme à la question La scène a de quoi surprendre. Casques de réalité virtuelle (VR) vissés sur la tête, plusieurs dizaines de visiteurs s’étaient rassemblés mardi 16 février sous la nef gothique du Collège des Bernardins pour une soirée hommage à Philip K. Dick. Autour du thème « Sommes-nous des hommes-machines ? », la vénérable institution catholique du 5ème arrondissement de Paris orchestrait une plongée dans les mondes techno-prophétiques du pape de la science-fiction, avec la projection en avant-première du documentaire Les Mondes de Philip K. Pour explorer mondes alternatifs et réalité virtuelle dans le concret, une armada d’écrans avait pris place sous les croisées d’ogives pour permettre au public de se mettre dans la peau d’un écrivain parano avec le jeu Californium ou découvrir en mode Oculus les univers parallèles de K. Homo numericus version catho 3.0 «Le numérique n’est pas qu’une technologie, mais une nouvelle forme d’humanisme.»Milad Doueihi, théoricien et co-titulaire de la chaire

Cyborg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ne doit pas être confondu avec Androïde. Le terme s'emploie surtout en science-fiction ou en futurologie ; utiliser le terme pour des personnes ayant reçu des prothèses, dans le monde contemporain, peut parfois être perçu comme de mauvais goût par les intéressés[1]. Étymologie et utilisation du terme[modifier | modifier le code] « Cyborg » est un mot d'origine anglaise, contraction de « cybernetic organism » (organisme cybernétique). Le terme « cyborg » a été popularisé par Manfred Clynes (en) et Nathan S. Principe et origine[modifier | modifier le code] La cybernétique étant l'étude exclusive des échanges, un organisme pourrait être qualifié de cybernétique dès lors qu'il effectue un échange efficace pour une tâche donnée, mais le terme cyborg sous-entend en plus qu'il ne s'agit pas (uniquement) d'un organisme naturel. La cybernétique est un principe scientifique formalisé par Norbert Wiener en 1948. Représentation[modifier | modifier le code]

Humanisme, transhumanisme, posthumanisme Par des raccourcis grossiers, on peut considérer que l'humanisme est un courant culturel originaire d'Italie qui s'est développé en Europe à la période de la renaissance (~ du 14ème au 16ème siècle). Ce courant part du principe que les capacités intellectuelles de l'homme sont potentiellement illimitées, qu'il faut vulgariser de tous les savoirs, dont le religieux, pour que l’individu, correctement instruit, reste libre et pleinement responsable de ses actes dans la croyance de son choix. La théorie humaniste classique a ainsi prôné les notions de liberté, de libre arbitre, de tolérance, d’indépendance, d’ouverture et de curiosité d'esprit. Planche de dessin d’un système Hydraulique imaginé par Léonard / Dessins à l’encre sur velin, 1480-1482 © Codex Atlanticus, Bibliothèque Ambrosienne, Milan, Italie. Une allocution durant l'université de la singularité Le posthumain est un concept issu notamment des champs de la littérature, de l'art contemporain et de la philosophie. Réflexions Fictions

Système expert Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. D'une manière générale, un système expert est un outil capable de reproduire les mécanismes cognitifs d'un expert, dans un domaine particulier. Il s'agit de l'une des voies tentant d'aboutir à l'intelligence artificielle. Plus précisément, un système expert est un logiciel capable de répondre à des questions, en effectuant un raisonnement à partir de faits et de règles connus. Il peut servir notamment comme outil d'aide à la décision. Un système expert se compose de 3 parties : une base de faits,une base de règles etun moteur d'inférence. Le moteur d'inférence est capable d'utiliser faits et règles pour produire de nouveaux faits, jusqu'à parvenir à la réponse à la question experte posée. La plupart des systèmes experts existants reposent sur des mécanismes de logique formelle (logique aristotélicienne) et utilisent le raisonnement déductif. Il faut maintenir une certaine cohérence de l'ensemble des règles: Portail de l'informatique théorique

Quand l’humanité diverge : la spéciation des posthumains – Intelligence Artificielle et Transhumanisme PostHumains : frontières, évolutions, hybridités, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 205-224. (initialement publié le 6 décembre 2015, l’introduction est disponible en PDF, ainsi que la table des matières PDF). Elaine Després, Université de Montréal, Département des littératures de langue française, Post-Doc. lire la suite, télécharger le PDF La multiplication des espèces : spéciation et divergence Les temps de l’évolution Les limites de la variabilité ou le bricolage du vivant Homme de souche, homme nouveau L’écologie des spéciations posthumaines Bibliographie « … l’humanité survivra-t-elle à la prochaine spéciation ? J'aime : J'aime chargement… Sur le même thème Quelle médecine pour l’homme augmenté ? Étude des enjeux philosophiques de l’anthropotechnie. Dans "Critiques - Réflexions" Infléchir le futur ? Vincent Guérin, International Psychology, Practice and Research, 6, 2015 Résumé : Comment le transhumanisme oriente-t-il notre futur ? Le transhumanisme en question - Radio Courtoisie

Moteur d'inférence Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un moteur d'inférence (du verbe « inférer » qui signifie « déduire ») est un logiciel correspondant à un algorithme de simulation des raisonnements déductifs. Un moteur d'inférence permet aux systèmes experts de conduire des raisonnements logiques et de dériver des conclusions à partir d'une base de faits et d'une base de connaissances. Les moteurs d'inférences peuvent implémenter : une logique formelle d'ordre 0 (logique des propositions), d'ordre 0+, d'ordre 1 (logique des prédicats) ou d'ordre 2 avecune gestion d'hypothèses monotone ou non monotone,un chaînage avant, chaînage arrière ou mixte,une complétude déductive ou non. Historique[modifier | modifier le code] Les premiers moteurs d'inférences sont nés dans les années 1960 dans la communauté des chercheurs en informatique, notamment lors du lancement du programme de recherche américain sur le GPS (General Problem Solver). Exemples de moteurs d'inférence[modifier | modifier le code]

Les rivages post-humains C'est le legs de Prométhée : l'homme, sans griffes, sans crocs, sans poils, sans force, reçoit en compensation le feu sacré du savoir qui lui permet de s'augmenter - et, du premier propulseur au dernier ordinateur, nous ne nous en sommes pas privés. C'est le legs de toutes les Genèses : de l'Enkidou de Gilgamesh à l'Adam du Livre, l'homme est une créature façonnable, de la glaise pour les dieux, et plus tard pour les savants de fiction qui s'arrogent leur pouvoir, du docteur Frankenstein au rabbin Loew, inventeur du golem. Alors que la planète peine sous le poids des transformations d'origine humaine, il semble que nous soyons sur le point de toucher l'essentiel de ces deux héritages. Sur le point de nous augmenter comme jamais. Anthropotechnie : aujourd'hui apparaissent des dispositifs qui permettent d'augmenter les capacités de nos corps, sains ou souffrants. On dirait un rêve ou un cauchemar, n'est-ce pas ? Le meilleur des mondes Les robots auront-ils le droit de nous dire non ?

Heuristique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : heuristique, sur le Wiktionnaire L'heuristique (du grec ancien εὑρίσκω, eurisko, « je trouve »[1]), parfois orthographiée euristique, est un terme de didactique qui signifie « l'art d'inventer, de faire des découvertes »[2]. Voir aussi[modifier | modifier le code] Sérendipité Notes et références[modifier | modifier le code] Tout savoir sur les neurosciences Afficher le sommaire Tout savoir sur les neurosciences Dans cette page, j'ai regroupé des sites pour savoir tout (ou presque) sur les neurosciences, l'imagerie médicale, la neuroanatomie, la neurophysiologie, la neurobiologie cellulaire et moléculaire. Système limbique et amygdale La mémoire émotionnelle peut être aussi bien déclarative (consciente) que non-déclarative (inconsciente). On peut avoir peur des serpents. Les recherches récentes ont revisité une voie que l'on nomme circuit de Papez ( infos). Les réactions émotionnelles dépendent de plusieurs structures cérébrales dont l'amygdale, qui fait partie du système limbique ( infos). L'amygdale, région anatomique en forme d'amande (d'oà son nom), est située dans le lobe temporal interne ( infos). Sa lésion provoque une perturbation notable de la mémoire émotionnelle, en préservant les autres mémoires. infos). Les stimuli émotionnels importants sont transmis à l’amygdale par deux voies ( infos) : infos). infos -), plus le souvenir est tenace. infos)

Blue Brain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le projet Blue Brain, littéralement « cerveau bleu », a pour objectif de créer un cerveau synthétique par processus de rétroingénierie. Fondé en mai 2005 à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse, ce projet étudie l'architecture et les principes fonctionnels du cerveau. Objectifs[modifier | modifier le code] En 2002, Henry Markram s'installe à l'EPFL ; en 2005, il convainc IBM de constituer une équipe internationale de 35 informaticiens, mathématiciens, biologistes et physiciens. Cette reconstitution virtuelle d'une colonne corticale, c'est-à-dire l'unité de base du cortex constituée de milliers de neurones, a permis d'identifier 240 types de neurones[1]. Progrès[modifier | modifier le code] Selon Markram, le premier cerveau virtuel de mammifère serait disponible vers 2018. « Chaque année, il y a 35000 publications en neurosciences. Technologies[modifier | modifier le code] Financements[modifier | modifier le code]

10 techniques de manipulation des masses Malgré le fait que ce texte ait crée une polémique autour de son auteur (en premier lieu attribué à Noam Chomsky) avant de découvrir que l’auteur serait enfaîte Sylvain Timsit, les « techniques de manipulations des masses » dévoilés dans ce texte méritent de s’y attarder. 1/ La stratégie de la distraction Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. 3/ La stratégie de la dégradation Source:

Non, le monde n’est pas régi que par les rapports de force. Etudes à l’appui Dans son livre « l’Âge de l’empathie », Frans de Waal met la coopération au cœur de l’évolution des espèces et ouvre des perspectives passionnantes sur la nécessaire solidarité dans nos sociétés. Il etaye sa théorie avec son expérience sur le terrain, ses recherches en anthropologie, psychologie, comportement animal et neurosciences, ses expériences en laboratoire sur les chimpanzés, les bonobos et les singes capucins – ainsi que sur les dauphins et les éléphants. Expériences que je vous relaterai un peu plus loin. Pour justifier une politique basée sur la loi du plus fort, nos décideurs s’appuient sur de faux principes de biologie. Frans de Waal montre également que de nombreux animaux sont prédisposés à prendre soin les uns des autres, à s’entraider et, dans certains cas, à se mobiliser pour sauver la vie des autres. Cette résonance aux émotions est une réaction automatique sur laquelle nous avons peu de contrôle. L’empathie du point de vue des neurosciences À voir, en complément :

Related: