background preloader

WIKIPEDIA Post-humain

WIKIPEDIA Post-humain
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le post-humain ou posthumain est un concept issu notamment des champs de la science-fiction, de l'art contemporain et de la philosophie. L'apparition du concept de post-humain est étroitement lié au développement des nouvelles technologies après la Seconde Guerre mondiale, et des biotechnologies en particulier. Suite à l'invention de l'informatique, la cartographie génétique de l'ADN humain, parallèlement à celle d'autres espèces vivantes, a opéré un décentrement comparable à ceux opérés par Copernic et par Darwin. Dans les deux cas, le rapport de l'homme au monde s'est toujours fait avec un « amoindrissement » de ce dernier au sein du macrocosme, corollaire d'un « désenchantement » du monde dans lequel il était habitué à vivre. Dans Particules élémentaires, de Michel Houellebecq, le narrateur est le dernier homme, qui rédige son récit avant l'avènement des machines, résultat du choix conscient d'une humanité parvenue à son terme. Related:  Post humainSavoir

Comments sur "Humain, post-humain" de Dominique Lecourt Dominique Lecourt, Humain, post-humain. P.U.F., Histoire et société, avril 2003. Comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, « La technique et la vie », Dominique Lecourt se propose de repenser le rapport de la technique et de la vie, et cela, dans l’horizon d’une problématique éthique et normative. D’où les grands débats actuels autour de l’éthique biomédicale, de l’eugénisme, du clonage, etc. : l’intervention technique sur la vie, en tant qu’elle est de nature à la dénaturer, est-elle morale ? Deux raisons à cette peur : la progression hallucinante des sciences biologiques et de leurs applications médicales bouleverse totalement nos idées sur la technique d’une part, et sur la “nature humaine” d’autre part. Or, c’est précisément sur ce point qu’intervient Lecourt, non plus en tant qu’historien, mais en tant que philosophe : cette idée de rattacher la morale à un fondement Absolu est « illusoire » (p. 53).

Bienvenue dans le monde posthumain ! Ce ne sont ni des Dr Folamour, ni des scientologues farfelus, ils sont chercheurs en biologie cellulaire à Harvard, pionniers de l'intelligence artificielle au Massachusetts Institute Of Technology (MIT) ou neurobiologistes à l'Institut Pasteur, et, pourtant, quand on lit leurs témoignages, on doit souvent se pincer. L'hybridation de l'humain et de l'animal ? D'ores et déjà acquise. L'utérus artificiel susceptible de faire naître des enfants «hors mère» comme on parle de culture hors sol ? Auteurs de cette enquête unique en son genre, Roger-Pol Droit, philosophe et chroniqueur au Monde, et Monique Atlan, journaliste ayant notamment collaboré à Sciences et avenir, sont allés à la rencontre de tout le gotha scientifique et intellectuel mondial pour comprendre l'ampleur et la portée des mutations en cours. Une vision apaisante qui ne semble guère rassurer le sociologue Marcel Gauchet, convaincu qu'une «rupture anthropologique» fondamentale a déjà eu lieu. Humain.

Le projet Google est-il totalitaire ? - Idées C’est une mort qui est passée quasi inaperçue, celle d’un ancien géant du net, devenu quantité négligeable : en juillet dernier, Altavista cessait toute activité. Il y a quinze ans, Altavista était pourtant le moteur de recherche le plus prisé du web, car le plus performant. Oui mais voilà, il y a quinze ans, Google n’existait pas, ou si peu. 50 milliards de dollars de chiffres d’affaires annuel : c’est le poids économique d’une firme devenue tentaculaire, dominant largement le marché des moteurs de recherche donc de l’information, mais aussi celui de la vidéo avec Youtube, de la téléphonie mobile avec son système d’exploitation Androïd, de la cartographie avec Google maps et Google Earth…sans compter les révolutions à venir dans l’automobile, la vision augmentée, la longévité humaine... Vincent Puren, Gilles Babinet et Ariel Kyrou JCF © Radio France Bien plus qu’une simple entreprise, Google est devenu un acteur politique. Suivez-nous aussi sur :

Web des données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Tim Berners-Lee, directeur du W3C, a inventé et défini le terme Linked Data et son synonyme Web of Data au sein d'un ouvrage portant sur l'avenir du Web sémantique[2]. Principes[modifier | modifier le code] Tim Berners-Lee a défini quatre piliers pour soutenir l'initiative « Web des données » : Notes et références[modifier | modifier le code] Références :

Johann Roduit: L'homme qui voulait devenir cyborg: conférence transhumaniste Conférence « Global Future 2045 » LINCOLN CENTER, NEW YORK. Le temps d'un week-end, la ville qui ne dort jamais a rêvé de devenir immortelle. A Manhattan du 15 au 16 juin 2013, on pouvait assister à la conférence « Global Future 2045 : vers une nouvelle stratégie pour l'évolution humaine » (voir également le slideshow ci-dessous). Au sein du prestigieux Lincoln Center était réuni tout le gratin du transhumanisme anglophone. Comme orateurs, nous pouvions entendre, entre autres, Ray Kurzweil, Anders Sandberg, Peter Diamandis, Ben Goertzel et Natasha Vita-More. Les deux jours furent donc bien chargés avec l'intervention d'une vingtaine d'orateurs, tous spécialistes dans leur domaine. Dans les couloirs du Lincoln Center, on pouvait également rencontrer le robot du Dr. Les deux jeunes suisses que nous sommes avions parfois l'impression d'évoluer dans un monde parallèle, en même temps que de rencontrer bien des humains tout à fait humains, avec ou sans prothèse. Créer notre futur

POST-HUMAIN A.KAHN versus JM.BESNIER Une image critique de la revue Adbusters (DR) NEWS NEWS NEWS Le philosophe Jean-Michel Besnier, membre du comité d’éthique de l’INRA, vient de publier « Demain les post-humains » (Hachette-Littératures), où il prend acte de l’apparition chez les scientifiques, suite à la littérature et la science-fiction, très friandes du thèmes depuis toujours, d’un intérêt pour la post-humanité - une humanité qui échapperait aux lois de l'évolution. N'a-telle pas commencé en pratiquant la fécondation in vitro, la procréation assistée, la contraception ? Un corps nouveau protégé et assisté par les machines, un post humain transformé par les biotechnologies n'est-il pas en gestation. En attendant le cyborg, résistant demain à la dureté de la vie sur une Terre irrémédiablement polluée, - ou encore un "transhumain", une nouvelle créature qui ne serait presque plus humaine, dont seul l'esprit survivrait. I- ENTRETIEN avec AXEL KAHN La peur du cyborg déshumanisé (DR) Un "Manimal" par l'artiste Daniel Lee (DR)

Les Bernardins passent le post-humanisme à la question La scène a de quoi surprendre. Casques de réalité virtuelle (VR) vissés sur la tête, plusieurs dizaines de visiteurs s’étaient rassemblés mardi 16 février sous la nef gothique du Collège des Bernardins pour une soirée hommage à Philip K. Dick. Autour du thème « Sommes-nous des hommes-machines ? Pour explorer mondes alternatifs et réalité virtuelle dans le concret, une armada d’écrans avait pris place sous les croisées d’ogives pour permettre au public de se mettre dans la peau d’un écrivain parano avec le jeu Californium ou découvrir en mode Oculus les univers parallèles de K. Homo numericus version catho 3.0 Pour inédite qu’elle soit dans un haut lieu de la pensée catholique, la séance k-dickienne n’était-elle qu’un prétexte pour aborder l’épineuse question du post-humanisme et la passer au crible de l’éthique chrétienne ? «Le numérique n’est pas qu’une technologie, mais une nouvelle forme d’humanisme.»Milad Doueihi, théoricien et co-titulaire de la chaire Au défi de la collégialité

La science contre la mort : vers l'humain 2.0 ? "Nul ne peut anticiper les effets d’un bricolage incontrôlable du génome humain !" C’est le cri d’alerte lancé par le docteur Israël Nisand. Dans son essai "Où va l’humanité ?" (Editions LLL), il met en garde contre les possibilités de fabriquer, hors de toute gouvernance mondiale, un humain augmenté par la technologie. Fantasme ? Non : la science livre depuis toujours un combat intense contre la maladie et la mort. Pour les "transhumanistes" américains - techno-prophètes soutenus par de puissants lobbies industriels - notre patrimoine génétique ou ADN est une information comme une autre, que l’on peut sans tabou, copier, éditer voire réécrire. La suite après cette publicité "Notre cerveau n’est pas un disque dur" Evidemment, tout n’est pas si simple : l’homme n’est ni un logiciel, ni une usine. Merci, votre inscription a bien été prise en compte.

Cyborg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ne doit pas être confondu avec Androïde. Le terme s'emploie surtout en science-fiction ou en futurologie ; utiliser le terme pour des personnes ayant reçu des prothèses, dans le monde contemporain, peut parfois être perçu comme de mauvais goût par les intéressés[1]. Étymologie et utilisation du terme[modifier | modifier le code] « Cyborg » est un mot d'origine anglaise, contraction de « cybernetic organism » (organisme cybernétique). Le terme « cyborg » a été popularisé par Manfred Clynes (en) et Nathan S. Principe et origine[modifier | modifier le code] La cybernétique étant l'étude exclusive des échanges, un organisme pourrait être qualifié de cybernétique dès lors qu'il effectue un échange efficace pour une tâche donnée, mais le terme cyborg sous-entend en plus qu'il ne s'agit pas (uniquement) d'un organisme naturel. La cybernétique est un principe scientifique formalisé par Norbert Wiener en 1948. Représentation[modifier | modifier le code]

Augmenter les capacités humaines. État des lieux et perspectives technologiques Revue futuribles, n° 399, mars 2014 Augmenter les capacités humaines. État des lieux et perspectives technologiques Dans le dernier numéro de Futuribles de l’année 2013, Jean-Michel Besnier analysait l’idéologie des transhumanistes et les différentes visions du « posthumain » que ceux-ci tendaient à promouvoir ; et Adrien Marck et ses coauteurs posaient, dans un autre article, la question d’éventuelles limites à l’humanité, en termes de ressources mais aussi en termes de performances physiques. L’humain est-il donc voué à stagner ou va-t-il « muter » sous l’effet d’innovations technologiques toujours plus pointues ? Commander le numéro entier au format PDF. Commander le numéro entier au format papier. Notre site est en cours d’évolution. Vous pouvez aussi :

POST-HUMAIN dans "mauvais esprit" La police scientifique collecte des indices sur une scène de crime (DR) NEWS NEWS NEWS Les enquêteurs de la police scientifique sont les nouveaux héros des séries américaines - "Les Experts" - et françaises - RIS Police scientifique. Chaque semaine une analyse ADN fait la Une, comme on l'a vu avec les traces trouvées cet automne sur l'enveloppe des ou du corbeau de l'affaire Grégory puis pendant la cavale de Jean-Pierre Treiber… Mais comment travaille la véritable politique scientifique française ? 1- Où nous assistons au tour d’horizon matinal du laboratoire de police scientifique de Marseille -Nous avons des traces capillaires dans la 4522, l’affaire du vol avec séquestration de personnes âgées. Café en main, la responsable de la section «Biologie» ouvre la discussion dans une petite pièce basse. -Il faut essayer de traiter en priorité. Ce matin-là, 16 dossiers et 58 scellés sont arrivés pour la seule biologie, transmis par des services de police pressés. (suite…)

Humanisme, transhumanisme, posthumanisme Par des raccourcis grossiers, on peut considérer que l'humanisme est un courant culturel originaire d'Italie qui s'est développé en Europe à la période de la renaissance (~ du 14ème au 16ème siècle). Ce courant part du principe que les capacités intellectuelles de l'homme sont potentiellement illimitées, qu'il faut vulgariser de tous les savoirs, dont le religieux, pour que l’individu, correctement instruit, reste libre et pleinement responsable de ses actes dans la croyance de son choix. La théorie humaniste classique a ainsi prôné les notions de liberté, de libre arbitre, de tolérance, d’indépendance, d’ouverture et de curiosité d'esprit. Planche de dessin d’un système Hydraulique imaginé par Léonard / Dessins à l’encre sur velin, 1480-1482 © Codex Atlanticus, Bibliothèque Ambrosienne, Milan, Italie. Une allocution durant l'université de la singularité Le posthumain est un concept issu notamment des champs de la littérature, de l'art contemporain et de la philosophie. Réflexions Fictions

Avec Calico, Google veut s'attaquer à la vieillesse et à la maladie Le géant de la recherche sur Internet veut repousser les limites de l'espérance de vie, même si les détails de son projet sont encore flous. Google a annoncé mercredi 18 septembre le lancement de Calico, une entreprise s'attaquant au défi "de l'âge et des maladies associées", a annoncé l'entreprise dans un communiqué. L'entreprise sera dirigée par Arthur Levinson, l'ancien patron de Genentech, un des pionniers des biotechnologies. "Ces problèmes nous affectent tous, de la diminution de notre mobilité et de notre agilité mentale qui surviennent avec l'âge, jusqu'à des maladies mortelles qui font payer un lourd tribu aux familles. "Google peut-il résoudre la mort ?" Pourquoi Google, qui domine outrageusement le marché de la recherche en ligne ou celui du système d'exploitation des smartphones, se lancerait-il dans un tel projet ? En outre, le géant de Mountain View est devenu depuis quelque temps coutumier des annonces iconoclastes et des projets d'envergure.

Système expert Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. D'une manière générale, un système expert est un outil capable de reproduire les mécanismes cognitifs d'un expert, dans un domaine particulier. Il s'agit de l'une des voies tentant d'aboutir à l'intelligence artificielle. Plus précisément, un système expert est un logiciel capable de répondre à des questions, en effectuant un raisonnement à partir de faits et de règles connus. Un système expert se compose de 3 parties : une base de faits,une base de règles etun moteur d'inférence. Le moteur d'inférence est capable d'utiliser faits et règles pour produire de nouveaux faits, jusqu'à parvenir à la réponse à la question experte posée. La plupart des systèmes experts existants reposent sur des mécanismes de logique formelle (logique aristotélicienne) et utilisent le raisonnement déductif. si P est vrai (fait ou prémisse) et si on sait que P implique Q (règle) alors, Q est vrai (nouveau fait ou conclusion). Historique[modifier | modifier le code]

Related: