background preloader

Les « booktubeurs », prescripteurs de lecture pour jeunes internautes

Les « booktubeurs », prescripteurs de lecture pour jeunes internautes
Des communautés de conseils de lecture en vidéos se démocratisent et, comme elles attirent les jeunes internautes, elles attirent à leur tour les maisons d’édition. LE MONDE | 30.06.2016 à 09h03 • Mis à jour le 30.06.2016 à 09h56 | Par Violaine Morin Une récente étude Ipsos pour le Centre national du livre (CNL) montre que non, les jeunes qui passent leur vie devant un écran ne lisent pas forcément moins qu’avant Internet. Ils lisent différemment. Entre autres relatives « nouveautés » commentées par le président du CNL, Vincent Monadé, le rôle des « booktubeurs », des lecteurs qui partagent sur Youtube leurs dernières trouvailles et leurs conseils de lecture. La tendance reste marginale – 5 % des jeunes interrogés (1 500 personnes entre 7 et 19 ans) disent avoir consulté au moins une fois une vidéo sur les livres – mais commence à se diriger vers le grand public. « Bookhaul », Marcel Proust et « unboxing » Les éditeurs ont bien compris combien ces nouvelles communautés pouvaient peser. Related:  BooktubingLecture-Ecriture et Numériquerecherche

Collégiens et adolescents retournent en librairie, grâce aux Youtubers par Jean-Philippe Delvaux, libraire ActuaLitté CC BY SA 2.0 Oui, culturels parce les ados citent à tout bout de champ leurs bons mots et autres gags comme nous entonnions les répliques du Père Noël est une ordure. Culturels, également, car ces stars du net sont à l’origine d’un véritable phénomène de librairie. Depuis un an, ces jeunes artistes se sont mis à écrire des livres et le succès a été immédiatement au rendez-vous. Cela a commencé en mai 2015 avec le livre de Marie Lopez, alias Enjoyphoenix, blogueuse spécialisée dans les conseils beauté pour ados, #Enjoymarie. Il y a eu ensuite la bande dessinée de Cyprien, auteur de gags racontant la vie des ados et moquant les parents sur Youtube, Roger et ses humains, paru à l’automne dernier et réimprimé en urgence pendant les fêtes pour pouvoir répondre à une demande inattendue… c’était le cadeau de Noël incontournable de l’année ! "Au départ les libraires n’y croyaient pas, moi le premier" Et puis est-ce si léger que cela ?

8 ateliers d’écriture à Marseille – SCRIPTEO Plusieurs ateliers d’écriture existent à Marseille, pourtant, quand on en cherche un, on peine parfois à trouver des pistes. En voici 8 à découvrir en cette fin de saison ou dès septembre prochain. Pourquoi participer à un atelier d’écriture ? Pour explorer une thématique ou un genre proposé par l’animateur de l’atelier.Pour ouvrir des voies dans son propre parcours d’écrivant.Pour produire du matériau dont on se resservira dans un écrit plus personnel.Pour partager des retours sur les textes qu’on lit et qu’on écoute.Pour être conseillé par un spécialiste.Pour découvrir et s’immerger dans des univers d’auteurs. Les ateliers d’écriture de Peuple & Culture Marseille Peuple et culture Marseille est une association culturelle d’éducation travaillant autour de la littérature et du cinéma documentaire. Tarif : gratuité ou participation de 10 euros (comprenant l’adhésion) | En savoir plus sur les ateliers d’écriture de Peuple & Culture Marseille. Les ateliers d’écriture de La Plume et l’image

Ersilia : Penser le monde en images Fruit d’une recherche de 3 ans menée par l’équipe du Bal/La Fabrique du Regard, nourrie par 8 ans d’expérience sur le terrain avec 900 enseignants, 16 000 jeunes et plus de 300 artistes, la plate forme Ersilia veut "penser en images un monde d’images et établir des liens entre différents types d’images (art, presse, science, publicité, etc.) issues de différents contextes (presse, internet, musée, salle de projection, espace public, etc.)". Ersilia propose des ressources inédites pour "saisir les enjeux et profonds bouleversements qui traversent notre société. Pourquoi, pour qui, dans quels contextes les images sont-elles produites ? Comment sont-elles diffusées et reçues? Comment changent-elles notre façon de voir le monde ?" L'application est dédiée aux élèves du second degré (collégiens et lycéens), aux enseignants et aux artistes dans un contexte pédagogique. Ersilia Présentation

Des Youtubeurs à la bibli : la vulgarisation sur le web & les bibliothèques | Doc@Rennes En octobre 2015, la bibliothèque de Rennes a organisé un évènement autour de la vidéo, des créateurs de contenus et de la vulgarisation sur le web. La bibliothèque Cleunay a d’abord accueilli un stage de deux jours proposant à des pré-ados de s’initier à la création de vidéo, puis une table ronde avec Axolot, Nota Bene et Metalliquoi, qui a rassemblé 200 visiteurs lors d’une soirée qui nous a beaucoup marquée ! Ce bilan vous propose un retour sur l’évènement, et pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur la façon dont nous l’avons organisé, les détails et ce que nous avons appris de l’expérience. Deux jours autour de la vidéo à Cleunay Les 20 et 21 octobre 2015, la bibliothèque Cleunay s’est plongée dans l’univers de la vidéo sur Internet. Le 21 octobre, nous avons organisé une table ronde suivie d’une séance de dédicaces avec trois Youtubeurs qui créent des contenus de vulgarisation et sont assez connus dans leur milieu. La recette de Youtubib Des Youtubeurs à la bibli, pourquoi donc ?

Les ventes numériques de comics ne cannibalisent pas les ventes physiques (Ryan Hyde / CC BY-SA 2.0) « Les comics numériques séduisent une clientèle différente : soit située loin d’un magasin de bandes dessinées, ou qui ne veulent pas, pour des raisons d’espace, se constituer une grande bibliothèque physique » expliquait à CNBC John Jackson Miller, l’écrivain américain de science-fiction qui suit assidûment les ventes de bandes dessinées depuis près de 20 ans, et qui est à l’origine de cette étude de marché, et qui réalise des études du marché des comics books régulièrement via le site Comichron. Les résultats de cette étude de marché réalisée par le distributeur Diamond Comic montrent que les ventes de comics books sur l’année 2015 ont augmenté de 7,17 % par rapport à 2014, et auraient rapporté 579 millions $. Après étude de ces données, John Jackson Miller a même classé les comics en fonction de leur popularité à la vente, à l’année. Marvel éditeur dominant sur le marché, malgré une baisse des publications de comics en 2015

La fin du sublime ? La sublimation a vécu. La pulsion a trouvé un regain de toute-puissance dans un monde qui ne supporte aucune limite pour la satisfaire. Immédiateté, vitesse, fluidité appellent une société sans frustration ni délai. Freud définit la sublimation pour la première fois en 1905 pour rendre compte de ce qui nous porte à créer spirituellement et artistiquement, sans que cette activité n’ait de rapport apparent avec la sexualité. Ce que Freud a posé, c’est que la sublimation n’était pas l’envers de la répression, mais un agir, presque un instinct de beauté. Cette chronique est assurée en alternance par Sandra Laugier, Michaël Fœssel, Anne Dufourmantelle et Frédéric Worms. Anne Dufourmantelle Philosophe et psychanalyste

Le booktubeur et le bibliothécaire Un article du Figaro publié il y a quelques jours affirme que « les nouvelles idoles des jeunes ne sont plus à la télévision, mais sur Youtube. » Les youtubeurs sont ces internautes qui alimentent une chaîne Youtube consacrée à leurs passions. En France, on connait Norman, le Joueur du Grenier ou Rémi Gaillard (je me limite aux têtes de gondole). Le succès de leurs vidéos trouve de plus en plus d’échos dans le monde de l’édition. Le Figaro cite le cas de Zoe Sugg et Alfie Deyes, deux youtubeurs britanniques dont les livres ont fait de véritables cartons en librairie. Mais ce qui intéresse surtout les éditeurs, c’est le phénomène encore récent des booktubeurs : des lecteurs qui mettent en ligne des critiques de livres et qui peuvent être suivis, pour les plus populaires d’entre eux, par des dizaines de milliers d’abonnés. Qu’est-ce que les bibliothécaires peuvent retenir de ce phénomène ? Portrait robot du booktubeur Les booktubeurs forment un ensemble relativement homogène.

Mon collègue connecté : «Tweet a read», quand la magie s’invite en cours de français Il était une fois une professeure de français dont l’amour pour les livres n’avait d’égal que le plaisir de faire découvrir à ses élèves les trésors de la littérature. Malheureusement, lorsqu’elle interrogea sa classe de quatrième B pour savoir quelle place prenait la lecture parmi les activités de loisirs des collégiens, elle comprit très vite ô combien il serait ardu de mener à bien la mission qu’elle souhaitait se fixer cette année. Scapin, Argante, Léandre, Géronte et Hyacinthe ne pouvaient séduire l’esprit de la jeunesse que si cette dernière les y autorisait. Or Twitter, Facebook, YouTube et tous leurs petits compagnons savaient, mieux que quiconque, se parer d’atouts ensorceleurs prompts à hypnotiser ceux et celles qui ont le malheur d’y jeter un regard. Faire sa place Demeurait-t-il une place pour l’univers fantasque et bien plus déjanté qu’il n’y paraît des « Fourberies » ? Le tout était de se munir d’une stratégie bien sentie. Un repère qui se repère - Ah ouais ! - Ah oui ?

Bruno Devauchelle : Dans un monde numérique, ne jamais oublier de structurer ... L'environnement techno-cognitif qui est désormais celui de chacun de nous dans un monde envahi d'objets numériques, apparaît comme très peu organisé a priori pour l'utilisateur final. Alors qu'il est extrêmement organisé et planifié du côté technique (la forme), il semble l'être très peu du côté cognitif (le fond). A voir la difficulté croissante à rechercher, trouver, traiter l'information, et surtout la complexité à laquelle chacun est confronté dès lors qu'il tente d'apprendre de nouvelles connaissances, on sent bien qu'il y a un problème du côté de ce que nous allons nommer la "structuration". Chaque enseignant connaît l'intérêt de cette phase, mais elle est peu travaillée, en regard des autres phases de l'activité enseignante. Le changement de contexte informationnel et communicationnel pose justement à l'Ecole, la question de la structuration dans l’apprentissage. Transmettre est-ce permettre la structuration ? Dans un univers souple , la nécessaire structuration Bruno Devauchelle

C'est quoi un booktubeur ? Quand YouTube te fait aimer les livres Accueil » Actualités » C’est quoi un booktubeur ? Quand YouTube te fait aimer les livres C’est quoi un booktubeur (ou booktuber) ? Un passionné des livres et de la lecture qui aime partager ses découvertes sur YouTube. Comme tu l’as déjà deviné, booktubeur est un mot fabriqué à partir de book et de Youtubeur. Le phénomène, comme souvent, a démarré aux Etats-Unis avec des booktubeurs comme la très folle polandbananasBOOKS, mais aussi jessethereader ou katystatic. Le bouktubeur type présente la plupart du temps ses coups de cœur devant une bibliothèque bourrée de livres. Comme tu peux trouver de nombreux booktubeurs sur YouTube, il sera facile de faire ton choix selon tes goûts ! Mots-clés Articles sur le même sujet

Related: