background preloader

Estime de soi

Estime de soi
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Développement[modifier | modifier le code] Les expériences vécues par un individu durant sa vie développent l'estime de soi. Des expériences positives peuvent favoriser le regard porté sur soi-même, contrairement aux expériences négatives, qui défavorisent le regard porté sur soi-même. Durant les premières années dans la vie d'un enfant, les parents influencent significativement le développement de son estime de soi, qu'il soit positif et/ou négatif. Pendant les périodes scolaires, les notes représentent un facteur contribuant à l'estime de soi. L'éducation parentale joue également un rôle crucial dans le développement de l'estime de soi. Les bonnes expériences vécues durant l'enfance qui contribuent au développement d'une bonne estime de soi impliquent l'attention des autres, des paroles respectables, une attention et une affection appropriées, ainsi que la reconnaissance de tâches effectuées avec succès. Types[modifier | modifier le code]

Vérité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La vérité (du latin veritas, « vérité », dérivé de verus, « vrai »)[1] est la qualité de ce qui est vrai. C’est l’adéquation de l’idée, la pensée, avec son objet, adéquation de ce que l’on dit ou pense avec ce qui est réel. On distingue vérité et sincérité, cette dernière n’étant que la volonté de dire ce que l’on croit être vrai[2]. La diversité des interprétations du mot a engendré par le passé et jusqu’à maintenant bien des controverses et suscité de nombreuses « spéculations philosophiques »[4]. Vérité en Philosophie[modifier | modifier le code] Différents types[modifier | modifier le code] La vérité matérielle, qui est l'adéquation entre ce qui est et le jugement que l'on énonce dans une proposition : cette adéquation est validée par l'expérience. L'origine de l'idée de Vérité[modifier | modifier le code] Michel Foucault, dans ses cours au Collège de France[9] avait coutume de dire que la vérité n'est ni absolue, ni stable, ni univoque.

Quelles postures dans les pratiques d'accompagnement ? Les postures que nous adoptons en tant qu'accompagnants, dépendent bien évidemment de différents facteurs : des personnes accompagnées, individuellement ou en groupe, de l'alchimie relationnelle des deux partenaires, du champ dans lequel s'exerce l'activité, des objectifs fixés, et du style personnel des accompagnants qui renvoie à leur structure profonde. Sans oublier à l'horizon, les visées, puisque ce terme hyper-modernisé a remplacé les buts, les visions, les fins et qui chez Jacques Derrida deviennent même des visées de sens. Le croisement de ces différentes typologies déboucherait sur une infinité de combinaisons peu exploitables dans ce cadre. Ce qui apparaît, c'est que l'accompagnement renvoie dans la pratique à une palette de rôles évoluant sur des structures communes, quelles que soient les typologies des accompagnants, des accompagnés et des situations. Une communauté de sens La souffrance est un problème d'existence qui se traite par l'existence. Une posture éthique Le coaching

Comment la vérité et la réalité furent inventées Mélancolie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme mélancolie est très ancien, il recouvre plusieurs significations qui varient plus ou moins dans son histoire dans la littérature, les arts, la médecine, la psychiatrie, la philosophie, et la psychanalyse Étymologie[modifier | modifier le code] La notion de mélancolie est donc très ancienne et une place majeure lui a toujours été donnée au sein des quatre tempéraments. La mélancolie a un sens littéraire qui signifie la tristesse. Ces propos sont sujets à une autre interprétation. La mélancolie dans le sens antique permettait de vivre le deuil, se dépasser ou encore de trouver un sens à la vie, en d'autres termes, c'est un passage en temps de crise (qui n'aboutit pas toujours à un résultat négatif). Histoire[modifier | modifier le code] Hippocrate est considéré comme le premier médecin à décrire cliniquement la mélancolie ou dépression[4],[5]. La mélancolie prend différentes significations au fil des siècles. Dès le IVe siècle av.

Certains chercheurs proposent une alternative à la« montagne russe » émotionnelle que constituerait cette évaluation interne de soi : l'arrêt pur et simple de toute évaluation au profit d'une évaluation de ses comportements et de sa satisfaction personnelle by nicoxbus Jul 13

Related: