background preloader

Vite dit et gratuit

Vite dit et gratuit
Et encore un "Brexit regretter" ! Quatre jours après les résultats du référendum britannique, les quelques lignes parues en page intérieure de The Sun et signées de l’éditorialiste Kelvin MacKenzie ne sont pas passées inaperçues. Après avoir harangué les lecteurs dans les colonnes du tabloïd sur les bienfaits du Brexit, MacKenzie ne semble plus si sûr. "Quand j’ai donné ma voix au camp du Leave, j’ai ressenti un élan comme si pour la première fois de ma vie, mon vote comptait. Quatre jours plus tard, je ne ressens plus tout à fait la même chose. J’ai le remords de l’acheteur. > Cliquez sur l'image pour un gros plan < The Sun, 27 juin 2016 MacKenzie, assailli de remords? > Cliquez sur l'image pour un gros plan < The Sun, 17 juin 2016 MacKenzie voyait alors dans le Brexit l’opportunité inespérée d'"un retour à la démocratie". Du Guardian à The Independent, la presse britannique pro-Remain ne s’est pas privée d’ironiser sur la volte-face de l’éditorialiste. Dans la droite ligne du Sun Related:  EPI 5E

Cratyle.net Spécial 11 septembre : Quand la publicité s’inspire d’un événement tragique. | pub en stock C’est aujourd’hui le 10ème anniversaire de cette terrible journée qui vit les deux tours du World Trade Center s’écrouler après les attaques terroristes de deux avions commerciaux détournés. Face à ce drame terrible, on aurait pu imaginer que la publicité ne s’en inspire pas, de peur que l’image très négative de cet événement ne rejaillisse sur l’annonceur associé à cette campagne. Et pourtant des agences s’y sont essayées avec des campagnes plus ou moins pertinentes. Le premier annonceur a avoir remué le couteau dans la plaie est MTV pour son magazine. Les deux autres déclinaisons concernent la famine et la pauvreté. Dans le même esprit, en 2009, l’association WWF Brésil et l’agence DDB reprennent ce concept en comparant les morts du World Trace Center avec les victimes du Tsunami du 26 décembre 2004. D’autres approches sont plus gratuites et laissent songeur quant à leur pertinence ou leur bon goût. J'aime : J'aime chargement…

Le Monde.fr Blogs Actualité à la Une Crise dans les médias La presse à la Une Le 11 septembre 2001 Libération, n° 6322, une et quatrième de couverture photographie de Suzanne Plunkett – AP, 12 septembre 2001. 40,5 × 61 cm (double page) BnF, Droit, Économie, Politique, GR FOL-LC2-7402 © Libération, 2001 Par sa dimension exceptionnelle, la une de Libération suite aux attentats du 11 septembre 2001 est à la mesure de la sidération d’abord provoquée par l’événement : représentant Manhattan dans la fumée des Twin Towers, la photographie s’étend sur la quatrième de couverture, avec pour seul titre, laconique, la date des attentats.

Culture, société, initiatives citoyennes L’Observatoire des médias Joan Fontcuberta Joan Fontcuberta (né le 24 février 1955 à Barcelone) est un photographe plasticien contemporain espagnol d'origine catalane. Ses œuvres sont exposées au MoMA de New York[1] et au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris[2]. Œuvres[modifier | modifier le code] Tenant de la photographie plasticienne, depuis les années 1970, il est créateur, théoricien, critique, historien et enseignant - domaines dans lesquels il a publié de nombreux ouvrages. Il réalise des « documenteurs » ou bien des « mockumentary ». Prix et récompenses[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code] Fauna[modifier | modifier le code] Dans cette série créée entre 1985 et 1989, l'artiste prétend montrer des animaux chimériques qu'il aurait découverts, empaillés, en Écosse, à partir des recherches d'un scientifique mystérieusement disparu. L'Île aux Basques[modifier | modifier le code] Herbarium (1984)[modifier | modifier le code] Miracles & Co[modifier | modifier le code]

Vendredi

Related: