background preloader

Pourquoi l'éducation tue la créativité et les chances de réussite

Pourquoi l'éducation tue la créativité et les chances de réussite
Mardi 12 juillet 2011 2 12 /07 /Juil /2011 07:45 Une intervention de Ken Robinson dans une conférence TED où il défend la thèse que nos systèmes éducatifs tuent la créativité et ne sont plus adaptés dans le monde dans lequel nous vivons, les arguments développés par Ken avec humour malgré leur gravité : Une conférence qui date de 2006 encore plus d'actualité dans notre monde qui ne cesse d'aller de plus en plus vite : il est vraiment temps que nos systèmes éducatifs donnent la chance à nos enfants de pouvoir s'adapter à cette nouvelle donne en positionnant la créativité au coeur et en ne plus stigmatisant les erreurs permettant de la développer : idem pour nos entreprises qui veulent se développer dans les nouvelles donnes économique et numérique ! Et voici une vidéo animée de RSA qui développe les arguments de Ken : Billets en relation : Partager l'article ! inShare Par Julien Bonnel - Publié dans : Société 4 Related:  Start-ups & Entrepreneurshipscalpa14

Conan O’Brien Delivers The Year's Best Commencement Speech No, I've never been able to find it on YouTube either. And I hate it. But here is part of a transcript. You can read the whole one here but it is horribly written. [www.angelfire.com] I tried to edit my favorite part to make it more readable. "There are a lot of young people watching. And if I could say anything tonight, to any of the people that watch our little show, at 12:30 at night, who are young, I would ask you not to be cynical. "I would ask you to accept that as horrible and as senseless as this thing is that there is goodness in people, that collectively we're an amazing country, that we've done a lot." (Picks up mug) "I've got this guy on my desk, he ...someone gave me this Eisenhower mug, Robert Smigel gave me this Eisenhower mug, and it's been on my desk...uh...it was on my desk at Saturday Night Live, it was on my desk at the Simpsons, I've always kept it here on the show since day one. It's been here for every show. "We’re an amazing country. Personal Note:

Les méthodes décapantes d'un patron néerlandais, Idées Neuves Le conformisme : cette infertilité nécessaire « La psyché du web social Le conformisme : cette infertilité nécessaire Conformément aux lois internes aux groupes… Le conformisme c’est tout simplement l’effet de l’influence majoritaire. Dans tout groupe, social ou non, il existe des normes internes qui régissent son bon équilibre et fonctionnement. Le conformisme est souvent connoté négativement dans notre société car on a tendance à imaginer qu’une personne qui se conforme est incapable de défendre ses idées. On comprend alors que ce mécanisme de compromis s’avère être essentiel pour assurer l’existence d’un groupe et de sa cohésion. Pourtant dans le cadre d’une appartenance sociale qui n’est pas régie par une autorité toute puissante (professeur d’une classe,etc), le conformisme ne peut-il pas desservir la créativité et la diversité des échanges entre les sujets qui y évoluent ? L’effet Ash Ce concept a été découvert par Asch qui lui a donné son nom. À partir de ces résultats Asch va réaliser différentes variantes de son expérience pour dégager des normes.

Peut-on apprendre en ligne A TED 2011, Salman Khan est venu présenter la Khan Academy, une collection soigneusement structurée de plus de 2000 vidéos éducatives (voir la présentation vidéo avec sous-titres en français). La Khan Academy connaît un succès notable avec quelques 1 millions de visiteurs par mois qui regardent entre 100 et 200 000 vidéos par jour, souligne son créateur. Salman Khan a commencé incidemment. Analyste financier pour un fonds de pension, il donnait des cours de math à distance à des cousins via l’internet et a décidé de mettre quelques leçons sur YouTube, plus comme complément aux cours qu’il leur donnait qu’autre chose. Ses cousins ont été assez heureux d’avoir moins à le déranger pour accéder aux leçons et de pouvoir les suivre selon leur propre rythme. Le succès aidant, Salman Khan a quitté son travail et fondé une association à but non lucratif, la Khan Academy. Certaines classes pilotes à Los Altos ont remisé leurs manuels pour travailler avec la Khan Academy.

Vous avez dit Entreprendre……. Apres avoir bravement mené sa révolution, la Tunisie se remet tant bien que mal d'une très longue période de dictature et de la destruction économique et de la sclérose sociale qui l'ont accompagnée. Malgré le climat social qui reste tendu, les Tunisiens savent pertinemment que la reconstruction du pays passe inexorablement par le développement d'une économie forte. Dans cette perspective les messages de tous les experts ont un seul leitmotiv "Il faut entreprendre" ; entreprendre pour créer de l'emploi et de la richesse, entreprendre pour prendre sa part de responsabilité dans cet effort de reconstruction. La libre entreprise étant un des piliers de la démocratie, par conséquent entreprendre c'est à la fois exercer un droit mais aussi un devoir démocratique. Cependant, il ne faut pas que l'appel à entreprendre se fasse par des slogans du type " Just do it" à la Nancy Reagan; ce genre d'invocation transforme les bonnes causes en litanies vides de toute substance. Prof.

Quand un patron indien renverse les règles LE MONDE ECONOMIE | | Par Armand Hatchuel, professeur à Mines Paris Tech Vineet Nayar, PDG de la firme indienne de services informatiques HCL Technologies, s'est vu décerné, en 2011, le prestigieux titre de "Leader in the Digital Age". Distingué aussi pour la satisfaction de ses employés, il aurait inventé une approche révolutionnaire du management. Son slogan - "Les employés d'abord, les clients ensuite" - se démarque des doctrines du "client roi" et de "l'actionnaire juge suprême". C'est aussi le titre d'un livre dont il est l'auteur (éditions Diateino, 20 euros), préfacé par Bertrand Collomb, le président de Lafarge, et Francis Mer, le vice-président de Safran. Vineet Nayar part d'un constat connu. Mais il en tire plusieurs conclusions originales. D'abord, qu'il faut insuffler à ces équipes les plus grandes ambitions de réactivité, de qualité et d'innovation au service de leurs clients. Ces principes pouvaient rester lettre morte. La philosophie d'HCL n'est pas nouvelle.

Ce que traduit la peur de la distraction La lecture de la semaine, il s’agit de quelques extraits d’un entretien que Cathy Davidson a donné le 21 août dernier au magazine en ligne Salon. Cathy Davidson enseigne les études interdisciplinaires à l’Université de Duke en Caroline du Nord et elle est l’auteure d’un livre intitulé Now you see it qui traite de la manière dont les travaux sur l’attention vont transformer notre manière de vivre, de travailler et de penser. Dans cet article de Salon, elle est interrogée sur les enfants et sur la manière dont nouvelles technologies modifient le cerveau des enfants, pas forcément dans le mauvais sens. Cathy Davidson commence par expliquer que le discours sur les nouvelles technologies et les enfants a complètement changé après la tuerie de Colombine (en 1999 deux adolescents avaient tué à l’arme automatique 13 de leurs condisciples et professeurs). Xavier de la Porte

Les professeurs font l’école buissonnière numérique À côté du cadre bien défini par l'Éducation nationale, les professeurs ont recours aux TICE pour faire leur travail. Ils le font davantage que ce que l'observation de leur usage public entre collègues pourrait laisser croire. En travaillant à plusieurs reprises avec des enseignants qui développent des usages « ordinaires » des TIC dans leur pratique professionnelle, on peut faire quelques observations intéressantes sur le devenir des TICE. On peut observer trois grandes catégories : le travail personnel, le travail en classe, le travail de suivi. Chacun de ces aspects se développe en lien avec les deux autres, amenant l’enseignant à organiser son environnement personnel professionnel de travail. Développement de pratiques en autonomie En d’autres termes enfermés dans un cadre qui peut paraître très enfermant, les enseignants ont depuis très longtemps développé une autonomie puis une liberté (reconnues dans la loi) qui, dans le domaine des TICE, est particulièrement lisible. tripu et

Ten things top entrepreneurs do differently Often, entrepreneurs are characterized as the “rock stars” of the business world. This romantic vision is appealing but, like most stereotypes, a far cry from reality. So, what makes a good entrepreneur great? 1. Fifty-eight per cent of entrepreneurs we surveyed have “transitioned” to entrepreneurship, and one-third say their experience as an employee enabled them to build a successful enterprise of their own. 2. More than three-quarters of Canadian respondents are mentoring other entrepreneurs in some form. 3. Accessing funding is the top challenge facing entrepreneurs today, and a real stumbling block to startup success. 4. Good entrepreneurs surround themselves with good people – who have the technical and business skills to take the company forward, but also share the leader’s values. 5. All founders of growing companies face a central decision: do they desire wealth or hands-on involvement? 6. Success lies in the way entrepreneurs view the world. 7. 8. 9. 10.

Les grandes écoles investissent sur leur réseau d'Anciens Plus son réseau d'Anciens est puissant, plus une école est performante. Telle est la conclusion de l'enquête réalisée par Socialumni (éditeur spécialiste des réseaux sociaux thématiques). Et les établissements français l'ont bien compris… Offres d'emploi, entraide, cooptation… les réseaux d'Anciens des grandes écoles constituent une mine de contacts précieux. Les établissements anglo-saxons l'ont compris depuis longtemps. Les Français commencent à leur tour à bichonner leur association de diplômés. Autre enseignement de cette enquête inédite : les écoles ne se contentent plus de créer un espace dédié aux Anciens sur leur site web. Des Alumni impliqués Pour limiter les déperditions, de nombreux établissements créent des communautés d'anciens sur les réseaux sociaux professionnels , LinkedIn et Viadeo. Pour gagner en efficacité, Socialumni préconise de créer de vraie plateforme CRM (CustomerRelationship Management) et surtout d'impliquer les anciens dans la gestion de l'école.

Pourquoi avons-nous besoin de prédictions? » Article » OWNI, Digital Journalism De la divination aux statistiques, l'homme a toujours eu besoin de prédire l'avenir, imaginer le futur et ses nouvelles technologies. Notre imagination nous rattrape, dans un monde en acceleration où l'ordinateur est devenu une pièce centrale. C’est la question que posait récemment le New York Times [en] dans un passionnant débat en ligne, qui revenait, 80 ans après avoir invité huit innovateurs des années 1930 à prédire la vie en l’an 2000, sur la question de notre avenir. Qu’est-ce qui nous pousse à prévoir l’avenir ? Pour l’écrivain Simon Winchester (site) [en] : Les prévisions à long terme semblent un peu comme des capsules temporelles : plus conçues pour divertir les enfants rétrospectivement que pour être prises au sérieux lorsqu’elles sont prononcées.” Il neigera certainement demain. Nous avons besoin d’illusions À long terme, les changements environnementaux et sociaux peuvent être encore plus difficiles à prévoir. 1956 Our friend the atom Je vous l’avais bien dit Pour Robert J.

Related: