background preloader

Pour créer un jardin écologique permanent

Pour créer un jardin écologique permanent
Je pratique le jardinage écologique et biologique depuis plus de 30 ans après avoir visité, en 1975, des endroits de la Californie où des jardins luxuriants n'avaient recours à aucun engrais artificiel et harmonisaient leurs formes avec un paysage grandiose. Le jardin faisait partie de la vie de famille et il était adapté à ses besoins, et non l'inverse. J'ai découvert le concepteur du jardin autofertile à la fin des années 70 avec la lecture de La révolution d'un seul brin de paille, de Masanobu Fukuoka1, un microbiologiste et agriculteur japonais qui a propagé sa philosophie du "non-agir" à travers les continents dans les années 80. Cette technique d'agriculture naturelle préconise l'action simultanée d'éléments naturels qui, ensemble, ont un effet plus grand que la somme de leurs parties. On y cultive les plantes dans un sol sauvage qui s'autofertilise perpétuellement et se travaille par lui-même (sans travail du sol et sans labour).

Visite d'un jardin autofertile Imaginez ce jardin: une soixantaine de variétés différentes de fleurs, surtout vivaces, entremêlées d'autant de plantes potagères - fraises, tomates, concombres, carottes, poireaux, courges, topinambours - et de plusieurs arbustes fruitiers tel que les groseillers, cassis, framboisiers, mûriers et gadeliers. Tout autour, des arbres fruitiers. Les plus grands au nord et les plus petits de chaque côté de manière à former une coupole qui assure un micro-climat. La dimension de ce paysage: 10 000 pieds carrés. PLUS DE RENDEMENTS AVEC MOINS D'INTRANTS Une telle nature sauvage peut-elle être aussi généreuse qu'un jardin conventionnel aux rangs bien alignés? "Pour ce qui est des intrants, ils se limitent à deux éléments : semences et paillis de surface. L'EXEMPLE DE L'ANNELEUR DU FRAMBOISIER Voici un exemple typique vécu dans le jardin autofertile de Réjean Roy. IMITER LA NATURE DANS SA COMPLEXITÉ ET SON ÉQUILIBRE Certains parlent de jardins en synergie.

Astuces de jardinier - Des semis dans la… - Choisir ses graines… - Planter une… - Astuces de… - Recyclage des… - La conservation des… - Le jardinier malin - Le blog de claude Lasnier Dossier • Jardinage autofertile et permaculture La permaculture est un système intégré d'aménagement d'habitat durable à échelle humaine, en équilibre et en harmonie avec la nature. Le jardinage autofertile est une technique de culture écologique pour le potager. Il nécessite peu d'entretien (aucun labour et très peu de désherbage). Il s'avère très économique (aucun engrais ni pesticides, tant chimiques que naturels). La révolution d'un seul brin de paille par Masanobu Fukuoka Une introduction à l'agriculture sauvage – Seconde édition Édition Guy Trédaniel, France, 2005 Édition originale publiée au Japon en 1975 L'agriculture naturelle Théorie et pratique pour une philosophie verte Édition Guy Trédaniel, France, 2010 Perma-culture 1 par Bill Mollison et David Holmgren Une agriculture pérenne pour l'autosuffisance et les exploitations de toutes tailles Éditions Charles Corlet, France, 2011 Édition originale publiée en Australie en 1978 Perma-culture 2 Aménagements pratiques à la campagne et en ville Édition originale publiée en Australie en 1979

La naissance d'un jardin autofertile Je jardine depuis 1998, c'est-à-dire depuis mon arrivée à Saint-Augustin, au Lac-Saint-Jean. Mon "retour à la maison" m'a permis de découvrir une de mes nouvelles passions: le jardinage. En l'espace de quelques années, j'ai pu réaliser un nouveau rêve: un jardin procurant à ma famille des fruits et légumes frais et sains en abondance tout au long de l'année. Tout a commencé par des lectures d'articles sur le jardinage autofertile parus dans différents numéros de Bio-bulle, les numéros 47 à 51 plus précisément. Je suis donc partie d’un jardin familial "hérité" de ma belle-famille et ayant été cultivé selon les méthodes traditionnelles. POUR EN FINIR AVEC LE SARCLAGE Donc, c'est en dévorant la série d'articles sur le jardinage autofertile que je me suis laissée conquérir par l'idée de ne plus avoir d'interminables heures de sarclage grâce à l'établissement de buttes autofertiles permanentes.

Les Jardins Autofertiles Les Jardins Autofertiles : Buttes synergétiques sur couverture végétale vivante Qu’est-ce que c’est ? Les jardins autofertiles consistent en des aménagements visant la culture de fruits et légumes en recréent un écosystème diversifié où les processus naturels sont mis à contribution. Les buttes et/ou les ados en plus d'avoir une utilité pratique (moins besoin de se baisser), esthétique (on peut donner la forme que l'on souhaite),..., montrent également leurs interêts multiples : - avoir une couche de bonne terre plus importante - rechauffer le sol plus rapidement - mieux conserver l'eau du aux allées légèrement creusées. On peut aussi jouer sur les associations de legumes et jouer sur l'exposition des plantes nord/sud... Culture sur butte en synergie, formation des buttes par Richard Wallner, Au petit colibri ================ Historique et influences La synergie des trois éléments interreliés La préparation du terrain L'implantation des cultures Avantages & Problèmes ================ inShare

Faut-il ou non désherber en jardinage autofertile ? Dans mon jardin autofertile, il y a très peu de temps à mettre au désherbage. Ma routine consiste plutôt à maintenir une couche de paillis sur toute la surface du jardin et à choisir minutieusement comment distribuer mes plantes sur les buttes. En 2004, j'ai poussé l'expérience jusqu'à ne faire aucun désherbage. Si le résultat vous intéresse, lisez ce qui suit... D'UNE BUTTE A L'AUTRE Mon jardin a été agrandi à plusieurs reprises depuis son implantation en 1995. MES ALLIÉS POUR DIMINUER LE DÉSHERBAGE1- Le paillis Le paillis sur les buttes et dans les allées élimine par lui-même la croissance de beaucoup de mauvaises herbes. 2- La "zone contour" C'est une zone de quatre pieds de largeur qui fait tout le tour du jardin et qui est recouverte en permanence de cartons et de copeaux. 3- Le non-labour Comme le sol n'est jamais travaillé, les semences des plantes non désirées ne se retrouvent jamais en surface. JARDINAGE AUTOFERTILE ?

La culture sur butte Vous en avez marre de votre jardin, plat, alligné à la militaire, slon le cas, il peut être avantageux de butter... Introduction - Concept & principes Deux grands courants pratiquent la culture sur buttes : le premier d’inspiration biointensive, le second d’inspiration permaculturale. La biointensive cherche en gros à maximiser le rendement aussi vite que possible en utilisant tous les moyens biologiques à disposition du jardinier. La permaculture recherche plutôt à imiter la nature, et à éviter les pratiques trop coûteuses en travail, quitte à obtenir un rendement plus faible ou à prendre plus de temps pour obtenir un résultat. Mais les deux ont des points communs, notamment l’utilisation des buttes, la création d’un écosystème complet, l’amélioration du sol. Il est important de travailler les associations de culture. L'observation La biointensive préconise plutôt des buttes orientées nord-sud. La conception & le design Eviter autant que possible de laisser la terre à nu. La mise en place

Permaculture Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. La permaculture est une approche pour concevoir des habitats humains et des systèmes agricoles qui imitent les relations présentes dans l'écologie naturelle. Comme méthode systémique, la permaculture a été créée dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Le terme Permaculture signifiait initialement "agriculture permanente" (Permanent Agriculture), mais il a été rapidement étendu pour signifier "culture de la permanence" car il était réalisé que les aspects sociaux font partie intégrante d'un système véritablement durable. En formant rapidement des individus à un ensemble de principes de conception, l'objectif est de permettre à ces individus de concevoir leur propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes (on parle parfois à tort d'autosuffisance. Un exemple de permaculture utilisant les animaux et le jardin Historique Valeurs fondamentales Ces valeurs sont souvent résumées ainsi:

Jean-Marie Lespinasse, Auteur : Jean-Marie Lespinasse Editeur : Editions du Rouergue Date de dépôt : février 2006 A une époque, où le respect de la nature devient une préoccupation capitale pour notre avenir, le fait de travailler la terre sans produits chimiques ni engrais constitue un nouvel enjeu pour les jardiniers et les collectivités. Jean-Marie Lespinasse a participé à la création variétale de pommiers à l'INRA de Bordeaux (Gironde) et à l'étude des types de fructifications. Il a mis en place des modes de conduites pour ces arbres fruitiers, expérience qu'il révèle dans « De la taille à la conduite des arbres fruitiers », ouvrage écrit avec Evelyne Leterme et également présenté dans cette même rubrique Internet. © Conservatoire des Jardins et Paysages / décembre 2006

Yport Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ses habitants sont les Yportais et les Yportaises. Géographie[modifier | modifier le code] Yport Histoire[modifier | modifier le code] Le site fut probablement occupé durant la période néolithique. Durant l'époque romaine, une voie reliant Fécamp à Étretat passait à l’actuel lieu-dit du Fond Pitron, d'où partait une bifurcation vers le village. L'habitat permanent à Yport n'est avéré qu'à partir du haut Moyen Âge. Ce n'est qu'au XIXe siècle que la commune d'Yport existera comme telle, avec notamment la construction de l'église. C'est aussi au XIXe siècle que la mode des bains apparaît, Yport n'y échappe pas. Il est intéressant de constater la présence d'un idiome yportais, quasiment éteint à l’heure actuelle, mais qui se faisait remarquer par une grande différence avec celui parlé à Fécamp. Héraldique[modifier | modifier le code] Administration[modifier | modifier le code] Démographie[modifier | modifier le code] Falaises d'Yport

Related: