background preloader

Pays les moins avancés - Questions thématiques - Nations Unies

Pays les moins avancés - Questions thématiques - Nations Unies
Aperçu Les pays les moins avancés (PMA) sont les pays les plus pauvres et les plus faibles du monde. Ces 48 pays EN, structurellement handicapés dans leur développement, vulnérables au niveau économique, méritent une attention particulière de la part de la communauté internationale. Ils bénéficient de mesures d'appui spécifiques, en particulier dans le domaine du financement du développement, mais également dans le cadre du commerce multilatéral. Quels sont les critères d’identification des pays les moins avancés (PMA) ? Afin d’être reconnu comme PMA, un pays doit remplir les trois critères suivants : Comment répondre aux besoins des pays les moins avancés ? Les mesures internationales de soutien associées au statut de PMA concernent les préférences commerciales, le financement du développement, y compris l’aide publique au développement, l’allègement de la dette, l’assistance technique et d’autres formes de soutien. Aide publique au développement (APD) Allègement de la dette Faits et chiffres Related:  Du développement au développement durableST3 LA REPARTITION DES RICHESSES AU NIVEAU MONDIAL

Indice de développement humain (IDH) selon le PNUD Télécharger les dernières données de l’indice de développement humain Afficher les questions fréquemment posées sur l’IDH L’IDH a été créé pour souligner que ce sont les personnes et leurs capacités qui devraient constituer le critère ultime pour évaluer le développement d’un pays, et non la seule croissance économique. L’IDH peut aussi servir à remettre en question les choix de politiques nationales, en comparant comment deux pays ayant le même niveau de RNB par habitant peuvent atteindre des résultats différents en matière de développement humain. Ces contrastes peuvent stimuler le débat sur les priorités politiques des gouvernements. L’Indice de développement humain (IDH) est une mesure sommaire du niveau moyen atteint dans des dimensions clés du développement humain : vivre une vie longue et en bonne santé, acquérir des connaissances et jouir d’un niveau de vie décent. L’IDH simplifie le développement humain et ne permet d’appréhender qu’une partie de ce qui le compose.

Ces pays émergents qui font basculer le monde Les économies de la Chine, de l’Inde, du Brésil et de bien d’autres pays vus autrefois comme sous-développés s’imposent aujourd’hui comme les grandes gagnantes de la mondialisation. Petite radiographie de ces pays émergents… Qu'est-ce que l'émergence ? • Un phénomène déjà ancien Ce concept d’émergence s’impose dans l’actualité autant économique que géopolitique ou médiatique ; il traduit tout d’abord un malaise voire une crainte des pays dominant l’ordre mondial de voir leur leadership bousculé. • Une définition assez imprécise Il est peu aisé de cerner ce qu’est l’émergence. Les réformes internes sont importantes : une réforme agraire qui libère la main-d’œuvre pour les besoins de l’industrialisation, une épargne nationale qui finance cet effort, un nationalisme économique qui soude un peuple derrière un pouvoir étatique fort. • Tigres et dragons d'Asie La mise en perspective historique permet de mieux appréhender la période que nous vivons. Les nouveaux émergents Alena Axelle Degans

Que sont les pays les moins avancés ? ​Parution du Rapport 2015 sur les pays les moins avancés1 Quarante-huit pays sont classés par l’Organisation des Nations Unies sous la dénomination « pays les moins avancés » (PMA), ce qui leur donne droit notamment à diverses concessions, parmi lesquelles un accès préférentiel au marché et à une assistance technique spéciale. Ces pays sont répartis géographiquement comme suit : Afrique (34) : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Comores, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Lesotho, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Ouganda, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République-Unie de Tanzanie, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Tchad, Togo et Zambie; Asie (9) : Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Cambodge, Myanmar, Népal, République démocratique populaire lao, Timor-Leste et Yémen; Caraïbes (1) : Haïti;

L'Afrique est-elle bien partie ? - Sylvie Brunel, article Géographie Après avoir été présentée comme le continent des faillites, l’Afrique recueille désormais tous les suffrages. La voici promue au rang de futur dragon de la mondialisation. Comme toujours, la réalité doit être nuancée. Après avoir été vue comme le continent de tous les fléaux (misère, sida, guerres civiles, corruption, etc.), l’Afrique serait-elle enfin en train de décoller ? En 1962, tout juste décolonisée, l’Afrique paraît un continent d’avenir : peu peupl&eacu [ lire la suite... ] Article de 4282 mots. Professeure des universités en géographie à l’université Paris-IV.

Climat : 5 rapports du GIEC, 5 chiffres alarmants Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Réchauffement de l'atmosphère, montée et acidification des océans… L'un après l'autre, les rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dressent un tableau sombre de l'évolution de notre climat. Ce groupe, qui compile près de 20 000 études de plus de 800 chercheurs, a publié dimanche 2 novembre la synthèse de son cinquième rapport après ceux de 1990, 1995, 2001 et 2007. « Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédent depuis des décennies voire des millénaires. L'atmosphère et l'océan se sont réchauffés, la couverture de neige et de glace a diminué, le niveau des mers s'est élevé et les concentrations des gaz à effet de serre ont augmenté. » (5e rapport du GIEC, novembre 2014) Voici une sélection de chiffres à en retenir. Chaque rapport du GIEC réévalue à la hausse ses projections pour le siècle à venir.

Classification des pays : les changements 2013 | The Data Blog Comme à chaque 1er juillet, la Banque mondiale a révisé sa classification des économies du monde en fonction des estimations du revenu national brut (RNB) par habitant de l’année passée. Elle s’appuie également sur ces chiffres pour établir sa classification opérationnelle des pays, laquelle détermine leur admissibilité à emprunter. Au 1er juillet 2013, la répartition des économies selon le RNB par habitant s’effectue donc comme suit : Pays à faible revenu : 1 035 dollars ou moinsPays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure : de 1 036 à 4 085 dollarsPays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure : de 4 086 à 12 615 dollarsPays à revenu élevé : 12 616 dollars ou plus Les économies à revenu faible ou intermédiaire sont communément désignées sous le terme d'économies en développement. Modification de la classification

Colette Braeckman A tous ceux qui veulent comprendre les enjeux contemporains de la République démocratique du Congo (RDC), et qui sont soucieux de décrypter la « politique des puissances » dans les riches pays miniers d’Afrique, je conseille avec enthousiasme le blog de la journaliste belge Colette Braeckman. Je ne cache pas que son livre «Les nouveaux prédateurs» a été pour moi une bénédiction : il m’a permis de mieux comprendre les logiques diplomatiques et économiques en œuvre en Côte d’Ivoire depuis septembre 2002. Ces derniers jours, elle nous parle d’un sujet d’une importance stratégique inversement proportionnelle à la place qu’il occupe dans les médias : les grandes tractations autour des fabuleuses richesses naturelles du pays de Lumumba. Elle nous raconte une histoire qui est une parabole de notre temps. Affolant, n’est-ce pas, que la logique de pillage soit allée aussi loin dans le pays ? Photo 1 : Colette Braeckman et le Premier ministre Antoine Gizenga.

L'Indice du Bonheur national Brut, une alternative à l'IDH ? Votre voisin de métro n'affiche pas nécessairement un sourire radieux, mais c'est pourtant en Ile-de-France qu'on est le plus heureux, selon une étude. Après l'indice du bonheur mondial (IBM), l'économiste Pierre Le Roy a créé un indice du bonheur national brut (BNB) permettant d'établir un classement des régions françaises. Pour définir dans quelles régions il est plus facile d'être heureux, le chercheur a retenu dix indicateurs : espérance de vie à la naissance, morts violentes, taux de participation aux élections, inégalités hommes/femmes, PIB par tête, taux de pauvreté, taux de chômage et d'emploi, développement durable (qualité de l'air, biodiversité, production de déchets...), formation, recherche. D'après ces indicateurs, c'est respectivement en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et dans les Pays de la Loire qu'on est le plus heureux. Suivent ce peloton de tête Alsace, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Bretagne et Centre.

La richesse du monde et sa répartition : mise en perspective de ces vertigineuses inégalités qui continuent de se creuser Il est amusant de se rendre compte de ce que l'humanité possède réellement, en terme de richesses. Il l'est en revanche un peu moins de voir à quel point les inégalités de richesses sont creusées entre les personnes les plus fortunées et les plus pauvres. Le site Wait But Why avait publié un article en 2014, assorti de dessins permettant de mettre en perspective ces richesses et ces inégalités. Tout d'abord, il est important de préciser que depuis 2014, les inégalités de richesses se sont encore accrues. Aussi, les données utilisées (ici, ici, ici ou encore là) pour formuler les exemples qui vont suivre peuvent avoir évolué quelque peu. Un cube en or massif de la taille d'un immeuble Vous allez devoir faire fonctionner vos méninges. Très bien, convertissons toute cette richesse en or, maintenant. "Partage" des richesses Assez contemplé notre richesse globale. Mark Zuckerberg possède en 2016 une fortune estimée à quelque 55 milliards de dollars.

CONGONET RADIO, la Radio Planetaire des Patriotes Congolais Is population growth out of control? The respected broadcaster and naturalist, Sir David Attenborough, told the BBC recently that population growth was "out of control" - but one expert says the number of people on the planet could peak in 40 years. Who should we believe? "The world's population is increasing out of control," Sir David told the BBC's Today programme. "Since I first started making programmes 60 years ago, the human population has tripled." Two striking claims. Let's take the second one first - that the world's population has tripled in 60 years. In 1950, around the time Sir David began his broadcasting career, there were 2.53 billion people in the world. That is a little shy of tripling - more like a factor of 2.8 - but it's not far off. The "out of control" claim is less easily measurable, but perhaps it could be interpreted as the idea that the population will continue to grow at the same rate, roughly tripling in 60 years. And he finds the UN projections "difficult to justify" for a number of reasons.

La concentration des richesses dans le monde en graphiques La moitié des richesses produites dans le monde se trouve entre les mains de 1 % de la population du globe, selon une étude publiée lundi 19 janvier. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Deux jours avant l'ouverture du Forum économique mondial, qui se tient traditionnellement dans la station suisse de Davos, l'ONG Oxfam a publié un rapport accablant sur la concentration des richesses dans le monde. Basé notamment sur des données fournies par un rapport de la banque Crédit suisse, il révèle que 1 % des habitants de la planète possède 48 % du patrimoine, contre « seulement » 44 % en 2009. Lire la synthèse : Les 1 % les plus riches posséderont bientôt la moitié de la richesse mondiale Les 52 % du patrimoine restant ne sont pas non plus également répartis : les quatre cinquièmes des habitants les plus pauvres de la planète survivent avec seulement 5,5 % de la richesse produite dans le monde.

le blog cheikfitanews Le grand marché du changement climatique Recensé : Romain Felli, La grande adaptation. Climat, capitalisme et catastrophe, Paris, Seuil, 2016, 292 p., 18€. Ce livre raconte comment l’idée d’adaptation aux changements climatiques a été mobilisée – et mise en œuvre – dès les années 1970, pour permettre une extension du marché dans tous les domaines de la vie. Ces quelques mots proposés en introduction de l’essai résument parfaitement la thèse d’un ouvrage important sur le changement climatique. Si la seconde dimension renvoie à des travaux de plus en plus nombreux sur le capitalisme vert [1], soit la marchandisation de la nature et l’application des instruments de marché pour assurer la protection de l’environnement suivant une logique marchande, la première, s’appuyant sur l’exploration d’archives inédites, est plus novatrice et tend à remettre en cause l’idée répandue selon laquelle le concept d’adaptation n’aurait émergé dans les débats climatiques qu’à la fin des années 2000. Une contre-histoire de l’adaptation

Related: