background preloader

Baroque

Baroque
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Adoration de Pierre Paul Rubens (Musée royal des beaux-arts d'Anvers) : une structure dynamique de formes qui s’enroulent en spirale autour d’un espace vide : d’éclatantes draperies, un souffle de mouvements éclairés par une flèche de lumière, peints avec une brillante maîtrise émancipée. Le baroque est un mouvement artistique qui trouve son origine en Italie dans des villes telles que Rome, Mantoue, Venise et Florence dès le milieu du XVIe siècle et qui se termine au milieu du XVIIIe siècle. Le baroque, qui touche tous les domaines, se caractérise par l’exagération du mouvement, la surcharge décorative, les effets dramatiques, la tension, l’exubérance, la grandeur parfois pompeuse et le contraste, ce même contraste dont parlait Philippe Beaussant : l’époque baroque a tenté de dire « un monde où tous les contraires seraient harmonieusement possibles »[R 1]. Évolution du mouvement Étymologie et origine La diffusion en Europe Le Baroque Tardif Related:  Musique BaroqueBaroque

Burlesque Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le registre burlesque (de l'italien burlesco, venant de burla, « farce, plaisanterie ») est un genre littéraire en vogue au XVIIe siècle. Le burlesque est caractérisé par l'emploi de termes comiques, familiers voire vulgaires pour évoquer des choses nobles et sérieuses (l'héroï-comique étant le décalage inverse, qui consiste à traiter un sujet vulgaire en style noble). Le sens du mot a évolué au cours des époques et selon les arts concernés. « Burlesque » se dit aujourd'hui couramment pour désigner un comique exagéré, extravagant qui repose généralement sur un décalage entre la tonalité et le sujet traité dans un texte. Littérature[modifier | modifier le code] Dans la littérature française classique, le burlesque procède d'un décalage entre grandeur et petitesse. Cinéma[modifier | modifier le code] Le style et le ton[modifier | modifier le code] Le burlesque fait rire grâce à un comique de l’absurde et de l’irrationnel. New burlesque

Johann Sebastian Bach Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Johann Sebastian BachJean-Sébastien Bach J. Œuvres principales Johann Sebastian Bach Écouter, en français Jean-Sébastien Bach, né à Eisenach le 31 mars (21 mars) 1685, mort à Leipzig le 28 juillet 1750, est un musicien, notamment organiste, et compositeur allemand. Membre le plus éminent de la famille Bach — la famille de musiciens la plus prolifique de l'histoire —, sa carrière s'est entièrement déroulée en Allemagne centrale, dans le cadre de sa région natale, au service de petites municipalités, de cours princières sans importance politique, puis du conseil municipal de Leipzig qui lui manifestait peu de considération : il n'a ainsi jamais pu obtenir un poste à la mesure de son génie et de son importance dans l'histoire de la musique occidentale, malgré la considération de certains souverains allemands (tel Frédéric le Grand) pour le « Cantor de Leipzig ». Biographie Origines Eisenach Ohrdruf Lunebourg Arnstadt Église St Boniface, Arnstadt Weimar

L'art baroque Identité artistique d’une époque, le courant baroque réunit des styles différents, souvent propres aux artistes et à leur origine. La remise en question du langage maniériste trouve sa réponse à travers un message essentiellement religieux au sein de l’Europe catholique ou, au contraire, dans un style qui réussit à s’adapter à l’iconoclasme protestant. GENERALITES Le terme baroque qui signifie bizarre ou grossier est un mot péjoratif qui sera utilisé par les artistes du XIXe siècle pour désigner l’art qui évolua entre 1600 et 1720 environ. Si le langage pictural propose une nouvelle syntaxe visuelle ce n’est pas une rupture radicale par rapport au siècle passé mais plutôt une évolution des codes de représentations à travers une mise en page innovante et un vocabulaire original. Les libertés prises au XVIe siècle dans la déformation des corps et l’aspect superficiel dans le rendu des sujets provoquent une réaction des artistes à contresens du maniérisme.

Classicisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le classicisme est un mouvement culturel, esthétique et artistique qui se développe en France, et plus largement en Europe, à la frontière entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, de 1660 à 1715. Il se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal s'incarnant dans l’« honnête homme » et qui développent une esthétique fondée sur une recherche de la perfection, son maître mot est la raison. La centralisation monarchique, qui s'affirme dès 1630 sous l'autorité de Richelieu d'abord, puis de Mazarin, dépasse le cadre politique pour toucher le domaine culturel. Origine et définition de la notion La notion de « classicisme » pose quelques problèmes de définition. Le classicisme renverrait à un moment de grâce de la littérature française où l'esprit français se serait le plus parfaitement illustré. Le classicisme à la française ne se définit cependant pas seulement par des critères historiques. Littérature Contextes Théâtre

Passion selon saint Jean Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Autographe de la première page. Cet autographe n'est pas la version originale, mais date de la fin des années 1730. Cette œuvre relate et commente la Passion du Christ d'après l'évangile de Jean. Historique[modifier | modifier le code] La Passion selon saint Jean est un drame musical. C'est pourquoi, dix bons mois après son entrée en fonction, le Vendredi saint 1724, Bach faisait entendre à la Nikolaikirche sa Passion selon saint Jean, œuvre dont même la première des quatre versions qui nous sont parvenues peut sembler (si l'on examine les choses rapidement) faire fi des contraintes citées plus haut. Postérité et critique de l’œuvre[modifier | modifier le code] Affiche d'une exécution de la saint Jean en 1925, par le chœur de Saint-Guillaume, qui avait créé l'œuvre, à Strasbourg encore allemande, en 1895. Il n'y a pas de traces d'exécutions de la Passion à Leipzig, après la mort de Bach. L’œuvre[modifier | modifier le code] Emprunts à Postel :

Musique baroque Le baroque couvre une grande période dans l’histoire de la musique et de l'opéra. Il s’étend du début du XVIIe siècle jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, de façon plus ou moins uniforme selon les pays. De façon nécessairement schématique, l’esthétique et l’inspiration baroques succèdent à celles de la Renaissance, apogée du contrepoint et de la polymélodie, et précèdent celles du classicisme, naissance d'éléments discursifs et rationnels, comme la phrase musicale ponctuée comme dans l'architecture. Les « figures » musicales baroques sont soutenues par une basse continue très stable. Nous pouvons dire que nous sommes à la jonction entre contrepoint et harmonie. Le mot « baroque » vient vraisemblablement du portugais barroco qui désigne des perles de forme irrégulière. Temps et lieux Groupe de musiciens. Les deux pôles de la musique baroque sont l’Italie et la France, dont les styles sont fortement opposés malgré des influences réciproques. Les caractères de la musique baroque Avant 1950

Quiétisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Plaque commémorant le débat sur le quiétisme entre Bossuet et Fénelon. Séminaire Saint-Sulpice, Issy-les-Moulineaux. Le quiétisme est une doctrine mystique consistant en un itinéraire spirituel de « cheminement vers Dieu », très répandue aux XVIIe et XVIIIe siècles. Inspiré par les œuvres du prêtre espagnol Miguel de Molinos, le quiétisme vise à la perfection chrétienne, à un état de quiétude « passive » et confiante. Après un débat théologique, le quiétisme est condamné dès 1687 par l'Église Catholique Romaine comme hérétique. XVIIe-XVIIIe siècles[modifier | modifier le code] Le quiétisme apparaît comme une réaction au jansénisme, par la recherche d'un Dieu plus accessible que celui des hôtes de Port-Royal, qui ne parviennent à la communion divine qu'après la mort et après une vie marquée par une ascèse rigoureuse sans lien direct avec leur salut (prédestination). XXe siècle[modifier | modifier le code] Plus loin , l'auteur précise : Hésychasme

Passion selon saint Matthieu Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Passion selon saint Matthieu (BWV 244) (en latin Passio Domini nostri Jesu Christi secundum Evangelistam Matthaeum, c'est-à-dire en français Passion de notre Seigneur Jésus-Christ selon l'Évangéliste Matthieu, connue en allemand sous le nom de Matthäus-Passion), est un oratorio de Johann Sebastian Bach (en français Jean-Sébastien Bach). La Passion, partition monumentale en deux parties, dont l'exécution dure environ 2 heures 45, compte parmi les grandes œuvres de la musique baroque. La Passion, d'inspiration protestante luthérienne, est écrite pour des voix solistes, un double chœur (chœur divisé en deux groupes indépendants) et donc deux orchestres. Elle allie deux éléments : le texte de l'Évangile et les commentaires. Bach a composé également une Passion selon saint Jean, qui est donnée plus fréquemment : elle est plus courte et ne nécessite qu'un seul chœur au lieu de deux. Manuscrit de la Passion selon saint Matthieu.

Les Bas-fonds du baroque : le Petit Palais victime de son succès ? Deux semaines après son ouverture, l'exposition totalise déjà 21.000 entrées avec, certains jours, une affluence qui effraie gardiens et visiteurs. L'exposition sur les bas-fonds de la Rome baroque au Petit Palais (Paris VIIIe), jusqu'au 24 mai, démarre sur les chapeaux de roue. Plus de 21.000 visiteurs pour les deux premières semaines d'ouverture. Dont acte. Des barrières seraient-elles toutefois efficaces, face à l'afflux. Christophe Leribault invite par ailleurs les visiteurs qui voudraient être plus tranquilles à éviter le dimanche après-midi «qui est le moment critique par excellence dans tous les lieux un peu fréquentés». Une mission d'autant plus complexe que le Petit Palais s'apprête à ouvrir une seconde exposition, cette fois sur le thème des drames à l'Opéra-Comique, de Carmen à Mélisande (du 18 mars au 28 juin).

Préciosité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La préciosité[1] est un mouvement culturel et un courant littéraire français du XVIIe siècle qui repose sur la volonté de se distinguer par la pureté du langage, par l’élégance de la tenue, par la dignité des mœurs et un amour idéalisé. Histoire[modifier | modifier le code] Vers la première moitié du XVIIe siècle, entre 1626 et 1662 en avance sur son époque, elle a profondément marqué son temps, par exemple avec le rejet de l'a priori de la supériorité masculine. Elle a aussi été l'objet de critiques, comme celles de Molière dans Les Précieuses ridicules et Le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux ou de Michel de Pure avec La Précieuse (1656-1658) [2] ou encore d'Antoine Baudeau de Somaize [3]. Enfin, le classicisme, tel que celui de Jean Racine, s'en est différencié. Les salons, alcôves[modifier | modifier le code] Les Précieuses se retrouvent dans des salons littéraires tenus souvent dans les ruelles. Orthographe[modifier | modifier le code]

Variations Goldberg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Variations Goldberg (page de titre) Les Variations Goldberg constituent une œuvre pour clavecin composée par Johann Sebastian Bach portant le numéro 988 dans le catalogue BWV. Cette œuvre, composée au plus tard en 1740, constitue la partie finale — et la clef de voûte — de la Clavier-Übung publiée à Nuremberg par Balthasar Schmidt. Écrites vers le début des dix dernières années de la vie de Bach, elles inaugurent la série des œuvres mono-thématiques et contrapuntiques de sa musique instrumentale. Elles sont initialement destinées au clavecin à deux claviers, l'usage fréquent de croisements de mains rendant leur interprétation difficile sur un seul clavier. Histoire[modifier | modifier le code] Selon la tradition, inspirée de la biographie de Bach qu'écrivit Johann Nikolaus Forkel en 1802[1], elles furent commandées au compositeur par le comte Keyserling. Structure[modifier | modifier le code] Ligne de basse des variations Goldberg

Baroque Les origines du mot « baroque » sont incertaines. Il proviendrait peut-être du portugais barrocco, qui signifie « perle de forme irrégulière ». Dès la fin du XVIIIe siècle, le terme « baroque » entre dans la terminologie des critiques d’art pour désigner des formes brisées s’opposant à la proportionnalité renaissante (voir Renaissance), comme aux normes antiques reprises par la tendance dite « classique » de la fin du XVIIe siècle, à savoir proportion, harmonie, équilibre et symétrie. Certains historiens d’art, comme Jakob Burckahrdt, ont considéré le baroque comme l’expression décadente de l’art renaissant, jusqu’à Heinrich Wölfflin, son disciple, qui a constaté le premier, dans ses Principes fondamentaux de l’histoire de l’art (1915), les différences entre l’art du XVIe siècle et celui du XVIIe siècle, sans toutefois pouvoir catégoriser ces changements. L’art baroque comprend de nombreuses distinctions régionales et recouvre des réalités sociales diverses.

Morale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « Comment l'état de pauvreté peut être agréable » (Diogène dans son tonneau et Cratès renonçant à la richesse pour la vertu). Extrait du Livre des bonnes mœurs de Jacques Legrand, v. 1490. Les règles morales peuvent être vues comme de simples habitudes qui ont fini par s'imposer à un groupe social (mœurs, coutumes), c'est-à-dire des façons d'agir culturelles, acquises, apprises et intégrées par les agents (consciemment ou non), et variables selon les communautés et les époques (relatives) ; mais elles sont parfois définies, à l'inverse, comme des règles universelles, indépendantes du lieu et de l'époque, et établies par la raison humaine ou exigées par une certaine représentation de l'être humain en général (universalisme, droits de l'homme). Définition[modifier | modifier le code] La morale et l'éthique[modifier | modifier le code] En français, morale et éthique ont des sens souvent confondus. Morale (du latin mores, mœurs) :

Le Clavier bien tempéré Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le premier livre - BWV 846 à BWV 869 - dont le manuscrit est achevé en 1722, mais sera revu encore jusqu'à la mort de Bach en 1750, porte le titre suivant (en allemand) : « Clavier bien tempéré, ou préludes et fugues dans tous les tons et demi-tons, tous deux avec la tierce majeure ou ut, ré, mi et avec la tierce mineure ou ré, mi, fa. Pour la pratique et le profit des jeunes musiciens désireux de s'instruire et pour la jouissance de ceux qui sont déjà rompus à cet art. » Le second livre - BWV 870 à BWV 893 - dont le manuscrit est de 1744, suit le même schéma : chaque livre comprend 24 groupes constitués d'un prélude et d'une fugue dans la même tonalité majeure et mineure. Histoire[modifier | modifier le code] Le titre de Bach suggère qu'il a utilisé un tempérament qui sonnait bien dans tous les tons. Tempérament[modifier | modifier le code] Pour quel instrument cette œuvre a-t-elle été composée ? Une œuvre majeure[modifier | modifier le code]

Related: