background preloader

Histoire de la télévision française - Le Grenier de la télé

Chronologie des événements majeurs 1926 (26 janvier) : l'ingénieur écossais John L. Baird, aidé de son équipe, fait la démonstration de son "televisor". Il est le premier homme au monde à émettre une image de télévision d'objets en mouvements. Notons que Baird s'appuie sur les travaux de l'ingénieur allemand Paul Nipkow. 1931 (14 avril) : l'ingénieur français René Barthélemy réédite l'exploit de Baird, mais sans utiliser le procédé de Nipkow : Barthélemy a recours à un "tambour à miroirs" qu'il juge plus performant. René Barthélémy présente son téléviseur, l'Emyvisor. 1935 (26 avril) : à l'initiative du Ministre des Postes, Georges Mandel, la première émission officielle de télévision française est diffusée depuis le Ministère des P.T.T., 103 rue de Grenelle, à Paris. 1935 (8 décembre) : le commun des Français peut enfin découvrir la télévision : des récepteurs sont installés dans divers lieux publics. 1939 (3 septembre) : la télévision française cesse d'émettre, à cause de la guerre. Related:  Presse Radio TV : progrès techniques

Histoire des techniques de télévision Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'histoire des techniques de télévision concerne les avancées qui se sont succédé depuis les premiers dispositifs d'images mécaniques pour arriver aux diffusions par satellite ou aux programmes reçus via le téléphone portable. L'histoire de la télévision en tant que média fait l'objet d'un article séparé : Les précurseurs[modifier | modifier le code] L'invention de la télévision ne peut être attribuée à un seul homme ; ce fut un lent travail d'amélioration collective entre chercheurs et bricoleurs de différents pays dont les premiers concepts remontent aux années 1870-1880. La télévision électromécanique[modifier | modifier le code] Les premières images fixes[modifier | modifier le code] 1884, un étudiant allemand de 20 ans, Paul Nipkow, perfectionne l'idée du balayage systématique de l'image. Ce n’est cependant qu’à partir de 1907 que la technique des tubes amplificateurs fait émerger un procédé viable [2] Herbert E.

Médias français : qui possède quoi (à jour) (Le Monde diplomatique, décembre 2016) Dernière mise à jour : décembre 2021 (v. 17) Cette affiche prend le parti de la lisibilité plutôt que de l’exhaustivité. Y figurent des médias d’information qui « font l’opinion » et qui dépendent d’intérêts industriels ou financiers, de groupes de presse ou de l’État : • les titres de presse écrite papier à diffusion nationale de type généraliste, économique et politique ; • les titres de la presse quotidienne régionale ; • la télévision nationale (et quelques chaînes de télévision locales) ; • les canaux de radio à portée nationale ; • certains sites d’information en ligne. Les titres indépendants (comme Le Canard enchaîné) ainsi que la presse sportive (comme L’Équipe) et la presse dite alternative ne sont pas représentés (1). Enfin, nous avons limité les liens capitalistiques aux principaux actionnaires (2). Conception : Jérémie FabreDocumentation : Marie Beyer, Jérémie Fabre et Suzy GaidozAdaptation : Guillaume Barou, avec Boris Séméniako et Cécile Marin

Histoire de la télévision 1856, L'Abbé Giovanni Caselli met au point un dispositif appelé le Pantélégraphe qui permet de transmettre par câble un texte ou un dessin. L'analyse du document se fait grâce à un stylet électrisé balayant horizontalement la feuille posée sur un cylindre métallique. Dessin transmis par pantélégraphe sur 9 km par câble en 1865. 1873, Joseph May (télégraphiste irlandais) découvre la photosensibilité du sélénium ce qui va permettre de convertir la lumière en électricité. 1875, John Kerr (physicien écossais) fait varier l'intensité d'un rayon lumineux en appliquant un courant électrique (cellule de Kerr). 1879, le 16 janvier, Constantin Senlecq publie la théorie d'un système de transmission d'images animées appelé le Télectroscope utilisant le sélénium comme cellule photo sensible qui balaie la surface dépolie d'une chambre photographique. 1884, le 6 janvier, Paul Nipkow dépose le brevet de son disque analyseur d'images. 1897, Karl Ferdinand Braun invente le principe du tube à rayon cathodique.

Radio, raconte-nous ton histoire... - Conseils radios - Cobra.fr De toutes les formes d’écoute de la musique issues de l’ère contemporaine, la radio a le privilège d’être la plus ancienne à continuer de nous faire vibrer les oreilles jour après jour depuis plus de 100 ans. De sa naissance à aujourd’hui, la radio a subi de nombreuses avancées qui lui ont permi de rester un vecteur à part du 4ème art auprès des foyers issus de toutes les classes sociales. Une succession d’inventions Comme pour beaucoup d’invention, la transmission sans-fil par radiodiffusion est issue d’une succession d’avancées technologiques qui ont permis son aboutissement. Et puisqu'il faut bien commencer quelque part, retournons en 1841 avec l’invention du télégraphe par Samuel Morse. Mais avant d’en arriver à la diffusion sans-fil, il a fallu passer par de nombreuses étapes à commencer par la mise en évidence des ondes radio en 1886 par l’ingénieur allemand Heinrich Rudolf Hertz. Une technique à maitriser L’invention du radiotélégraphe Sauvons la Tour Eiffel ! La radio de nos jours

PERSKYI, Constantin – Télévision au moyen de l’électricité Donneur de voix : René Depasse | Durée : 7min | Genre : Histoire Ce texte n’a évidemment pas une valeur littéraire, mais il en a une scientifique et historique : il est daté de 1900. Constantin Perskyi (Константин Дмитриевич Перский), né en 1854 et mort en 1906, était physicien russe. Constantin Perskyi était professeur d’électricité à l’Académie d’Artillerie de Saint-Pétersbourg. À l’occasion de l’Exposition universelle de Paris en 1900 et du 1er Congrès International d’Électricité, il publia un article intitulé Télévision au moyen de l’électricité qui constitue la première occurrence du mot télévision. Télévision au moyen de l’électricité. > Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… ») > Consulter la version texte de ce livre audio. NB.

La confiance des Français dans les médias traditionnels progresse Jamais les médias n’ont été aussi critiqués par des personnalités politiques, et les journalistes aussi malmenés par les états-majors des candidats, qu’au cours de la dernière campagne présidentielle. Cette stratégie, qui s’est avérée électoralement payante pour certains candidats, n’a pourtant pas emporté l’adhésion générale des Français, à en croire le 31e Baromètre de confiance dans les médias, réalisé par Kantar/Sofres pour La Croix. Trois quarts d’entre eux (76 %) estiment même que la campagne présidentielle a été bien traitée par les médias. La confiance, qui était tombée à un niveau très bas dans le précédent baromètre (réalisé juste avant les « affaires » Fillon), progresse aussi pour les médias traditionnels, à commencer par la presse écrite (52 %, + 8 %) et la télévision (48 %, + 7 %). Alors que culmine la défiance envers Internet : seul 1 Français sur 4 (25 %) jugeant crédibles les informations qu’il y trouve. Ce regain de confiance n’a rien d’un quitus.

L'histoire de la télévision, de 1884 à nos jours ! La télévision. Le petit écran. La téloche… Autant d’adjectifs pour désigner ce bon vieux téléviseur, objet incontournable des foyers du monde entier. Avant l’avènement d’Internet, il était encore notre principale fenêtre sur le monde. Aujourd’hui encore, c’est un medium largement consommé même s’il connaît un certain recul face à son concurrent interactif. On estime par exemple qu’un foyer français passe en moyenne 3h47 par jour devant sa télé. Devant une passion aussi dévorante pour ce compagnon du quotidien, il semble intéressant de se pencher un peu sur son histoire ! Pensez-y la prochaine fois que vous consulterez votre programme TV (essayez le site tele24, assez pratique) ou que vous visionnerez une bande annonce pour savoir ce que vous allez regarder dans la petite boite le soir ! Les débuts (fin 1800 – 1934) Diverses expériences dans le domaine de l’électricité et de la radio, menées par différents acteurs au fil du temps, ont jeté les bases de l’invention de la télévision. 1. 2.

Quand l’info devient instantanée | la revue des médias Chaque étape de la révolution médiatique, caractéristique de la transformation des sociétés contemporaines, est marquée par une accélération de l’information : après l’émergence de la presse de masse (fin XIXe siècle), c’est à la radio puis à la télévision d’y contribuer au XXe siècle. Toutefois, ni la radio ni la télévision ne bouleversent les logiques d’information établies avant leur apparition. Elles les rendent simplement plus complexes et l’existence d’une information audiovisuelle aboutit à produire un système médiatique dominé par les interactions et l’interdépendance entre les différents supports d’expression. Elles les adaptent aussi aux possibilités et aux contraintes spécifiques du son et de l’image. la radio annonce les nouvelles, la télévision les montre, la presse écrite les commente La presse de masse définit les logiques d’information Une vague de critiques déferle sur la presse nouvelle, jugée uniforme, sans idée, racoleuse La radio ou le triomphe de l’annonce

Histoire de la télévision 1856, L'Abbé Giovanni Caselli met au point un dispositif appelé le Pantélégraphe qui permet de transmettre par câble un texte ou un dessin. L'analyse du document se fait grâce à un stylet électrisé balayant horizontalement la feuille posée sur un cylindre métallique. Dessin transmis par pantélégraphe sur 9 km par câble en 1865. 1873, Joseph May (télégraphiste irlandais) découvre la photosensibilité du sélénium ce qui va permettre de convertir la lumière en électricité. 1875, John Kerr (physicien écossais) fait varier l'intensité d'un rayon lumineux en appliquant un courant électrique (cellule de Kerr). 1879, le 16 janvier, Constantin Senlecq publie la théorie d'un système de transmission d'images animées appelé le Télectroscope utilisant le sélénium comme cellule photo sensible qui balaie la surface dépolie d'une chambre photographique. 1884, le 6 janvier, Paul Nipkow dépose le brevet de son disque analyseur d'images. 1897, Karl Ferdinand Braun invente le principe du tube à rayon cathodique.

Qui dirige les médias français ? Ils sont à la tête d’empires dans l’industrie, les télécommunications, la communication ou encore l’Internet. À moins de deux ans de la prochaine élection présidentielle en France, ils se disputent les principaux journaux, télévisions et radios du pays comme dans une gigantesque partie de Monopoly. « La presse se concentre comme tous les marchés matures, et cela entraîne une recomposition du paysage médiatique », décrit au journal Le Monde l’historien des médias Patrick Eveno, notant l’irruption de nouveaux acteurs, notamment d’industriels des télécoms, qui « ont de gros moyens financiers ». Tour d’horizon de ces magnats des médias. - Patrick Drahi, 52 ans, est l’investisseur tous azimuts du moment. - Vincent Bolloré, 63 ans, industriel français PDG du groupe éponyme, défraye la chronique depuis la rentrée 2015. - Xavier Niel, 48 ans, est le fondateur d’Illiad, groupe de télécommunications français, maison mère du fournisseur d’accès à Internet Free.

Histoire de la régulation audiovisuelle / Histoire de l'audiovisuel / Connaître Qu’est-ce que la régulation audiovisuelle ? De manière générale, on appelle « régulation » une intervention visant à garantir et, si nécessaire, rétablir, la stabilité d’un système donné. En matière d’audiovisuel, la régulation signifie l’intervention des pouvoirs publics sur les médias audiovisuels : services de radio et télévision, et depuis 2009, services de médias audiovisuels à la demande. La régulation audiovisuelle a pour principe de garantir la liberté de communication des médias audiovisuels tout en s’assurant qu’ils respectent les règles et obligations auxquels ils sont soumis. Son histoire est étroitement liée à celle des chaînes de télévision et de radio, publiques et privées. Les premières formes d’intervention des pouvoirs publics : un contrôle fort En juillet 1939, le gouvernement Daladier crée la Radiodiffusion française nationale, également appelée Radiodiffusion nationale (RN). Pendant la guerre, la RN est installée à Vichy. L’ORTF, organisme sous tutelle

Rôle des médias - 30 secondes avant d'y croire Rôle des médias Dans ce contexte, comprendre comment les médias travaillent et comment ils font pour s’assurer que l’information qu’ils véhiculent est crédible est une chose importante. Un journaliste qui travaille à la radio, à la télévision et dans un journal doit respecter des règles avant de diffuser une information. De plus, l’information rapportée par un journaliste doit être basée sur des faits. Qu’est-ce qu’un fait ? Ce n’est pas une opinion, ce n’est pas un témoignage. Les journalistes ne publient pas d’informations qui reposent uniquement sur l’opinion ou le témoignage d’une personne. Une rumeur, une opinion, un témoignage : ce ne sont pas des faits. Le journaliste passe aussi par une série d’étapes avant que son article soit publié ou que son reportage soit diffusé à la radio ou à la télé : Interroge le témoin, la victime, la personne accusée, les services policiers, etc.

Le CSA, tout un débat Un CSA aux missions renforcées donc, mais qui doit être vigilant à ne pas dépasser les limites que sa compétence lui donne. La très attendue loi relative à la « communication audiovisuelle et à la souveraineté culturelle à l’ère numérique », future « loi audiovisuelle », devra permettre au CSA d’élargir ses missions au-delà de la radio et de la télévision pour contrôler les plateformes. Néanmoins, nombreuses sont les affaires qui mettent régulièrement cette institution sous le feu de l’actualité. Les « gendarmes de l’audiovisuel » sont saisis de sujets brûlants, depuis les remous de la convention conclue avec la chaîne du Hezbollah Al-Manar en 2004 jusqu’aux sanctions tenues à l’encontre de « Touche Pas à Mon Poste » sur C8. Retour sur une instance de régulation bien particulière. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, régulateur des médias audiovisuels Genèse et principes guidant le Conseil La communication audiovisuelle est libre. (...) Composition et nomination des membres du Collège

1975: l'ORTF éclate et les chaînes publiques deviennent concurrentes Le 6 janvier 1975, le téléspectateur découvre en allumant son poste de nouveaux logos à l'antenne: l'ORTF est mort, place à TF1, Antenne 2 et FR3. «Autonomes et entièrement responsables», les trois nouvelles chaînes assureront une «information libre et ouverte», ainsi que l'a affirmé Jacques Chirac en présentant, le 3 juillet 1974, le projet de réforme de l'Office. «La nouvelle organisation doit exclure tout gaspillage, en s'appuyant sur des structures allégées. Les rapports de l'Etat et de nouvelles unités autonomes devraient se limiter à la désignation des dirigeants», poursuivait le Premier ministre. L'actualité, qui fait ses manchettes sur l'affaire Lip ou l'avortement, et qui vient de constater l'incapacité de l'ORTF à couvrir la maladie puis la mort du président Georges Pompidou, se prête peu pourtant à une émancipation totale de la télévision. Martine ESQUIROU Martine ESQUIROU Le 6 janvier 1975, le téléspectateur découvre en allumant son poste Martine ESQUIROU Martine ESQUIROU

Related: