background preloader

Pourquoi je n’enseigne pas comme j’apprends ?

Pourquoi je n’enseigne pas comme j’apprends ?
J’ai récemment fait le point sur ma démarche d’apprentissage en réalisant un schéma dans le cadre d’ITyPA2 et je constate qu’il apparaît, dans une première approche, assez éloigné de la pédagogie ouverte que je prône comme démarche pédagogique. Il me semble utile de se pencher sur cet écart pour l’identifier, l’analyser et le comprendre. 1 – Comment j’apprends ? Mon apprentissage (détaillé ici) s’organise en trois temps : repérage des informations ou situations qui méritent d’être creusées,analyse, approfondissement, confrontation à mes connaissances du moment,formalisation. Une fois appropriés et formalisés, je partage à mon réseau ces nouveaux apprentissages (parce que cela les intéresse peut-être …) J’ai représenté cette démarche comme suit : Mon EAP en 2013 Si l’on décortique cette approche à partir du modèle pragmatique de Marcel Lebrun, on peut faire l’analyse suivante 2 – Comment j’enseigne ? pédagogie ouverte Si l’on reprend la même grille d’analyse, on retrouve : 3 – Comparaison J'aime :

https://prodageo.wordpress.com/2013/12/17/pourquoi-je-nenseigne-pas-comme-japprends/

Related:  cordraynicolasEnseignant, acteur du numériqueAprender a aprender

Les archives de la presse française en ligne — Enseigner avec le numérique RetroNews permet aux internautes visiteurs de rechercher et de consulter gratuitement mais sans possibilité de téléchargement, des contenus constitués principalement d’archives de presse ancienne publiées entre 1631 et 1945 et de contenus éditoriaux. La consultation de ces contenus et l'accès à certaines fonctionnalités sont soumis à l'ouverture gratuite d'un compte sans lequel la navigation au sein du site demeure fortement limitée. La formule gratuite de découverte du fonds périodiques autorise l'utilisateur inscrit à lancer une requête en plein texte via l'outil de recherche interne. Il est également possible dans ce cadre de consulter les Unes du jour, les Échos de presse, les dossiers de la communauté et les trois derniers de la rédaction ainsi que les Éditos, sans oublier la lettre d'informations hebdomadaire. Sources Réseaux et médias sociaux

887.n°887 - Françoise Lantheaume : « Les enseignants qui vieillissent bien dans leur travail savent garder une distance critique » Françoise Lantheaume, sociologue, est directrice du laboratoire ECP (Education cultures politiques) à Lyon-II Le vieillissement de la population enseignante est un phénomène international. Est-il plus fort en France qu’ailleurs et en quoi serait-il forcément un « problème » ? « Ailleurs » est très divers selon les continents. Dans les pays de l’OCDE, la tendance générale est au vieillissement. En France, la proportion assez élevée d’enseignants de plus de 50 ans (24,5 % dans le premier degré, 30,4 % dans le second degré en 2015) est liée aux recrutements importants au moment de la massification de l’enseignement et à la baisse qui a suivi, mais aussi à une entrée plus tardive dans le métier qui contribue, avec le recul de l’âge de la retraite, à l’allongement des carrières.

La pédagogie active Dans son article, Un monde en changement (2015), Isabelle Senécal évoque l’importance d’instaurer une pédagogie active dans les écoles. Ce changement dans les pratiques nécessite : d’en comprendre les caractéristiques et les modèles de classe (le quoi) d’en reconnaître la pertinence (le pourquoi) de valoriser les initiatives des leaders pédagogiques qui œuvrent en ce sens (le comment) C’est ce que nous développerons dans le présent dossier. Cette publication est appelée à être révisée et enrichie encore à l’avenir.

Le contrôle au cœur des établissements scolaires Des contrôleurs et des contrôlés sous tension "Dans un métier encore solitaire, les enseignants chevronnés comme les débutants rencontrent le besoin, à un moment ou un autre, de partager ce qu’ils vivent pour travailler, pour survivre et aussi pour capitaliser collectivement les savoirs et ressources de chacun Et ce n’est pas tant finalement le contrôle qu’ils redoutent que l’absence de reconnaissance du travail accompli". Pourtant rien ne suscite plus la méfiance que la perspective de contrôle de leur travail. Laetitia Progin (Université de Genève) présente ici les questions qui vont être évoquées lors du 1er Colloque international sur l'innovation dans les métiers de la formation et de l'éducation à Genève les 4 et 5 juin dont le thème sera "le contrôle du travail des enseignants". Par Laetitia Progin *

Apprendre @ apprendre La notion du temps ne s’apprend pas, elle se construit. Selon l’âge de l’enfant, sa perception chronologique n’est pas la même. Il est nécessaire de concrétiser ce temps qui passe pour que l’élève puisse anticiper sa journée, sa semaine et organiser ses tâches quotidiennes entre les activités et les devoirs. Avant tout, le fameux « cahier de texte » est à proscrire, n’apportant aucune aide dans le repérage temporel. 10 raisons de cultiver la sérendipité pour innover 1 Parce que nous naviguons dans un océan d’incertitude Lire : sérendipité posture nécessaire et Edgar Morin : Les Sept savoirs nécessaire à l’éducation du futur2 Parce que, selon Peter Drucker, c’est la première source d’#innovation ! (source : Les Entrepreneurs, Ed° Hachette). Pour aller plus loin et quelques exemples : 6 types de sérendipité3 Parce que les innovation qui en sont issues offrent le plus court délai entre le démarrage de leur réalisation et l’obtention de résultats mesurables (Peter Drucker)4 Pour ne plus passer à côté d’opportunités aussi inattendues : Christophe Colomb est mort 14 après la découverte de l’Amérique, en proclamant toujours être allé aux Indes !

François Taddei : « Il est temps de passer à une école de la confiance » Créé en 2005, le Centre de recherches interdisciplinaires agrège des dizaines d’actions innovantes en matière d’éducation. Son fondateur et directeur, le biologiste François Taddei, plaide pour une révolution copernicienne qui transformerait un système éducatif engoncé dans le contrôle en « écosystème innovant ». Avant même d’agir, il faut avoir conscience de l’urgence de l’action. Cette conscience existe-t-elle dans le domaine de l’éducation ? Je ne le pense pas.

Pour que les élèves mémorisent La première année où j’ai eu des CE2, quand j’ai voulu aborder le « sujet du verbe », j’ai commencé par une petite évaluation-diagnostique puisque la notion est déjà abordée au CE1. J’ai été complètement épatée par la facilité avec laquelle mon groupe de CE2 repérait les sujets dans les phrases, même dans les phrases longues ou tordues. Alors j’en ai parlé à Stéphane, le maitre qui les avait eus au CE1. Il m’avait dit : « Il n’y a pas de secret, on en a fait toute l’année ». Professeurs-documentalistes : quels modèles d’enseignement et d’enseignant ? Le débat est récurrent. Les professeurs-documentalistes ne sont pas des professeurs comme les autres, ni des documentalistes comme les autres, car ils sont à la fois et l’un et l’autre. Comme professeurs, ils n’ont pas de classe attitrée, ni d’heures d’enseignement inscrites à leur emploi du temps. Ils sont potentiellement professeur de chaque élève de l’établissement. Et, de fait, ils interviennent pédagogiquement, comme professeurs, sous des formes extrêmement diverses, auprès des élèves de l’établissement, non pas le plus souvent dans une classe, mais dans le centre d’information et de documentation dont ils ont la responsabilité. Selon les contextes, ils vivent cette situation comme celle d’acteur/trice-clé ou comme Maître Jacques/line de leur établissement.

Related: