background preloader

Travailler de manière collaborative, oui ! Mais comment s’organiser

Travailler de manière collaborative, oui ! Mais comment s’organiser
Plusieurs des présentations et tables rondes auxquelles j’ai assisté lors du Ouishare Fest s’intéressaient au travail et à comment la collaboration le transforme en profondeur. Les modes collaboratifs peuvent-ils fonctionner dans des entreprises qui demeurent hiérarchiques, pyramidales ? Et si ce n’est pas cas, comment mieux distribuer la gouvernance, l’organiser ? Epouser une culture de la collaboration nécessite-t-il de la pousser jusqu’au bout, jusqu’aux modes d’organisation et de partage du pouvoir qu’est l’organisation du travail elle-même ? Réinventer nos modes d’organisation avec les outils du XXIe siècle Nous travaillons avec et appartenons à de plus en plus de réseaux, d’organisations, de communautés… Si les réseaux et organisations en réseaux ont toujours existé, comment se reconfigurent-ils à l’heure de la société connectée ? Maro Horta est venue présenter FairCoop, une coopérative organisée via internet qui vise à réduire les inégalités. Même son de cloche chez FairCoop.

http://www.internetactu.net/2016/05/31/travailler-de-maniere-collaborative-oui-mais-comment-sorganiser/

Related:  Revue de presse - CLINEconcertation-collaborationcollaboration generalitesFlorilège - Transfert du savoir libre, 2016-08marinelindsaytournaud

A combien peut-on coopérer Le consultant Jean-Michel Cornu (@jmichelcornu) – qui a longtemps été le directeur scientifique de la Fing, l’éditeur d’Internetactu.net – a réagit à notre édito sur les questions de taille. Un rebond pour mieux comprendre les effets de la taille dans les processus d’intelligence collective. Lorsque, trop rarement, nous nous intéressons à la taille limite des groupes, nous nous focalisons surtout sur une taille limite haute au-delà de laquelle « les problèmes [qu’une société] rencontre doivent croître plus vite… ».

De l'individu au collectif, devenir contributeurs ? travail du projet Domino autour des compétences collaboratives Soutenu par l’Ademe et coordonné par Collporterre et Télécom Bretagne en partenariat avec Mînes Télécom, l’Université de Rennes 2, la FING et l’Adess Pays de Brest, le programme DOMINO entend outiller les acteurs locaux qui souhaitent faire du développement des pratiques collaboratives un levier de modes de vie durables sur leurs territoires Dans quelles mesures les pratiques collaboratives peuvent-elles contribuer au développement de modes de vie durables sur les territoires ? C’est la question à laquelle des chercheurs, des collectivités locales, des associations et autres acteurs territoriaux s’attachent à répondre depuis près d’un ans ! Les préconisations du programme (présenté ici) seront mises en discussion mercredi dans un atelier auForum des usages coopératifs. Introduction Ces innovations sociales sont portées par des personnes qui s’impliquent individuellement.

Pratiques pédagogiques avec le numérique - Cartoun, cartographie des usages numériques Présentation du service CARTOUN est un service de cartographie participative des usages pédagogiques. Ce service a pour objectif de favoriser la mutualisation des pratiques pédagogiques et les dynamiques de proximité en permettant à chaque enseignant, établissement, académie ou collectivité de faire connaître des expérimentations, des projets à caractère numérique et mettre à disposition de la communauté des activités pédagogiques géolocalisées. Il permet ainsi de favoriser la création de communauté apprenantes « de proximité ». Objectifs du service CARTOUN facilite la mise en commun des usages numériques en permettant : Comment la blockchain va tuer le management traditionnel Pas de chef, pas de valeurs prédéfinies. L'immersion dans le monde du travail à la sauce blockchain peut paraître déroutante. "Il a des barrières psychologiques, même si on accepte de perdre le contrôle, on tend à revenir à une structure centralisée, c'est comme un réflexe", raconte Francesca Pick, coordinatrice de la communauté OuiShare, qui ne pouvait s'empêcher de penser parfois : "A un moment, il faut bien que quelqu'un décide !" Pourtant, le principe semble simple : "Je n'ai pas un rôle important parce que je suis P-DG, mais parce que j'ai une certaine réputation", explique Primavera De Filippi. Une réputation qui se construit.

La co-création favorise l’engagement des clients Les formats de co-créations ne manquent pas et peuvent s’adapter à l’ensemble des produits et services proposés par une entreprise. On pense naturellement aux concours créatifs ou aux animations temporaires qui permettent de demander directement et rapidement les avis aux clients. Entre janvier et avril 2014, le Club Med a lancé l’application Facebook participative « My Val Thorens » afin d’impliquer les fans dans la co-construction du futur Club Med 4 tridents de Val Thorens. Au-delà d’une sollicitation ponctuelle de ses consommateurs, la co-création offre l’opportunité à la marque de profiter de l’initialisation de la collaboration avec ses clients pour entrer dans un dialogue durable et créatif. Le processus de co-création devient alors véritablement un processus d’innovation fondé sur des échanges permanents entre la marque et sa communauté de clients actifs et informés. Plusieurs marques ont développé des plateformes de co-création en adoptant un prisme communautaire.

Créer une culture de collaboration dans nos collèges: Est-ce possible Le palmarès des lycées ou les comparaisons de performances entre les collèges français ont le mérite de nous apporter chaque année de riches enseignements. Malheureusement, lorsque ces études sont rendues publiques, l’attention est polarisée sur les établissements collectionnant les médailles ou sur ceux se battant pour éviter le bonnet d’âne. Pourtant, ces classements nous indiquent aussi, par exemple, que deux établissements distants de quelques centaines de mètres, de populations comparables à la fois en termes de taille et de niveau socio-économique obtiennent parfois des résultats diamétralement opposés. C’est un constat d’autant plus surprenant que ces établissements sont censés faire face aux mêmes difficultés et devraient donc obtenir des performances assez proches. En France, cette démarche collaborative est rarement encouragée par le système. Signaler ce contenu comme inapproprié

Le renouveau pédagogique passe par des espaces inspirants En quelques années la France a transformé son écosystème pour devenir le pays où il faut aller pour inventer de nouvelles pédagogies. Cette mutation provient moins d'une politique centralisée de l’état mais plus de la démultiplication d’espaces et de démarches d’acteurs privés ou publics qui à force de foisonner modifient en profondeur les possibilités des pédagogues pour déployer leurs idées. Le renouveau pédagogique en cours s’intègre dans un mouvement plus large d’innovation comme montré dans cette carte : « carte de l’innovation ». Paris ville apprenante Bien sûr la ville de Paris est incontournable, cette ville d’affaire, universitaire, internationale, où il fait bon vivre s’est progressivement doté d’un réseau de plus de 2 300 lieux où le numérique est accueilli et soutenu.

Guide pratique sur les initiatives Blockchain Imaginez que le simple fait de remplir votre réservoir d'essence déclenche automatiquement un paiement correspondant au carburant que vous avez pris à la pompe. Vous n'avez pas besoin d'aller voir le pompiste, ni de choisir de payer en espèces ou par carte, ni de vérifier que les montants facturé et payé sont corrects. En 2016, plusieurs actions concrètes commenceront à donner des résultats et élèveront à ce niveau d'efficacité la finance de marché en utilisant Blockchain, le système de transactions utilisé pour le Bitcoin (voir l'encadré « Sous le moteur de Blockchain »). Le 2 juin 2015, lors de la conférence Exponential Finance de la Singularity University, Blythe Masters, Directrice générale de Digital Asset Holdings, entreprise d'investissement utilisant Blockchain, a livré son analyse : « Nous sommes capables de prendre en compte les informations qui attestent de la [propriété d']un instrument financier. La technologie Blockchain a toutefois ses propres difficultés.

Lego fait le plein d'idées avec sa plateforme de co-création - FANVOICE Ça vous dirait de devenir riche en participant à la création de nouveaux jouets Lego ? Il suffit de participer à la démarche de crowdsourcing lancée par la marque… et de séduire la communauté. Si vous aimez le crowdsourcing, vous connaissez sûrement déjà la version beta de la plate-forme de co-création version jouets de Lego, connue sous le nom de “Lego Cuusoo”.

#animapproches - Faire vivre la communauté avec seulement une heure par semaine 1 la vie du groupe semaines après quelques semaines Ce chapitre est plus particulièrement dédié aux facilitateurs. Nous allons y voir comment faire en sorte que la communauté soit active grâce à quelques actions qui vous prendront un temps minimum. Il pourra aussi intéresser tous ceux qui ont un rôle actif au sein de la communauté pour comprendre son fonctionnement mais également pour donner un coup de main au facilitateur lorsque c’est nécessaire. Nous partirons du principe que votre communauté est maintenant organisée avec plusieurs projets collectifs ouverts ; suffisamment de participants dans la communauté dont une part significative a déjà contribué sur l’outil de discussion (en se présentant en quelques lignes) ; et que les quatre activités de la communauté sont mises en place (fil d’information, rencontres, discussion entre les rencontres et espace de partage) ;

3 start-up françaises qui innovent avec la blockchain Frenchweb : La blockchain française est-elle en retard à l'échelle internationale ? Alexandre Stachtchenko, co-fondateur de Blockchain France : Elle a un léger retard, mais pas irrattrapable. Nous avons un écosystème plus restreint mais aussi plus actif. Par exemple, Stephan Tual comparait le slack de Slock.it, où il y avait plus de 3 000 personnes, au slack francophone de CryptoFR, au sein duquel il y avait 250 personnes, mais davantage de messages échangés. Il nous disait également que de son point de vue, le Français est de loin la deuxième langue de la blockchain sur Internet. Du point de vue des compétences, je pense également que la France n'a pas à rougir : en IT, en cryptographie, en penseurs de systèmes complexes, nous sommes bien fournis, et reconnus mondialement.

Related: