background preloader

Nutrition - Diététique : la définition médicale - Obésité-Santé

Nutrition - Diététique : la définition médicale - Obésité-Santé
Related:  NUTRITIONAlimentation - Nutrition

Obésité et surpoids : Qu'est-ce que c'est ? | Nutrition pratique | Mieux-Être D'après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Le surpoids et l’obésité se définissent comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. La masse grasse « normale » est habituellement plus faible chez l'homme (10 à 15 % du poids du corps) que chez la femme (20 à 25 % du poids). Le surpoids est une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. En France, un enfant sur cinq présente un excès de poids : 3,5 % sont atteints d'obésité et 14,5 % sont en surpoids. Pour caractériser l’obésité et le surpoids, on utilise l'indice de corpulence (IMC) qui se calcule en divisant le poids (en kg) par la taille (en m) au carré. Surpoids pour un IMC entre 25 et 29,9Obésité pour un IMC entre 30 et 39,9Obésité morbide pour un IMC à partir 40 Pour les enfants, ce calcul de l'IMC n'est pas pertinent. Le surpoids et l’obésité sont le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial.

Clap’santé n°7 : Numéro à croquer ! Retrouve ci-dessous des informations complémentaires à ce numéro : Crash test : frais, surgelés ou en conserve les fruits et légumes ? (complément du « zoom sur l’alimentation » pages 2 et 3) Frais 1 – 0 Surgelés ? Pas forcément… Quelle que soit leur forme, les légumes ont tout bon ! *Ebouillantés : passé à l’eau bouillante ou à la vapeur pour en raffermir la chair et en faciliter l’épluchage. Clip vidéo « simplifions l’étiquetage alimentaire » (Complément de l’article « Les goûts et les couleurs » page 4) Le projet de la future loi de santé (non encore votée) propose un nouvel étiquetage alimentaire basé sur un code couleur. La recette du chef Pierre Augé : sablés au chocolat noir & mousse au chocolat blanc (complément de la page 9 « à détacher ») Normalement, un chef ne dévoile jamais ses secrets de cuisine. Pour les sablés Ecraser 100 g de sablés natures. Pour la mousse au chocolat blanc Monter 400 g de crème liquide en chantilly. Tout sur le cancer : le dépistage À quoi sert le dépistage ?

La question de la semaine -Alimentation : produits bio, quelles garanties ? La question de l'internaute : « La gamme des aliments bio s'agrandit dans tous les magasins. On parle aussi d'une diminution du risque de cancer chez des consommateurs réguliers. Puis-je avoir une confiance totale dans ces produits ? » La réponse de Service-public.fr : « Les produits alimentaires labellisés agriculture biologique (AB) sont produits par des professionnels identifiés qui sont tenus de respecter les règles et les cahiers des charges imposés par les pouvoirs publics. » L'Agriculture Biologique garantit une qualité attachée à un mode de production respectueux de l'environnement et du bien-être animal. Elle se distingue par un mode de production particulier, fondé notamment sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, la non-utilisation d'organismes génétiquement modifiés (OGM), le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures et la lutte biologique contre les maladies et prédateurs des plantes et animaux. À savoir :

Risques d'obésité chez l'enfant et l'adolescent - Obésité-Santé Un enfant dont l'obésité est dépistée et traitée avant sa puberté voit le risque d'être obèse à l'âge adulte diminuer de façon importante. Définir un poids idéal est très difficile chez l'enfant et l'adolescent, compte tenu des variations physiologiques importantes de la masse graisseuse au cours de la croissance. Pour les mêmes raisons, il est compliqué de préciser une valeur de référence unique de l'obésité. Néanmoins, le " rebond de corpulence " (ou rebond d'adiposité) qui correspond, entre 1 et 6 ans, à un amaigrissement suivi d'une ré-augmentation de la corpulence vers 6 ans, permet de repérer les enfants à risque selon deux critères : si le rebond de corpulence est trop précoce (avant l'âge de 6 ans), il semble être prédictif d'une obésité future ; si l'enfant est gros, ou tout du moins au niveau supérieur des courbes de poids après le rebond de corpulence, il lui sera assez difficile de retrouver un poids " normal ". Courbe de corpulence - Garçon Courbe de corpulence - Fille

Les fameux fruits et légumes OK, tu le sais, impossible de passer à côté de ce message : il est conseillé de manger cinq portions de fruits et légumes par jour. Mais sais-tu pourquoi ? Et sais-tu comment les cuisiner ? Alimentation Fruit ou légume ? Un légume est une plante dont on mange certaines parties : feuilles, racines, tiges... 5 : le chiffre magique ? Les fruits et les légumes t’apportent des éléments indispensables pour être en bonne santé : vitamines, minéraux, fibres... Sous toutes leurs formes Tu peux les mangers crus, cuits, frais, surgelés ou en conserve, en gratin, en purée, en soupe, à la vapeur, en tarte, rôtis au four, en salade... N’oublie pas aussi qu’il existe des fruits secs : amandes, noix, noisettes, noix de cajou, figues, dattes... Plus d’infos sur www.plaisiretvitamines.org

Anorexie et boulimie | G.R.O.S. L'anorexie mentale Il n'est pas rare que l'anorexie mentale concerne une adolescente boulotte qui commence un régime… qui réussit trop bien. Puis, sans qu’on sache trop à quel moment les choses dérapent, on passe d’un phénomène de mode à une quête de pureté, voire un rejet de toute corporéité.L’anorexique lutte activement contre ses appétits. Certaines, qu’on nomme anorexiques mentales restrictives, y parviennent de façon continue ; d’autres, les anorexiques mentales boulimiques-vomisseuses, sont parfois sujettes à des boulimies intensément culpabilisées et ne parviennent à la maigreur qui les caractérise qu’en se faisant vomir, en absorbant des médications laxatives et diurétiques, parfois en très grande quantité, ou encore en se livrant à une débauche d’exercices physiques. Malgré l'absence de nourriture, l’anorexique reste longtemps extraordinairement dynamique et active, ce qui explique qu’elle puisse maigrir dans des proportions importantes avant que son entourage s’en inquiète.

Les problèmes cardio-vasculaires - Obesite-santé Le risque d'apparition de complications est majoré par l'apparition de maladies liées à l'obésité comme : Le diabète non insulino-dépendant (DNID) : 60 à 90% des patients atteints de DNID sont obèses ; Les dyslipidémies : 20 à 30 % des patients obèses présentent une dyslipidémie contre environ 4% dans la population générale ; L'hyper-uricémie : Trois fois plus fréquente que chez la personne non obèse, elle peut, dans certains cas, s'accompagner de manifestations goutteuses ou de lithiases rénales ; L'hypertension artérielle : Plus fréquente chez le jeune adulte obèse (moins de 40 ans), la prévalence de l'hypertension artérielle chez la personne obèse s'atténue avec l'âge mais perdure. Une valeur haute : elle correspond à la systole (repos du muscle cardiaque), Une valeur basse : elle correspond à la diastole (contraction du muscle cardiaque), Elle varie, quand vous êtes en bonne santé, entre 90 et 140 cm de mercure, ou comme on vous le communique plus fréquemment : 14/9.

Manger : un acte citoyen Aujourd’hui, on pourrait dire que la planète Terre n’est pas vraiment dans son assiette. Et les responsables, c'est nous : les humains ! Alors il est temps de réparer les erreurs de nos parents et grands-parents et de montrer l’exemple : chaque geste compte ! Alimentation Acheter local On ne va pas faire ses courses en Espagne, et pourtant il nous arrive d’acheter des produits espagnols, alors qu’on aurait pu les trouver en France ou, encore mieux, dans sa région. Être inventif Le fait d'acheter et de consommer fait partie de la vie. Aux fourneaux ! Rien de tel pour se détendre que d’enfiler un tablier et de cuisiner !

10 dernières actualités - le fil d'actualité de service-public.fr Un arrêté paru au Journal officiel du 25 avril 2019 prévoit la suspension de la mise sur le marché des denrées alimentaires contenant l'additif E171 (dioxyde de titane) pour une durée d'un an à compter du 1er janvier 2020. Le E171 est un additif alimentaire constitué de particules de dioxyde de titane (TiO2), notamment sous forme nanoparticulaire, qui est utilisé pour ses propriétés colorantes et opacifiantes dans de nombreux produits alimentaires (pâtisseries, bonbons, plats cuisinés...). Après avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) et dans le cadre de la loi dite ÉGalim, les ministres de la Transition écologique et solidaire et de l'Économie et des Finances ont décidé, par précaution, d'interdire, pour un an, la mise sur le marché des denrées alimentaires contenant cet additif à partir du 1er janvier 2020. À savoir :

Obésité Dossier réalisé en collaboration avec Arnaud Basdevant, nutritionniste et chercheur, unité Inserm U872, Institut hospitalo-universitaire ICAN (Institute of cardiology metabolism and nutrition), Paris, président du Plan National Obésité 2010-2013 - Janvier 2014. © Fotolia Maladie de l’adaptation aux récentes évolutions des modes de vie, l’obésité résulte d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Ce déséquilibre aboutit à une inflation des réserves stockées dans le tissu graisseux qui entraîne elle-même de nombreuses complications. L’obésité concerne aujourd’hui la quasi-totalité de la planète, y compris de nombreux pays émergents : selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 35 % des adultes dans le monde sont atteints d’obésité ou de surpoids. Mesurer l’excès de masse grasse Le diagnostic de l’obésité passe notamment par le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC), méthode qui reste à ce jour le seul moyen simple pour estimer la masse grasse d’un individu.

Est-ce compliqué de bien manger ? - Corpus - réseau Canopé Aborder la thématique de l’équilibre alimentaire nécessite avant tout de connaître et distinguer les différentes catégories d’aliments. Aussi, en s’appuyant ici sur l’invitation du Dr Lecerf à varier ses apports alimentaires pour obtenir une alimentation équilibrée, il semble utile de proposer aux élèves une activité permettant la distinction des différents groupes d’aliments et l’identification, pour chacun de ses groupes, de leur(s) intérêt(s) nutritionnel(s).Ce travail d’information est doublement essentiel pour prendre conscience de la spécificité nutritionnelle de certains groupes d’aliments et, par là même, leur complémentarité à respecter dans le cadre d’une alimentation équilibrée. En outre, Il pourra être intéressant de revenir, avec les élèves, sur l’information « au moins quatorze aliments différents par jour », information utile et facile à retenir qui, naturellement, interroge la personne sur sa diversité alimentaire (et donc son équilibre qualitatif) au quotidien…

L'Agence de sécurité sanitaire préconise de réduire "en urgence" la consommation de sucres chez les enfants En France, 75% des enfants de 4 à 7 ans et 60% des 8-12 ans ont des apports excessifs en sucres, prévient l'Anses mardi. Le constat est alarmant. Dans son avis sur les repères nutritionnels des enfants de 4 à 17 ans publié mardi 25 juin, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) constate que la majorité d'entre eux consomment trop de sucres. La situation est particulièrement préoccupante chez les plus jeunes : 75% des 4-7 ans ont des apports excessifs en sucres, ainsi que 60 % des 8-12 ans et 25 % des 13-17 ans. >> Moins de sucres pour les enfants, davantage de sport pour les seniors... Pour réduire la consommation de sucres des enfants, l'agence sanitaire identifie deux leviers. Ensuite, l'Anses pointe du doigt les biscuits, gâteaux et pâtisseries fréquemment proposés aux enfants pour leur goûter. Selon l'Anses, préparer des aliments "faits maison" peut aussi faciliter la réduction des sucres dans le plat des enfants.

Obésité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'obésité est l'état d'un individu ayant un excès de poids par augmentation de la masse adipeuse[1]. L'obésité se définit par un indice de masse corporelle supérieur à 30. L'obésité humaine a été reconnue comme une maladie en 1997[2],[3] par l'OMS. Cette organisation définit « le surpoids et l'obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. » Sa prévention est un problème de santé publique dans les pays développés. Cette maladie multifactorielle est considérée aujourd'hui par métaphore comme une pandémie, bien qu'il ne s'agisse pas d'une maladie infectieuse[4]. Étymologie et définition[modifier | modifier le code] Le mot « obésité » apparaît en 1550[5]. Les formes cliniques sont nombreuses, avec des mécanismes physiopathologiques et des conséquences pathologiques différents, il est donc plus judicieux de parler « des obésités ». Phénotypes[modifier | modifier le code]

Les besoins nutritionnels de chacun - Corpus - réseau Canopé L’intervention du Dr Lecerf peut servir de support en cycle 4 ou en voie professionnelle (enseignement de PSE) pour dégager et souligner l’importance des facteurs individuels et sociétaux capables d’influer sur la quantité de nourriture prise à chaque repas, capables donc d’interférer sur la mise en adéquation entre les besoins nutritionnels et les apports effectifs.Pour tenter de catégoriser ou de présenter ces facteurs, il peut être intéressant de prendre appui sur le document du player présenté en parallèle du témoignage du Dr Lecerf à la fin de la 1re minute. En ne fournissant aux élèves que les grandes catégories de déterminants capables d’influer sur la prise alimentaire, on peut les inviter à échanger, en petits groupes, sur ces facteurs, leur demander de les expliciter et d’y associer des exemples.

Related: