background preloader

Guide de la consocollab

Guide de la consocollab
Related:  Sites dédiés

Nouvelle consommation Un article de Encyclo-ecolo.com. La nouvelle consommation La nouvelle consommation Les Nouveaux visages de la consommation moderne sont multiples et de nombreuses appellations apparaissent : que sont tous ces nouveaux termes ? 53 % des Français sont d’ores et déjà, selon des modalités variables, significativement engagés dans ces pratiques de consommation émergentes en 2012. 48% des Français ne sacrifient pas les marques auxquelles ils tiennent au quotidien. A l'opposé des alter-consommateurs, il y a une frange des consommateurs avides de marques et de consommation qui profite à fond de la hausse du pouvoir d'achat : en 1991, il fallait travailler 3 mois pour acheter un ordinateur, 4mois1/2 pour se payer un téléviseur, et presque 16 mois pour une voiture. Sur la Nouvelle consommation, voire les articles suivants : > Le tour du monde de la consommation collaborative Votre consommation en 2010 : mieux mais pas moins 2010 : année de la nouvelle consommation ? Les digital mums Locavores et amap

Economie collaborative : un modèle fiscal et social à inventer "Airbnb est la deuxième capitalisation boursière de la planète en matière d'hôtellerie, avec zéro actif immobilisé, devant Accor, qui compte pourtant 40 milliards d'actifs immobilisés : c'est insensé !" C'est le constat dressé par l'économiste Benjamin Coriat, professeur à Paris 13, qui dénonce la prédation de nombreux modèles entrepreneuriaux de l'économie du partage par l'économie numérique organisée… Avec de lourdes conséquences fiscales et sociales à la clé. Car la plate-forme de location et de réservation de logements de particuliers rapatrie le plus gros de son chiffre d'affaires français et de ses bénéfices en Irlande, où l'imposition sur les bénéfices est très faible. Et prélève une commission substantielle sur chaque location sans acquitter de cotisations salariales par rapport aux propriétaires. "S'agit-il d'une activité exercée à titre professionnel ? "A court terme, la régulation par les seuils constitue une solution de transition acceptable, assure Arthur de Grave.

OuiShare PACA | scoop.it Le blog de ShaREvolution: Lancement du 11 février : retour sur l’atelier “Motivations, freins, usages de la consommation collaborative” Les études autour des usages de la consommation collaborative se multiplient depuis quelques années. Focus sur « les pratiques collaboratives » pour l’Ademe, intérêt pour les « consommations émergentes » du côté de l’Obsoco,… toutes ne recouvrent pas le même périmètre de pratiques, et peu encore font plus que de s’intéresser à la « photographie » des motivations et usages, en allant jusqu’à analyser les trajectoires d’usages des individus. C’est une des ambitions de ShaREvolution que d’aller « creuser » de ce côté-ci, en ramenant de l’inattendu, de nouvelles connaissances des usages. Une étude sur les usages (dont le protocole est encore en cours de construction) sera ainsi menée au cours du premier semestre 2014, permettant d’aller tester un certain nombre d’hypothèses. Un atelier sur le sujet était organisé à l'occasion du lancement de l'expédition, le 11 février 2014. La cartographie des freins et motivations Quelques motivations derrière la consommation collaborative

Top 40 Influencers For The Networked and Collaborative Economy Today’s business isn’t like yesterday’s. With global powers changing and the transforming workforce, which is spearheaded by changing demographics and emerging technology, the way we live, engage, and work is drastically different. Through technologies such as cloud computing, mobility, and social media, the digital world of 2014 is even more of a global village than what Marshall McLuan experienced and anticipated in the media convergence of the 1960s. Personally, we use Amazon, which is a network of merchants providing goods. This connected life transcends from our personal lives and consumer behaviors, and into enterprises where businesses are integrating the use of social and business networks to connect and collaborate with those outside their physical location. It’s the Networked Economy. Networked Economy Jeremiah Owyang - Jeremiah is a former industry analyst, and currently a speaker and a family man. Business Networks and Companies See other influencer lists here:

Le Co-Lab | Coopération, co-opétition, collaboration, co-opportunité, économie collaborative, co-management, Co-Révolution… KesaCO? The Master List of the Collaborative Economy: Rent and Trade Everything My next Open Research report (see my body of research) will be about the Rise of the Collaborative Economy. If you’d like to be interviewed for this upcoming report, please fill out this submission form. In my career as an analyst, I often list all the players in a category, announce a formal research effort, then publish a series of analyses, as part of my continuing methodology. In this case I will also be presenting my findings as a speaker at LeWeb, whose theme, “Digital Hippies” is directly related to this trend. Thanks to friend Loic Lemeur for triggering this idea. [Collaborative Economy Defined: A digital system that manages the coordination of buyers and sellers who offer or exchange used products and remnant services] [Market impact: These startups enable the crowd to get what they need from each other –rather than go to corporations] The Three Categories of Collaborative Economy Markets Within this market, there are multiple use scenarios.

vive la corévolution ! Cet ouvrage montre en quoi le phénomène collaboratif influence profondément nos organisations (groupes humains, associations, collectivités, mouvement politique, entreprises, etc.). L’émergence du Web participatif facilite la mise en réseau et encourage la transparence des échanges : cette logique imprègne peu à peu notre façon de penser, d’agir, de consommer (mouvement de “consommation collaborative” qui nous incite à covoiturer, cotravailler, “louer citoyen”, etc.), mais aussi d’entreprendre (dépasser la logique de compétition), de militer et de manager. Qualifiée de “radicale” par certains hommes d’affaires américains convaincus de l’urgence de travailler en bonne intelligence pour construire le monde durable de demain, la collaboration peut renouveler nos façons de faire à différents niveaux de la société. En le faisant passer du “moi” au “nous”, la corévolution donne un autre espace de déploiement concret au développement durable. Paru le 23 mai 2012

Related: