background preloader

Comment étudier? Perspective de la neuroscience

Comment étudier? Perspective de la neuroscience
Shutterstock / Antonio Guillem Le 10 mai dernier, Steve Masson, professeur à la faculté des sciences de l’Éducation de l’UQAM, a présenté un webinaire intitulé « Comment étudier? Perspective de la neuroscience ». La présentation avait pour but de fournir à des élèves du secondaire des stratégies d’étude efficaces appuyées par certains principes neuroscientifiques. Les stratégies d’étude privilégiées par les étudiants À l’approche d’un examen, relire les notes de cours et surligner les passages clés seraient deux stratégies d’étude souvent utilisées par les étudiants. Apprendre, c’est changer son cerveau D’abord, Masson explique qu’apprendre, c’est modifier les connexions entre les neurones de notre cerveau. Apprentissage : Le cerveau est comme une forêt Pour apprendre, on doit donc « activer » son cerveau (les connexions neuronales) à plusieurs reprises. Stratégie 1 : S’entrainer à activer son cerveau Stratégie 2 : Espacer les périodes d’apprentissage [Écoutez le webinaire]

http://rire.ctreq.qc.ca/2016/05/comment-etudier-neuroscience/

Related:  NEUROSCIENCES_APPRENTISSAGEpédagogie différenciéeNeuroscienceRessources pédagogiquesNeuro

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. 10 idées de gestion du temps qui doperont votre efficacité durant les périodes intenses Des conseils en gestion du temps, j’en ai lu une quantité considérable. Gestion du temps Tellement de possibilités s’offrent à nous pour être efficace qu’il nous semble parfois compliqué de reconnaître les conseils les plus importants et de savoir par où commencer. Vos objectifs sont-ils réalistes. Vous avez tout intérêt à connaître la réalité des choses pour aboutir dans votre travail.

La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. L’individu doit satisfaire les besoins qui sont à la base afin de pouvoir réaliser ceux qui sont au niveau supérieur. Le plus haut niveau étant le besoin de s’épanouir.

Les méthodes collaboratives pour briser le travail en silo - OCE - L'Observatoire compétences-emplois Les nouvelles réalités liées à la mondialisation et à la technologie compliquent le monde du travail et les enjeux sociaux. Avec la complexité, l’interdépendance et la vitesse des changements, le cloisonnement des actions est de moins en moins efficace. Or, les acteurs institutionnels, malgré leur bonne volonté, peinent à concevoir et à mettre en place des solutions communes, demeurant prisonniers des contraintes de leurs organisations respectives. Les méthodes collaboratives permettent de dénouer cette impasse. Prise une à une, les méthodes collaboratives ne sont pas nouvelles.

Les neuromythes constituent un obstacle au changement dans le domaine de l’éducation Qu’est-ce qui fait obstacle au changement et à l’amélioration de l’éducation? Je crois qu’un des obstacles est lié au fait que les enseignants possèdent souvent de fausses conceptions sur le fonctionnement du cerveau de leurs élèves. Ces idées fausses (souvent appelées des neuromythes) représentent un obstacle au changement et à l’amélioration de l’éducation, parce que, lorsqu’un changement s’oppose à une conception bien établie, il y a toujours une tendance naturelle et compréhensible à résister à ce changement. Je crois également qu’une des façons de surmonter cet obstacle est d’intégrer, dans la formation des enseignants, un cours de neuroéducation, un domaine en émergence dont le but est d’améliorer l’enseignement en comprenant mieux le fonctionnement du cerveau des élèves. Un des obstacles au changement : les neuromythes

Revue de presse / Press Review La revue Science & Vie propose dans son édition d'avril 2013 (no 1147) un article intitulé Lecture, calcul, stress, rythmes scolaires : 6 leçons des neurosciences contre les idées reçues. L'article est écrit par le journaliste Pierre-Yves Bocquet. Extrait : « Culte de la note, méthode globale, bosse des maths... Une compréhension de plus en plus fine des rouages de notre cerveau met à bas nombre d'idées reçues sur nos apprentissage et ouvre des pistes pour aider nos enfants à mieux apprendre.

20 activités de formation avec le mindmapping – Formation 3.0 Que faire avec le mindmapping en formation ? Voici une liste de 20 suggestions et des liens qui renvoient vers des exemples. Le Mind mapping : le couteau suisse de la formation Ce qu’on peut faire avec le mindmapping en classe ou en salle de formation n’est pas toujours clair pour tout le monde. Pourtant, cette discipline de la pensée visuelle permet d’accomplir énormément de choses. J’ai donc rassemblé dans une carte mentale Mindomo une série d’activités et de liens renvoyant vers des articles ou d’autres ressources en ligne. [Dossier] Sciences cognitives et apprentissage – 3/5 - le blog de Solerni – plateforme de MOOCs Dans les premières parties de ce dossier, nous avons vu qu’en moyenne, le cerveau humain possède dès la naissance un capital de cent milliards de neurones qui restera relativement constant tout au long de sa vie. En revanche, la véritable variable, c’est la connectivité entre les neurones qui évolue au gré des situations: en fonction des expériences et sollicitations, les connexions entre neurones seront tantôt mises en place et tantôt recyclées pour d’autres usages. Les sciences cognitives définissent ainsi l’apprentissage dans sa forme élémentaire comme la réaction cérébrale d’un individu à un stimulus : une information est perçue, traitée puis intégrée par le biais de modifications structurelles des réseaux neuronaux : c’est la plasticité cérébrale ou synaptique. Rôle du cerveau dans l’apprentissage : plasticité synaptique Pour pouvoir apprendre, il faut pouvoir mémoriser afin d’être en capacité de réutiliser une notion, un concept, ou une procédure.

Des idées pour exploiter pédagogiquement le réseau Twitter Dans une classe de première année, les petits apprennent à écrire et à lire les messages reçus sur le réseau social Twitter de leur classe. Ils utilisent l’application Twitter lors des périodes d’ateliers de la classe. Les projets sur le compte Twitter peuvent être mis en place dès le début de l’année. Vive les « neuroprofs » ! - 8 novembre 2012 De l’aveu de Nathalie Ré, sa prof d’histoire-géo, Tony [le prénom a été changé, NDLR] était « complètement à la ramasse ». A la fin de sa formation Neurosup, on a demandé à ce collégien redoublant d’Ernest-Bichat à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), ce qu’il en pensait. Il a conclu son mot par cette phrase : « Et maintenant, j’aime l’école ». Depuis, Tony est passé de 5 à 11 de moyenne. « J’ai été épatée, confie Nathalie Ré, émue.

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Les sept familles de l’accompagnement personnalisé au collège L’accompagnement personnalisé se met en place pour tous les élèves à la rentrée prochaine. Il y a bien des manières de procéder et Bénédicte Dubois nous propose sept grandes catégories d’AP, en s’inspirant de la typologie de Roland Goigoux. Un document qui sera utile aux équipes de collège, parfois un peu perplexes devant ce nouvel objet pas toujours bien identifié. « L’accompagnement personnalisé relève de temps dédiés à l’apprentissage de méthodes et à la maîtrise d’outils pour mieux apprendre », nous disent les textes officiels, qui fixent ainsi les horaires par classe :

Théories de l'apprentissage - Idées ASH Apprendre, c'est comprendre. C'est construire un savoir que l'on va pouvoir réinvestir. Pour que l'élève apprenne, il est essentiel: Qu'il soit conscient de ce que l'on essaie de lui faire comprendre et pourquoi.Qu'il soit conscient de " comment " il apprend.Qu'il ait envie d'apprendre. Enseigner, c'est aider l'enfant à apprendre, à construire un savoir. Le modèle SAMR : une référence pour l’intégration réellement pédagogique des TIC en classe Le modèle SAMR, élaboré par Ruben Puentedura, est une référence théorique très importante pour les éducateurs qui souhaitent réfléchir à l’intégration efficace et réellement pédagogique des technologies en classe. En voici un résumé. Le modèle SAMR offre une méthode permettant de mieux saisir comment la technologie peut avoir un réel impact sur l’enseignement et l’apprentissage.

Related:  Neurosciences