background preloader

Pourquoi Google se sert de romans à l’eau de rose pour améliorer une intelligence artificielle

Pourquoi Google se sert de romans à l’eau de rose pour améliorer une intelligence artificielle
Ce type de littérature, généralement peu considéré, permet au programme de s’exprimer de façon plus humaine et nuancée. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Comment remédier à la froideur des machines et leur donner un semblant d’humanité ? Les chercheurs en intelligence artificielle ont trouvé un début de réponse : la littérature. La semaine dernière, des chercheurs de Google ont expliqué au site américain Buzzfeed qu’ils enseignaient le langage à un de leurs programmes en se fondant… sur des romans à l’eau de rose. Si ce type de littérature est généralement peu considéré, l’entreprise américaine lui a trouvé une valeur inestimable. Les programmes d’apprentissage des machines ont besoin d’ingérer d’importantes masses de données pour en extraire des connaissances. Lire le décryptage : Intelligence artificielle et langage : où en est-on ? « Ces romans répètent les mêmes idées » « Pas de réponses torrides dans nos applis ! Valeurs morales

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/05/09/pourquoi-google-se-sert-de-romans-a-l-eau-de-rose-pour-ameliorer-une-intelligence-artificielle_4916007_4408996.html

Related:  michelmmL'intelligence artificielle dans la littératureIntelligence Artificielle

Une intelligence artificielle a presque remporté un prix de littérature - Pop culture Un concours littéraire japonais a vu se présenter 11 auteurs robotiques sur les 1 450 participants. Un seul a réussi à se retrouver au sommet de l'affiche, devant des écrivains faits de chair et d'os. Jusqu’à aujourd’hui, les robots écrivains étaient connus pour leur compétence sur de courts textes qui font appel à de nombreuses données, dates, lieux, chiffres etc. Les robots aspirants journalistes par exemple se multiplient notamment dans l’information financière. Mais cette fois-ci, les écrivains de la Littérature — avec un L majuscule — ont peut-être du souci à se faire. Durant un concours de romans japonais, le Hoshi Shinichi Literary Award, où étaient inscrits plus de 1 450 candidats, 11 étaient en fait des intelligences artificielles.

La Maison Blanche met en garde contre les dérives de l'intelligence artificielle Sous l'impulsion de Megan Smith, directrice technique de l'administration américaine, les Etats-Unis s'engagent dans un plan de réflexion et d'action pour prévenir les décisions liées à une intelligence artificielle défaillante. (crédit : D.R.) Dans un rapport, l'administration de Barack Obama pointe du doigt les décisions automatisées élaborées par des systèmes big data, d'apprentissage machine et d'intelligence artificielle. Défauts de programmation et pauvreté des algorithmes peuvent provoquer de sérieux problèmes. Le big bang des systèmes d'apprentissage machine est-il devant nous ?

Quand la littérature sera produite par les machines L'idée d'une “écriture machinique” obsède et effraie. Pourtant, l'idée d'une littérature autogénérée, indépendante de la personnalité d'un auteur, fascine, et pas seulement les informaticiens. InternetActu | • Mis à jour le | Par Rémi Sussan - Internet Actu L'idée d'une “écriture machinique” obsède et effraie. Si demain les ordinateurs se mettent à écrire romans et poésies, ne sera-ce pas le dernier pré carré de l'humanité qui s'en ira ? Pourtant, l'idée d'une littérature autogénérée, indépendante de la personnalité d'un auteur, fascine, et pas seulement les informaticiens.

linc.cnil Si les prédictions sur la taille future des marchés concernés sont sujettes à caution, les experts s’accordent pour voir l’évolution de la robotique sortir du domaine industriel et aller vers les services. Dans une étude de 2015, l’Institut Xerfi prévoit ainsi des opportunités à l’horizon 2020 pour les robots compagnons, les drones, les robots médicaux, les robots de transports de marchandises et de personnes… Cette simple liste montre que les enjeux liés au respect de la vie privée seront tangibles : les robots compagnons évolueront dans l’intimité du domicile des personnes, alors que les robots médicaux sont (déjà) utilisés dans un environnement par nature sensible. En outre, dans le domaine de la sécurité comme dans ceux des transports ou de la logistique, les questions liées à la surveillance seront inévitables. Les robots, des objets connectés comme les autres ? Les ingrédients pour un robot : des capteurs, du calcul et des moyens d’agir

L'IA dans la culture populaire - TPE sur l'Intelligence Artificielle S’ils réussissent, l’humanité aura la preuve qu'elle peut créer un être plus intelligent qu’elle. Dans cette oeuvre, les suppositions de l'auteur nous amènent à penser que l'IA est un procédé complexe à maîtriser puisque, dans cette anticipation, le principe du clonage est déjà acquis. Nous vous avions parlé des réseaux neuronaux dans la première partie : le rêve est devenu réalité dans ce roman ! Au delà du mobile « Nous ne connaîtrons jamais le moment où nous pourrons dire: pff… le numérique ce fut dur, mais désormais, c'est du passé ! », prévenait, en mars à Austin, le pdg du New York Times, Mark Thompson, ex patron de la BBC. Oui, le numérique continue de muter, d’accélérer, de tout changer. Nous vivons bien une transformation systémique, bien plus importante que celle de Gutenberg qui n’était, après tout, qu’une mobilisation de l’alphabet. Attention donc : nouvelles plateformes, nouveaux écosystèmes en vue.

Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ? - 26 août 2016 Un week-end pour réfléchir Nous avons puisé dans notre collection de grands entretiens pour vous concocter un week-end de réflexion sur les enjeux du numérique, histoire de bien attaquer cette nouvelle année scolaire. Pour encourager les travaux sur ces sujets, Rue89 lance d'ailleurs avec le Fabernovel Institute les Prix des Talents de la recherche. Une intelligence artificielle présélectionnée pour un prix littéraire Les humains seront-ils bientôt dépassés par des machines, même sur des créneaux qu'ils pensaient leur être réservés ? Au Japon, des chercheurs ont réussi à mettre au point une intelligence artificielle capable de co-écrire une histoire. Les scientifiques de la Future University Hakodate et d’une autre université japonaise avaient défini une trame narrative et le genre des personnages, et ils ont laissé la machine faire le reste, en sélectionnant des mots et des phrases préparées par des humains. Au final, l'intelligence artificielle a écrit environ 20% de l'histoire. Un concours ouvert aux intelligences artificielles

Le Parlement européen veut faire des robots des «personnes électroniques» Un rapport du Parlement européen prône la création d'une personnalité juridique pour les robots. Il prévoit de réglementer leur impact sur la société, l'économie et l'emploi. «Un robot n'est pas tout à fait une machine. Un robot est une machine fabriquée pour imiter de son mieux l'être humain.» Ces propos de l'écrivain de science-fiction Isaac Asimov auraient pu inspirer le Parlement européen. Dans un projet de motion publié le mois dernier, la Commission des affaires juridiques lance une réflexion autour du statut des robots et propose de leur attribuer le qualificatif de «personnes électroniques».

Quand l'intelligence artificielle s'empare de la littérature Dans Ada, paru chez Gallimard à la rentrée, Antoine Bello confronte la littérature à l'intelligence artificielle (IA), sur fond d'enquête policière. Frank Logan, policier nostalgique approchant de la retraite, est né dans la Silicon Valley. Il vit et travaille dans le berceau de la tech' mondiale, mais sait à peine utiliser son ordinateur. Il est pourtant chargé d'enquêter sur la disparition d'Ada, une IA développée par la société Turing Corp, qui souhaite mettre sur le marché des logiciels capables de produire des œuvres de fiction originales.

Ce robot décide tout seul s’il vous fera souffrir ou non « First Law ». C’est le nom du robot mis au point par Alexander Reben de l’Université de Berkeley, en référence à la première loi de la robotique d’Isaac Asimov : « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger. » Une loi que First Law ignore totalement. En effet, celui-ci a été programmé pour déterminer, de manière autonome, s’il piquera légèrement les humains qui lui présenteront leurs doigts. Son créateur lui-même ne peut savoir quand ce dernier passera à l’action ou non. Car First Law peut décider de ne pas frapper… s’il estime être menacé d’être déconnecté.

Related: