background preloader

308. "Maggot Brain" ou les prémices du lent et long déclin de Detroit.

308. "Maggot Brain" ou les prémices du lent et long déclin de Detroit.
Detroit connaît depuis plus de cinquante ans un lent et long déclin dont les origines sont multiples. L'hyper-spécialisation industrielle de Motor City a rendu la ville très vulnérable au renversement de conjoncture économique. Aussi les difficultés des grands constructeurs automobiles américains, tous installés dans le Michigan, précipitèrent la cité dans la crise. Les politiques urbaines aberrantes retenues par les édiles locaux pendant des décennies aggravèrent encore les maux d'une métropole devenue au fil des ans une ville dysfonctionnelle, fracturée et ségréguée. A son plus fort, Detroit rassemblait environ 1,8 million d'habitants, mais comptait plus que 700 000 en 2015. Cette chute n'a rien de soudaine et s'inscrit dans la durée, celle du lent déclin d'une ville et de son industrie reine: l'automobile. Les populations les plus qualifiées et les plus à même de s'en sortir ailleurs quittèrent la ville-centre. A suivre... Pour aller plus loin.

http://lhistgeobox.blogspot.com/2016/04/308-maggot-brain-le-lent-et-long-declin.html

Related:  Shrinking citiesSur Détroit et la décroissance urbainedetroitGéographie

309. "Imported from Detroit". Vivre dans une ville rétrécissante (shrinking city). Dans un chapitre consacré à l'urbanisation du monde, le nouveau programme de géographie de 4ème invite à s'intéresser aux villes "confrontées à des phénomènes de « rétrécissement » (Shrinking Cities, comme Detroit)." (1)Le choix de la métropole du Michigan peut sembler curieux au premier abord. Est-ce le plus pertinent? En tous les cas, l'opportunité offerte de s'intéresser un peu plus à Detroit constitue une aubaine à ne pas rater tant cette cité charrie d'images contradictoires. Au début des années 1950, Detroit était la quatrième ville la plus peuplée des États-Unis (1,8 millions d'habitants) et incarnait la réussite industrielle du pays.

Shrinking city Le terme de "shrinking city", traduit par ville rétrécissante, désigne un phénomène de rétrécissement urbain qui touche les villes sur trois plans : démographique, par la perte de population ; économique, par la perte d'activités, de fonctions, de revenus et d'emplois ; et social, par le développement de la pauvreté urbaine, du chômage et de l'insécurité. Les shrinking cities sont d'abord associées au "déclin urbain" ou encore à la "décroissance urbaine" des villes industrielles états-uniennes et allemandes (schrumpfende Städte) dans les années 1970-1980 et touchent désormais un certain nombre de grandes villes du monde, d'abord européennes et, depuis les années 1990, des pays émergents. Ainsi, par exemple les shrinking cities de la Rust Belt sont marquées depuis les années 1970 par la perte d'activités, de revenus et d'emplois, ainsi que par le déclin démographique, tant au profit des suburbs que des villes de la Sun Belt. Pour compléter

Décroissance urbaine La décroissance urbaine désigne un processus conjoint de déclin démographique et d’affaiblissement économique qui affecte de manière structurelle deux éléments constitutifs de la ville – la densité de population et les fonctions économiques, générant d’importants effets sociaux (Martinez-Fernandez, Audirac, Fol, Cunningham-Sabot 2012). Par opposition à croissance urbaine, la notion de décroissance urbaine souligne les pertes conjointes de population, d’emplois et de richesse, qui se traduisent par une déprise spatiale (friches, vacance) mais pas nécessairement par une contraction urbaine à partir des marges. Par ailleurs, la notion de décroissance insiste moins sur l’irréversibilité du processus que la notion de déclin urbain, parfois employée comme synonyme. La décroissance urbaine est une notion importée du monde anglophone et germanique.

306. The Temptations: "Run Charlie run" (1972) Les principales étapes de l'évolution démographique de Detroit sont largement influencées/conditionnées par sa situation économique. Certes, cette corrélation se vérifie partout, mais revêt une acuité toute particulière dans la grande ville du Michigan compte tenu de sa dépendance totale à la santé de son industrie automobile. Ainsi, il est possible de distinguer quelques grandes phases: 1. Ré-enchanter la ville par le cinéma ? Avec entre autres Lost River de Ryan Gosling, ou Only lovers left alive de Jim Jarmush, Détroit est devenue, depuis quelques années, un magnifique terrain de jeu pour les cinéastes. Filmée comme apocalyptique, la ville y est abandonnée des pouvoirs publics ou de toute forme d’organisation collective. Les personnages vivent dans des maisons délabrées aux allures de squats, errent toute la nuit en voiture, dansent dans des théâtres abandonnés ; le tout dans une esthétique éminemment poétique, qui donne à voir des lieux enchantés et donne envie d’aller visiter Détroit comme une exposition d’art contemporain. Détroit au cinéma : vers un goût de liberté et de renouveau Après avoir été le berceau de l’industrie automobile, Détroit a connu depuis les années 1960 un déclin économique progressif, et a été déclarée en faillite en 2013. Et les espaces urbains en crise dans le cinéma français ?

Detroit : la destruction plutôt que la rénovation L'ancienne capitale mondiale de l'industrie automobile est aujourd'hui une ville délabrée. En effet, Detroit compte aujourd'hui 70 000 édifices en ruine. Pour l'heure, la municipalité a déjà rasé 3 000 bâtiments. L'objectif : éliminer les maisons poubelles qui polluent le paysage. Certains quartiers résidentiels ont été désertés par leurs habitants qui ont fui la ville, la crise et le chômage. La délinquance et le trafic se sont installés à leur place, la ville veut aujourd'hui tout nettoyer pour se remettre sur pied : diminuer le nombre d'habitations pour y installer des terrains et éviter de nouveaux abandons.

Approfondir - Mutations urbaines la ville est à nous ! Des films de l'exposition Villes d’aujourd’hui, villes de demain ? Des habitants témoignent de leur quotidien et de leur ressenti personnel.Dans l'exposition sont présentées quatre villes emblématiques, florissantes ou en déclin, qui préfigurent autant d’avenirs possibles : Détroit, Medellín, Copenhague et Songdo. Une animation sur la croissance urbaine Paris 2050 : les cités fertiles Detroit, la ville qui rétrécit L'ex-fleuron de l'industrie automobile américaine vient de se déclarer en faillite. En 2010, nous étions allés à la rencontre des habitants, urbanistes, politiques qui tentaient de panser les plaies de leur ville. Une petite neige cinglante tombe sur Exeter Street, tournoie autour des maisons de bois peint, s'infiltre dans les toits délabrés et à travers les fenêtres sans vitres.

Les « villes rétrécissantes » en Allemagne Pour une bibliographie plus complète sur les villes rétrécissantes en Allemagne, voir Florentin, Fol, Roth, 2009. BARON M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C., RIVIERE D., VAN HAMME G., 2010, Villes européennes en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Lavoisier, 346 p. Nos villes sont mortelles ! (Pour écouter l'émission, cliquez ici. Invitées : Emmanuèle Cunningham-Sabot, maître de Conférences en Aménagement à l'Université de Rennes 2 et Hélène Roth, maître de conférences en géographie à l'Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand). N'hésitez pas de nous envoyer vos questions et/ou commentaires dans la rubrique "Votre commentaire" en bas de page. Déclin urbain et Shrinking cities : le concept Type de décroissance et d'environnement régional ©Hermès Sciences & Lavoisier Avec l’industrialisation, le développement de la ville moderne s’est progressivement inscrit dans une logique de croissance continue.

Related: