background preloader

Démocratie participative : de Paris à Reykjavik, des outils au service des citoyens

Démocratie participative : de Paris à Reykjavik, des outils au service des citoyens
Des citoyens qui aident les élus et leurs services à bâtir le futur des collectivités territoriales, c’est aujourd’hui une réalité à l’échelle mondiale, qui compte déjà plusieurs partisans en France. Pour ce faire, de nombreux outils participatifs ont été conçus et sont utilisés, notamment par les communes. Ils permettent de recueillir les idées, avis et votes de chacun avec pour but de financer ensuite les projets de demain, la finalité étant bien la co-construction de ces derniers. Paris, l’exemple français le plus frappant Pour bâtir une ville juste, progressiste et durable, l’intelligence collective est notre plus grande force. L’échange et le débat sont nos outils les plus puissants. Ces propos sont signés Anne Hidalgo, Maire de Paris, qui a décidé de consacrer 5% du budget d’investissement de la ville sur l’ensemble de sa mandature, soit 480 millions d’euros, pour financer des projets proposés par des citoyens. L’élue a notamment lancé un débat autour de la Loire et de ses usages.

http://www.lagazettedescommunes.com/438779/democratie-participative-de-paris-a-reykjavik-des-outils-au-service-des-citoyens/

Related:  Décisions communes Sociocratie HolacratieUne autre démocratie est possibleActualités territorialesDémocratie participative

atelier citoyen - Ville d'Eybens Atelier citoyen "Espace Nature" Mise à jour : décembre 2016 Un Atelier citoyen était consacré le 30 novembre au devenir de l’Espace nature aux Ruires avec ses 9 hectares de verdure, entre projets citoyens et mise en valeur de la biodiversité. Des habitants s'investissent déjà autour du rucher familial, des arbres fruitiers et des jardins familiaux. Chaque année, les vaches entretiennent le parc et contribuent à la biodiversité animale locale (lapins, canards, insectes...). Comment cet espace pourrait-il évoluer ?

Le rire comme manifestation publique Il y a deux ans, - le 19 janvier 2011 très exactement-, il est arrivé à Madame Pécresse une petite mésaventure. Alors Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, elle était invitée sur un plateau de télévision où elle prononça cette phrase : « L’économie numérique connaît des révolutions tous les jours, quand on voit qu’aujourd’hui Facebook détrône Google, Facebook qui n’existait pas il y a un an » . On était en 2011, Facebook a été ouvert à tous en 2006. Souveraineté numérique dans les territoires : c’est pas gagné ! Le numérique met à mal les frontières, les législations locales, la fiscalité, le traitement des données à caractère personnel… Le principe de souveraineté numérique consiste à essayer de conserver l’indépendance de son pays et d’assurer sa protection face à des industriels, des éditeurs, des fournisseurs de services numériques le plus souvent américains ou asiatiques. Dans cette optique, il est donc nécessaire de défendre les acteurs économiques français ou européens du secteur afin de ne pas dépendre uniquement d’entreprises non européennes. Il faut aussi s’assurer que les libertés individuelles des citoyens sont bien respectées notamment par les géants de l’Internet. Mais, dans les faits, la France et l’Europe sont loin d’être indépendantes technologiquement.

Le budget participatif primé par Le Monde Le quotidien Le Monde a dévoilé, vendredi 20 mai, le palmarès de ses premiers "Prix de l'innovation Le Monde Smart Cities". La Ville de Rennes est lauréate dans la catégorie "Participation civique" pour son premier budget participatif. Pour son premier budget participatif, la Ville de Rennes a reçu, vendredi 20 mai, le premier Prix du Concours de l'innovation SmartCities, dans la catégorie "participation civique". Ce concours international est organisé par le quotidien Le Monde. Ce prix visait à récompenser un "processus démocratique et horizontal dans lequel "les citoyens assument un rôle dans l'élaboration des espaces et des services" selon la rédaction du Monde.

CommentProduireUnDocumentAPlusieursCentai Comment passer du café du commerce à l'intelligence collective ? La parabole des aveugles et de l'éléphant 1 Six hommes d'Inde, très enclins à parfaire leurs connaissances, allèrent voir un éléphant (bien que tous fussent aveugles) afin que chacun, en l'observant, puisse satisfaire sa curiosité. Le premier s'approcha de l'éléphant et perdant pied, alla buter contre son flanc large et robuste. Déprofessionnaliser la politique, ce n’est pas la rendre moins compétente LE MONDE IDEES | • Mis à jour le | Par Ariel Weil, Jean Guillaume et économistes Par Ariel Weil et Jean Guillaume, économistes et membres du club de réflexion Bouger les lignes Lorsqu’on parle de réforme de la vie politique, on part souvent des institutions dont il faudrait repenser les contours, moins souvent des hommes et des femmes qui font la politique de la France, dont il faut réfléchir au moyen d’assurer le renouvellement. Le renouvellement de la classe politique sera pourtant un sujet majeur de la campagne présidentielle de 2017, porté avec mauvaise foi et sans proposition nouvelle par le Front national. C’est un enjeu central dans la lutte contre la montée des populismes en Europe, que seule l’incarnation d’une forme de rupture citoyenne avec les partis traditionnels paraît aujourd’hui susceptible d’endiguer.

Les intelligences de la smart city - Club Techni.Cités Faire d’Issy-les-Moulineaux une ville « à énergie positive », voilà le but d’IssyGrid, un projet porté par cette commune des Hauts-de-Seine et son maire André Santini avec Microsoft – qui y a son siège – Schneider Electric, Steria et Bouygues Immobilier, exposé jeudi 13 février 2014 lors des TechDays de Microsoft, le grand événement annuel de l’éditeur de logiciel américain, à l’occasion de la keynote sur les objets connectés, la session-reine du jour. Sur le stand « e-administration », on pouvait voir une démo de MaCollectivité, un tableau de bord pour élu, ou bien encore une borne de visio-conférence utilisé par le conseil général des Alpes-de-Haute-Provence pour échanger avec ses administrés et faciliter leurs démarches. Egoûts d’Haussmann et Chili sauce cybernétique - Comme souvent avec les termes de marketing, la réalité qu’ils recouvrent n’est pas entièrement nouvelle. Les cités n’étaient pas « bêtes » avant.

Quels enjeux pour les innovations démocratiques Faire se croiser chercheurs et nouvelles formes d’innovation démocratiques… Telle était l’ambition du débat organisé à Super Public, le 8 juin dernier à l’invitation du politiste Loïc Blondiaux (@loicblondiaux), qui signait récemment une tribune plutôt bienveillante à l’égard des « Civic Tech », ces solutions qui réinterrogent la démocratie par le levier de la technologie. Mais quelles sont-elles ces innovations ? De quelle nature sont-elles ? Que proposent-elles ? Image : photos de la soirée via le storify de la rencontre. 3 annuaires de services et applis pour renforcer sa citoyenneté avec le numérique (CivicTech) En juin 2016, NetPublic évoquait 49 outils en ligne et services pour renforcer sa citoyenneté avec le numérique (CivicTech). La CivicTech, c’est l’usage de la technologie dans le but de renforcer le lien démocratique entre les citoyens et le gouvernement. Cela englobe toute technologie permettant d’accroître le pouvoir des citoyens sur la vie politique, ou de rendre le gouvernement plus accessible, efficient et efficace… Bien sûr, il existe des liens évidents entre la CivicTech et la notion de Démocratie Ouverte / OpenGov (cf. l’infographie en fin d’article).

Projet de loi numérique : open data qui pleure, THD qui rit - Club Techni.Cités “L’open data oui, l’open bar, non”, a lancé Christophe-André Frassa, rapporteur au nom de la commission des lois sur le projet de loi Numérique. Le texte porté par Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat en charge du Numérique, est arrivé au Sénat en première lecture ce mardi 5 avril, dans le cadre d’une procédure accélérée, avec le passage dans les commissions saisies pour avis et/ou sur le fond en partie : affaires culturelles, de l’aménagement du territoire, des finances et des affaires économiques. La commission des lois, saisie sur le fond, a passé en revue les quelque 375 amendements, mercredi 6 avril sur ce projet de loi balayant trois grands aspects : “la circulation des données et du savoir”, “la protection des citoyens dans la société numérique” et “l’accès au numérique”.

Related: