background preloader

"J'ai un job à la con" : neuf salariés racontent leur boulot vide de sens

"J'ai un job à la con" : neuf salariés racontent leur boulot vide de sens
Claire*, 24 ans, contractuelle de la fonction publiqueClaire passe ses journées sur Facebook. Un dimanche soir, devant sa boîte mail vide, elle a fondu en larmes. « J’envoie des questionnaires à des étudiants. "Que pensez-vous de votre faculté ?", "De vos cours ?" Sauf que ça se fait sur demande, que j'en reçois très peu et qu'à traiter, ça me prend littéralement dix minutes. Quand je travaille, je sors parfois des statistiques sur de tout petits échantillons. Il peut m'arriver de faire des semaines à zéro heure de travail effectif. Mon responsable m’a surpris plusieurs fois mais il ne dit jamais rien. J’en ai parlé à mon n+1. Psychologiquement, je suis à bout. Mon père ne comprend pas. * Pour préserver l'anonymat, tous les prénoms ont été changés. Related:  Travailler AutrementBien être et Conditions de Travail

Pourquoi le futur du travail s'écrit au féminin En 2016, les femmes sont toujours victimes de fortes inégalités au boulot. Pourtant, la vague de changements qui déferle sur le marché du travail semble annoncer une nouvelle ère. Et cette fois, le futur du travail pourrait bien être féminin! It’s a man’s world Alors bien sûr, pour le moment, les chiffres ne vont pas dans ce sens et les hommes occupent encore la plupart des postes de pouvoir, dans tous les domaines. “Même si les mentalités évoluent, on pardonne encore rarement aux femmes d’afficher clairement leur ambition.” Mais, pire que les chiffres, il y a notre imaginaire collectif. Work as we know it is dead Mais aujourd’hui, ce monde du travail créé par les hommes pour les hommes, à l’ère industrielle, est à bout de souffle. “On a plus que jamais besoin de cœur, c’est-à-dire de compétences telles que l’empathie, le relationnel, la créativité, la coopération.” Who runs the world… Girls? La transition est d’ailleurs bien en marche et les chiffres en témoignent.

MOOC le Travail Flexible 1. Présentation du site. En vertu de l'article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site l'identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi : Propriétaire : Unow – SAS – 75 rue TurbigoCréateur : Mathieu MachadoResponsable publication : Léa Sidersky – contact@unow.fr Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.Webmaster : Léa Sidersky – contact@unow.frHébergeur : OVH – 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France. Crédits : les mentions légales ont été générées et offertes par Subdelirium SubDelirium 2. L’utilisation du site implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Le site est mis à jour régulièrement par Léa Sidersky. 3. 4.

A Idomeni, des migrants poussés à la folie «Une des choses qui me frappe le plus chez tous ces réfugiés bloqués depuis des mois à la frontière gréco-macédonienne c’est de les voir, lentement, perdre la raison.» C’est ainsi que Bülent Kilic, photographe de l’AFP basé à Istanbul (Turquie), introduit un article publié hier sur le blog «Making Of» de l’agence de presse, intitulé «Perdre la raison face aux barbelés». On sait déjà, à peu près, comment vivent les milliers de personnes, en grande partie venues de Syrie et d’Irak, qui se sont amassées dans la zone d’Idomeni, à la frontière entre la Grèce et la Macédoine. Depuis plusieurs mois, elles survivent là, dans des conditions inhumaines, avec l’espoir de pouvoir rejoindre l’Europe de l’Ouest. A lire aussi : «S’il le faut, je mourrai noyé sous la pluie à Idomeni» On sait moins ce qui se passe dans la tête de ces gens, qui ont quitté leur pays il y a plusieurs mois pour fuir une situation comparable à celle qu’ils retrouvent ici.

L'invasion des «métiers à la con», une fatalité économique? «Avez-vous l’impression que le monde pourrait se passer de votre travail? Ressentez-vous la profonde inutilité des tâches que vous accomplissez quotidiennement? Avez-vous déjà pensé que vous seriez plus utile dans un hôpital, une salle de classe, un commerce ou une cuisine que dans un open space situé dans un quartier de bureaux? Si vous avez répondu oui à plusieurs de ces questions, vous faites sans aucun doute possible partie de cette population qui occupe un «boulot à la con», ou «bullshit job», comme les nomme l’anthropologue anglais David Graeber. Professeur à la prestigieuse et orthodoxe London School of Economics, l’anthropologue «anarchiste» —vous allez vite comprendre le sens de ce qualificatif— a publié le 17 août, en pleine trêve estivale, un article coup de gueule très remarqué dans le trimestriel «radical» Strike! Strike! «Pour y arriver, des emplois ont dû être créés qui sont, par définition, inutiles. Parlons-en! Et bien aujourd’hui, nous allons en parler.

Vitamines mentales: 50 micro plaisirs à collectionner au travail Les vitamines mentales, ces mini capsules de plaisir et de joie qui réchauffent nos journées, sont présentes autant dans nos vies professionnelles que personnelles, même si elles paraissent encore plus imperceptibles et insaisissables, voire inexistantes, dans les premières. Pourtant elles sont là et ne demandent qu’à être captées, produites, cultivées, récoltées, collectionner pour nous redonner un peu d’énergie et de vitalité. J’étais ces jours-ci en train de préparer une conférence sur les vitamines mentales pour une centaine de cadres d’une société et en farfouillant dans mes archives sur le sujet, je suis retombée sur une liste d’exemples de petits bonheurs au travail commencée il y a longtemps. Voici donc une occasion parfaite pour vous la partager, histoire de vous encourager à renforcer votre capacité à savourer… … car comme disait Christophe André dans ses 3 minutes à méditer “Que nous restera-t-il si nous ne savourons pas les moments agréables?” Aller plus loin

Internet : l'enfer de la modération des commentaires On ne les voit pas, on ne les entend pas et ils sont pourtant l’un des piliers d’Internet. Les modérateurs ont la dure tâche de lire les contenus et commentaires postés sur les sites de streaming comme YouTube ou alors ceux des médias d’actualité. Sans eux, les choses seraient certainement bien différentes. Le site The Verge, spécialisé dans l’actualité technologique, consacre un long article à l’histoire de ces personnes qui voient et lisent des contenus souvent innommables pour empêcher aux utilisateurs de tomber dessus par inadvertance. Les journalistes Catherine Buni et Soraya Chemaly ont ainsi interviewé plusieurs de ces modérateurs qui doivent tout au long de la journée, cliquer, visionner, lire, admettre ou bloquer, ainsi de suite pendant de longues heures. Une modération encore très humaine L’article revient aussi notamment sur la pression qui pèse sur les épaules de ces personnes.

Job for Change – 101 formations diplômantes pour changer le monde Le printemps, c’est aussi le temps de l’orientation pour bon nombre d’entre vous. Selon un article du Figaro, vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir changer le monde… sans toujours savoir comment. Le site du Ministère de l’Économie et des Finances peut bien vous donner des pistes, mais dans le fond, vous êtes un peu perdu. [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] Bac +5Master 1 Ressources Humaines et management responsable des organisations ► En savoir plusMaster 2 Ressources Humaines et management responsable des organisations Spécialité Économie Sociale et Solidaire : organisations et projets ► En savoir plusMaster 2 Ressources Humaines et management responsable des organisations Spécialité Alter management et responsabilité sociale des entreprises : expert RSE et développement durable ► En savoir plus Bac +3 Licence Sciences Sociales – Parcours professionnel animateur de projets en économie sociale et solidaire : handicaps et ruptures socio-économiques ► En savoir plus

Les 3 leviers du bien-être au travail – My Happy Job Quelles sont les clés du bien-être individuel et collectif au travail ? C’est ce qu’a cherché à savoir l’Ifop dans le cadre d’une enquête menée pour le site d’offres d’emploi Monster (1). Qu’il s’agisse de redonner du sens à leur activité, de penser davantage collectif ou d’aménager son temps de manière équilibrée, les actifs français ont de nombreuses idées pour vivre mieux et s’épanouir au travail. Gilles Cavallari, Président de Monster France : « L’arrivée des Millennials dans l’entreprise a progressivement fait bouger les lignes et mis en lumière une nouvelle relation au travail en terme d’aspiration et de relationnel notamment. […] Ce changement implique de mettre en place de nouveaux modèles de collaboration, plus horizontaux, alors que les dirigeants éclairés ont intégré que c’est le bien-être de leurs collaborateurs qui fait la richesse de l’entreprise, sa productivité et sa compétitivité. 1° Redonner du « sens » au travail 2° Maîtriser son temps Crédit photo : Pexels.

Related: