background preloader

"J'ai un job à la con" : neuf salariés racontent leur boulot vide de sens - 18 avril 2016

"J'ai un job à la con" : neuf salariés racontent leur boulot vide de sens - 18 avril 2016
Claire*, 24 ans, contractuelle de la fonction publiqueClaire passe ses journées sur Facebook. Un dimanche soir, devant sa boîte mail vide, elle a fondu en larmes. « J’envoie des questionnaires à des étudiants. "Que pensez-vous de votre faculté ?", "De vos cours ?" Sauf que ça se fait sur demande, que j'en reçois très peu et qu'à traiter, ça me prend littéralement dix minutes. Quand je travaille, je sors parfois des statistiques sur de tout petits échantillons. Il peut m'arriver de faire des semaines à zéro heure de travail effectif. Mon responsable m’a surpris plusieurs fois mais il ne dit jamais rien. J’en ai parlé à mon n+1. Psychologiquement, je suis à bout. Mon père ne comprend pas. * Pour préserver l'anonymat, tous les prénoms ont été changés.

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/reforme-code-travail-el-khomri/20160418.OBS8721/j-ai-un-job-a-la-con-neuf-salaries-racontent-leur-boulot-vide-de-sens.html

Related:  Kit a ChangerTravailBien être et Conditions de TravailTravailler AutrementBureaucratisation

Prendre soin de ses collaborateurs, un nouvel impératif pour les managers Management Le 06/01/2015 Le Conseil d’Etat a jugé récemment qu’un suicide sur le lieu du service devait dorénavant être reconnu comme un accident du travail. Dans le secteur privé, depuis plusieurs années, des entreprises comme Renault sont condamnées par la Cour de Cassation pour n’avoir pas été attentives au mal-être d’un(e) salarié(e) en lien avec sa situation de travail l’ayant conduit à mettre fin à ses jours. Nous voulons vivre de notre métier d’artiste (et c’est normal) Deux visions s’opposent lorsqu’il s’agit d’évoquer le « métier d’artiste ». D’abord, celle qui consiste à ne pas voir la création comme un métier, tout au plus comme un plaisir de gentleman distingué ou de femme du monde : un hobby en somme, dont la rémunération — parlons davantage de compensation — vient parfois couronner la pratique. Cette image d’Épinal est assez répandue et a fait parfois beaucoup de tort aux partisans de la seconde vision, qui estime que la création est un métier comme un autre — souvent assimilé à l’artisanat — et qu’il convient de le rémunérer au même titre que les autres métiers, selon un barème objectif ou moral. Ces deux visions s’opposent parce qu’elles ne peuvent pas fonctionner en symbiose : une industrie qui tire une partie conséquente de ses revenus d’une infinité de petits créateurs pas ou peu payés ne peut pas encourager la professionnalisation de ces mêmes créateurs. Vous aimez Page 42 et vous voudriez me donner un coup de main ?

MOOC le Travail Flexible 1. Présentation du site. En vertu de l'article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site l'identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi : Propriétaire : Unow – SAS – 75 rue TurbigoCréateur : Mathieu MachadoResponsable publication : Léa Sidersky – contact@unow.fr Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.Webmaster : Léa Sidersky – contact@unow.frHébergeur : OVH – 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France. "On ne discute plus assez du travail dans les entreprises" Novethic. La qualité de vie au travail (QVT), qu’est-ce que c’est exactement ? Émilie Bourdu. Il n’existe pas de définition stricto sensu de la qualité de vie au travail (QVT). Elle concerne le relationnel entre collègues, la circulation de l’information, le dialogue social, l’égalité hommes-femmes, la conciliation entre vie professionnelle et personnelle, la santé au travail et bien sûr le contenu du travail et son organisation.

Brown-out, stupidité fonctionnelle et souffrance au travail Les concepts se multiplient pour décrire le mal-être au travail et ses conséquences : l’excès d’implication qui mène au burn-out, l’ennui qui génère le bore-out, et maintenant l’absurdité ressentie de ses tâches quotidiennes qui conduit au brown-out. De quoi s’agit-il, pourquoi en arriver là et comment en sortir ? Traduit par « chute de tension » dans l’industrie électrique, le brown-out désigne maintenant cette perte d’énergie subie par un manager ou un collaborateur face à un travail qu’il ressent absurde ou stupide. Un terme tendance pour décrire des situations largement répandues, dans lesquelles un individu doué d’intelligence se retrouve exécutant de tâches qui en sont dépourvues. Pitch2Kids: les enfants prennent la parole La vérité sort de la bouche des enfants, dit-on. C’est en partant de cet adage que les trois jeunes de Pitch2kids ont lancé leur concept de séance de pitch devant un jury d’enfants. « Vous pouvez dire que c’est nul, que le logo est moche et poser toutes les questions que vous souhaitez les enfants !

Un management sain… si, si c’est possible Dans le cadre de nos recherches sur le hacking social au travail, nous avons exploré le monde du management, avec ses coachs, ses consultants et sa « bibliothèque » de conseils-injonctions. Il s’agissait de trouver les sources du mal, les sources de cette inclination à vouloir manipuler son prochain, à faire souffrir le subordonné ou le forcer à des actions que l’on a décidées pour lui. Nous avons compris une chose : quel que soit le discours dans les bouquins de management,quelles que soient les bonnes volontés de l’auteur, un lecteur pourra toujours le déformer selon son filtre « gagner plus de pouvoir sur les autres, faire plus de profit pour soi-même » ; certains livres ont clairement une inclination permettant aux managers et autres chefs de suivre cette égoïste destinée. Et cela nuit aux salariés, nuit à l’entreprise, nuit au manager malgré ses apparences de winner.

Vitamines mentales: 50 micro plaisirs à collectionner au travail Les vitamines mentales, ces mini capsules de plaisir et de joie qui réchauffent nos journées, sont présentes autant dans nos vies professionnelles que personnelles, même si elles paraissent encore plus imperceptibles et insaisissables, voire inexistantes, dans les premières. Pourtant elles sont là et ne demandent qu’à être captées, produites, cultivées, récoltées, collectionner pour nous redonner un peu d’énergie et de vitalité. J’étais ces jours-ci en train de préparer une conférence sur les vitamines mentales pour une centaine de cadres d’une société et en farfouillant dans mes archives sur le sujet, je suis retombée sur une liste d’exemples de petits bonheurs au travail commencée il y a longtemps. Voici donc une occasion parfaite pour vous la partager, histoire de vous encourager à renforcer votre capacité à savourer… … car comme disait Christophe André dans ses 3 minutes à méditer “Que nous restera-t-il si nous ne savourons pas les moments agréables?”

Related: