background preloader

Collection cinema La Cinémathèque française

Collection cinema La Cinémathèque française
Related:  Etudier le cinéma : Histoire / Vocabulaire / Analyse

La décomposition du mouvement Contexte historique La technique de la photographie offre aux scientifiques des possibilités nouvelles. A partir des années 1870, le Français Etienne-Jules Marey (1830-1904) et dans son sillage l’Américain Eadweard Muybridge (1830-1904) se servent d’instantanés photographiques pour décomposer le mouvement des êtres vivants. En dissociant, en figeant, en analysant les poses successives de leurs modèles, les deux hommes peuvent capturer le détail des activités sportives ou des gestes de la vie courante. Analyse des images Marey, passionné par la locomotion humaine et animale, est l’inventeur en 1882 du fusil photographique et de la « chronophotographie », qui permettent de linéariser sur une même plaque le déplacement d’un sujet muni, pour les besoins de l’expérience, de plusieurs points réfléchissants sur les bras et les jambes. Interprétation Les travaux révolutionnaires de Marey et Muybridge ont eu immédiatement des applications.

Le cinématographe Lumière Contexte historique Les origines du cinéma La fascination constante des hommes pour les représentations animées a conduit de nombreux savants de l’époque moderne à concevoir des appareils permettant de projeter une succession d’images fixes. Ainsi, au XVIIIe siècle, les « optiques » des montreurs d’images ambulants, caisses à travers lesquelles le spectateur aperçoit des scènes lumineuses édifiantes, connurent un franc succès. Ce n’est cependant qu’à la fin du XIXe siècle que les tentatives de figuration du mouvement aboutirent avec la mise au point du cinématographe par Louis Lumière (1862-1948). Analyse des images Les premières projections de films Interprétation L’expansion du cinématographe Devant l’accueil triomphal du public, les frères Lumière étendirent l’exploitation commerciale du cinématographe en envoyant dès 1896 leurs opérateurs le diffuser dans le monde entier.

Histoire du cinéma 1 Rouleaux narratifs Le principe du « rouleau narratif », grand dessin panoramique déroulant sur papier ou sur soie, fut largement utilisé en Chine et au Japon à partir du Xe siècle par des conteurs comme support narratif. Ces grands dessins cinétiques, servaient à planter le décor, à suivre la progression de l'intrigue et permettait aux spectateurs de voir les déplacements du héros dans les dédales des palais ou des villes… Il pouvait bien sûr y avoir un rouleau pour chaque « plan séquence » du récit, et être accompagné ou non par des musiciens. Théâtre d'ombres Le théâtre d’ombres, quant à lui, est un art très ancien représenté dans tous les pays du monde. celles qui jouent directement à la vue du public celles dont l’ombre, projetée par une source lumineuse, se découpe sur un écran (silhouettes découpées ou personnages formés par l’ombre de la main). Les ombres peuvent présenter des profils nets mais aussi des flous et des bougés qui apportent dynamisme et action à la narration. Suite >

Histoire du cinéma 2 Le cinéma n'est pas capable, en lui même, de reproduire un mouvement continu Une des observation qui participa à la création du cinéma, est cette particularité physiologique de l'œil humain connue sous le terme de « persistance rétinienne ». Lorsque nous regardons un objet, son image se forme sur la rétine, « surface sensible » à la lumière qui tapisse le fond de l'œil. L'image ainsi captée par la rétine met une fraction de seconde à disparaître. De nombreux instruments furent construit sur ce principe, du simple thaumatrope (2 images tournant autour d'un axe) au praxinoscope à miroirs d'Émile Reynaud. En 1831, le Belge Joseph Plateau, commercialisera avec un certain succès, un « jouet optique » le phénakistoscope : Le principe du phénakistoscope est assez simple, une douzaine d'images comme celles ci-dessus, sur un disque en rotation face à un miroir. Observées à travers les fentes du disque et grâce à la persistance rétinienne, le spectateur a l'illusion d'un mouvement,

Plein gaz Catégorie : Analyses de séquence archivées Avec ses sorties multiples depuis une quarantaine d’années dans de très nombreux pays, Duel a connu un très grand nombre d’affiches qui mettent en relief des aspects très différents du film de Steven Spielberg. Celle que nous présentons ici est ancienne, apparemment un peu démodée, mais correspondant à une époque, celle qui a fait le succès du film et contribué à faire connaître le nom de ce jeune réalisateur encore inconnu.Si elle a un côté horrifique avec la gueule grande ouverte du camion, elle a aussi et surtout un côté ludique, très pop, enfantin, disneyen. —Analyse : Joël MagnyRéalisation : Jean-Paul DupuisCette vidéo peut être vue en relation avec la rubrique “L’Affiche”, de Frédéric Strauss,p. 1 du dossier « Collège au cinéma » n° 201 sur “Duel”.

Collège au cinéma | Dispositifs | Transmettre le cinéma | Page 4 Rue Cases-Nègres PALCY Euzhan Fiction | Comédie dramatique Collège au cinéma 2010-2011 Enfant noir (L’) CHEVALLIER Laurent Documentaire | Récit initiatique Collège au cinéma 2001-2002 Temps modernes (Les) CHAPLIN Charles Spencer Fiction | Burlesque Collège au cinéma 2004-2005 Abouna (Notre Père) HAROUN Mahamat Saleh Kes Synopsis Dans un village du Yorkshire, Billy, 15 ans, vit entre sa mère, Mme Casper, désireuse de retrouver un mari, et Jud, son demi-frère bâtard et joueur de courses. Billy, élève rêveur, lecteur de bandes dessinées, voleur et solitaire, découvre un jeune faucon dans un nid. Intéressé par cet oiseau sauvage, il vole un livre sur la fauconnerie dans une librairie et entreprend d’apprivoiser et de dresser l’animal. Générique Rôles Billy évolue dans un monde hostile d'où la tendresse, la considération et la complicité semblent absentes. Jud sait que sa place dominante au sein du foyer familial est illégitime et ne peut asseoir son pouvoir sur ses proches que par la force. La mère subit et ne fait qu'encaisser les coups. Les enseignants : Le professeur de sport, profondément narcissique, représente la pire espèce produite par l'éducation. Mise en scène Autres points de vue « Il est difficile de parler sans mièvrerie du monde de l’enfance. « C’est du Truffaut à la puissance 2. Experiences Films

analyses de films, analyse de films Voyages, 1999 Space Odyssey (A), 1968 In the Mood for Love, 2000 Elephant, 2003 Cat People, 1942 In the Mood for Love, 2000 Diabolique Dr Mabuse (Le), 1960 Chemin de la liberté (Le), 2003 Pianiste (La), 2001 Big Shave (The), 1968 Eau chaude, l'eau frette (L'), 1976 Vent nous emportera (Le), 1999 Fin du Jour (La), 1939 Ivre de femmes..., 2002 La Vie est un miracle, 2004 Y'a pire ailleurs, 2011

Grammaire du cinéma | Des films résumés en pictogrammes Une série de posters résument en quelques pictogrammes les scénarios de films. La simplicité au service du cinéma. Poster n°1 (Crédit Image : Matteo Civaschi) Matteo Civaschi est un designer originaire de Milan qui travaille pour le studio H-57. Ses dernières créations remontent à la fois le cours de films et de notre mémoire par l’entremise de posters sur lesquels ont été apposés des pictogrammes. En toute simplicité. L’idée : reprendre à la racine les scénario de films, populaires ou non, pour les illustrer à travers des symboles. Poster n°2 (Crédit Image : Matteo Civaschi) Poster n°3 (Crédit Image : Matteo Civaschi) Poster n°4 (Crédit Image : Matteo Civaschi) Poster n°5 (Crédit Image : Matteo Civaschi) Poster n°6 (Crédit Image : Matteo Civaschi) Poster n°7 (Crédit Image : Matteo Civaschi) Poster n°8 (Crédit Image : Matteo Civaschi)

FilmmakerIQ.com accueil »

Related: