background preloader

Les tensions azéri-arméniennes (1/2)

Les tensions azéri-arméniennes (1/2)
Par Andrew Korybko – Le 4 avril 2016 – Oriental Review La recrudescence de violence sans précédent le long de la ligne de contact entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au Haut-Karabagh a soulevé l’inquiétude générale qu’un conflit plus large puisse être en train de prendre forme, certains analystes le voyant comme une manifestation de la politique turque de déstabilisation de la Russie au cours des deux derniers mois. Aussi séduisante que cela puisse être de croire que l’Azerbaïdjan se comporte comme une marionnette de l’Occident, une telle explication n’est qu’une description superficielle de ce qui se passe et néglige de prendre en compte le récent changement de politique étrangère de Bakou au cours de l’année écoulée. Pour accomplir cette tâche, il est essentiel que l’analyse commence par une vue d’ensemble des derniers mouvements politiques de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan dans l’année précédant ces derniers affrontements. Pas à quoi l’on pouvait s’attendre Arménie: Azerbaïdjan: Liens : Related:  La 3° guerre mondiale II

[Info-Palestine.eu] -  L’extrémisme islamique est un sous-produit de l‘impérialisme occidental <script> identifiant_article = 15988; </script> Prison d’Abou Ghraib, Irak - Un soldat américain photographié en pleine mission civilisatrice... La violence impérialiste n’a rien à envier à celle des groupes religieux ultra-radicaux d’aujourd’hui, et elle en est même l’inspiratrice - Photo : Washington Post Alors que nous peinons à faire face à la réalité des derniers attentats terroristes à Bruxelles, il est important de comprendre les causes d’un tel extrémisme. Après tout, il y a cinquante ans l’extrémisme islamique était pratiquement inconnu et les attentats suicides étaient inconcevables. Bien qu’il y ait de nombreux facteurs en jeu, l’une des causes principales est sans aucun doute l’impérialisme occidental. Afin de comprendre la montée de l’État Islamique nous devons brièvement passer en revue l’histoire de l’intervention occidentale, pas seulement au Moyen-Orient mais à travers le monde pour montrer que l’extrémisme islamique n’est pas un phénomène unique. En mars 2003, le président George W. Du même auteur :

Les uniformes militaires pour Daech sont d’origine saoudienne Selon les médias espagnols, les conteneurs avec les uniformes devaient quitter le port espagnol et traverser le Méditerranée pour arriver en Turquie, et puis, par voie terrestre, franchir le point de contrôle de Bab Al-Hawa, à la frontière syro-turque. Ces conteneurs, évidemment, sont venus à l’Espagne de l’Arabie Saoudite. Les uniformes militaires “apparemment d’un des pays de l’Otan” devaient quitter le port espagnol et traverser le Méditerranée pour arriver en Turquie, et puis, par terre, via le point de contrôle de Bab Al-Hawa, à la frontière syro-turque, rapporte le journal espagnole El Pais. Le début de mars la police espagnole a annoncé avoir saisi quelque 20 000 uniformes militaires, une quantité “suffisante pour équiper toute une armée”, qui étaient destinés à des organisations djihadistes, dont le groupe Daech, actives en Syrie et en Irak.

L'«œil borgne sur la Syrie», nombril du Monde - En point de mire Le Monde : De quotidien vespéral de référence à quotidien crépusculaire de déférence Le Monde se veut non le centre du Monde, mais le nombril du Monde. De ce privilège il use souvent avec discernement, le plus souvent, sans discernement. Ainsi Jean Marie Colombani décrétera un beau jour de septembre 2001, sans crier gare, que nous étions « tous Américains », s’arrogeant abusivement le droit de prendre en otage l’opinion française, négligeant les méfaits des États-Unis au Vietnam et les ravages de l’effet orange sur sa population civile, la vitrification nucléaire de cibles civiles au Japon (Hiroshima et Nagasaki), la transformation de l’Amérique latine en vaste « République bananière » pour le seul profit de la compagnie « United Fruit ». Juste retour des choses : JMC, l’ancien maître du Monde, le commensal de Torcello, finira sa carrière rubricard d’un journal gratuit d’un nabab capitaliste. L’amitié avec Michel Seurat, ni passe droit, ni rente de situation Eh Oui. CF. à ce propos :

Quand la France et la Belgique voyaient d’un bon œil le départ des candidats au djihad Retour aux origines de la guerre menée contre l’Etat syrien par des puissances occidentales, France en tête, et les monarchies du Golfe, par groupes terroristes interposés [3] Précédents (*) (**) A l’heure où toutes les polices sont sur les dents pour combattre le terrorisme à nos portes ils convient de rappeler qu’il fut un temps où nos autorités ne voyaient pas d’un mauvais œil les milliers de jeunes qui dès fin 2011 se rendaient en Syrie rejoindre les groupes terroristes d’al-Nosra affilié à al-Qaida, et quantité d’autres bandes de mercenaires qui combattaient l’Etat syrien. De ce fait, les polices belges et françaises n’étaient pas tenues d’empêcher les jeunes candidat au djihad au nord de la Syrie via la Turquie qui, depuis le début de la crise, sert de base arrière aux groupes terroristes. C’était le temps où le départ des jeunes européens partant vers la Syrie et l’Irak était couvert par la propagande pro « rebelles ». Silvia Cattori | 10 avril 2016 Avis de non-responsabilité.

Genève 3 : Les manœuvres de Sieur Mistura et du Camp des agresseurs Le camp des agresseurs de la Syrie ayant pressenti les dangers de son échec sur le terrain, s’est tourné une fois de plus vers les manœuvres politiques et militaires censées limiter ses pertes en attendant de transformer l’essai. Pour ceci il a travaillé sur plusieurs niveaux : La date retenue pour la future session des « pourparlers entre Syriens » L’Émissaire spécial des Nations Unies, M. Le document rédigé par De Mistura en prévision de la future session La rédaction de ce document en 12 points, censé servir de base aux discussions et remis aux délégations autorisées à participer aux pourparlers, dissimule à peine la volonté de contourner la résistance et les victoires syriennes, ainsi que les droits des Syriens. Une Syrie désarmée : « 1. Une Syrie prétendument sectaire « 4. Une Syrie prétendument misogyne « 5. Un intérêt opportuniste pour le rôle des femmes dans la vie politique syrienne, comme si la Syrie l’ignorait ainsi qu’il en est en Arabie saoudite, par exemple. « 6. « 9. III.

5 faits sur le groupe Jaysh al-Islam qui utilise des armes chimiques en Syrie mais négocie à Genève Le groupe islamiste Jaysh al-Islam a reconnu avoir utilisé des armes chimiques contre des combattants kurdes à Alep, il publie des vidéos d’exécutions mais cela ne l’empêche pas d’être à Genève pour négocier une sortie de crise pacifique. Jaysh al-Islam, armée de l’islam en français, est un groupe connu précédemment sous le nom de Liwa al-Islam, brigade de l’islam, qui se compose d’une coalition des groupes islamistes salafistes basés dans la ville syrienne de Douma et dans les banlieues de l’Est de Ghouta, près de Damas. 1. Jaysh al-Islam est l’un des deux grands groupes syriens soutenus par la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar. 2. Ce groupe est considéré comme une organisation terroriste par la Russie, l’Iran et l’Egypte. 3. En juin 2015, Jaysh al-Islam a publié une vidéo montrant l’exécution de combattants de Daesh capturés, dans la veine de celles diffusées par Daesh. 4. En savoir plus : Cinq années de conflit en Syrie vues par Moscou 5.

Comment la guerre que mène l’Arabie saoudite contre le Yémen a rendu Al-Qaida plus fort et plus riche Une conséquence inattendue de la guerre au Yémen : Al-Qaida a maintenant son propre mini-État et des fonds obtenus en pillant la banque centrale locale et en imposant des taxes au port de la zone. Par Yara Bayoumy, Noah Browning et Mohammed Ghobari – Le 8 avril 2016 – Source Reuters. Alors qu’il était au bord de la disparition du à la montée d’État islamique à l’étranger et aux raids militaires au Yémen, Al -Qaida régit maintenant publiquement un mini-État et a acquis un butin estimé a 100 millions de dollars en pillant les comptes bancaires et en tirant des revenus des taxes imposées sur le troisième port du pays. Si la capitale d’État Islamique est Raqqa en Syrie, alors celle d’Al-Qaida est Mukalla, un port de 500 000 habitants situé sur la côte sud-est du Yémen. Cette situation a été décrite par plus d’une dizaine de diplomates, des agents yéménites de la sécurité, des chefs tribaux et des résidents de Mukalla. Et pourtant, Al-Qaida gagne en puissance. Anatomie d’un empire économique

La peste du terrorisme islamiste en Amérique du Sud ? Daesh promet des attentats lors des JO 2016 Les services de renseignement brésiliens ont exprimé leur inquiétude suite aux déclarations du terroriste Maxime Hauchard, qui a désigné ce pays comme la cible d’attaques qui pourraient avoir lieu au cours des Jeux olympiques de l’été 2016. Le chef du département brésilien du renseignement, Luiz Alberto Salaberry, a déclaré que le niveau de menace terroriste s'était «drastiquement» élevé après les attentats en Europe. Il se montre préoccupé par le niveau de sécurité que son pays fournira lors des Jeux Olympiques du 5 au 21 août 2016 à Rio de Janeiro même si, d’après les prévisions, le personnel déployé sera deux fois plus nombreux que lors des JO de Londres. Le normand Maxime Hauchard, engagé par les terroristes de Daesh et connu à Raqqa sous le nom d'Abu Abdallah al Faransi, a écrit des messages de menaces sur son compte twitter, précisant que Rio de Janeiro serait une ville ciblée par des attentats.

Syrie. Voyage au coeur du pays de Bachar (1) : un pays en guerre Depuis 5 ans le conflit syrien est au cœur de l’actualité. Pour en parler, la plupart des médias se contentent de reprendre les dépêches de l’Agence France presse, qui s’appuient eux-mêmes sur les communiqués de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une officine très controversée. Alors pour tenter de comprendre la réalité, trois membres de la rédaction de Breizh-info viennent de séjourner en Syrie, où ils se sont rendus avec le concours de l’association de solidarité France-Syrie ( contact : syrianafrance@gmail.com) . La rédaction Tard le soir, nous retrouvons Damas que nous avions rapidement aperçue il y a une semaine lors de notre arrivée en Syrie. Damas, une des villes les plus anciennes du monde, est mythique dans l’imaginaire européen et oriental. La guerre y est présente. Le mardi précédent, où nous nous étions retrouvés en fin d’après-midi à l’aéroport de Roissy CDG, nous semble loin. Chaises roulantes, béquilles et médicaments sont du voyage… (à suivre)

Moscou ne se laissera pas entraîner dans un conflit avec l'Otan International URL courte Moscou ne permettra pas à l'Otan de se laisser entraîner dans une confrontation dénuée de tout sens, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. "Nous assistons à une intensification sans précédent de la présence et des activités militaires de l'Otan sur le dénommé +flanc est+ de l'Alliance qui a pour l'objectif d'exercer une pression politique et militaire sur la Russie en vue de la contenir", a indiqué le chef de la diplomatie russe intervenant au ministère mongol des Affaires étrangères. Selon M.Lavrov, l'Otan "recherche un ennemi pour donner du sens à la poursuite de son existence" et mène "une campagne agressive de propagande pour diaboliser la Russie". Il a rappelé que Moscou restait attaché aux principes de la "coopération paneuropéenne en matière de sécurité (…) sur la base du droit international". Ces déclarations interviennent à la veille de la réunion le 20 avril à Bruxelles du Conseil Russie-Otan, une première depuis deux ans.

Related: