background preloader

Surfer sur internet, ça laisse des traces ! Test de la CNIL

Surfer sur internet, ça laisse des traces ! Test de la CNIL
La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) vient de mettre en ligne une nouvelle version de son module de test : vos traces sur Internet, ça n’est pas virtuel! « Sur internet comme ailleurs, vos activités et vos déplacements laissent des traces. L’impression de facilité qui domine l’univers du web masque la réalité d’une surveillance discrète et active. » Ce test en ligne permet de prendre conscience des traces sur Internet : « Découvrez comment vous êtes pisté sur internet et partez à la conquête de vos libertés numériques ! Le test vos traces sur Internet, ça n’est pas virtuel explore ainsi l’ordinateur (« Votre ordinateur est reconnu ! Chacun des 5 points fait l’objet d’une explicitation pédagogique et permet à chaque internaute de prendre conscience de la surveillance exercée. La CNIL récapitule dans un article les différentes traces générées par une activité sur Internet : Surfer sur internet, ça laisse des traces ! Licence :

Utilisation du Web 2.0 : guide juridique Publié par PedagoGeeks le 16 février 2012 | Dans les catégories suivantes Autres outils, Blogs, Réseaux sociaux, Social Learning Le document présenté ici, réalisé par des experts canadiens du CEFRIO, aborde tous les aspects des usages et de la protection juridique sur l’internet de dernière génération dit Web 2.0. En effet, ce web où l’internaute est au cœur du processus, n’engage pas seulement la responsabilité du propriétaire du site mais également celle de l’utilisateur puisque celui-ci a la possibilité de participer, de proposer des contenus. Quelle est donc alors sa responsabilité juridique, mais aussi quelles sont les pistes pour se protéger ? GDE Erreur: Impossible de charger les réglages du profil Vous aimerez peut être également : Cette ressource est sous licence Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported

Comment nettoyer une mauvaise eRéputation ? Votre entreprise a eu une mauvaise presse sur plusieurs sites internet ? Vous avez un homonyme un peu trop visible dans les résultats sur Google ? Vous avez sur le Web des casseroles un peu ennuyeuses comme une vidéo ou des images de soirées un peu trop arrosées ? Et donc vous voulez « nettoyer » votre eRéputation afin de faire remonter un nouveau contenu ou “cacher” du contenu existant… Pour cela il existe deux méthodes : Tout d’abord le Curring pour supprimer un contenu existant sur Internet. Cette option est valable si votre marque est attaquée de manière injuste sur Internet ou si vous êtes victime d’une diffamation sur un site internet. La 1er étape est de contacter le site en question et lui demander de supprimer le contenu, ou de modifier le contenu s’il est erroné ou encore de demander un droit de réponse. Il est essentiel de ne surtout pas être menaçant, mais de conserver le dialogue. Pour cela vous vous appuyer sur notre article sur la Diffamation sur Internet. Etape 1 : Le Blog.

Collusion, pour visualiser comment nous sommes tracés en ligne Atul Varma est décidément quelqu'un que j'apprécie. Déjà à l'initiative de Hackasaurus, il vient de lancer un nouveau projet pour aider les internautes à mieux comprendre le Web: Collusion est une extension pour Firefox[1] pour permettre de mieux comprendre comme les régies publicitaires en ligne nous suivent à la trace. L'extension collecte les cookies déposés par chaque page que nous visitons, détermine grâce au site PrivacyChoice s'ils émanent de sociétés qui font du traçage, et affiche une synthèse des traces que nous laissons. Pour mieux comprendre, visitez la démonstration qu'Atul a mise en ligne. Elle simule une visite sur quelques sites. Ainsi si vous allez sur imdb.com, trois régies publicitaires enregistreront votre visite. Vous êtes le produit Comme le rappelle la citation d'Andrew Lewis en exergue, si vous ne payez pas un service, c'est que vous n'êtes pas le consommateur, vous êtes le produit vendu. Souriez vous êtes profilés Personnalisé ou déconnecté de la réalité

Web 2.0 : nouveaux usages, nouveaux droits ? Présentation lors de la conférence INFORUM 2012. “Alt+0169” : copyright v. copywrong » du 31 mai 2012 organisée par l’Association des documentalistes belges. Doit-on envisager une révision drastique du droit d’auteur ou une simple évolution ? La question s’impose à l’heure où s’estompent les frontières entre les sphères privée et publique, les usages professionnels et non professionnels ou encore le jeu actif et passif des acteurs, remettant ainsi en question les qualifications juridiques traditionnelles. Comment réguler les tensions, particulièrement fortes en ce moment, entre la diffusion des connaissances et les modèles d’affaires la liberté d’expression et les limites à apporter à certaines dérives ? Un droit d’auteur bousculé Avec le web 2.0, l’internaute prend la main, au grand dam des règles du droit d’auteur qu’il piétine allégrement. Scoop-it permet de créer une revue de presse à partir d’extraits d’articles sélectionnés sur le web. Atteintes au droit de citation La loi Notes

[Infographie] 6 astuces pour améliorer son personal branding  Les médias sociaux constituent un élément incontournable de la construction du personal branding. La manière dont vous vous présentez sur les réseaux sociaux détermine donc la force de votre image. Partant de ce constat, le site de recrutement HiredMyWay a publié une infographie résumant les bases du personal branding sur 6 médias sociaux: Facebook, LinkedIn, Twitter, Google +, Klout et about.me. Les principaux points à retenir sont:Sur Facebook, utilisez votre photo de profil pour mettre en avant votre personnalité et effacez ou cachez tout contenu (photos, posts) qui pourrait vous être défavorable.Servez-vous de LinkedIn pour vous constituer un véritable réseau professionnel. Suivez des entreprises, participez à des discussions de groupe, et mettez en avant votre expérience.Twitter est un endroit idéal pour le suivi de conversations en temps réel.

Les community managers en france 2013 Le dossier : Données Personnelles | Les Cahiers du Numérique La révolution culturelle aura-t-elle lieu ? Mission Lescure, rapport du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA), rapport sur la fiscalité du numérique… Ce qui est cette fois en jeu, c’est une définition de l’exception culturelle qui soit à la page de la révolution numérique. Dossier coordonné par Reynald Fléchaux, avec Serge Escalé, Philippe Richard et Rémi Sorel Parviendrons-nous à restaurer un cadre réglementaire franco-français protégeant nos industries culturelles, à l’heure de la généralisation du numérique ? Poser la question en ces termes, c’est malheureusement y répondre déjà un peu. Usages : la culture enfin démocratisée Exception culturelle française : stop ou encore ? Des p’tites taxes, des p’tites taxes, encore des p’tites taxes ! Une industrie dont le disque est rayé

Une nouvelle peau pour le crowdfunding ? Nous vous avions parlé en mai dernier de la question de la création d’un cadre juridique pour le crowdfunding : des propositions devaient être annoncées en septembre. Et c’est ce lundi 30 Septembre, à l'occasion de l’ouverture des Assises de la finance participative, qu’ont été dévoilées les mesures pour faciliter et favoriser le financement participatif. Pour rappel : le crowdfounding en quelques chiffres - 80 millions : c'est le poids estimé du crowdfunding en 2013. - Trois : c'est le nombre de modèle de participation offerts - le don, la participation au capital et le prêt.- Une soixantaine : c'est le nombre de sites de crowdfunding en France. Un chiffre en augmentation rapide... ce qui place le secteur face à une problématique nouvelle : comment assurer assez de visibilité à un maximum de ces nouvelles plateformes ? Une plateforme unique pour tous les réunir C'est pour répondre à cet enjeu de visibilité qu'a donc été lancé hier le site « TousNosProjets.fr ».

Réseaux sociaux et identité numérique : présentation interactive par l’EPN Cybercentre de Guérande Qu’est-ce que l’identité numérique ? Quelles sont les bonnes pratiques en matière de protection des données personnelles et de vie privée sur les réseaux sociaux ? À ces questions, le Cybercentre de Guérande (Loire-Atlantique) répond par une brève présentation sur Prezi : Réseaux sociaux et identité numérique avec des conseils pratiques et un exercice. Première interrogation proposée par la présentation Réseaux sociaux et identité numérique : Suis-je visible sur Internet ? L’EPN de Guérande indique des pistes pour prendre conscience des traces numériques que l’on laisse en ligne selon son utilisation de l’Internet. Par ailleurs, le Cybercentre de Guérande a créé un module de veille via l’identité numérique sur le Web via un espace Scoop.it : réseaux sociaux et identité numérique. Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : Pays de la Loire Tags: donnee personnelle, EPN, identite numerique, présentation, reseau social, vie privée

Reprenez le contrôle de vos données ! La Communication Relationnelle, outil de votre Personal Branding Étiquettes : Communication Web, e-reputation, inbound marketing, marketing de contenu, stratégie éditoriale Les réseaux sociaux sont devenus un outil indispensable pour créer votre Identité Numérique en quelques clics. La toile s’agrandit d’un nombre incalculable de réseaux sociaux chaque jour. Comment s’y retrouver? Comment exploiter les plus “porteurs”? Internet se développe de plus en plus autour de l’Identité Numérique. Mon sentiment sur le passé, l’avenir d’internet, beaucoup de choses ont changé et changent encore à ce jour. En participant à cette formation, en y restructurant mes connaissances de la communication, je me suis rendu compte de l’importance que doit prendre l’Identité Numérique dans ce monde connecté. Identité Numérique, Être ou ne pas être sur internet? Votre présence en ligne, votre “trace” dans Google est devenue un enjeu majeur pour un éventuel recrutement, un potentiel employeur ou simplement votre image de marque, votre notoriété. A propos de l’auteur

Comment réagir aux mauvais commentaires sur le Web | Vigie Média La plus grande peur des entreprises lorsqu’elles décident d’être présentes dans les médias sociaux, ce sont les mauvais commentaires des internautes. Tout le monde a peur d’en recevoir, comme si c’était la fin du monde ! Pourtant, les mauvais commentaires sont souvent inévitables et dans la plupart des cas, sans grandes conséquences. De plus, d’un point de vue optimiste, chaque commentaire négatif devrait être vu comme du feedback d’intérêt, ainsi qu’une manière de se faire valoir sur son plus beau jour et améliorer son entreprise. Une chose est certaine : chaque mauvais commentaire mérite votre attention et nécessite une réponse. Cette réponse doit aller dans le sens de l’image de marque que vous cherchez à développer. 1. Il est important d’avoir un plan concret en place, une stratégie prédéfinie dans le cas où un mauvais commentaire prenne une tournure de crise d’e-réputation. En voici un exemple : 2. On répète souvent qu’il faut réagir rapidement aux mauvais commentaires. 3. 4. 5. 6.

Personal branding : quel nom pour votre marque personnelle ?Inno Pegasi Le personal quoi ? Le personal branding est une technique de promotion de votre propre personne comme une marque vivante. Votre visage devient votre logo. Avec l’envolée exponentielle de l’oiseau bleu Twitter, bon nombre de consultants, dirigeants, formateurs et autres coachs se construisent ou renforcent une image d’expert sur un focus thématique précis. Utiliser son patronyme : opportunités et limites juridiques. Pourquoi créer un nom original ? Qu’en pensez-vous ?

Google, confessionnal du XXIe siècle Alimenté par nos requêtes plus ou moins secrètes, le moteur de recherche ouvre une porte dérobée vers notre psyché. Drôle, poétique, dramatique On peut faire l’expérience soi-même. Voilà ce que la majorité des internautes désire savoir, selon les algorithmes avec lesquels Google répertorie les recherches effectuées par ses usagers. Le résultat n’est pas toujours drôle. Le ça et le ninja A l’autre bout du spectre, le Français Josselin Bordat s’intéresse, lui, aux «occurrences uniques», c’est-à-dire aux recherches qui n’ont été faites qu’une fois. «Depuis quelques années, les blogueurs ont pris l’habitude de publier les recherches les plus bizarres qui amènent les internautes sur leur site. «Parfois, on a l’impression d’avoir affaire à des gens âgés, qui ne savent pas comment Google fonctionne et qui croient s’adresser à une standardiste. «Sans vouloir faire de la psychanalyse à la petite semaine, ce qui s’exprime là, c’est vraiment le ça, en dehors de toute norme sociale. Déprimant?

Related: