background preloader

#PanamaPapers: En finir avec le secret, sanctionnez les banques

#PanamaPapers: En finir avec le secret, sanctionnez les banques
Les Panama Papers ont révélé la façon dont certaines élites utilisent le secret pour cacher leurs activités financières. Ce secret permet à de riches individus de ne pas payer leur part normale d’impôts, mais il permet également à la grande criminalité de se financer, de l’esclavage humain à la vente d’armes illégales en passant par le financement du terrorisme. Quand de riches individus ou des criminels cachent leur argent des services fiscaux, cela ne les rend pas plus riches, cela rend les autres plus pauvres. Ce qui n’est pas collecté pour l’impôt manque aux budgets publics pour financer des services essentiels tels que la santé, l’éducation ou la protection de l’environnement. Les révélations montrent comment de très grandes banques ont organisé la création de sociétés écrans dans les paradis fiscaux. 365 banques, parmi lesquelles la Société générale, HSBC, UBS ou encore la Deutsche Bank ont créé plus de 15 000 sociétés offshores pour des clients fortunés. Rejoignez-nous !

https://www.change.org/p/panamapapers-en-finir-avec-le-secret-sanctionnez-les-banques

Related:  Panama Papersactions citoyenne & pétitions

« Panama papers » : 100 000 signatures pour poursuivre les responsables d’évasion fiscale L’ancienne juge du pôle financier Eva Joly a lancé une pétition pour poursuivre les banques impliquées dans le scandale des « Panamas papers » qui met en cause un grand nombre d’acteurs économiques et de dirigeants politiques dans des affaires d’évasion fiscale. La pétition « #PanamaPapers : En finir avec le secret, sanctionnons les banques ! », lancée sur le site Change.org, a dépassé les 100 000 signatures jeudi 7 avril au soir : « Nous demandons que les gouvernements européens poursuivent en justice les banques et les intermédiaires qui laissent leurs clients cacher leurs actifs dans des paradis fiscaux sans informer les administrations fiscales des agissements suspects de citoyens européens. » Si la pétition, soutenue par d’autres eurodéputés écologistes, atteint ses objectifs, le site s’engage à transmettre son message à au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et au ministre des finances français, Michel Sapin.

Nouveaux OGM, non merci ! Une majorité écrasante de la population européenne rejette les OGM et de nombreux États membres ont interdit leur mise en culture. Cependant, les entreprises de l’agrochimie ont trouvé une nouvelle recette pour faire entrer les OGM dans nos champs et nos assiettes : contourner la réglementation européenne en affirmant que les OGM issus de nouvelles techniques ne sont en réalité pas des OGM. Si les industriels parviennent à leurs fins, des plantes et des animaux génétiquement modifiés pourraient très vite arriver dans nos champs et nos assiettes. Ils ne seraient pas soumis aux obligations d’évaluation des risques ou d’étiquetage.

« Panama papers » : le siège du cabinet Mossack Fonseca perquisitionné La police panaméenne s’est rendue mardi 12 avril dans les locaux du cabinet d’avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale d’évasion fiscale dit des « Panama papers ». « En ce moment sont menées une perquisition, une inspection visuelle et une fouille au siège de la société » dans la capitale du pays, a détaillé dans un communiqué le ministère public, précisant que des opérations semblables étaient en cours « dans des filiales du groupe ». Dans un communiqué, la police a précisé qu’elle recherchait des documents « susceptibles d’établir l’utilisation éventuelle de la société pour des activités illicites ». Lire aussi : L’affaire des « Panama papers » en 7 chiffres Durant plusieurs heures, l’immeuble principal du cabinet a été cerné par la police, devant lequel des dizaines de journalistes attendaient des déclarations. Lire aussi : Ce qu’il faut retenir des « Panama papers » Représailles « diplomatiques »

« Panama Papers » : des militant⋅e⋅s d'Attac bloquent l'accès à l'agence de banque privée Société générale Paris Bourse Une nouvelle fois, il a fallu un lanceur d’alerte pour prouver ce que chacun sait et que l’État laisse faire : les banques françaises organisent industriellement l’évasion fiscale. Après BNP Paribas et le Crédit agricole en 2013 dans le scandale « Offshore Leaks », la Société générale est prise la main dans le sac avec ses 979 société offshore des « Panama Papers ». Comme à chaque fois, « la Société générale s’engage à la transparence » (dixit Michel Sapin !) et jure d’arrêter toute activité au Panama. Allons-nous supporter encore longtemps cette mascarade ?

Conseil général de Loire Atlantique: Pour le déplacement de l'aéroport de NDDL Le référendum départemental, qui a eu lieu le 26 juin 2016, concernant l'aéroport Grand Ouest est on ne peut plus clair : les électeurs de Loire-Atlantique souhaitent à 55% (hors abstention) qu'un aéroport soit construit sur leur territoire. Toutefois, les résultats commune par commune montrent une distinction significative entre le sud et le nord de du département. Ainsi, il semble que la région centrée autour de Notre Dame des Landes ne souhaite pas, dans l'ensemble, la construction de cet aéroport, tandis que le nord du département approuve massivement son utilité. C'est pourquoi, il semble qu'une solution alternative soit le déplacement du projet vers Nozay, Abbaretz ou encore Treffieux.

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot : « Les plus riches veulent détruire la solidarité L’affaire dite « Panama papers » révèle des accointances entre des exilés fiscaux issus du monde du sport, de la politique, de la finance et aussi du crime organisé. Que signifie ce lien ? Monique Pinçon-Charlot Il unit les plus riches dans leur volonté de ne plus contribuer aux solidarités nationales. Les liens de cette oligarchie se resserrent de plus en plus. Les « Panama papers » deviennent « l'affaire Société Générale En visite au siège de l’ONU à New-York, le président de l’Équateur Rafael Correa propose une campagne mondiale pour la divulgation complète de la liste des noms des « Panama papers ». J’y souscris totalement. Le cas de l’Équateur montre bien les conséquences d’une diffusion restreinte à quelques organes de presse. Dans ce pays, par exemple, les journalistes à qui ont été remises ces données sont au nombre de trois. Ils travaillent pour El Universo et El Comercio.

Anne Hidalgo: Oui à la piétonisation des berges à Paris Aimer, c’est regarder ensemble dans la même direction, écrivait Antoine de Saint-Exupéry. Aimer Paris, c’est rêver ensemble de projets communs pour cette ville magnifique. Il y a tant de choses à faire ou à imaginer pour rendre la ville plus belle, plus chaleureuse, plus moderne, plus verte, plus humaine ! La réappropriation des berges de la Seine fait partie de ces projets, car leur utilisation actuelle est anachronique. Si l’idée de construire une autoroute en plein cœur de la ville pouvait sembler judicieuse dans les années 60, c’était à une époque où Le Corbusier proposait de raser le centre-ville pour construire des tours quand d’autres proposaient de recouvrir de béton le canal Saint-Martin… Comme souvent, les solutions d’hier sont les problèmes d’aujourd’hui. Le ton des débats est agressif, comme trop souvent dès qu’il s’agit de voitures.

« Panama papers » : le business offshore de LSK, l’ex-fonds d’investissement de Strauss-Kahn C’est un ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), lucide quant aux abus de la finance internationale, qui témoigne en ce mercredi de juin 2013 sur les bancs feutrés du Sénat. Auditionné par la commission d’enquête sur le rôle des banques et des acteurs financiers dans l’évasion fiscale, Dominique Strauss-Kahn ne mâche pas ses mots contre les « conséquences injustes » des paradis fiscaux, qui « privent des Etats de recettes fiscales », et contre les « instruments financiers fondés sur l’opacité ». « C’est cette opacité-là, renforcée par les territoires offshore, qui est très déstabilisante », explique aux sénateurs l’ancien ministre de l’économie. C’est pourtant le même Dominique Strauss-Kahn qui prendra six mois plus tard les rênes de Leyne, Strauss-Kahn & Partners (LSK), un fonds d’investissement luxembourgeois créé par son associé Thierry Leyne. Comptes en banque et coffres-forts Le duo Montant-Zuili à la manœuvre Si M.

VIDÉO - Intervention de Jean-Luc Mélenchon au Parlement européen contre la fraude et l'évasion fiscales C’est peu dire que les évé­ne­ments cris­tal­lisent par­tout autour de nous. La lutte contre la loi El Khomri a engen­dré le mou­ve­ment « La Nuit Debout » qui gagne de ville en ville et foca­lise l’en­vie de prise de parole poli­tique des citoyens. Lais­sons tom­ber le raco­lage média­tique sur la récu­pé­ra­tion ou non du mou­ve­ment. Ce qui compte c’est l’état d’es­prit que cet évè­ne­ment déclenche par­tout et chez tous. Il est clair que la pre­mière conquête idéo­lo­gique de ces assem­blées est l’im­mense avan­cée du dis­cré­dit des ins­ti­tu­tions et de ceux qui les repré­sentent.

Monsieur le Président, Faites Payer les Banquiers, pas les Particuliers MADAME, MONSIEUR, Une étape importante de notre combat contre la réquisition de nos assurances vie a été franchie : Le Conseil Constitutionnel est saisi. Merci infiniment de votre mobilisation sans précédent qui a pesé dans la décision des 60 députés qui se sont réunis pour demander la saisine du Conseil Constitutionnel contre l’article 49 de la Loi Sapin 2. (1) Exactement comme nous le demandions ! Sur les 169 articles de la loi fleuve Sapin 2, seuls 3 ont été déférés devant le Conseil Constitutionnel, dont le fameux article 49 qui devait permettre à l’État de réquisitionner votre assurance vie sur simple décision administrative et sans limite de durée.

Ces Français moyens qui ont un pied dans les paradis fiscaux LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Des chefs d’Etat, des milliardaires, de grands noms du sport ou des célébrités figurent parmi les 11 millions de fichiers du cabinet Mossack Fonseca, spécialisé dans la création de sociétés offshore. Mais la plupart des noms sur ces listes sont des inconnus, des gens « sans histoire », même si la leur a croisé celle des paradis fiscaux. Si les documents que Le Monde a pu consulter ne disent pas toujours quelles sommes ont été transférées grâce aux montages offshore vers des cieux où la fiscalité est plus clémente, les échanges de mails, les documents officiels de création de société, les photocopies de passeport, donnent une image assez précise des clients de Mossack Fonseca.

Related: