background preloader

L’« homme de Flores », alias le « Hobbit », aurait disparu bien plus tôt qu’on ne le pensait

L’« homme de Flores », alias le « Hobbit », aurait disparu bien plus tôt qu’on ne le pensait
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Hervé Morin Quand donc l’« homme de Flores » a-t-il disparu, et pourquoi ? On pensait jusqu’alors qu’Homo floresiensis, un fossile découvert en 2003 dans une grotte de l’île de Flores, en Indonésie, s’était éteint il y a environ 12 000 ans, à une époque où l’homme moderne était présent depuis longtemps dans la région. Ce scénario est aujourd’hui remis en question par de nouvelles datations présentées dans la revue Nature. L’équipe responsable des fouilles initiales dans la grotte de Liang Bua a réétudié la stratigraphie du site, et considère désormais que le « Hobbit », ainsi surnommé en raison de sa petite taille (1,06 mètre), y a vécu entre − 100 000 et − 60 000 ans. Lire (en édition abonnés) : « Homo floresiensis » n’était pas malade Une espèce minuscule Cette surface a ensuite été recouverte par de nouveaux sédiments au cours des derniers 20 000 ans, et malheureusement, ce sont ces strates qui avaient été retenues pour les datations initiales.

http://www.lemonde.fr/paleontologie/article/2016/03/30/l-homme-de-flores-alias-le-hobbit-aurait-disparu-bien-plus-tot-qu-on-ne-le-pensait_4892680_1650762.html

Related:  PréhistoireTSHomme de Flores

Les traces d'un astéroïde géant découvertes en Australie IMPACT. Un énorme astéroïde de 20 à 30 kilomètres de large a-t-il frappé la Terre il y a 3,5 milliards d'années ? La découverte dans des sédiments extraits près de Marble Bar (dans l’Ouest australien), de minuscules perles de verre, appelées sphérules, semblent l'indiquer. "Elles ont été formées par du matériau vaporisé et témoignent d'un impact d'astéroïde" affirme le Dr Andrew Glikson de l’Université nationale d’Australie. Le géophysicien a déjà a son actif la découverte d'un cratère d'impact de 200 km de large, vieux de 360 millions d'années, dans le bassin East Warburton dans le sud de l'Australie ainsi que d'une zone d'impact de 400 kilomètres datant de 600 millions d'années dans le centre du pays.

INFOGRAPHIES. Qui est "l'Homo naledi", découvert cette semaine en Afrique du ... Par Nicolas Enault Mis à jour le , publié le Est-il le chaînon manquant ? L'Homo naledi, découvert dans une grotte d’Afrique du Sud, pourrait être un trait d'union entre le genre Homo et celui des australopithèques. Il s'agirait d'une "nouvelle espèce du genre humain" selon les paléontologues qui l'ont présenté au public jeudi 10 septembre et qui l'ont classé dans le genre Homo, auquel appartient l'homme moderne sous l'appellation Homo sapiens. Des « hobbits » peuplaient une île indonésienne, il y a 700 000 ans LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Hervé Morin C’est une belle victoire, posthume, pour le paléoanthropologue australien Michael Morwood, mort en 2013. Il est le principal signataire de deux articles publiés, jeudi 9 juin, dans la revue Nature, selon lesquels l’homme de Flores, alias « le hobbit », qu’il avait découvert en 2003 dans une grotte de cette île indonésienne, n’était pas un Homo sapiens nain, atteint de microcéphalie ou d’autres pathologies pouvant expliquer la taille réduite de son crâne.

La vie complexe est-elle apparue sur Terre un milliard d'années plus tôt que prévu ? DIVERSIFICATION. Quand la vie est-elle apparue sur Terre ? Et à quel moment s'est-elle complexifiée ? Deux questions centrales pour les biologistes qui étudient le développement et l'évolution des formes de vie terrestres. Mais aussi pour les astronomes qui scrutent les exoplanètes à la recherche d'indices de sa présence. La réponse à la première question fait globalement consensus : la vie est apparue très tôt après la formation de la Terre, il y a 4,54 milliards d'années.

Découverte d’un nouvel australopithèque en Ethiopie Le passé des hominidés est décidément foisonnant de diversité : la découverte d’un nouvel australopithèque, Australopithecus deyiremeda, vient d’être annoncée dans la revue Nature du jeudi 28 mai. Vieux de 3,4 millions d’années, il vivait en Ethiopie à la même époque que les australopithèques de l’espèce afarensis, dont la célèbre Lucy, mise au jour à 35 km de distance seulement. Mais il était aussi le quasi contemporain de plusieurs autres hominidés peuplant alors l’Afrique. Le nouveau venu a été découvert en mars 2011 par l’équipe de Yohannes Haile-Selassie (Muséum d’histoire naturelle de Cleveland, université Case Western Reserve), dans la région de l’Afar, à quelques centaines de kilomètres au nord-est d’Addis Abebba. Il n’est connu que par des fragments de mâchoires et quelques dents, appartenant à au moins deux individus, qui émergeaient à la surface du sol.

Homo floresiensis, un petit ancêtre de 700 000 ans ! Homo floresiensis avait des ancêtres… petits aussi ! La découverte de nouveaux restes fossiles d’hominidés très anciens sur l’île de Flores apporte un démenti à ceux qui ne voyaient dans le Hobbit qu’un Homo sapiens dégénéré… La légitimité comme espèce d’Homo floresiensis Depuis les premiers restes fossiles découverts en 2003 par Michael Morwood (décédé en 2013) sur l’île indonésienne, Homo floresiensis divisait la communauté scientifique. En cause sa petite taille, sa petite tête et en conséquence son petit cerveau. Du haut de ses 1m06 Homo floresiensis surnommé le « Hobbit » était pour certains une nouvelle espèce issue probablement d’un Homo erectus ou d’un Homo habilis, et pour d’autres un Homo sapiens atteint de pathologies diverses et variées. Une mâchoire et des dents plus petits

Un nouveau cousin du tricératops, aux cornes mythologiques, découvert dans l'Utah CORNES. Parmi tous les dinosaures connus à ce jour, certains restent aussi iconiques que n'importe quel monstre mythologique. Le tricératops en est un, avec sa stature de rhinocéros, sa massive collerette crânienne en forme de bouclier et ses cornes, bien souvent en dépit du grand nombre de ses cousins parfois bien plus ornementés.

Australopithecus sediba, nouvel australopithèque d'Afrique du Sud C'est dans le numéro d'avril 2010 de la revue Science qu'une équipe internationale menée par des chercheurs de l'université du Witwatersrand (Afrique du Sud) a présenté les premières analyses de deux homininés fossiles découverts dans une grotte d'un massif dolomitique du Nord-Ouest de Johannesburg, à 15 km au NNE d'un autre site bien connu, Sterkfontein. Un premier article [1] décrivait les fossiles, tandis qu'un second se concentrait sur le contexte géologique du site [4]. Ces deux nouveaux spécimens viennent compléter le riche registre d'Homininés extraits des formations sud-africaines, dans lequel figurait déjà plusieurs australopithèques sensu stricto, notamment Australopithecus africanus, et des australopithèques « robustes », ou Paranthropes (souvent considéré comme un groupe monophylétique issu des australopithèques), comme Paranthropus robustus (Figure 1). Le site et le cadre géologique et chronologique L'article de 2011 de R. Remarque.

Homme de Florès : il n'y avait pas qu'une seule grotte à "Hobbit" "STUPÉFAIT". De petits hominidés vieux de 700.000 ans étaient probablement les ancêtres de l'énigmatique homme de Florès qui vivait sur l'île indonésienne du même nom, ont annoncé des archéologues. Deux études publiées mercredi 8 juin 2016 dans la revue britannique Nature confirment l'originalité évolutive de ce petit homme de Florès surnommé le "hobbit" en raison de sa taille lilliputienne. "Ces étranges hominidés étaient donc déjà présents sur l'île il y a 700.000 ans", explique à l'AFP Yousuke Kaifu du Musée national de la nature et des sciences d'Ibaraki au Japon. "J'étais stupéfait quand j'ai vu ces nouveaux fossiles" ajoute-t-il.

Related: