background preloader

DEEPNESS Rock

DEEPNESS Rock
Album – LADY BIRD @ 2013 – Indie pop C’est la rencontre du chaud et du froid. Du Whisky et du ti’punch. d’un guitariste martiniquais et une chanteuse écossaise. Qui a donné naissance à cet album. Toutes les chansons ont été enregistrées dans un petit studio de…10m² dans le sud de la France. Le tout raconte des tranches de vie sur une musique sucrée et planante entre Tip hop et Electro, pop.

http://deepness.jamendo.net/

Related:  A écouter

La Machine du Moulin Rouge organise le premier Paris International Festival Of Psychedelic Music Excellente initiative car, s’il est un peu cavalier de parler de « revival psyché », il faut bien admettre que le genre a de nouveau le vent en poupe. Que l’on pense à MGMT qui s’éloigne un peu plus de la pop à chaque album, à Of Montreal qui creuse ce sillon depuis un moment, ou encore à Jacco Gardner, Tame Impala, Outfit, voire Jackson Scott, adoubé par le site Pitchfork grâce à un unique morceau, il est indéniable que les guitares distordues, les mélodies répétitives et les buvards connaissent un regain d’intérêt certain. On ne parle même pas de tout ces groupes pop qui ont malgré tout digéré les compilations Nugget’s de leurs parents, La Femme en tête. France, Etats-Unis, Angleterre, le psyché s’est propagé jusqu’à se diluer. C’est sans doute pour revenir à l’essentiel, voire même au coté sombre et abrasif du psychédélime que la Machine du Moulin Rouge a organisé ce festival.

Spontanement J’adorais cette chanson ! Je l’ai redécouverte récemment, parce que quelqu’un m’y a fait penser. En la ré-écoutant, je me rends compte que cette chanson est un hommage à l’impro. La Petite Boutique des horreurs (1960) La Petite Boutique des horreurs 10Devenir fan Se connecter sur mon AlloCiné Envie de voir ce film ?

Good Morning England (2009) Synopsis et détails Carl vient de se faire renvoyer du lycée, et sa mère a décidé qu'il irait réfléchir à son avenir auprès de son parrain, Quentin. Il se trouve que celui-ci est le patron de Radio Rock, une radio pirate qui émet depuis un bateau en mer du Nord peuplé d'un équipage éclectique de DJ's rock and roll. À leur tête se trouve le Comte, un Américain exubérant, véritable dieu des ondes en synergie totale avec la musique. A ses côtés, ses fidèles animateurs : Dave, ironique, intelligent et d'un humour acéré ; l'adorable Simon, qui cherche l'amour ; l'énigmatique Midnight Mark, séduisant et silencieux ; Wee Small Hours Bob, le DJ des petites heures du matin, accro à la musique folk et à la drogue, Thick Kevin, qui possède l'intelligence la plus microscopique du monde ; On-the-Hour John, le chroniqueur des actualités, et Angus "The Nut" Nutsford, qui est sans doute l'homme le plus agaçant d'Angleterre...La vie en mer du Nord est riche en événements... Voir les infos techniques

Le pianiste Bruce Brubaker revisite l'œuvre colossale de Philip Glass Est-il disciple, guide, ou biographe musical ? La démarche du pianiste américain Bruce Brubaker est inédite à plus d'un titre : s'emparer de l'œuvre monumentale de l'un des compositeurs contemporains les plus éminents, pour en ré-interpréter personnellement une dizaine de morceaux choisis parmi les 25 opéras et les 10 symphonies de Philip Glass. On connait le poids du remix dans le processus créatif des musiques électroniques, c'est nettement moins courant dans le petit monde de la musique minimaliste. FIP vous offre en exclusivité l'écoute de "Glass Piano", le premier album de Bruce Brubaker à paraître le 2 juin prochain :

Tenacious D Il y a de nombreux acteurs qui ont commencé leur carrière dans la chanson. Ici nous allons parler de Jack Black et de son groupe : les Tenacious D. Kyle Gass et Jack Black, tous deux musiciens et comédiens à la fois, se rencontrèrent à Los Angeles dans une troupe de théâtre appelée The Actors Gang. Kyle apprit à Jack à jouer de la guitare puis, encouragé par les talents vocaux de son partenaire, décida de former le groupe Tenacious D en 1994. Aurora : une future star en clôture d'Europavox Dans sa loge de la Coopérative de Mai, Aurora gigote et touche un peu à tout, fait des grimaces et des blagues non-stop. La jeune Norvégienne (18 ans au compteur) prend à peine le temps de souffler : quelques instants plus tôt, elle faisait halluciner la salle avec une voix qui n’est pas de son âge, une gestuelle tout droit sortie d’un film de science-fiction et une énergie qui, pour le coup, évoque bel et bien une folle jeunesse. Premier concert en France

Beirut annonce un album et dévoile un nouveau morceau Quatre longues années ont passé depuis The Rip Tide, le dernier album de Beirut. L’attente est aujourd’hui terminée : le groupe de Zach Condon, ce génie torturé, sera de retour en septembre avec No No No, quatrième long format d’un projet sans égal dans le paysage musical contemporain. L’annonce est accompagnée d’un premier extrait à écouter ci-dessous, titré comme l’album et qui semble promettre des chansons sans révolution, dans le pur style beirutien. Beaucoup de beauté d’un coup, donc. Dans cet album au titre en forme de plainte, Zach raconte des années difficiles : une santé mentale fragile, le corps qui lâche en pleine tournée et un divorce qui l’a foutu à terre. Après ça, il lui aura fallu du temps pour remonter la pente de la création, rendue impossible par une vie tombée en ruine – son projet ne s’appelle pas Beirut pour rien.

"Mandarine", l'album du retour des Innocents - Les Inrocks Dis-moi quel est ton public, je te dirai qui tu es. Quiconque a eu l’occasion de se rendre à l’un des multiples concerts donnés par Les Innocents ces dernières années, dans des petites salles, chez des amis, sait combien l’audience du groupe – recentré autour de JP Nataf et Jean-Christophe Urbain – est éclectique. On y croise des fidèles de la première heure bien sûr, mais aussi leurs enfants, des musiciens, des fans ou des curieux venus pour les tubes. “On a toujours été un groupe sans réelle famille musicale, on faisait des chansons qui ne correspondaient pas à une étiquette de rock ou de pop ou de quoi que ce soit… Du coup, on était le groupe qui pouvait aussi bien passer aux Enfoirés que dans un festival rock, et notre public était difficile à classer.”

Nouveau groupe à suivre : le rock diaboliquement mélodique de The Vryll Society De tous temps, à Liverpool, le psychédélisme a été fourgué sur ou sous le comptoir de la fondamentale boutique de disques Probe, où pas mal de vendeurs sont devenus des stars (Dead or Alive, Frankie Goes To Hollywood…). Depuis les années 70, plusieurs générations de vendeurs ont ainsi œuvré pour ce que la jeunesse locale ne perde jamais ce contact vital avec la Californie des étés amoureux. Enseigné par des générations d’érudits dans ce temple agité, le psychédélisme a ainsi irrigué Pale Fountains et Echo & The Bunnymen, Dr Phibes ou Zutons –– jusqu’au massif raout Psych Fest d’aujourdhui. En intraveineuse, il agite aujourd’hui le rock aussi référencé que diaboliquement mélodique de The Vryll Society, jeunes hirsutes qui passeraient aisément le casting du film Almost Famous ou de Primal Scream. Look de bikers sous acide, refrains en cuir noir et chant de romantique castagneur : le groupe va prochainement se faire la main (et les poings) en première partie de Blossoms.

DIIV a déjà composé l'album que vous écouterez en boucle en 2016 Il y a quelques années (disons trois ou quatre), le petit monde de la musique indie (plus exactement le rock à guitares joué par des blancs-becs de la classe moyenne) se trouvait en proie à un nivellement certain (on se gardera de préciser “par le bas”). Avec une esthétique de plage, pillant plus ou moins consciemment et de manière plus ou moins éhontée l’héritage d’une certaine frange de la pop rêche (la dream pop, le shoegaze, la twee pop) de vingt ans auparavant, une pelletée de groupes sympathiques mais quelconques, arrivés dans le giron de ce qu’on appelait alors la chillwave, s’illustraient par des effets de réverbérations, beaucoup de chorus dans les guitares, et un certain état de neurasthénie générale. Une réappropriation de ses propres déconvenues Le revival des années 90 succédant inévitablement à celui des années 80, ce phénomène était attendu, sinon prévisible.

Related: