background preloader

La Pologne refuse d'accueillir des migrants, suite aux attentats de Bruxelles

La Pologne refuse d'accueillir des migrants, suite aux attentats de Bruxelles
Related:  Réfugiés, ce n'est pas un choix

Pour Medvedev, si rien n’est fait maintenant, on vivra tous d’ici 20 ans dans un Califat mondial Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a appelé à mettre de côté les différends entre les Etats qui mènent le monde «vers une nouvelle guerre froide» et coopérer pour lutter contre le terrorisme international. En répondant à une question concernant les accusations contre une campagne de Moscou contre Daesh en Syrie, le Premier ministre a souligné que «personne n’a pour le moment présenté de preuves que la Russie ciblerait les populations civiles».«Terrorisme est un défi à toute la civilisation. Nous ne pouvons pas partager les terroristes en ami et ennemis, extrémistes et modérés», a déclaré le Premier ministre russe. Cette intervention a notamment lieu dans le cadre du débat entre les Premiers ministres russe et français, qui discuteront, entre autres, du déroulement de la construction du centre culturel russe à Paris et des projets conjoints dans les domaines de l’industrie et de l’aviation. La 52ème Conférence de Munich sur la sécurité a lieu du 12 au 14 février.

Le Figaro: François Molins : «La menace terroriste ne cesse de croître» htt INTERVIEW - Le procureur de la République de Paris a accordé un entretien exclusif au Figaro dans lequel il fait le point sur la menace terroriste qui pèse sur la France. L'arrestation de Sid Ahmed Ghlam téléguidé depuis la Syrie pour frapper deux églises de Villejuif, la traque des terroristes Kouachi et Coulibaly puis l'enquête sur les attentats de janvier, les tueries de Toulouse et Montauban perpétrées par Mohamed Merah… Depuis ses bureaux du troisième étage du Palais de justice, François Molins, procureur de la République de Paris, est au cœur des affaires terroristes les plus sensibles. Son verbe est rare. Pour Le Figaro, il brosse un tableau sans concession de la situation. LE FIGARO. - Comment la menace terroriste évolue-t-elle? François MOLINS. - Il n'y a aucune raison d'être optimiste.

Des « terroristes » pourraient se cacher parmi les migrants en Méditerranée, estime l’Otan Des « terroristes » et jihadistes peuvent se mêler aux migrants qui tentent de traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortune depuis les côtes libyennes, a mis en garde lundi le secrétaire général de l’Otan. « Ceci est une tragédie humaine, des gens perdent leur vie en essayant de traverser la Méditerranée. Il est important que l’Union européenne agisse », a déclaré Jens Stoltenberg, saluant la mise sur pied d’une opération navale européenne pour « casser » l’activité des trafiquants de migrants en Méditerranée. « L’un des problèmes est qu’il peut y avoir des combattants étrangers, qu’il peut y avoir des terroristes qui se cachent, se mêlent aux migrants », a-t-il ajouté en arrivant à une réunion conjointe des ministres de la Défense et des Affaires étrangères européens à Bruxelles. Les ministres doivent formellement décider d’établir cette mission lundi l’après-midi. « Ceci souligne l’importance de répondre à ces troubles, cette menace, de différentes façons », a poursuivi M.

Le Canada n’a pas les moyens d’accueillir 25 000 réfugiés AGENCE QMI | Les douaniers canadiens sonnent l’alarme: le Canada n’a pas, selon eux, les moyens d’accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année, tout en garantissant qu’aucun terroriste ne se glisse parmi eux. Le syndicat des agents des services frontaliers réclame plus d’effectifs pour répondre à la demande. Il ne fait aucun doute que permettre l’entrée de 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année constitue un défi pour le Canada. Selon le ministère de l’Immigration et de la Citoyenneté, 13 500 personnes ont présenté une demande d’asile au pays au cours de l’année 2014. Plan de match «Nos gens ont de la misère à suffire à la demande. [...] Il ne voit pas comment la vérification d’autant de réfugiés qui arrivent en même temps pourra se faire. «On comprend l’idée derrière le gouvernement d’accueillir parce qu’on est quand même le Canada, une terre d’accueil. État islamique M.

Pourquoi 25 000 réfugiés syriens font-ils peur aux Canadiens? Des réfugiés syriens secourus par les garde-côtes turcsCrédit photo : Umit Bektas / Reuters Avec l’arrivée imminente de 25 000 réfugiés syriens au Canada, une promesse électorale du nouveau premier ministre canadien Justin Trudeau, les attentats de Paris ramènent à la surface les peurs et les craintes par rapport au terrorisme. Alors qu’il volait en avion cette nuit vers les Philipinnes pour prendre part au sommet Asie Pacifique, le premier ministre canadien Justin. Trudeau a rejeté l’appel du premier ministre provincial de la Saskatchewan, Brad Wall, de repousser l’échéancier du 1er janvier que s’est fixé le gouvernement libéral pour accueillir 25 000 réfugiés syriens. «Nous allons respecter nos engagements électoraux. Le premier ministre précise que le gouvernement canadien prendra les moyens qui s’imposent pour éviter que des individus indésirables se faufilent dans ce mouvement migratoire vers le Canada. Une opinion publique canadienne devenue nerveuse presque du jour au lendemain

Ils seront 25 000 | Rima Elkouri | Rima Elkouri Un scénario à l'étude prévoit l'accueil de 6000 réfugiés syriens par semaine qui seraient hébergés dans des bases militaires comme celles de Valcartier ou de Trenton, selon des informations obtenues par Le Devoir. Une opération d'urgence d'envergure qui s'inspire du plan déployé en 1999 lors de l'arrivée des réfugiés kosovars au Canada. Est-ce réaliste d'accueillir autant de réfugiés en si peu de temps? «Ça dépend du niveau d'urgence qu'on attribue à la chose», me dit Janet Dench, du Conseil canadien pour les réfugiés. A priori, 25 000 réfugiés, ça peut paraître beaucoup. Accueillir un grand nombre de réfugiés pose-t-il des problèmes de sécurité? Si on veut vraiment parler de sécurité et de réfugiés, il faudrait renverser la question. Dans ce contexte, l'engagement d'Ottawa est le bienvenu. Maintenant, pour que les citoyens qui le désirent puissent encore mieux contribuer à l'opération d'accueil de l'État, il faudrait mieux les soutenir.

Réfugiés Trois ans de crise humanitaire en Syrie Trois ans après le début de l'insurrection, la révolte syrienne s'est transformée en guerre civile. Plus de 146 000 personnes y ont perdu la vie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. A l'intérieur du pays et dans les camps de réfugiés, les civils manquent de tout. Le Programme alimentaire mondial (PAM) estime que 6,5 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire dans le pays. Lire aussi : Désespoir quotidien au camp de Yarmouk, près de Damas La nourriture, qui transite par Damas, ne peut cependant pas être livrée dans tout le pays. « Il y a environ 245 000 personnes auxquelles nous n’avons aucun accès », résume Elisabeth Byrs, porte-parole de l’organisation onusienne. C'est surtout dans le nord-est du pays, contrôlé par les groupes rebelles, que l'accès est devenu impossible. En dehors de ces régions, d'autres zones sont assiégées. Lire aussi : Syrie : une résolution humanitaire à l’impact incertain 2,5 millions de Syriens sont réfugiés dans les pays voisins.

Related: