background preloader

France 5 - Le prix a t il un sexe?

France 5 - Le prix a t il un sexe?
Related:  RESSOURCES MERCATIQUESProd a t'il un prixquestion 4 le prix

Comment les hôtels se réinventent face à Airbnb et Booking Le PDG d’AccorHotels installe un « comex fantôme » issu de la génération Y Comment rester dans la course face à la concurrence d’acteurs comme Airbnb ou Booking ? « 80 % de toutes les entreprises digitales ont été créées par des personnes âgées de moins de 35 ans, quand 90 % des décisions sont prises par les plus de 50 ans chez AccorHotels », constate Sébastien Bazin, le PDG du groupe hôtelier (en photo ci-dessus). Début février, il a annoncé une mesure originale : la mise en place d’un « shadow comex », selon son expression. Cette instance se réunira une fois par mois pour apporter au comité exécutif la vision de collaborateurs appartenant à la génération Y. « Plus aucune décision ne sera prise sans leur demander leur avis », assure le PDG, qui s’est engagé à leur transmettre toutes les informations dont il dispose, qu’elles soient financières, juridiques ou concernent l’actionnariat. Plus d’infos : Les Echos L’Expansion Hilton crée une enseigne pour la génération Y Tru by Hilton Le Figaro

Quand une marque permet aux consommateurs de fixer ses prix Et si c'était le consommateur qui décidait du prix et des conditions de production des produits qu'il achète? Partant de cette idée, une nouvelle marque, nommée "C'est qui le patron ?! La marque du consommateur", devrait faire son apparition dans hyper et supermarchés Carrefour (CA-22,40 € -0,40 %) dès la fin octobre. Le premier produit de cette nouvelle marque sera une brique de lait. Un choix hautement symbolique, après la bataille qui a opposé les producteurs laitiers à Lactalis pour une revalorisation des tarifs. "C'est (…) une première mondiale", déclare Nicolas Chabanne, président des Gueules Cassées, l'association anti-gaspillage alimentaire à l'origine de l'initiative, avec Laurent Pasquier de Mesgoûts.fr. >>> Vidéo. Cette fois, le partenariat a été établi avec la Laiterie de Saint-Denis pour la partie collecte et conditionnement, et avec Carrefour pour la distribution. Pour l'instant, la marque se cantonne au lait, mais ses fondateurs réfléchissent à l'étendre. >>> Vidéo.

Soldes d'hiver : quelles sont les techniques des commerçants pour mieux vendre ? Voir la vidéo Francetv info Mis à jour le , publié le Alors que les soldes d'hiver ont débuté ce mercredi 6 janvier, France 2 s'est intéressée aux techniques mises en place par les commerçants pour ce rendez-vous. Morgane, Germain, et Vanessa sont trois vendeurs chevronnés, avec trois techniques bien huilées. C'est donc la journée la plus chargée des soldes d'hiver. Le JT

Catherine Barba : « Sans expérience à vivre, les clients iront de moins en moins en magasin » Vous vous êtes installée à New York pour développer le Peps Lab, pour « Plein d’expériences pour se réinventer ». De quoi s’agit-il ? Catherine Barba : Le Peps Lab est un observatoire de toutes les tendances innovantes en matière de relation client et de commerce. Et il n’y a pas meilleur lieu que New York pour observer les évolutions du commerce, et voir comment il se réinvente. Qu’est-ce qui vous a étonné récemment ? Ce matin même, j’étais au Pain quotidien, cette chaîne belge qui a plusieurs magasins aux Etats-Unis. Vous vous intéressez notamment aux expériences proposées par les magasins… Ce que nous vivons tous aujourd’hui, c’est que nous pouvons à l’envi, sans sortir de chez nous, tout acheter en ligne, depuis notre téléphone, notre tablette, notre ordinateur. La rue où j’habite à New York comporte énormément de magasins. Quelles formes peut prendre cette expérience en magasin ? Pourquoi n’y a-t-il plus de réalisations probantes aujourd’hui ? Des initiatives intéressantes existent.

Le "dynamic pricing" va-t-il devenir la norme ? Un site de fast fashion va tester l’adaptation des prix sur le modèle des compagnies aériennes Une étude menée fin 2013 a révélé qu’Amazon changeait en moyenne ses prix 2,5 millions de fois par jour ! Le géant du e-commerce s’ajuste ainsi en permanence pour proposer les tarifs les plus compétitifs possibles. Le détail de cette enquête est à retrouver ici. Difficile de connaître l’ampleur exacte de la pratique du « dynamic pricing » sur l’ensemble du secteur du e-commerce, mais de plus en plus d’acteurs s’interrogent et envisagent de l’adopter. Mariah Chase, qui s’exprimait lors du WWD Digital Forum à New York, un événement consacré à la mode en ligne, a indiqué qu’Eloquii devrait très prochainement tester un dispositif de prix dynamiques, selon un principe très simple : plus un article est demandé (et plus les stocks baissent), plus le prix augmente. Plus d’infos : Internet Retailer Le « surge pricing » a contribué au succès d’Uber mais fait aujourd’hui l’objet de critiques Libération

Vente des places de cinéma : la tarification dynamique de Smart Pricer Lancée il y a deux ans, la solution de tarification dynamique Smart Pricer a déjà fait du chemin : plusieurs circuits (dont UCI) l'ont adoptée en Allemagne et en Grande-Bretagne et la société Arts Alliance media l'a inscrite dans son catalogue Thunderstorm parmi les outils innovants qu'elle recommande aux exploitants. Explications sur les principes et le fonctionnement de Smart Pricer. La tarification dynamique Pour le moment, la grande majorité des cinémas européens s'en tiennent au principe de tarification dit variable, qui consiste à segmenter le prix des places en fonction du profil des spectateurs (jeunes, seniors...) et des offres proposées : séances 3D, fauteuils premium (majoration du prix des places les mieux situées dans la salle, très pratiquée dans certains pays). Avec la tarification dynamique, deux facteurs supplémentaires sont pris en compte : la demande et le temps. Christian Kluge, l'un des fondateurs de Smart Pricer, explique que trois méthodes sont possibles : 1. 2. 3.

bad buzz sur les réseaux sociaux Prendre les devants C’est un fait : pour la plupart des consommateurs aujourd’hui, les réseaux sociaux sont devenus le principal canal d’interaction et de dialogue avec les marques. Service client, bonnes ou mauvaises appréciations… tout passe désormais par le web. D’où la nécessité d’entretenir une veille active et permanente sur ces réseaux pour ne pas être pris de court. Car pour prévenir la propagation d’un bad buzz, le mieux est encore de l’éviter ! Première étape : s’informer régulièrement de l’actualité web de l’entreprise, et donc mettre en place une cellule de monitoring de toutes les informations circulant sur la toile. Autre précaution à prendre : éviter les « sujets qui fâchent », ou en tous cas les traiter avec un certain recul. Repérer les influenceurs Etre visible et actif sur les réseaux sociaux, c’est bien. Ces influenceurs jouissent en effet d’un certain pouvoir et ils font souvent la pluie et le beau temps sur le web. Affronter le problème Jouer la conciliation

iPhone 7 et Galaxy S7 : ils ne sont plus dans le coup ! | 60 Millions de Consommateurs Actu Le prix des smartphones premium d’Apple et de Samsung atteint des sommets. À part leur design soigné, ils n’ont pourtant plus grand-chose pour eux. Thinkstock En 2007, lorsque le premier iPhone est sorti, Steve Jobs, le patron et fondateur d’Apple, parlait de « révolution ». Près de dix ans plus tard, le prix du smartphone de la firme à la pomme a connu une inflation quasi continue. Des prix en hausse permanente Certes, le coût de la vie a augmenté ; certes, les performances de l’iPhone 7 sont évidemment sans commune mesure avec celles de son ancêtre de 2007. Samsung n’est pas en reste avec son Galaxy S7, dont le prix est 40 % supérieur à celui du premier de la série des « S », sorti en 2010. Pour convaincre les consommateurs de dépenser des sommes folles, les marques ont repris les codes de l’industrie du luxe. À LIRE >>> Réparation de mobiles : “Save” qui peut ? Porsche ou Twingo Et ce n’est pas tout ! À LIRE >>> Le Galaxy Note 7 provoque une explosion… de colère !

Quel est le secret de Lidl pour vendre du vrai caviar à 10 euros? En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... bien ensoleillé Vent : 5km/h - UV : 1 Clôture veille : 4859.69 Ouverture : 4874.31 Newsletter BFM Business | Les + vues Replay Emissions FrédéricBIANCHI Journaliste Newsletter BFM Business Après le foie gras et les grands crus, l'enseigne de hard-discount continue de défricher le terrain du luxe avec le caviar. Et maintenant du caviar. Mais alors que les grands crus de la foire aux vins de septembre n'étaient pas accessibles à toutes les bourses (199 euros la bouteille d'Yquem), le caviar lui le sera davantage. Car le caviar est peut-être le dernier vrai produit de luxe. Première astuce: la quantité. Pas de vente en ligne pour le caviar

Digitalisation de la relation client Des clients hyper connectés Le dynamisme de l’adoption numérique par les consommateurs contraste avec la situation des entreprises. Un consommateur moyen possède plus de 4 objets connectés et surfe 20 heures par semaine sur Internet (source : Les Echos Business août 2015). Aujourd’hui, les clients sont mieux informés et ont l’embarras du choix. Le règne du cross canal Le client doit pouvoir commander, s’informer et exprimer son mécontentement via n’importe quel canal (sites internet, réseaux sociaux, e-mailings, blogs…) en passant de l’un à l’autre avec un maximum de fluidité. Il est donc indispensable pour toute entreprise de : développer cette stratégie cross canal, preuve de sa volonté de transparence et de proximité avec ses clients,être présente sur les réseaux sociaux,démontrer son agilité, sa réactivité et ses qualités d’écoute,répondre en temps réel. Sébastien Hélaine, Directeur général du réseau Randstad, résume bien ce virage stratégique. Investir dans les Hommes et les outils

Related: