background preloader

Le tympan de Conques: Abbatiale Ste Foy ( Roger Banissi)

Le tympan de Conques: Abbatiale Ste Foy ( Roger Banissi)
Related:  Vidéo cinquième

Bruges au Moyen-âge by carolevergnory on Genially Bruges au Moyen-âge Localisez Bruges en Europe. A quelle distance de la mer se trouve t-elle?A partir de la légende que constatez vous sur l'évolution de la ville entre le IXème et le XIIIème siècle. Pour les fonctions religieuses et politiques N°1,2 et 6Pour les fonctions économiques N°1 ,4 ,5 et 3Ensuite visionner cette vidéo et prenez des notes afin de récolter des informations . Construisez un tableau: la 1ere colonne concerne les fonctions politiques, la deuxième les fonctions religieuses et enfin la troisième colonne, les fonctions économiques.Puis cliquez sur les numéros qui figurent sur le plan pour obtenir des informations. Votre travail consister à recolter le plus d'infos possible grâce à ce genial ly et sur internet, en vue de la rédaction d'un paragraphe. Cliquez à droite sur l'onglet Pages...Puis cliquez sur les différentes diapositives 1 -Qu'appelle t-on des halles au Moyen-âge? Port de Bruges au Moyen-âge

Abbatiale de Conques - Tourisme Conques Marcillac (12) La grande expansion du XIe siècle devait permettre à l'abbé Odolric (1031-1065) d'entreprendre, sur l'emplacement de la basilique du Xe siècle, la construction de l'abbatiale romane actuelle. Les premières campagnes de travaux se soldèrent par l'édification des parties basses du chevet, abside et absidioles notamment dont les murs se caractérisent par l'emploi d'un grès de couleur rougeâtre, extrait des carrières de Combret dans la vallée du Dourdou. Ce matériau, jugé peut-être trop friable, fut abandonné sous Etienne II (1065-1087) qui assura la poursuite des travaux vers l'ouest. On voit se généraliser alors le « rousset », un beau calcaire jaune vif provenant du plateau de Lunel. La coupole romane de la tour lanterne, lancée trop hardiment au-dessus de la croisée du transept s'effondra à une date inconnue.

Monde en cartes Le monde en cartesXIe-XVIe siècles Fabien Joubert, Collège J. Dumas, Nérondes Les représentations du monde (XIe-XVIe siècles) Une vision du monde au XIe siècle Une vision du monde au XIIe siècle Une vision du monde en 1489 Une vision du monde vers 1505 Une vision du monde en 1559 Mappa mundi du Beatus de Saint-Sever dans les Asturies (XIe siècle) L'Asie La Méditerranée L'Europe L'Afrique La carte orientée vers le nord La carte est orientée vers l'est car d'après la Bible c'est le paradis terrestre La carte d’al-Idrîsî (XIIe s.) commandée par le roi Roger II de Sicile La carte orientée au nord L'Europe. Henricus Martellus, Insularium illustratum, 1489-1490 Le pourtour de l'Afrique est mieux connu Nicolò de Caverio, [Gênes], vers 1505.Manuscrit sur parchemin, 10 feuilles assemblées, 115 x 225 cm, BnF, département des Cartes et Plans, CPL GE SH ARCH-1 L'Amérique fait son apparition L'Inde Universa ac navigabilis totius terrarum orbis descriptio Andreas Homem, Anvers, 1559.

Éblouissant Raphaël Avec nos partenaires, nous traitons vos données pour les finalités suivantes : le fonctionnement du site, la mesure d'audience et web analyse, la personnalisation, la publicité et le ciblage, les publicités et contenus personnalisés, la mesure de performance des publicités et du contenu, le développement de produit, l'activation des fonctionnalités des réseaux sociaux. Vos préférences seront conservées pendant une durée de 6 mois. Le massacre de la Saint-Barthélemy BEIL Ralph (dir.), Le monde selon François Dubois, peintre de la Saint-Barthélemy, cat. exp. (Lausanne, 2003-2004), Lausanne, musée cantonal des Beaux-Arts, coll. « Les cahiers du musée des Beaux-Arts de Lausanne » (no 13), 2004. BENEDICT Philip, Le regard saisit l’histoire : les guerres, massacres et troubles de Tortorel et Perrissin, Genève, Droz, coll. « Titre courant » (no 47), 2012. CROUZET Denis, La nuit de la Saint-Barthélemy : un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, coll. « Chroniques », 1994. ELSIG Frédéric (dir.), De la Renaissance au romantisme : peintures françaises et anglaises du musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, cat. exp. JOUANNA Arlette, La Saint-Barthélemy : les mystères d’un crime d’État (24 août 1572), Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », 2007.

VIDEO. Henri IV : le visage d'un roi Cet article date de plus de huit ans. Publié le 09/02/2013 21:34 Mis à jour le 12/02/2013 14:45 Durée de la vidéo : 5 min. Article rédigé par Quatre siècle après son assassinat par Ravaillac, le visage du plus aimé des rois de France a pu être reconstitué. Un document et une énigme historique qui a enfin trouvé sa réponse. Le 15 février prochain sortira en librairie un livre signé par le journaliste Stéphane Gabet et le médecin légiste et paléopathologiste Philippe Charlier sur l’énigme de la tête du roi de France Henri IV. Partager :

Le sens caché du tableau « Les Ambassadeurs » de Holbein le Jeune - Ça m'intéresse L’exploit de l’artiste ? Il résume toute l’Europe du XVIe siècle sur 4,3 m2 ! Richement vêtu, Jean de Dinteville (à gauche) est le commanditaire de ce double portrait réalisé par le peintre Hans Holbein le Jeune. L’aristocrate français arbore le médaillon de l’ordre de Saint-Michel, la plus haute distinction de la chevalerie française, créée par François Ier. Dans sa main, une dague en or sur laquelle on peut lire son âge : 29 ans. Une époque tournée vers la science et l’exploration du monde L’artiste fait de l’étagère (au centre) un concentré des découvertes de l’époque. L’Europe des grandes puissances est sur la corde raide Le luth, instrument roi de la Renaissance, symbolise l’harmonie. Qu’il soit riche ou érudit, l’homme reste soumis à la mort Une étrange forme blanche semblable à un os de seiche « flotte » au-dessus du sol, qui évoque celui de l’abbaye de Westminster. Guilherme Ringuenet Ça peut aussi vous intéresser : Tout ce que vous ne savez pas sur « La Petite Baigneuse.

Le massacre de la Saint-Barthélemy - Histoire analysée en images et œuvres d’art BEIL Ralph (dir.), Le monde selon François Dubois, peintre de la Saint-Barthélemy, cat. exp. (Lausanne, 2003-2004), Lausanne, musée cantonal des Beaux-Arts, coll. « Les cahiers du musée des Beaux-Arts de Lausanne » (no 13), 2004. BENEDICT Philip, Le regard saisit l’histoire : les guerres, massacres et troubles de Tortorel et Perrissin, Genève, Droz, coll. « Titre courant » (no 47), 2012. CROUZET Denis, La nuit de la Saint-Barthélemy : un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, coll. « Chroniques », 1994. ELSIG Frédéric (dir.), De la Renaissance au romantisme : peintures françaises et anglaises du musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, cat. exp. JOUANNA Arlette, La Saint-Barthélemy : les mystères d’un crime d’État (24 août 1572), Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », 2007. LE ROUX Nicolas, Les guerres de Religion (1559-1629), Paris, Belin, coll. « Histoire de France », 2009.

Amboise, Chambord : à la découverte de François Ier et des joyaux de l'architecture | TF1 INFO We and our (162) partners do the following data processing based on your consent and/or our legitimate interest: Store and/or access information on a device; Use limited data to select advertising; Create profiles for personalised advertising; Use profiles to select personalised advertising; Measure advertising performance; Understand audiences through statistics or combinations of data from different sources; Develop and improve services; Create profiles to personalise content; Use profiles to select personalised content; Measure content performance; Use limited data to select content; Ensure security, prevent and detect fraud, and fix errors; Deliver and present advertising and content. Nous nous engageons à respecter votre vie privée Si vous continuez sans accepter, les fonctionnalités liées à la personnalisation des contenus et des publicités seront désactivées sur TF1 Info. Les contenus et les publicités présentés ne seront pas liés à vos centres d'intérêt.

Portrait officiel de Louis XIV - Histoire analysée en images et œuvres d’art Ce grand portrait d’apparat serait en fait un montage, réalisé à plusieurs mains, dans l’atelier de Rigaud : la tête du roi, esquissée par Prieur, un des élèves du maître, aurait été peinte sur une toile indépendante, puis fixée sur la grande toile. Tout oppose, en effet, la partie inférieure du corps – des jambes de jeune homme, gainées de soie, amorçant un pas de danse – et la partie supérieure : le visage réaliste d’un homme alors âgé de soixante-trois ans. Vieil homme avec un corps de jeune homme, Louis XIV est entouré des insignes de la royauté : le collier de l’ordre du Saint-Esprit, le sceptre – tenu à l’envers, comme une canne ! –, la couronne fermée, la main de justice, et il y apparaît comme hors du temps, dans une sorte d’éternité. Ce grand portrait d’apparat serait en fait un montage, réalisé à plusieurs mains, dans l’atelier de Rigaud : la tête du roi, esquissée par Prieur, un des élèves du maître, aurait été peinte sur une toile indépendante, puis fixée sur la grande toile.

Related: