background preloader

Sclérose en plaques : comment les jeux vidéo peuvent réorganiser le cerveau - 10 mars 2016

Sclérose en plaques : comment les jeux vidéo peuvent réorganiser le cerveau - 10 mars 2016
Décriés pour leur aspect addictif et parfois violent, les jeux vidéo ont pourtant quelques vertus pour le cerveau. Dernière preuve en date, les résultats concluants d'une petite étude menée auprès de patients atteints de sclérose en plaques, une maladie caractérisée par un dérèglement du système immunitaire qui s'attaque à la myéline, l'enveloppe protectrice des fibres nerveuses (cf. encadré). Des chercheurs de la Harvard Medical School à Boston (Etats-Unis) sont parvenus à améliorer la connectivité neuronale chez une douzaine de patients grâce à un programme de réadaptation cognitive fondée sur l'utilisation du célèbre jeu vidéo Dr Kawashima Brain Training de Nintendo. Des travaux parus dans la revue Radiology. La myéline est une membrane biologique qui enveloppe les axones des neurones et permet d'assurer la transmission efficace d'information d'un neurone à l'autre. Lorsqu'elle est détériorée, les informations transitent moins vite, mal, voire pas du tout.

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/20160310.OBS6167/sclerose-en-plaques-comment-les-jeux-video-peuvent-reorganiser-le-cerveau.html

Related:  cerveau - psychiatrieMaladies émergentes / environnementales / etc.Sclérose en plaque (SP)Neurologie

Le mystère de la formation des plis et replis de notre cerveau résolu Noix, spaghettis, Flanby... Les plis et replis qui forment notre cerveau nous évoquent bien des images. Ces circonvolutions seraient le résultat d'une simple compression mécanique selon une étude publiée dans la revue Nature Physics. Une seule chose est sûre : l'utilité de ces plis. Ainsi, si on "dépliait" un cerveau, il couvrirait une surface entre 1 à 2 mètres carrés alors que le volume de notre crâne est de 1.100 à 1.700 cm³. Mais comment ces circonvolutions se créent reste débattu. Test de dépistage des syndromes de sensibilité cérébrale (fibromyalgie, fatigue chronique, côlon irritable…) Un mécanisme commun a été proposé pour expliquer ces syndromes : la sensibilisation centrale Il s'agit d'un phénomène dans lequel des neurones du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) deviennent hyperexitables, ce qui entraîne une hypersensibilité, une amplification de la douleur et d'autres symptômes. (Plus d'informations dans : Fibromyalgie, SFC, SCI et autres douleurs chroniques résulteraient d'une dérégulation du système nerveux central.) Le terme « syndrome de sensibilité centrale

MICROCHIMÉRISME FTAL: Les bébés laissent une marque à vie chez leur mère Actualité publiée hier BioEssays On a longuement documenté l’influence de la santé de la mère et du père, dès le stade de conception et longtemps avant la naissance, sur la santé de l’enfant à naître. Cet examen de la littérature mené par une équipe de l’Arizona State University fait la démonstration dans le sens inverse : Les cellules fœtales influencent aussi la santé maternelle pendant la grossesse, et longtemps après la naissance. Durant des dizaines d’années. VIDEO. Cerveau : comment devient-on addict ? CERVEAU. La sensation de plaisir, qu’elle provienne d’un carré de chocolat, d’une séance de sport ou d’une herbe choisie est le résultat d’interactions chimiques. Le circuit cérébral de la récompense s'active et libère de la dopamine.

Intuition : le cerveau en roue libre NUMÉRIQUE. Article extrait du n°827 de Sciences et Avenir. Pour en savoir plus, se référer à l'encadré de bas de page. INTUITION. En réunion, la situation est bloquée : personne ne trouve la solution pour sortir de la crise. Mais soudain, une petite voix intérieure vous dicte l’idée géniale que tout le monde attendait. Fibromyalgie et autres douleurs chroniques : nouvelle explication à la douleur généralisée Lorsque des tissus sont endommagés, un signal de douleur est conduit par les nerfs jusqu'à la moelle épinière puis au cerveau où se produit la perception de douleur. Une étude, publiée dans la revue Science, montre que d'autres cellules que celles du système nerveux contribuent à amplifier le signal dans la moelle épinière. Lorsque les nerfs transmettent ce signal, il se produit au niveau de leurs synapses un phénomène dit de potentialisation à long terme dans lequel la transmission du signal se fait de plus en plus efficacement. M. T.

6 informations maladies neurodégénératives - Site de protocoles ! Les CAUSES et Le PROTOCOLE de SOINS Des dizaines de millions de personnes concernées Le mercure dentaire, produit le plus dangereux au monde après le plutonium, toujours autorisé en France Sixième partie La Convention internationale de Minamata pour interdire le mercure dentaire Les autorités médicales et les gouvernements de nombreux pays, conscients de l'extrême danger pour la population, ont pris des dispositions législatives pour interdire le mercure en bouche.

Le cerveau expliqué à mon petit-fils du 14 juin 2016 - France Inter Le cerveau est sans doute l’objet le plus complexe de l’univers. Son exploration scientifique n’a commencé qu’il y a trois siècles. Il nous faudra distinguer le cerveau de l’affect : humeur, émotions avec ses aspects pathologiques, notamment la dépression ; le cerveau végétatif qui tient sous son contrôle les fonctions organiques (reins, foie, cour, etc.) et les grands comportements : veille, sommeil et rêve, reproduction et comportement sexuel, régulation de l’alimentation, de la boisson. C’est dans ce cerveau de la base que s’organisent le plaisir, l’amour, la souffrance et la beauté. Vient ensuite dans les étages supérieurs du cortex, le cerveau des représentations étroitement couplé à celui de l’action et son inséparable compagnon : la mémoire sous toutes ses formes. Nous terminerons par ce qui fait le fond de la condition humaine : les relations du sujet avec l’autre via notamment les « neurones miroirs ».

Notre cerveau aurait une capacité de stockage proche de celle du Web ! - 25 janvier 2016 "Ce résultat a l'effet d'une véritable bombe dans le domaine des neurosciences", annonce fièrement dans un communiqué Terry Sejnowski, neuroscientifique du Salk Institute à La Jolla, en Californie (États-Unis). Avec son équipe, il a mesuré la capacité de stockage du cerveau, et surprise : celle-ci est 10 fois supérieure aux estimations précédentes ! "L'équivalent d'au moins 1 pétaoctet (10 puissance 15), soit une capacité de grandeur proche de celle du World Wide Web", résume-t-il (une estimation a minima basée sur l'étude d'une petite zone du cerveau qu'il faudrait toutefois réévaluer nettement pour qu'elle soit réellement comparable au Web : même si la capacité de stockage de ce dernier est impossible à estimer, les 4 géants que sont Google, Facebook, Amazon et Microsoft stockeraient à eux seuls 1.200 pétaoctets de données...). Cette étude lève également le voile sur un mystère du cerveau.

Related: