background preloader

De l’intérêt de se lancer sur les médias sociaux sans stratégie

De l’intérêt de se lancer sur les médias sociaux sans stratégie
Voilà maintenant plus de 3 ans que je rédige ce blog, et presque 5 ans que je parle des médias sociaux en règle générale. Sur ces dernières années j’ai été amené à établir des cartographies des acteurs en présence (en 2008, 2009 et 2011), à lister les métiers du social media marketing, à vous expliquer une démarche de présence en 6 étapes, à rédiger des articles assez pointus sur le social media analytics. Tous ces écrits partageaient un but précis : vous expliquer l’importance de la planification d’une présence au sein des médias sociaux. En d’autres termes, à vous expliquer que les médias sociaux ne sont intéressants que s’ils sont pris en compte à un niveau stratégique. Ceci étant dit, pour avoir accompagné de nombreuses marques dans la définition de leur stratégie, j’en viens à me dire que parfois il peut être intéressant de se lancer sans stratégie, sans rien planifier, sans but. Simplement se lancer pour y être.

Panorama des médias sociaux 2011 English version can be found here: Social Media Landscape 2011. Les médias sociaux forment un écosystème riche et en perpétuelle évolution. Une bonne chose pour les utilisateurs qui bénéficient d’un large choix de services et plateformes sociales, mais un casse-tête pour les annonceurs qui doivent faire face à une fragmentation de l’audience. “Fragmentation de l’audience“, même avec Facebook qui culmine à près de 600 millions de comptes ? Oui tout à fait, car si Facebook est de loin le plus visible, les utilisateurs sont bien souvent actifs sur plusieurs plateformes sociales en même temps. Dans les faits, la grosse majorité des utilisateurs des médias sociaux trouvent leur bonheur dans la palette de services proposés par Facebook, mais les pionniers et les utilisateurs les plus actifs répartissent leur production sur différents services et agrègent le tout sur Facebook (qui se retrouve ainsi en bout de chaîne). Voilà qui nous fait une sacrée collection !

Investir sur les médias sociaux en 6 étapes Voilà maintenant près de 3 ans que je parle des médias sociaux sur ce blog (j’ai même ouvert un blog dédié à ce sujet : MediasSociaux.com). J’ai déjà eu l’occasion de donner de nombreuses conférences à ce sujet, d’en dresser un panorama, de les définir, de vous parler des métiers et des outils liés aux médias sociaux, de vous donner mon point de vue sur Facebook… Bref, beaucoup d’articles où je n’ai jamais trop pris le temps d’aborder les choses d’un point de vue stratégique. Straté-quoi ? Pourquoi investir sur les médias sociaux ? J’imagine que vous avez déjà eu l’occasion de lire telle ou telle statistique sur la révolution des médias sociaux (“Facebook serait le 3ème pays du monde“, “100 millions de vidéos visionnées chaque jour sur YouTube“, “50 millions de tweets par jour“…) donc je ne vais pas vous faire l’article sur ce phénomène, en tout cas pas avec des données chiffrées. Autre considération importante à prendre en compte : Il n’y aura pas de retour en arrière.

Le Social Reality Game ou comment faire vibrer sa communauté Cet article a été publié il y a 2 ans 11 mois 16 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Recruter une communauté est aujourd’hui un des grands enjeux du community management. La faire vivre et interagir en est un autre. Pour en savoir un peu plus je suis donc allée à la rencontre d’Aurélien Gaucherand ( @gaucherand), associé de l’agence United Spirit, agence de création de projets digitaux dédiés aux sports de glisse (sur twitter @UnitedSpirit). Tout d’abord pouvez-vous nous définir ce qu’est le Social Reality Game ? Le plus simple est de vous montrer le schéma ci-dessous Existe-t-il déjà des exemples à l’étranger ? Pour l’instant, nous n’avons vu aucun concept de jeu ou d’émission télévisée qui formalise exactement cette mécanique de jeu. Comment cette pratique marketing peut-elle s’inscrire dans une stratégie de community management et quels en sont les avantages/points forts ? On peut aller plus loin.

Les 3 erreurs les plus courantes sur les médias sociaux en 2011 J’écris ce billet dans la continuité de précédents articles autour des erreurs à éviter. Je constate de plus en plus au travers des opérations que je vois arrivé tous les jours, certaines erreurs communes qui ne permettent pas aux entreprises à l’initiative de ces actions de véritablement profiter des opportunités liées aux médias sociaux. On pourrait en citer de nombreuses mais je préfère me concentrer ici sur 3 erreurs fréquentes, qui sont souvent sous-évaluées. La dissonance et les incohérences dans les actions mises en place. Qu’elle servent des objectifs liés à l’image de marque ou la construction d’une relation pérenne avec des clients, les incohérences et les voix dissonantes venant d’une même entreprise sont autant de risques de briser cette relation de confiance et d’écorner ponctuellement ou durablement l’image d’une marque d’une entreprise. Laissez un commentaire

La seconde phase des médias sociaux De la différence entre une stratégie et une stratégie médias sociaux. Résumé : on voit de plus en plus poindre une composante médias sociaux dans les projets stratégiques des entreprises. Faut il s’en réjouir ou s’en inquiéter ? Dans la mesure où l’outil doit servir la stratégie on peut s’inquiéter de le voir promu au même rang que ce et ceux qu’il doit servir. Le risque de voir le phénomène “social” érigé en figure de style imposée de la communication stratégique sans aucune articulation concrète avec le projet stratégique est réel. Comme souvent lorsque l’économie prend un virage, dans un sens ou dans un autre, les entreprises revoient leur plan stratégique et nous annoncent leurs priorités pour les années à venir. Fin de crise aidant, il faut donc changer de posture, de projet, de discours afin de donner des signes au marché et remobiliser les salariés. 1°) Remettre le client au centre des préoccupations de l’entreprise. 2°) Travailler au bien être et au développement des collaborateurs. 3°) Devenir une référence dans le domaine des médias sociaux.

Compte-rendu de la conférence #M2C2011 – Jour 1 Comme chaque année, l’ESCP accueille la fine fleur des médias sociaux durant 2 jours de conférences avec le regard acéré des plus grands spécialistes et le retour d’expérience de nombreuses marques. Le thème de cette année : Social Media is Dead, Long Live Social Media. 2011, l’année du renouveau ou l’après faux-départ ? Social Media and Organization Changes Table ronde sur les changements organisationnels nécessaires à l’intégration des médias sociaux dans le quotidien des entreprises. Richard Binhammer de Dell : David Armano d’Edelman Digital : Social Business Planning = Brand Transformation = Organization Transformation ;Les 3 piliers du Social Business = People + Process + Plaforms ;La tyrannie de la transparence s’est étendue au-delà des marques et touche maintenant les gouvernements (Wikileaks) ;Les indicateurs s’expriment en chiffres donc peuvent être mesurés, le ROI dépend des résultats qui sont subjectifs (en dehors du C.A.) Rob Harles de Bloomberg : Ekaterina Walter de Intel :

Compte-rendu de la conférence #M2C2011 jour 2 Suite de la conférence Marketing2 à l’ESCP avec une seconde journée plus centrée sur les aspects tactiques que la première journée. Les photos de la conférence ont été gentiment publiées par Emmanuel. Rebuilding Brand Communication with Social Media Une table ronde matinale sur la communication de marque sur les médias sociaux. Stefan Heeke de Siemens : 40% des employeurs bloquent l’accès aux sites de réseau social, mais les employées y accèdent par d’autres moyens (mobile…) ;De l’importance du mimétisme : “People just copy each other in networks“ ;L’effet réseau fonctionne aussi sur la satisfaction client : si un ami est satisfait alors j’ai 40% de chance d’être également satisfait ;Une information en elle-même peut être un objet social avec les commentaires, partage, liens, likes…Il est plus efficace de cibler les utilisateurs en fonction de ce qu’ils aiment plutôt qu’en fonction de leur profil. Esteban Contreras de Samsung : Marie Odile Taillar de l’ESCP : Rob Halper de Johnson&Johnson :

M2C2011, Efficacité et Valeur sur les Réseaux Sociaux La conférence internationale M2C2011, organisée par l’ESCP Europe vient d’avoir lieu. C’est un rendez-vous d’experts et de grandes marques. Que faut-il retenir de l’édition 2011? Pertinence, transparence, objectifs, « value », effet réseau, communautés intégrées et KPI. La conférence internationale M2C2011, organisée par l’ESCP Europe vient d’avoir lieu. Avant d’y aller Avant de se lancer sur les Réseaux Sociaux, il faut se poser une question simple : pourquoi un client pourrait avoir envie de discuter avec vous ?. Si le contenu est essentiel sur le web et notamment en Social Media, la pertinence est la clé. Trois points doivent orienter la démarche entreprise sur les Réseaux Sociaux. Enfin, pour reprendre une phrase d’Anna Obrien de Citibank: « écouter dans avoir d’objectifs, c’est comme aller au supermarché sans avoir de liste de courses » (il y a sur-abondance de choix). Retour sur Investissement En la matière les critères (KPI) sont quasiment infinis et on ne sait lesquels choisir.

Vers une 3ème phase de maturité des marques sur les médias sociaux Cette semaine s’est tenue la très instructive conférence M2C à Paris (cf. les comptes-rendus des jour 1 et jour 2). Le thème de cette conférence était “Social Media is Dead“. Derrière cette provocation se cache une réalité : les médias sociaux ne sont plus de territoire d’expression quasi-vierge que les marques peuvent s’approprier. Pratiquement toutes les marques sont ou vont très rapidement être présentes sur les médias sociaux pour assurer la promotion de leurs produits ou gérer leur réputation. De ce fait, la compétition pour l’attention et les “like” des membres y est aussi féroce que pour les clics sur les pages de résultats de Google. Forcément, ça devait bien arriver un jour. Phase 1 : Expérimentations Les médias sociaux sont nés avec l’avènement des blogs, réseaux sociaux et plateformes de partage (MySpace, YouTube, Facebook…), c’est à dire il y a plus de 5 ans. Phase 2 : Social Marketing Phase 3 : Social Business Le plus dur reste à faire Convaincre la Direction Générale.

Related: