background preloader

Surhomme

Surhomme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Surhomme (Der Übermensch — prononciation) est une notion principalement associée au nom du philosophe allemand Friedrich Nietzsche. Richard Roos l'a ainsi définie : « Le Surhomme de Nietzsche est de nature égale au divin . Il est au-dessus des hommes et "plus hauts des hommes que ceux-ci le sont du singe". Il ne doit pas se soucier des hommes, ni les gouverner : sa seule tâche est la transfiguration de l'existence[1]. » Le Surhomme romantique[modifier | modifier le code] Goethe, Faust : Du flehst, eratmend mich zu schauen, Meine Stimme zu hören, mein Antlitz zu sehn; Mich neigt dein mächtig Seelenflehn, Da bin ich! Fasst Übermenschen dich! « Tu aspirais si fortement vers moi ! Tu voulais me voir et m'entendre. Je cède au désir de ton cœur. — Me voici ! Saisit ta nature surhumaine ! Le Surhomme dans la pensée de Nietzsche[modifier | modifier le code] Genèse du Surhomme[modifier | modifier le code] « Le sur-animal. Le Surhomme ne nie plus, il est : Related:  Le Nazisme

Mouvement völkisch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ce courant d'idées puise ses sources dans le romantisme allemand des années 1840 et dans les désillusions de la période 1849-1862, entre l'écrasement du printemps des peuples et l'arrivée de Bismarck au pouvoir en Prusse[3]. Important par le nombre de groupuscules, mais peu par celui de ses adhérents, et de par les évolutions sociétaires[2], le mouvement idéologique s’est trouvé face à de nouveaux problèmes lui imposant une nouvelle définition. Pour les uns, le courant völkisch découle d’une vocation raciste permanente, lié aux apports de la biologie et du « darwinisme social ». Étymologie[modifier | modifier le code] Völkisch, terme difficilement traduisible en français, peut revêtir plusieurs significations ; en allemand aussi, le terme Volk revêt plusieurs significations : la nation, le peuple, dans un sens ethnique. Préalable : le Volk[modifier | modifier le code] Le corpus idéologique völkisch[modifier | modifier le code]

Stalker (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Stalker. L'être humain découvre l'existence d'une forme de vie extraterrestre, et sa venue sur Terre. Ces zones se trouvent ainsi placées sous la protection de l'armée et sont soumises à des recherches scientifiques : les savants cherchent à comprendre et exploiter les objets laissés par les extraterrestres, tandis que l'armée tente d'empêcher le pillage des artefacts et leur diffusion dans le reste du monde. Les pilleurs d'objets sont nommés stalkers, personnes qui vivent pour explorer la zone et y revendre les objets qu'ils y trouvent. A Harmont, une des zones qui témoignent de la visite, Redrick Shouhart vit en tant que stalker. Le jeu vidéo comme le film sont très différents du livre : Tout d'abord, à l'inverse du livre, le film et le jeu vidéo ne placent pas une civilisation extraterrestre comme origine de la zone. Le roman est cité dans la La Bibliothèque idéale de la SF, Albin Michel, (1988).

Shambhala (mythe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mythe de Shambhala, Shambhalla, Shambala ou Shamballa, d'origine hindo-bouddhiste, semble avec les personnages qui s'y rattachent être un creuset où se rassemblent toutes les croyances et les religions de l'humanité[réf. nécessaire]. Shambalha (tibétain bde byung) est un pays mythique, dépositaire de l'enseignement du kalachakra qui fut transmis par le Bouddha à la demande de son roi Suchandra. Il est décrit dans le Tantra Kalachakra et ses commentaires. Selon le 14e Dalai Lama[2], c'est une terre pure terrestre qui ne peut cependant pas être située sur une carte ; seuls y ont accès ceux qui ont acquis le karma convenable. Le thème du royaume parfait dissimulé dans l’Himalaya existe aussi dans le bön : il s’agit en l’occurrence du berceau de cette religion. La fondatrice de la Société théosophique, Helena Petrovna Blavatsky, évoque Shambhala dans son livre La Doctrine Secrète. Rigdan Tagpa ou Manjushrí Kírti, roi de Shambhala.

Solaris trailer Race aryenne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour le courant de pensée des débuts du christianisme, voir Arianisme. La « race aryenne » est un concept de la culture européenne qui a eu cours à la fin du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle. La « roue du soleil » est utilisée comme symbole de la race aryenne. Étymologie et dérive du concept[modifier | modifier le code] L'expression « race aryenne » désigne à l'origine la « race » des Aryens, un ancien peuple de langue indo-européenne.Il pourrait venir de l'indo-européen aryos (« noble ») et pourrait être l'auto-ethnonyme des Indo-européens originaux. L'expression a ensuite été largement utilisée par les nazis, reprenant les théories de classification et de hiérarchisation des races humaines édifiées dans des travaux tels que ceux de l'Anglais Houston Stewart Chamberlain ou du Français Georges Vacher de Lapouge. Historique[modifier | modifier le code] Fondement linguistique[modifier | modifier le code] À propos de « L’espace vital » :

Śūnyatā Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tentative d'approche[modifier | modifier le code] La vacuité est un terme qui peut être mal interprété. « Selon le bouddhisme, tout est en essence vacuité (śūnyatā), tant le samsâra que le nirvāṇa. D’autres bouddhistes francophones disent que « La vacuité ne vide pas les choses de leur contenu, elle est leur véritable nature »[1]. Selon la thèse de la vacuité, les phénomènes se définissent non pas par une nature propre, une chose en soi qui leur appartiendrait en propre, mais uniquement par l'ensemble des rapports qu'ils ont entre eux : ils ne tiennent pas leurs propres caractéristiques d'eux-mêmes. Cependant, il serait erroné de ramener exclusivement la vacuité bouddhique à l'idée d'interdépendance ou de relativité : la vacuité n'est pas un concept qui relève seulement de la pensée discursive, elle est destinée d'abord à ouvrir l'intuition métaphysique (prajñā) du pratiquant. Dans le Bouddhisme theravāda[modifier | modifier le code]

Peuples germaniques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « Germanique » redirige ici. Pour les autres significations, voir Germain. Les peuples germaniques ou Germains (du latin germanus, d'étymologie incertaine) sont des ethnies indo-européennes originellement établies en Europe septentrionale. Mieux connus dans le monde latin à partir du Ier siècle, principalement à travers l'œuvre de l'historien Tacite, l'expansion originelle des Germains est attestée à l'âge du bronze danois. Origines[modifier | modifier le code] Tirant d'abord leur origine de la culture de la céramique cordée, c'est à partir de l'âge du bronze danois, d'après l'archéologie allemande et scandinave, que des cultures du sud de la Scandinavie se diffusent progressivement vers le sud, vers l'Allemagne et les rives méridionales de la mer Baltique[réf. nécessaire]. Données géographiques, linguistiques et culturelles[modifier | modifier le code] L'esclavage n'est pas étranger aux sociétés germaniques.

Oblivion Trailer (2013) Mysticisme nazi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mysticisme nazi (ou l'ésotérisme nazi) est une appellation qui sert à désigner de manière globale un ensemble de doctrines florissantes en Allemagne avant ou pendant le régime nazi et mêlant le pangermanisme et l'aryanisme à des doctrines ésotériques. Elles s'inspirent de théories développées en Allemagne à partir du début du XIXe siècle (Ariosophie, l'Armanisme, la Théozoologie, l'Armanen-Orden, l'Artgemeinschaft, etc…). Ce courant quasi-religieux consiste en fait en la combinaison du pangermanisme et racisme allemand avec l'occultisme, l'ésotérisme, et le paranormal et une philosophie de l'histoire qui est un messianisme sécularisé. Le nazisme ne se veut pas seulement une idéologie politique, mais aussi une vision globale du monde. L'établissement du lien entre ésotérisme et nazisme peut se faire sur plusieurs plans : Vue d’ensemble[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] La théorie[modifier | modifier le code]

Archigram Cedric Price, l'inspirateur d'Archigram, avait lui aussi essayé de construire un Fun Palace, espace de jeu, de réunions et de rencontre, mais le projet dût être abandonné pour des raisons financières. Archigram - Cedric Price: Fun Palace. L'évolution d'Archigram se complète d'autres projets du même cru: il s'agit de s'emparer de la ville des espaces sous-utilisés ou désaffectés et de changer leur sens. L'accent est mis sur l'architecture du " software " - son, lumière, équipement - et non du " hardware " - le bâtiment en soi. Lire la suite La Walking City de Ron Herron est le " symbole d'une capitale mondiale qui se déplacerait autour de la planète ". Lire la suite Diplômés en 1960, en pleine inflation technologique, les premiers projets de Archigram visent à l'amélioration d'une mégastructure à leur gré trop rigide. Lire la suite Le groupe Archigram est composé de huit jeunes archi­tectes anglais qui entendent rejeter toute " formule d'architecture ". Lire la suite Chargement...

Teutons Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Teutons étaient un peuple germanique. Lors de la modification climatique des années -100, ce peuple a quitté le nord de la Germanie et participé à la Guerre des Cimbres. Ethnonymie[modifier | modifier le code] Le nom des Teutons est issu du germanique commun ϸeudanōz « ceux de la tribu », nom passé d'abord en celtique puis latinisé en Teutoni. L'indo-européen *teutā- « tribu » est également à l'origine du celtique commun *teutā- > *toutā- > *tōtā- « tribu, peuple », attesté par le gaulois teuta, touta et le vieil irlandais tuath (voir Tuatha Dé Danann), de même sens, ainsi que le gallois tûd « contrée », le breton tud « les gens », etc. Guerre des Cimbres[modifier | modifier le code] Alliés des Cimbres lors de la guerre éponyme, les Teutons sont défaits par Caius Marius à la bataille d'Aix en 102 av. Acception moderne[modifier | modifier le code] En argot, on désigne par « les Teutons » le peuple allemand. Aduatuques

THE OFFICIAL SITE OF ANNE and PATRICK POIRIER

Related: