background preloader

L'image et ses codes

L'image et ses codes
Samedi 7 décembre, la 20ème saison du dispositif régional « Passeurs d’Images » s’est clôturée à la salle nouvellement inaugurée du Grand Sud, à Lille. L’ambiance était chaleureuse et conviviale, tant lors des discours des personnalités que durant les travaux des groupes de jeunes réalisateurs. Aux côtés de ceux-ci, les représentants des structures partenaires, les intervenants, les financeurs et quelques « anciens » du réseau ont répondu à l’appel et sont donc venus nombreux soutenir le dispositif. Plus de 150 personnes se sont déplacées ce samedi 7 décembre, venues des villes de Lille, Armentières, Béthune, Dunkerque, Boulogne, Douai, Beuvrages… Lire la suite Pour rappel, 20 ans de « Passeurs d’Images » en chiffre c’est : Au total, ce dispositif a permis sur 20 ans à 250 000 personnes dans la région de bénéficier de ces actions et de mener une démarche culturelle et citoyenne. Related:  Analyse filmiqueLexique généralCinéma & bibliothèque

Principes de base du cinéma La lumière est à la base de toute vision, c'est elle qui (se) réfléchit, module, sculpte, met en valeur ou cache… C'est elle aussi qui contient les couleurs et les formes, les objets se contentent de les réfléchir ou de les absorber. Nous verrons aussi que la caméra, n'est pas que l'œil du réalisateur au sens figuré, technologiquement aussi, elle est très proche du fonctionnement de l'œil… Donc, commençons par les bases ! Composition de la lumière La lumière est un rayonnement électromagnétique visible par l'œil humain, qui se se propage en ligne droite dans le vide de l’espace à la vitesse de 300 000 km/s. Mais sur terre dès qu'elle rencontre une surface ou un objet elle se diffuse ou se réfléchit. La lumière du soleil permet bien sûr de voir mais est aussi la première source de chaleur et d'énergie des écosystèmes terrestres, via la photosynthèse. La démonstration de la composition de la lumière fut proposée par Isaac Newton en 1666. Expérience de Newton Synthese additive Lumière douce

Lexique cinéma ▪ Accéléré : Effet spécial, réalisé le plus souvent à la prise de vues, donnant l'illusion de mouvements plus rapides que dans la réalité. ▪ Amorce : longueur de film ne comportant pas d'images, permettant le chargement ou le déchargement du film en début ou en fin de bobine1. ▪ Anamorphose : Principe de compression horizontale d’une image, utilisé dans le "cinémascope". ▪ Angles de prise de vue : Terme photographique qui désigne la hauteur et la direction du regard ▪ Bruitage (ou effet sonore) : Opération qui consiste à synchroniser des bruits avec des images filmées. ▪ Cadence : Vitesse de défilement du film, exprimée en images par seconde ; La cadence standard (sonore) est de 24 images/seconde, quand le cinéma muet était à 16 images par seconde. ▪ Carton ou intertitre : Texte de dialogue ou d’explication inséré entre les images. ▪ Croix de Malte : Dispositif mécanique permettant de transformer la rotation continu de la pelliculle en rotation saccadée.

plan americain italien PE GP gros plan valeurs de cadre Les valeurs de cadre en France sont classées en plusieurs catégories: - celles qui renvoient au décor: Plan d'ensemble (PE): englobe la totalité du décor et de l'action; si l'espace est très vaste on parle de PGE (plan grand ensemble) Plan demi ensemble (P1/2 E): une partie du décor, l'espace semble limité par le cadre Plan général (PG): la totalité du décor et de l'action; les termes PE et PG sont souvent utilisés l'un pour l'autre. Gros plan (GP): une partie du décor, lorsqu'on s'en approche optiquement (un GP d'une fenêtre, un GP d'une gargouille) - celles qui renvoient aux personnages: Personnages dans le décor Plan large (PL): un espace délimité où l'action est vue en totalité Plan serré: limite le cadre au strict minimum de l'action filmée Un PL d'un groupe de personnes discutant entre elles montre aussi une partie du décor, alors que le plan serré ne montre que les personnages, parfois en PA s'ils sont debout Plan moyen (PM): entre les deux (PL et P serré) Personnages seuls PRépaule

E-dossier de l'audiovisuel : qu’enseigne l’image ? qu’enseigner par l’image ? De l’éducation aux médias aux médiacultures : faire évoluer théories et pratiques Par Geneviève Jacquinot-Delaunay, professeur émérite à l’Université de Paris 8 En savoir plus L'utilisation des images d'archives en Histoire Apprendre à faire des images Entretien avec Bernard Stiegler, directeur de l'Institut de recherche et d'innovation (Iri) du Centre Georges-Pompidou, président de l’association Ars Industrialis En savoir plus Images : des repères ou des outils ? Par Laurent Gervereau, président de l’Institut des Images, philosophe En savoir plus Dire les images Par Monique Sicard, chargée de recherche CNRS, Institut des Textes et Manuscrits modernes/CNRS/ENS En savoir plus L’éducation aux images, l’éducation aux médias et l'essor de la culture numérique Par Renee Hobbs, professeur et directrice du Laboratoire de recherche sur l’éducation aux média (Université de Temple, Philadelphie) En savoir plus Hong-Kong : l'éducation à l’image, une chance pour développer la pensée critique des élèves Par C.K.

My Planity Lignes de temps Le logiciel Lignes de temps met à profit les possibilités d’analyse et de synthèse offertes par le support numérique. Inspirées par les «timelines» ordinairement utilisées sur les bancs de montage numérique, Lignes de temps propose une représentation graphique d’un film, révélant d’emblée, et in extenso, son découpage. Lignes de temps offre en cela un accès inédit au film, en substituant à la logique du défilement contraint qui constitue l’expérience de tout spectateur de cinéma, et pour les besoins de l’analyse, la «cartographie» d’un objet temporel. Aussi, en sélectionnant un segment d’une ligne de temps, l’utilisateur a-t-il accès directement au plan ou à la séquence correspondante dans le film, séquence qui peut être décrite et analysée par des commentaires textuels, audio, vidéo, ou documentée par des images ou des liens Internet. Pour appareiller les pratiques « amateurs » Objectivation, subjectivation, communautisation Regards signés et formes de rendu FAQ (questions fréquentes)

Objets dans l'objectif : hors-champs / contre-champs La photographie enregistre la réalité avec fidélité et précision. C'est pourquoi, dès l'origine, on eut recours à elle pour reproduire des œuvres ou des objets que l'on souhaitait garder en mémoire ou pouvoir rapprocher commodément grâce à la reproduction. Pour ce faire, le photographe centre autant que possible sa prise de vue mais ne peut pas toujours éliminer tout à fait le contexte. D'autant que des contraintes techniques, comme la nécessité de photographier en plein air, faute de lumière artificielle avant la fin du XIXe siècle, une optique insuffisante ou mal maîtrisée ne permettant pas des cadrages assez serrés, rendent la tâche plus difficile. Les ombres portées, les reflets involontaires, les interférences de toutes sortes ont alors peu d'importance, seul compte le fait que le sujet principal figure bien sur l'image. Notre vision est différente. Interférences volontaires

Analyse filmique Analyse filmique Séquence proposée par André Roux (*) Pourquoi analyser un film ? Cette question semble en effet pertinente ! A quoi bon comprendre un film, il suffit de le voir ou de le revoir…et pourquoi pas de le sentir. ( à condition de ne pas avoir le nez bouché !) Le cinéma n'est-il pas un plaisir, un spectacle, voire un loisir ? Une seule réponse à mon avis : Analyser un film c'est en connaître les règles pour mieux y prendre du plaisir ! Quelle analyse ? Nous ne pourrons pas, au niveau d'une classe de terminale Bac Pro, aller très loin dans les outils d'analyse. Tout comme pour l'analyse littéraire, on peut s'intéresser dans l'analyse filmique, à différentes entrées : La narration et le récit ; L'énonciation ; Les différentes focalisations La musique…etc. Ce qui est important c'est de savoir que l'analyse peut découler de trois positions : Le sens vient de l'auteur, de son projet, de son intention… Le sens vient du contenu même du film, de sa cohérence de ce qu'il montre.

analyses de films, analyse de films Voyages, 1999 Space Odyssey (A), 1968 In the Mood for Love, 2000 Elephant, 2003 Cat People, 1942 In the Mood for Love, 2000 Diabolique Dr Mabuse (Le), 1960 Chemin de la liberté (Le), 2003 Pianiste (La), 2001 Big Shave (The), 1968 Eau chaude, l'eau frette (L'), 1976 Vent nous emportera (Le), 1999 Fin du Jour (La), 1939 Ivre de femmes..., 2002 La Vie est un miracle, 2004 Y'a pire ailleurs, 2011

La décomposition du mouvement Contexte historique La technique de la photographie offre aux scientifiques des possibilités nouvelles. A partir des années 1870, le Français Etienne-Jules Marey (1830-1904) et dans son sillage l’Américain Eadweard Muybridge (1830-1904) se servent d’instantanés photographiques pour décomposer le mouvement des êtres vivants. En dissociant, en figeant, en analysant les poses successives de leurs modèles, les deux hommes peuvent capturer le détail des activités sportives ou des gestes de la vie courante. Par le biais de ces séquences rapprochées, ils obtiennent avec précision les images de ce qu’on ne peut percevoir à l’œil nu. En arrêtant le temps et le mouvement, ils réussissent à voir l’invisible. Analyse des images Interprétation Les travaux révolutionnaires de Marey et Muybridge ont eu immédiatement des applications.

700 films rares et gratuits disponibles ici et maintenant C’est un cadeau immense comme seul internet peut nous en offrir. Plus de 700 films rares totalement gratuits, disponible immédiatement grâce au site OpenCulture qui se bat pour éduquer et donc transmettre le meilleur de la culture totalement gratuite sur le web. On ne peut alors s’empêcher de céder aux sirènes cinématographiques qui sont ici multiples et très sophistiquées. Doodlebug (1997) : Court-métrage de Christopher Nolan avec Jeremy Theobald Bottle Rocket (1994) : Court-métrage de Wes Anderson avec Owen Wilson et Luke Wilson Geometria (1987) : Court-métrage de Guillermo Del Toro avec Fernando Garcia Marin, Guadalupe del Toro, Napo Frankenweenie (1984) : Court-métrage de Tim Burton avec Shelley Duvall, Daniel Stern, Barret Oliver Impressions de la Haute Mongolie (1975) : Film de Salvador Dali et José Montes-Baquer avec Salvador Dali From the Drain (1967) : Court-métrage de David Cronenberg avec Mort Ritts et Stefan Nosko Six Figures Getting Sick (1966) : Court-métrage de David Lynch

accueil » Animage.org, musée numérique de l'image fixe à l'image animée August 28, 1955 Fourteen-year-old African-American Emmett Till is brutally murdered after reportedly flirting with a white woman while visiting relatives in Mississippi. For the first time, both black and white reporters cover the trial epitomizing "one of the most shocking and enduring stories of the twentieth century." December 1, 1955 The arrest of Rosa Parks, a 42-year-old African-American seamstress and civil rights activist who refused to give up her bus seat to a white passenger, sets off a long anticipated bus boycott by residents of Montgomery, Ala.

Related: