background preloader

Valeur résiduelle : définition, calcul, traduction - Fiche pratique

Valeur résiduelle : définition, calcul, traduction - Fiche pratique
Définition du mot Valeur résiduelleEn économie, la valeur résiduelle détermine la valeur d'un bien à l'expiration de sa durée d'utilisation ou de location. Lorsqu'elle concerne un bien immobilier mis en location, la valeur résiduelle correspond par exemple au montant dont devra s'acquitter le locataire du bien s'il veut prétendre acquérir le logement à l'issue de sa période de location. La valeur résiduelle sert ainsi plus largement à définir la valeur d'un bien lorsque sa période d'amortissement arrive à échéance. Elle est en ce sens un indicateur souvent utilisé par les entreprises qui réalisent d'importants investissements pour tenter de connaître la valeur de leurs équipements, une fois ces derniers totalement amortis. Plus récemment, la valeur résiduelle est une mesure à prendre en compte dans les offres de Location avec Option d'Achat (LOA) d'un véhicule automobile. Valeur résiduelle : le calculValeur résiduelle = prix d'achat - montant des amortissements.

Dépréciation des immobilisations La dépréciation d’une immobilisation corporelle ou incorporelle est la constatation que la Valeur Actuelle (VA) de l’immobilisation a perdu de la valeur, c’est à dire qu’elle est devenu inférieure à la Valeur Nette Comptable (VNC). Les dépréciations des immobilisations concernent les biens amortissables ou non. A quoi sert la dépréciation des immobilisations ? En cours de vie une immobilisation peut perdre plus de valeur que ceux que l’entreprise à prévu. Cela peut être dû à des causes externes ou internes à la société. Causes externes : baisse plus que la normale de la valeur du marché ;changements importants dans l’environnement technique, économique ou juridique, ayant un effet négatif sur l’entreprise ;augmentation des taux d’intérêt. Causes internes : obsolescence ou dégradation physique non prévue par le plan d’amortissement .performances économiques inférieures aux prévisions. Pour cela l’entreprise doit constaté une dépréciation Le test de dépréciation Il y a deux possibilités : Exemple

Méthodes de calcul de l’amortissement - Comptabilité des immobilisations (FI-AA) Méthodes de calcul de l’amortissement Utilisation La méthode de calcul de l’amortissement est la caractéristique la plus importante de la méthode de base. Les méthodes de calcul de l’amortissement répertoriées ci-dessous sont définies dans le système standard. Fonctionnalités Taux de la durée d’utilisation et Taux de la durée d’utilisation résiduelle Il existe deux variantes de cette méthode. Taux total pour la période d’avantage fiscal Cette méthode vous permet d’amortir un certain pourcentage de la base de calcul de l’amortissement au cours d’une période d’avantage fiscal. Taux explicite Contrairement au taux total, vous définissez ici le taux de chaque exercice comptable. Taux déterminé sur la base de la durée d’utilisation résiduelle + date de changement - date de début de l’amortissement Valeur moyenne calculée à partir de plusieurs tableaux Lorsque vous définissez des tableaux d’évaluation, vous pouvez établir des interdépendances entre eux en définissant une formule mathématique. Voir

Les amortissements comptables : calcul, durée et méthodes La valeur des immobilisations est répartie, en comptabilité, sur leur durée d’utilisation probable au moyen d‘amortissements. Voici les principales caractéristiques des amortissements comptables d’immobilisations : qu’est-ce qu’un amortissement ? Quels sont les biens amortissables ? Quelles durées choisir pour amortir une immobilisation ? Précision : un autre article traite de manière plus détaillée la comptabilisation des amortissements d’immobilisations. Qu’est-ce qu’un amortissement comptable ? Un amortissement correspond à une constatation de perte de valeur d’un bien, du fait de son usage (usure physique), de l’évolution technique (obsolescence de l’actif) ou bien tout simplement du temps. La comptabilisation d’amortissement est obligatoire à la clôture de chaque exercice comptable, même si le résultat comptable d’un exercice se traduit par une perte. Quelles sont les immobilisations amortissables ? Certaines immobilisations incorporelles sont amortissables.

Les amortissements - Leur calcul Cette feuille a été mise à jour en octobre 2010 Elle est extraite de notre "Cours de comptabilité..." et elle est reprise dans le livre "Le culte et la législation" Le rôle de l'amortissement est de constater comptablement la dépréciation irréversible d'un actif, sa " consommation ". L'amortissement s'enregistre donc au débit d'un compte de charges : L'amortissement est le fait : · de l'usure physique ; · de l'évolution technique ; · et, dans le cas des immobilisations incorporelles, de règles juridiques (durée de protection légale ou juridique). Parmi les actifs qui se déprécient, il y a les immobilisations corporelles : ce sont les biens durables que l'association utilise pour son activité. Tous les actifs ne sont pas amortissables : Les terrains, par exemple, ne se déprécient pas (habituellement) par l'usage et le temps. De façon plus générale, un actif n'est amortissable que si son usage est limité dans le temps. Le calcul des amortissements Base d'amortissement Le plan d'amortissement

Calcul des amortissements: Amortissement linéaire Pourquoi l'amortissement ? L'un des objectifs de la comptabilité est de présenter une image fidèle de l'entreprise. Pour cela, on comptabilise, en tant que charges d'amortissement, la dépréciation et l'usure que peuvent subir certains éléments d'actif du bilan. Exemple d'amortissement linéaire. L'entreprise achète un véhicule pour une valeur de 20 000 Euro. Comment détermine-t-on le taux d'amortissement linéaire ? Un amortissement linéaire signifie que le véhicule se déprécie d'une façon constante sur les 5 ans, c'est à dire en une proportion d' 1/5 chaque année ( 1/5 = 20%) L'annuité d'amortissement est le montant que l'entreprise va amortir sur l'année. elle se calcule de la façon suivante : Annuité d'amortissement = Valeur du bien x Taux d'amortissement linéaire = 20 000 x 1/5 = 4 000 Euro Le tableau d'amortissement comptable suivant (à distinguer du tableau d'amortissement financier) résume les calculs d'amortissements linéaires sur 5 ans : Traitement comptable des amortissements

Tableau amortissement | Calculez le tableau d' amortissement de votre credit Amortissement dérogatoire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'amortissement dérogatoire est un amortissement comptable ne correspondant pas à une dépréciation mais à une option fiscale qui permet de comptabiliser en charge exceptionnelle un complément de déduction fiscale, les premières années de l'amortissement du bien, afin de réaliser une subvention déguisée remboursable. Ce complément est repris les dernières années de l'amortissement ce qui donne en fin de vie : Amortissement comptable = Amortissement fiscal (en supposant que la base amortissable soit la même en comptabilité et en fiscalité). Enjeux de l'amortissement dérogatoire[modifier | modifier le code] L'étude des amortissements comptables peut être complexifiée. Démarche de comptabilisation de l'amortissement dérogatoire[modifier | modifier le code] En cas de déficit ou de résultat inférieur au montant de la dotation aux amortissements, l'amortissement fiscal est reportable sur les bénéfices des futurs exercices.

Amortissement dégressif L’amortissement dégressif est une méthode de calcul de l’amortissement dont le montant des annuités est décroissant. Ce mode de calcul est acceptée fiscalement sous certaines conditions car il permet d’inciter les entreprise à investir. L’amortissement dégressif ne peut pas s’appliquer pour : les biens d’occasions;les véhicules de tourismes;les biens qui ont une durée de vie inférieure à 3 ans. Formule de calcul de l’amortissement Base amortissable x taux d’amortissement linéaire x coefficient d’amortissement dégressif Le coefficient Base amortissable La base à prendre en compte pour le calcul est la valeur nette comptable (VNC) de l’année précedente: VNC = Valeur d’origine (VO) – somme des amortissements depuis le début de l’acquisition Taux d’amortissement Le taux est exprimée en pourcentage et ce calcul en faisant : 100 x coefficient d’amortissement dégressif / durée d’utilisation = x% La durée d’amortissement La durée à prendre en compte est la durée de vie du bien. Le montant de l’amortissement

cours comptabilité chapitre 6 page 2 Fournisseur Client Amortissement fiscal Un amortissement est une répartition systématique du montant d'un actif amortissable en fonction de son utilisation. Un actif amortissable est un actif dont l'utilisation par l'entreprise est déterminable. Base amortissable et VNC La base amortissable est un des éléments déterminant le plan d'amortissement. Montant amortissable d'un actif = valeur d'entrée dans le patrimoine La valeur nette comptable est la valeur d'origine de l'immobilisation corrigé de l'amortissement de celle-ci. VNC = valeur d'origine - dotations aux amortissements cumulés Mode d'amortissement linéaire Base amortissable = valeur brute Date de début d'amortissement = date de mise en service Durée d'amortissement = usage "conventionnel" Annuité = base amortissable x taux linéaire x nombre de jours / 360 Plan d'amortissement Tableau d'amortissement Mode d'amortissement dégressif Date de début d'amortissement = premier jour du mois d'acquisition Coefficient dégressif =

Sous-section 3 Modalités d'évaluation des amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles A la clôture de l’exercice, une dotation aux amortissements est comptabilisée conformément au plan d'amortissement pour chaque actif amortissable même en cas d’absence ou d’insuffisance de bénéfice.L’amortissement d’un actif commence à la date de début de consommation des avantages économiques qui lui sont attachés. Cette date correspond généralement à la mise en service de l’actif.L’amortissement est déterminé par le plan d’amortissement propre à chaque actif amortissable tel qu’il est arrêté par la direction de l’entité.Lorsque l’utilisation, estimée lors de l'acquisition de l'actif comme indéterminable, devient déterminable au regard d’un des critères cités à l’article 322-1.2, l’actif est amorti sur l'utilisation résiduelle.Le mode d’amortissement doit permettre de traduire au mieux le rythme de consommation des avantages économiques attendus de l’actif par l’entité.

Evaluation des actifs et des passifs Section 1 - Évaluation des actifs à la date d'entrée Sous-section 1 - Dispositions générales d'évaluation des actifs 321-1. - (Règlement n°2004-06 du CRC) - Les immobilisations corporelles ou incorporelles et les stocks, répondant aux conditions de définition et de comptabilisation définies aux articles 211-1 et 311-1 et suivants, doivent être évalués initialement à leur coût. A leur date d'entrée dans le patrimoine de l'entité, la valeur des actifs est déterminée dans les conditions suivantes : les actifs acquis à titre onéreux sont comptabilisés à leur coût d'acquisition ; les actifs produits par l'entité sont comptabilisés à leur coût de production ; les actifs acquis à titre gratuit sont comptabilisés à leur valeur vénale ; les actifs acquis par voie d'échange sont comptabilisés à leur valeur vénale. Les dispositions du présent article ne s'appliquent pas aux immobilisations corporelles constamment renouvelées visées à l'article 331-5. Les pertes et gaspillages sont exclus des coûts.

Les amortissements dérogatoires : application facultative Les amortissements dérogatoires résultent de l’application de textes fiscaux. Ils peuvent, dans certains cas, s’appliquer au libre choix des entreprises. Le présent article s’attarde donc sur les modalités d’application et de comptabilisation des amortissements dérogatoires facultatifs. 1. Comptabilisation des amortissements dérogatoires facultatifs en cas de recours au mode fiscal dégressif Comme nous l’avions évoqué dans notre article sur la comptabilisation des amortissements comptables, les entreprises peuvent, sous conditions et pour certains biens seulement, pratiquer un amortissement fiscal selon le mode dégressif. Exemple : une entreprise achète un matériel industriel neuf le 1er janvier N pour 6 000 €. (1) 6 000 x ( 1 / 5 ) x 1,75(2) 6 000 x (1 / 5 )(3) 3 900 x ( 1 / 5 ) x 1,75 On remarque qu’à la fin de l’année 3, l’annuité dégressive (887) est inférieure à l’annuité calculée selon le mode linéaire (1 200). Voici le tableau d’amortissement définitif : 2. 3. 4. 5.

Related: