background preloader

Kevin Warwick

Kevin Warwick
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Warwick. Kevin Warwick Kevin Warwick, né le à Coventry en Angleterre, est un scientifique britannique et professeur de cybernétique à l'Université de Reading, au Royaume-Uni. Il est probablement le plus connu pour ses études sur les interfaces directes entre les systèmes informatiques et le système nerveux humain, mais il a fait beaucoup de recherche dans le domaine de la robotique. Biographie[modifier | modifier le code] Il travailla ensuite dans les universités d'Oxford, Newcastle et Warwick et en 1987 fut nommé à la chaire de cybernétique à l'université de Reading. Sources[modifier | modifier le code] (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Kevin Warwick » (voir la liste des auteurs)Émission "Rayon X" sur France 2 Référence[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : (en) Site officiel Related:  TranshumanismePEOPLE

Empathie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'empathie (du grec ancien ἐν, dans, à l'intérieur et πάθoς, souffrance, ce qui est éprouvé) est une notion désignant la « compréhension » des sentiments et des émotions d'un autre individu, voire, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances (il est alors plus spécifiquement question d'« empathie cognitive »). En langage courant, ce phénomène est souvent rendu par l'expression « se mettre à la place de » l'autre. Cette compréhension se produit par un décentrement de la personne (ou de l'animal) et peut mener à des actions liées à la survie du sujet visé par l'empathie, indépendamment, et parfois même au détriment des intérêts du sujet ressentant l'empathie. Théories et théoriciens[modifier | modifier le code] Le terme a ensuite été repris par Karl Jaspers puis par Sigmund Freud en 1905 dans Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten[4],[5]. En 1909, le terme anglophone a été calé par Edward B.

Kevin Warwick - Home Page Le transhumanisme: ce qui est possible n’est pas toujours souhaitable | Humanités numériques Sommaire Qu’est que le transhumanisme ? Passage de l’homme au posthumain. État de l’art : aujourd’hui ou en est on ? Qui sont les acteurs du transhumanisme? Innovation très controversée : extrait des arguments des partis Qu’est ce que le transhumanisme ? Dans cette partie je m’attacherais à définir la notion de transhumanisme pour pouvoir ensuite m’intéresser aux problématiques liées à l’intégration du numérique dans le corps humain. « Le transhumanisme est une classe de philosophies ayant pour but de nous guider vers une condition posthumaine. Les transhumanistes s’engagent dans des approches interdisciplinaires pour comprendre et évaluer les possibilités de dépasser les limitations biologiques. Il existe plusieurs sous catégories de courant de pensées dans le transhumanisme. (Schéma de Marc Roux, président de l’association française de transhumanisme, Passage de l’homme au post humain. Sources:

Raymond Kurzweil Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kurzweil. Raymond Kurzweil. Présentation[modifier | modifier le code] Ray Kurzweil est né et a grandi dans le Queens, à New York. À 15 ans, il met au point un logiciel de reconnaissance de thèmes musicaux analysant les œuvres de compositeurs classiques, puis synthétisant ses propres chansons en imitant leurs styles. Kurzweil fut le développeur principal du premier OCR reconnaissant toutes les polices, du premier relecteur d'écran pour les non-voyants, du premier instrument électronique capable de recréer le son d'un piano à queue et d'autres instruments d'orchestre ainsi que d'un système de reconnaissance vocale. Il est notamment président fondateur de la Fondation Kurzweil, soutenant le développement de technologies destinées aux personnes handicapées. Il est aussi (en 2006) membre du conseil d'administration du Massachusetts Institute of Technology. Publications[modifier | modifier le code] En français

Systémique La systémique est une méthode d'étude ou façon de penser les objets complexes. Forgée sémantiquement à partir du mot en grec ancien systema, signifiant « ensemble organisé », elle privilégie une approche globale, holiste, la pluralité des perspectives selon différentes dimensions ou à différents niveaux d'organisation, et surtout la prise en compte des relations et interactions entre composants. Apparue progressivement au milieu du XXe siècle, la systémique s'est construite en opposition à la tradition analytique cartésienne et à d'autres formes de réductionnisme, qui tendent à découper le tout en parties indépendantes et montraient leurs limites dans la compréhension de la réalité. Éclairage[modifier | modifier le code] Les principes de la systémique ont la particularité de venir d'à peu près tous les domaines de la science et d'être également applicable à chacun d'eux. Historique[modifier | modifier le code] Les courants précurseurs[modifier | modifier le code]

Jusqu’où hacker l’humain? Hacker l'individu. Ce sera la question principale des conférences et ateliers de Faire/Savoir le Web qui aura lieu ce soir, 26 mai, à la Cantine. Silicon Maniacs apporte sa pierre à l'édifice et présente 3 cas pratiques de la conférence. Et si l’on pouvait pirater le corps humain ? C’est à cette question que tenteront de répondre les participants aux conférences et aux ateliers de Faire / Savoir le Web qui aura lieu le 26 mai à la Cantine : jusqu’où hacker l’individu ? Cas pratique #1 : parlez-vous dauphin ? Rêve / Avec Un animal doué de raison, Robert Merle rêvait déjà de communiquer avec nos amis les dauphins. Réalité / Communiquer avec les dauphins, c’est déjà possible. Cas pratique #2 : Jusqu’où hacker l’humain ? Rêve / Pour les Transhumanistes, pas de doutes et, surtout, pas de limites, l’être humain doit se fondre dans la machine : il faut hacker le vivant pour créer des cyborgs à l’intelligence décuplée ou, alors, uploader son esprit dans le cyber-espace. • La mort vous web si bien

Ethique : faut-il condamner le transhumanisme ? Tout d’abord il me faut remercier à mon tour Jean-Michel Besnier pour sa réaction plus que courtoise, amicale, à mon propos précédent, qui pourtant mettait en question une partie de sa réflexion. Forts de cette sympathie, il nous sera [...] Tout d’abord il me faut remercier à mon tour Jean-Michel Besnier pour sa réaction plus que courtoise, amicale, à mon propos précédent, qui pourtant mettait en question une partie de sa réflexion. << le transhumanisme est un mouvement absolument pas homogène >>Voilà. Une fois ceci posé, nous pourrons sans doute nous entendre. Mais je crois essentiel de ne pas se tromper d’adversaire. Or aujourd’hui, de manière encore très majoritaire, à travers quantité de prises de positions, d’analyses, de livres, de reportages, la vision qui est donnée en France du transhumanisme est celle d’une pensée et d’un mouvement qui ne pourrait être qu’inféodée aux intérêts capitalistiques.

Steve Mann Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Steve Mann en 1999, portant un EyeTap Digital Eye Glass, caméra portable de sa conception. Biographie[modifier | modifier le code] Steve Mann est titulaire d'un doctorat en arts médiatiques et science du Massachusetts Institute of Technology, sous la direction de Nicholas Negroponte, et a effectué des études à l'université McMaster. Le 1er juillet 2012, pour des raisons encore mal connues, Mann aurait été agressé physiquement par des employés du restaurant McDonalds BFI Champs-Élysées à Paris, qui aurait notamment endommagé ses lunettes caméra (EyeTap) pourtant fixées sur son crâne de manière permanente[1] Par la suite, Mc Donalds a annoncé l'ouverture d'une enquête[2]. Photomontage montrant les différentes caméras portées par Steve Mann de 1980 à 1999, ainsi que le Google Glass. Publications[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia :

Sciences cognitives Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les six disciplines scientifiques constituant les sciences cognitives et leurs liens interdisciplinaires, par l'un des pères fondateurs du domaine, G. A. Miller[1]. Les traits pleins symbolisent les disciplines entre lesquelles existaient déjà des liens scientifiques à la naissance des sciences cognitives ; en pointillés, les disciplines entre lesquelles des interfaces se sont développées depuis lors. En France, où la tradition disciplinaire est forte, la question de leur statut entre en résonance avec des problématiques liées à la structuration de la recherche. à une science fondamentale, dite science de la cognition, dont les spécialistes, parfois appelés cogniticiens[3], sont réunis en sociétés savantes et publient dans des revues scientifiques internationales transdisciplinaires.à un secteur applicatif industriel du domaine de l'ingénierie de la connaissance : la cognitique. Histoire des sciences cognitives[modifier | modifier le code]

#jesuismort, la soirée expérience avec Silicon Maniacs, Owni et l'Atelier des Médias RFI Silicon Maniacs, en partenariat avec OWNI et l’Atelier des Médias RFI, vous invitaient à une soirée – expérience: #JESUISMORT (atelier du futur) le mercredi 9 février à La Cantine, à partir de 20H30. Une “soirée – expérience” autour de l’immortalité à l’ère numérique le mercredi 9 février à partir de 20H30 à La Cantine, dans le cadre de la Social Media Week. Vous vous êtes sûrement demandés ce que vont devenir vos comptes mails et vos profils en lignes après votre passage de vie à trépas. Dans le monde numérique, l’immortalité est aujourd’hui à quelques clics de chacun d’entre nous. Existe-t-il un lien entre les visons dites transhumanistes et l’immortalité qu’offrent aujourd’hui les flux, les réseaux sociaux et les automations? Avec: - Pierre Cattan, journaliste producteur au sein de 5ème étage production, spécialiste du transhumanisme - Tristan Mendes France, Documentariste, blogueur, chargé de cours au Celsa - Philippe Descamps, chercheur et biologiste Pour vivre l’expérience suivez:

Related: