background preloader

"Je n'ai plus de smartphone, j'ai tué mon compte Facebook ... et je revis !"

LE MONDE pour Le Monde.fr | • Mis à jour le Ce paradoxe n'est pas uniquement français. Tandis que l'équipement technologique ne cesse de se démocratiser dans le monde, l'Australienne Susan Maushart vient de publier un livre témoignage sur ses six mois sans technologie avec trois adolescents ( ). Dans la même veine a été organisée aux Etats-Unis, les 4 et 5 mars, le second ( ) imaginée par l'association Sabbath manifesto. Le Monde.fr a lancé un appel à témoignages sous la formule : . Nous avons sélectionné quelques-unes des 166 réponses qui nous sont parvenues en quelques heures. Comme beaucoup d'entre nous, je suis avec intérêt l'actualité technologique. J'ai tenu comme ça quelques semaines, puis j'ai craqué. Notre perception de la réalité est déjà impactée par les smartphones, qui introduisent une médiation dans le plus simple de nos gestes, la plus saine de nos joies. Il y a sept ans j'ai éradiqué la télé, sans état d'âme. Et je revis... (...) </b>*} Related:  internet responsable

History of 404 What is 404, anyway? Where did it come from? What do the numbers mean? What are the other status codes? How can I use status codes? What does 404 mean? 404 is an HTTP status code. For a normal web page, the status is 200 OK. So where do status codes come from? HTTP status codes were established by the World Wide Web Consortium (W3C) in 1992, as a part of the HTTP 0.9 spec. Berners-Lee based the HTTP status codes on FTP status codes, which were already well established by 1990; the official FTP spec is dated 1985, although FTP has actually been in use much longer. What do the numbers mean? Let’s dissect 404. The first 4 indicates a client error. The middle 0 refers to a general syntax error. The last 4 just indicates the specific error in the group of 40x, which also includes 400: Bad Request, 401: Unauthorized, etc. According to the W3C, 404 Not Found is only supposed to be used in cases where the server cannot find the requested location and is unsure of its status. How can I use status codes?

Tout est prêt pour le changement Peu d'entre nous arrivent à y mettre les mots, mais beaucoup le ressentent: le monde change. Les technologies sont là, les rapports de force évoluent... mais sommes nous prêts nous-mêmes à entrer dans une nouvelle ère? Depuis que je suis rentré de la conférence Lift qui a eu lieu à Genève début février, ça cogite sérieux. Avec les révolutions arabes en cours et la présence toujours plus importante d’Internet dans nos vies, la question de la réalité de la démocratie se pose avec acuité. Mais voilà. En plus, on n’est plus au temps de l’ORTF. Plus important que les réseaux sociaux, il y a Skype (Gtalk, Facetime, etc.) qui permet de se parler en vidéoconférence sans avoir à débourser des milliers d’euros pour un aller-retour sur un autre continent, mais surtout il y a des machines à traduire, parfois montées directement dans le navigateur (Chrome me propose systématiquement de traduire les pages qui ne sont pas dans mes langues habituelles). L’apprentissage, mais massif

Comment les lycéens utilisent-ils Internet ? Reportages pédagogiques de l’Académie de Versailles Comment les lycéens utilisent-ils internet ? A cette question, la WebTV de l’Académie de Versailles (SCEREN-CRDP de Versailles) répond avec 5 vidéos qui permettent de comprendre les pratiques technologiques et logiques d’utilisation des outils par les adolescents. Dans ces vidéos, la parole est donnée aux jeunes sous forme de témoignages. Ces reportages pédagogiques produits par l’Académie de Versailles montrent les « mono-pratiques » internet chez certains adolescents notamment l’attachement très fort au média et à la marque Facebook pour publier, communiquer avec ses pairs, rechercher sur Internet et afficher une identité virtuelle. Les reportages vidéo publiés : Que fais-tu sur internet ? Rechercher sur internet 2/5 Durée : 1 mn 50 s Moteurs de recherche, informations, médias…Les lycéens expliquent leur démarche de recherche en ligne. Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : Île-de-France

Hotels Will Discount Your Stay If You Surrender Your Phone And Laptop page The history of 404 Before the beginning of time, when the Internet was still very much under the spell of bare Unix shells and Gopher, before SLIP or PPP became widely used, an ambitious group of young scientists at CERN (Switzerland) started working on what was to become the media revolution of the nineties: the World Wide Web, later to be known as WWW, or simply 'the Web'. Their aim: to create a database infrastructure that offered open access to data in various formats: multi-media. The ultimate goal was clearly to create a protocol that would combine text and pictures and present it as one document, and allow linking to other such documents: hypertext. Because these bright young minds were reluctant to reveal their progress (and setbacks) to the world, they started developing their protocol in a closed environment: CERN's internal network.

Facebook, société de l’égo ego en abîme Le besoin de se différencier dans nos univers urbains socialement homogènes et foisonnants accentue cette société du narcissisme. Les réseaux sociaux reflètent cette compétition en vue de capter l’attention, nouvelle richesse issue de la pénurie. EMERGER DE LA MULTITUDE UN BESOIN NATUREL Sans tomber dans les théories sociobiologistes radicales, on peut raisonnablement postuler que l’égo, la vanité, l’exaltation de soi sont en partie au moins le résultat d’une stratégie adaptative de l’espèce humaine. A l’époque préhistorique, la survie du groupe se joue sur des critères de force et de résistance physique individuelle en des temps d’insécurité où l’Homme est démuni face à la nature. Autre critère déterminant en termes de survie : la cohésion, la solidarité du groupe qui permet de lutter contre les animaux sauvages ou encore d’organiser des chasses collectives permettant d’abattre de plus gros animaux. standardisation modes de vie bonheur pour tous

Comment enseigner les réseaux sociaux au lycée ? Par l’enquête ! Au début de l’année 2011, j’avais refusé de participer à la formation des professeurs de sciences économiques et sociales, confronté à l’introduction controversée de la question des « réseaux sociaux » dans le nouveau programme de première. Je m’étais expliqué de ce refus dans un billet sur ce blog, intitulé « Réseaux sociaux contre classes sociales », qui a été beaucoup lu et aussi beaucoup commenté. D’un côté, ma vocation et ma profession me poussaient évidemment à transmettre : après tout, j’avais enseigné cette question pendant trois ans pour la préparation à l’agrégation de sciences sociales, j’avais rédigé le cours du CNED sur le sujet, et publié à ce moment-là (en 2004) un livre consacré à la Sociologie des réseaux sociaux, dont une nouvelle édition largement remaniée venait justement de paraître. La sociabilité, une pratique culturelle toujours socialement différenciée ? Le carnet de l'enquête "Contact" de l'INSEE (1983) Comment faire la « sociométrie » d’une classe de lycée ?

Analogue artists defying the digital age | Culture | The Observer With indecent haste, the digital revolution has consigned many of our once-cherished artefacts to the dustbin of history. Though enthusiasts and obsessives have stayed loyal to pre-digital formats, for the rest of us it feels like the vinyl record, the photographic print, the Polaroid camera, the analogue recording studio and the darkroom have been cast aside, rendered all but obsolete by a digitally driven culture that devours all that preceded it. Soon, we are told, the newspaper and the book may share the same fate. The young artists featured here – a poet who composes on a typewriter, a musician who has built an entirely analogue recording studio, a photographer who shuns digital for manual vintage cameras and an artist who DJs on a gramophone – are all, in their different ways, reacting to digital culture's fast-forward momentum. Are they driven by nostalgia for a past they did not live though and in retreat from a present that makes them uneasy as it makes everything easier?

Web Expertise - Gérer les erreurs 2008-12-16 à 11:14:20 Ô, l'infâme erreur 404 ! Quiconque a utilisé le web en a un jour été pour ses frais à se trouver confronté à une page introuvable. Ce n'est pour autant pas la seule erreur du protocole HTTP ! Plusieurs autres erreurs que l'erreur 404 existent. Lorsqu'une de ces erreurs se présente, le serveur Web, Apache dans notre cas, renvoie un code d'erreur et affiche une explication brève de l'erreur en question. C'est le sens de la directive ErrorDocument à mettre en {{œ}}uvre dans le fichier de configuration, httpd.conf : ErrorDocument code-erreur "document" Voici d'ailleurs ce qu'il est prévu de faire dans le cas du site de Lato Sensu Management : <VirtualHost localhost:80> ServerAdmin patrick.boens@latosensu.be DocumentRoot "c:\WebSites\latosensu.be\www\httpdocs" ServerName latosensu.be ServerAlias latosensu.be *.latosensu.be ErrorDocument 400 /errdocs/error.php? ErrorDocument 404 /errdocs/error.php? Fournir l'information souhaitée Renseigner le visiteur Prévenir le webmaster

Related: