background preloader

L'addiction au pays du "gaming" (1ère partie)

L'addiction au pays du "gaming" (1ère partie)
En Corée du Sud, la pression scolaire expliquerait en partie la dépendance aux jeux vidéo. Pour enrayer ce phénomène toujours plus inquiétant, les centres spécialisés se sont multipliés dans tout le pays, sous l’impulsion du gouvernement. Par Margaux COUTURIER et Anissa HAMMADI Boissons, nourriture, cigarettes... Il est facile de perdre le fils du temps dans un PC bang. (Anissa Hammadi) SEOUL, 13 juin 2014 - En Corée du Sud, la pression scolaire expliquerait en partie la dépendance aux jeux vidéo. Une jeune femme qui accouche dans un cybercafé, une mère assassinée par son propre fils pour l’avoir privé d’ordinateur ou encore un homme retrouvé mort après avoir joué plus de cinquante heures d’affilée… En Corée du Sud, des histoires comme celles-ci, il y en a tous les ans. Alors qu’un tiers de la population joue régulièrement en ligne, le nombre de drogués aux jeux ne cesse de croître de manière alarmante dans le pays « le plus connecté au monde ». 122 structures spécialisées (Anissa Hammadi)

http://www.afp.com/fr/node/2497298/

Related:  Travail collaboratifLes comportements addictifs liés à l'usage du numériqueComportements addictifs liés à l' usage du numériqueArticle 1: Le jeu vidéo en Corée du Sud

Comment devient-on accro au numérique ? Les nouvelles technologies sont partout au point qu'on ne peut pas y échapper, ou presque. Ainsi, entre usage régulier et vraie addiction au numérique, la frontière est mince. Premier épisode de l'addiction numérique, demain : Comment s'en sortir. Nouvelles addictions

Accro au jeu vidéo ? Les jeux vidéo ont connu, ces dernières années, un développement considérable. Leur pratique peut comporter des risques liés en particulier à un usage excessif des jeux en ligne comme les MMORPG qui peut mener à une addiction aux jeux vidéo. L'addiction aux jeux vidéo Le caractère addictif et addictogène de l'usage des jeux vidéo concernent essentiellement les jeux en réseau sur Internet et plus particulièrement les MMORPG (Massevely Multiplayer Online Role Playing Game – Jeux de rôle massivement multi-joueurs).Des études ont montré que des joueurs excessifs de jeux vidéo (plus de 30 heures par semaine) pouvaient en être « addict ». Cette véritable addiction aux jeux vidéo ne concerne qu'une faible proportion de joueurs.

L'addiction au pays du "gaming" (2ème partie) Le directeur artistique d’une start-up coréenne spécialisée dans les jeux vidéo qu'on s'assimile à un vendeur de drogue; un homme, 32 ans, qui joue 10 heures par jour mais ne se voit pas comme accro; une industrie fleurissante face à des lois qui resserrent la consommation de jeux vidéo: voici quelques visages au pays du gaming, le Corée du sud. Par Margaux COUTURIER et Anissa HAMMADI Le webdocumentaire "Game overdose en Corée du Sud", de Margaux Couturier et Anissan Hammadi (cliquez pour le visionner). SEOUL, 12 juin 2014 - Le jeu vidéo est la première industrie culturelle dans le monde en termes de chiffre d’affaires, avec 56 milliards d’euros en 2013 et 75 milliards prévus en 2015. La Corée du Sud occupe 12% de parts de marché, soit 6,6 milliards d’euros pour un pays nettement moins peuplé (50 millions d’habitants) que les Etats-Unis (314 millions), qui en représentent quant à eux 19%.

Misère de notre addiction numérique LE MONDE | • Mis à jour le | Groupe Marcuse Comment combattre la tyrannie de la surveillance? L'affaire Snowden, du nom de l'ex-consultant pour l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) à l'origine des fuites sur le programme de surveillance électronique, a révélé l'ampleur du contrôle des citoyens du monde entier. Que faire face à ce phénomène? La cascade de « révélations » sur les programmes de surveillance électronique, déclenchée par Edward Snowden au mois de juillet, continue. Cyberdépendance appel au secours ! - Aide et Entraide Coucou Sophie, Je trouve génial que tu le reconnaisses Sophie, ce vide qui t'habite. Ca me renvoye à une période de ma vie, ou je ne l'avais pas analysé ainsi,mais je suis tombée comme dans un gouffre.

A Séoul, le jeu vidéo est un sport de clics En Corée du Sud, les jeux vidéo sont une affaire de pros. Physiquement, Terminator est l’exact opposé de Maru. Le premier est grand, musclé et parle avec assurance. Le second, haut comme trois pommes, est visiblement mal à l’aise en interview. Mais les jeunes ont un but commun : la victoire. Tribune : la cyberdépendance chez les jeunes Ci-dessous, un communiqué qui nous a été transmis cette semaine. Une enquête réalisée sur 100 000 adolescents japonais révèle qu'utiliser Internet peut engendrer une dépendance au même titre qu'une drogue. Nicolas Oliveri, enseignant-chercheur en communication à l'IDRAC et auteur de « Cyberdépendances.

L’addiction numérique, un mal croissant chez les jeunes A Singapour, comme dans un nombre grandissant de pays, des psychiatres militent pour que l'addiction aux smartphones soit reconnue comme un trouble psychologique. Avec la Corée du Sud, la Chine et Taïwan, la cité-Etat est l'un des pays d'Asie les plus concernés par ce phénomène. L’addiction au smartphone, un trouble psy ? Singapour et Hong Kong détiennent d’ailleurs le record régional du plus grand nombre d'utilisateurs de smartphones par habitant, selon un rapport publié l'an dernier par le cabinet d'étude Nielsen. 87% des 5,4 millions de Singapouriens sont ainsi munis d'un téléphone multifonctions, contre 65% aux Etats-Unis.

Dépendance au jeu vidéo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (février 2013). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références. La dépendance au jeu vidéo désigne un trouble psychologique caractérisant un besoin irrésistible et obsessionnel de jouer à un jeu vidéo. L'addiction aux jeux vidéo entraînerait chez le joueur des comportements au caractère répétitif et compulsif, comme chez les joueurs pathologiques ou les consommateurs de substances psychoactives.

Corée du Sud : Bienvenue au pays du "sport électronique" Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Nacim Chikh En dix ans, la Corée du Sud est devenue le pays pionnier du jeu vidéo comme sport. Dans les années 90, la Corée du Sud n'était qu'un petit marché parmi d'autres dans le secteur du jeu vidéo. Avec un chiffre d'affaires autour d'un milliard de dollars, le secteur du logiciel subissait les effets d'un piratage précoce et du laxisme des autorités à réprimer ces abus. La crise économique asiatique de 1997 finira de tuer dans les esprits tout espoir de vendre individuellement des jeux à une population ravagée par le chômage et au pouvoir d'achat en chute libre. C'est pour répondre à la demande de ces joueurs dans l'incapacité de s'équiper et recherchant du divertissement à prix réduit que naquit le concept des "PC-bang".

Addiction à Internet - Il a vécu 6 mois sans le net Un jour, Thierry Crouzet a coupé Internet. Victime d’un burn-out, d’une overdose numérique. Blogueur influent, geek connecté jour et nuit sur les réseaux sociaux, expert des nouvelles technologies, il a quitté la toile pendant six mois, pour se sevrer. Aujourd’hui, l’ancien addict est devenu un internaute modéré. Il revient sur sa vie de « débranché ». Propos recueillis par Margaux Rambert

Addict au numérique. Par Stéphane Diebold - Formaguide.com L’addiction fait partie des critiques classiques que l’on reproche aux usages du numérique… S’agit-il d’une légende urbaine ou d’une réelle dépendance à l’informatique ? L’addiction peut-elle être une opportunité pour la formation, et si oui, laquelle ? Un apprenant addict à la formation ne règlerait-il pas du même coup le problème de la motivation et de l’érotisation de la formation ? Qu’est-ce que ces questions recouvrent ? L’addiction est une addiction comportementale, une addiction sans substance, le cocaïnomane sans la cocaïne… Mais les avis sont partagés, le psychologue Michael Stora valide l’existence d’une telle addiction alors que Yann Leroux ne le valide pas… Autant dire que chacun trouve ce qu’il cherche… Guerres des études, guerres des psychologues,… Et on estime de 1 à 3 % la population qui pourrait être concernée… Il y a ceux qui discutent du thermomètre et ceux qui soignent le malade…Les guerres de thermomètres sont souvent liées à une incapacité à proposer quelque chose…

Ton article est très intéressant. Les coréens sont extrêmement accros à tous types de technologie. La pression scolaire est telle qu'ils n'ont quasiment pas de week-end ni de vacances parce qu'ils étudient (certains dorment même à l'université !). Ils ne se passent pas non plus de leur téléphone portable. Un coréen ne peut pas vivre sans technologie, c'est, malheureusement, le seul moyen qu'ils ont trouvé pour se libérer de la pression sociale. by lebomin_grouped_psy Feb 14

Related: