background preloader

Je_me_souviens

Je_me_souviens
Related:  Seconde guerre mondiale2de GM

Auschwitz-Birkenau Virtual Tour - Auschwitz-Birkenau - Wirtualne zwiedzanie Les deux albums d'Auschwitz Chefs de projet Cyril Roy et Dominique Trimbur Chef de projet web Olivier Martzloff Un webdocumentaire écrit par Olivier Martzloff, Cyril Roy, David Tessier Conception Olivier Martzloff, Cyril Roy, Vianney Sicard, David Tessier Développement Olivier Martzloff, Vianney Sicard Création graphique David Tessier Sound Design David Tessier Infographie Aurélie Jaumouille Montage vidéo et encodage Bernard Taillat Analyses des photos Album d’Auschwitz : Marcello Pezzetti, Sabine Zeitoun (sauf photos 26 : Alexandre Bande) Sur les photographies présentées ici, des personnes ont pu être identifiées grâce aux chercheurs de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem. Album de Höcker : USHMM, traduction Peggy Frankston, Cyril Roy. Notices historiques et fiches pédagogiques Alexandre Bande, Gilles Gaudin, Emmanuelle Hamon, Danielle Simon Voix Hélène Archereau Interview Lili Jacob Les interviews de Lili (Jacob) Meier (1996) sont issues des archives de l’USC Shoah Foundation. Ce site respecte le droit d'auteur.

Berlin 1945 und heute Berlin 1945 und heute Kurz nach dem Krieg liegt Berlin in Schutt und Asche. Bilder eines sowjetischen Korrespondenten zeigen das Ausmaß der Zerstörung. 70 Jahre später besucht der Berliner Fotograf Fabrizio Bensch die Orte noch einmal. Samariter-/Rigaer Straße (Friedrichshain) Verschieben Fotos: Georgiy Samsonow / Fabrizio Bensch Reichstag (Tiergarten) Alexandrinenstraße (Kreuzberg) Auguststraße (Mitte) Blick auf das Reichstagsgebäude (Tiergarten) Borsigstraße (Mitte) Blick auf das Marie-Elisabeth-Lüders-Haus (Tiergarten) Frankfurter Allee (Friedrichshain) Voßstraße (Mitte) Kadiner Straße (Friedrichshain) Fotos: Georgiy Samsonow / Reto Klar Hintergrund 1945 kam der sowjetische Fotokorrespondent Georgiy Samsonow mit der fünften Stoßarmee unter Generaloberst Bersarin nach Berlin. Fotograf Fabrizio BenschBensch nahm alte Straßenkarten, Luftbildaufnahmen und Telefonbücher zur Hand, um die Orte ausfindig zu machen.

Captation vidéo. Enseigner la Résistance et la déportation Les mémoires de la Grande Guerre En 1916, près des trois quarts de l’Armée française (soit environ 1 100 000 hommes) sont passés par le champ de bataille de Verdun avec la rotation des unités (ou « noria ») mise en place par le général Pétain. Bataille marquée par une densité extraordinaire d’artillerie où les Poilus se sont accrochés sur le terrain pour défendre non seulement la ville, mais le pays tout entier, Verdun a laissé en France un souvenir très fort auprès des combattants. Ce souvenir a été transmis par la suite dans la sphère familiale des vétérans. En Allemagne, le souvenir de Verdun, comme celui de la Première Guerre mondiale, a évolué : durant l’entre-deux-guerres, la bataille est symbole de mort de masse, de sacrifices sous les « orages d’acier » pour une offensive inepte dont l’issue a laissé entrevoir, pour la première fois, la possibilité de la défaite.

Les derniers Compagnons de la Libération - FRANCE 24 Vos données personnelles, vos choix, notre responsabilité Nous et nos partenaires utilisons des cookies ou technologies similaires pour accéder et stocker des informations non sensibles telles que votre adresse IP.Le traitement de vos données nous permet par exemple l’amélioration de votre expérience utilisateur, la mesure d’audience du site, les fonctionnalités de réseaux sociaux, ou l'affichage de publicités personnalisées.En cliquant sur "Accepter", vous consentez au dépôt de cookies ou technologies similaires par France Médias Monde et ses partenaires.Vous pouvez à tout moment modifier vos choix en cliquant sur "Paramétrer" ci-dessous ou depuis le lien "Centre de préférences" présent dans le menu. Voir nos partenaires Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement : Cliquez pour naviguer Sur les 1 038 Compagnons de la Libération, ils ne sont plus que 10 à être encore en vie, âgés de 96 à 103 ans. “La liberté est le soleil de la vieˮ H.

Si je reviens un jour : les lettres retrouvées de Louise Pikovsky En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Informée de cette découverte, Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, a prêté main forte à Khalida Hatchy, une professeure de l’établissement qui souhaitait reconstituer le parcours de cette jeune fille.

Le Verfügbar aux enfers Soixante-trois ans après son écriture et en vertu d’un travail de recherche, d’orchestration et d’arrangement, Christophe Maudot, compositeur, a permis la première représentation de cette œuvre, en 2007, au théâtre du Châtelet, à l’occasion du centenaire de Germaine Tillion. Il nous livre ici les analyses musicales des 30 titres qui composent l’opérette. Le Verfügbar aux enfers peut donner lieu à des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (éducation musicale, histoire, français, philosophie). Un exemple avec le reportage ci-contre qui montre la démarche d’Emmanuelle Ameline, enseignante au collège Anatole Le Braz de Saint-Brieuc : Étude du texte, répétitions, rencontres avec d'anciennes déportées, voyage à Ravensbrück, autant d'étapes qui ont permis aux élèves de mieux comprendre l'œuvre et permis à l’œuvre de toucher les élèves, aiguiser leur regard sur la vie, participer à leur évolution. Étudier l'œuvre

Rarely seen photos record World War II in brilliant, immersive color Though color photography was invented decades before World War II, it was still a rather niche process, more complicated and expensive than black-and-white photography. The scarcity of color film was compounded by the hazards of shipping in wartime and the difficulties of reproduction and printing. Nevertheless, thousands of color images were created during the global conflict. 3,000 of those were assembled by the British Ministry of Information and eventually ended up in the collections of the Imperial War Museums, which now hold over 11 million photos of conflict from the first World War to the present day. A new book of never-before-published photos drawn from the IWM’s archives, The Second World War in Colour, surveys myriad aspects of the war, from frontline combat among flamethrower tanks and paratroopers to factories and hospitals on the homefront — all in vividly immersive color.

Related: