background preloader

La Grande Encyclopédie en ligne (1885-1902) LEXILOGOS

La Grande Encyclopédie en ligne (1885-1902) LEXILOGOS
La France, malgré des tentatives nombreuses dont quelques-unes ont été, en leur temps, couronnées de succès, ne possède pas encore un grand ouvrage encyclopédique, populaire et cependant au courant des plus récents progrès de la science moderne. Ce genre de publication ne manque ni en Angleterre, ni en Allemagne, ni aux États-Unis. Sans parler de la colossale Encyclopédie d'Ersch et Gruber, dont la publication se poursuit depuis 1816, nous pouvons citer: — en Allemagne, le Conversations Lexikon, de Brockhaus, et celui de Meyer, — en Angleterre, la grande Encyclopædia Britannica, — aux États-Unis, l'Encyclopædia Americana, qui a obtenu un succès retentissant. Ces exemples font voir la lacune qui existe dans la collection des Encyclopédies françaises. La Grande Encyclopédie se propose de la combler. La Grande Encyclopédie est une œuvre de haute vulgarisation. L'illustration tient dans notre œuvre une large place. Dans le Speculum historiale il fit une encyclopédie historique.

http://www.lexilogos.com/document/grande_encyclopedie.htm

Related:  berglacesmarty1955FRANÇAIS / FRENCH

Le Propriétaire des choses Jean Corbechon, Le livre des propriétés des choses, traduction en français commanditée par Charles VII en 1372, du De Proprietatibus rerum de Barthelemy de Glanville dit l'Anglais. Pellechet (1879), Lyon, Jean Siber, 1495. - 252 feuillet de papier, caractères gothiques, 2 colonnes, 55 lignes de texte, table sur 3 colonnes, signatures i., a-z, A-G ; tit. cour., in-fol. - Incomplet de ce qui précède le feuillet signé ii, lacunaire du feuillet non signé o viii, les feuillets signé r et r ii ainsi que celui du colophon sont endommagés. - Provenances : biffées, feuillet signé ii, verso du feuillet non signé viii, feuillet du colophon. - Mentions : feuillets signés ii, moderne et quelques signes para-textuels de lecture et notes marginales éparses. - Reliure : seul l’ais supérieur subsiste détaché ainsi que la moitié de l'ais inférieur, la couvrure a disparu, dos à 5 nerfs défaits, trace des fermoirs

La novlangue Européenne ou la subversion du sens comme outil stratégique Par Michel Ruch. Dans son célèbre essai-roman d’anticipation « 1984 », l’écrivain britannique George ORWELL décrivait en 1949 une société totalitaire future inspirée du modèle soviétique. Dans cette société règnent une police de la pensée et une nouvelle langue, la novlangue, au vocabulaire ultra restreint, et caractérisée par l’inversion du sens des mots : par exemple, « l’esclavage, c’est la liberté » ou « la guerre, c’est la paix ». Livre du Tresor, encyclopédie de Brunetto Latini Brunetto Latini est né à Florence dans les années 1220. Engagé dans la vie politique, il fait partie des Guelfes. En 1260 après la bataille de Monte Aperti, le parti Gibelin s'empare du pouvoir à Florence. Latini est contraint à l'exil. Il s'installe en France et compose une encyclopédie, Li livres dou Tresor.

1984-2014, Orwell s’est juste trompé de 30 ans… Une lettre de George Orwell du 18 mai 1944, explique où il est allé puiser la source de son inspiration pour « 1984 » La collection « George Orwell ; a life in letters » constituée par Peter Davison et éditée chez Liveright, contient un document considéré comme le point de départ de la démarche qui mènera le journaliste-chroniqueur-romancier british à son œuvre magistrale, le roman « d’anticipation » 1984 qui paraîtra le 8 juin 1949. Il s’agit d’une réponse de Eric Arthur Blair – son vrai nom – à une lettre de l’un de ses admirateurs, un certain Noel Willmett qui l’interroge sur l’évolution politique du monde, l’issue de la guerre étant encore très indécise au moment de cet échange épistolaire. « Cher Monsieur Willmett, Grand merci pour votre lettre. Quant à l’immunité de l’Angleterre et des USA, quoi que puissent affirmer les pacifistes de tous crins, nous ne sommes pas encore totalitaires et c’est heureux.

DICTIONNAIRE ARABO-FRANÇAIS ( اسم ): مُذْعِن obéissant - qui obéit - soumis - qui manifeste de la soumission - humble - qui est rempli d'humilité ( اسم ): إِذْعان conformité - caractère de ce qui est conforme - capitulation - cessation de toute résistance,soumission - docilité - disposition à obéir - humilité - modestie , soumission - obéissance - action d'obéir - résignation - fait de se résigner - servilité - esprit de basse soumission - soumission - fait de se soumettre - sujétion - dépendance - vassalité - état de servilité - moutonnerie - caractère moutonnier - assujettissement - action d'être assujetti - abdication - fait de renoncer à agir

Le grand échiquier, l'Amérique et le reste du monde, de Zbigniew Brzezinski Paru en 1997, ce livre a très peu vieilli et se lit avec le plus grand intérêt. Brzezinski a été conseiller de Carter pour les relations internationales et définit, dans ce livre synthétique, ce que doit être la politique américaine sur l'échiquier mondial. Dans son inspiration, on retrouve un idéalisme très américain : les USA ont pour mission d'assurer la paix mondiale. Toutes ces puissances émergentes se trouvent, selon l'auteur, sur le « continent eurasien ».

Le langage et la manipulation , La parole et la conscience manipulées "Le langage est la maison de l'être" Heidegger "Le langage est une partie de la totalité humaine, mais la totalité humaine fait partie du langage" Edgar Morin - L'identité humaine La méthode n°5 / l'humanité de l'humanité d'autres citations sur le la parole >>> Novlangue Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le principe est simple : plus on diminue le nombre de mots d'une langue et plus on fusionne les mots entre eux, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir en éliminant les finesses du langage, plus on rend les gens incapables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l'affect. La mauvaise maîtrise de la langue rend ainsi les gens stupides et manipulables par les instruments de propagande massifs tels que la télévision. C'est donc une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l'objectif ultime étant d'aller jusqu'à empêcher l'« idée » même de cette critique[1]. Le mot novlangue est depuis passé dans l'usage au féminin par analogie avec langue, lorsqu'il désigne péjorativement un langage destiné à déformer une réalité, hors du contexte du roman.

Related: