background preloader

Jeremy Rifkin, philosophe : “Sans empathie, nous sommes foutus” - Idées

Jeremy Rifkin, philosophe : “Sans empathie, nous sommes foutus” - Idées
Related:  Construire

Jeremy Rifkin : « Partageons l'énergie comme l'information » | Rue89 Eco L’Américain, pour qui on est entré dans la « civilisation de l’empathie », donne une leçon de modernité à Sarkozy, chantre du nucléaire. « Une nouvelle conscience pour un monde en crise », sous-titre : « La Civilisation de l’empathie », qui vient de paraître en français (Les Liens qui Libèrent, 29 euros) fera-t-il date ? Si l’on en croit le devenir des précédents essais du président de la Fondation pour les tendances économiques, c’est probable. Depuis les années 70, celui qui fait profession de conseiller des grands de ce monde assène quelques vérités, qui lui valent d’être critiqué. Ainsi : en 1977 dans « Who should play God ? Venu à Paris pour parler de l’émergence d’une nouvelle civilisation, Jeremy Rifkin, conseiller de la gauche américaine et européenne, a cet art d’annoncer les catastrophes à coup de données précises et de sourires malicieux. La couverture de « Une nouvelle conscience pour un monde en crise » de Jeremy Rifkin. Pour faire simple, sa thèse est la suivante :

Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde" Michel Serres est une vigie plantée en haut du mât de notre époque. Du haut de son gréement, de ses 82 ans, de sa culture encyclopédique, de son temps partagé entre les cultures française et américaine qu'il enseigne, ce philosophe académicien nous décrit les changements qu'il observe sur l'équipage humanité que nous sommes. En curieux de tout qu'il est, il guette avec impatience et gourmandise les évolutions qui nous arrivent, comme un des matelots de Colomb aurait scruté l'horizon dans l'espoir de nouvelles terres. Son constat sur notre époque est simple : le monde, depuis cinquante ans, traverse une révolution comme l'humanité n'en a connu jusque-là que deux d'une telle ampleur. La crise est-elle bientôt finie? Par exemple… Nous étions 50% d'agriculteurs à la fin de la guerre et ils ne sont plus que 1%. Pourquoi? «Il y a eu trois secousses dans les années 1960 qui ont précédé le tremblement de terre des années 1980.» Quand situez-vous cette bascule? C'est-à-dire "dans" l'ordinateur?

The Empathic Civilization: The Race to Global Consciousness in a World in Crisis by Jeremy Rifkin | Book review Whoever hacked into the emails at the University of East Anglia fired the opening salvo in a new kind of dirty war. The Copenhagen conference met on the basis that dealing with global warming was in everyone's interest. The idea that nearly 200 countries could reach meaningful decisions was always unreal, but the meeting's collapse reflected a more fundamental reality. Environmentalists have always assumed that the threat of disaster will bring about an era of global cooperation. In reality, climate change is triggering another round of geopolitical conflict. Limiting the use of fossil fuels may be essential if disaster is to be avoided, but countries that in different ways rely heavily on these fuels for their prosperity – such as Russia and Saudi Arabia, China and the US – were never going to accept the strict carbon curbs that the EU and others demanded. How can this deadly collision be averted? It is hardly a new story. This is where the leaked emails come in.

Jeremy Rifkin : une nouvelle conscience pour un monde en crise Quels que soient nos efforts intellectuels face aux défis d’une mondialisation accélérée, nous ne sommes pas à la hauteur : l’espèce humaine semble incapable de concentrer vraiment ses ressources mentales collectives pour "penser globalement et agir localement". Dans son livre le plus ambitieux à ce jour, l’auteur montre que cette déconnexion entre notre vision pour la planète et notre aptitude à la concrétiser s’explique par l’état actuel de la conscience humaine. Nos cerveaux, nos structures mentales, nous prédisposent à une façon de ressentir, de penser et d’agir dans le monde qui n’est plus adaptée aux nouveaux contextes que nous nous sommes créés. L’humanité, soutient Rifkin, se trouve à l’aube d’une étape cruciale. En retraçant la grande fresque des mutations de notre civilisation, dont le moteur principal est la conscience altruiste de l’être humain, Jeremy Rifkin dévoile des fils conducteurs restés ignorés jusqu’ici. Références : Une nouvelle conscience pour un monde en crise.

Pourquoi y a-t-il toujours autant de SDF en France ? Rappel des faits En France, plus de 3,6 millions de personnes sont mal logées ou vivent dans la rue. Et le plan antipauvreté annoncé par le gouvernement paraît bien insuffisant pour permettre à tous de vivre décemment chez soi. Il manque 900 000 logements en France. Une situation qui concerne 3,6 millions de personnes mal logées ou dans la rue. Sans compter plus de 5 millions en situation de fragilité à court ou moyen terme dans leur logement. Il y a une dizaine de jours, le gouvernement annonçait dans son plan antipauvreté la construction de 150 000 logements sociaux par an et la création de 8 000 places d’hébergement supplémentaires. Que pensez-vous des mesures contre l’exclusion, annoncées par le gouvernement lors du plan quinquennal de lutte contre la pauvreté ? Patrick Doutreligne. Mireille Schurch. Julien Damon. Quelles mesures permettraient, selon vous, de sortir les SDF de la rue à long terme ? Julien Damon. Patrick Doutreligne. Mireille Schurch. Julien Damon. Mireille Schurch.

The Empathic Civilization | Jeremy Rifkin "La troisième révolution industrielle", de Jeremy Rifkin Certes, le nouvel opus de l'économiste Jeremy Rifkin n'apporte pas de nouveauté renversante, par rapport à ses précédents essais, notamment L'Age de l'accès (La Découverte, 2005), ou L'Economie hydrogène (La Découverte, 2002), des best-sellers. Son principal mérite est de présenter de façon particulièrement claire et stimulante les défis auxquels nous sommes confrontés, en ce début de XXIe siècle, et de proposer également des solutions. Nous vivons la fin d'une époque ; celle d'une économie fondée sur les énergies fossiles ; mais aussi, celle du travail à temps plein, du capitalisme patrimonial, de l'organisation pyramidale des entreprises, et de la gestion exclusivement marchande du monde. Sans que nous nous en apercevions, nous sommes déjà entrés dans une troisième révolution industrielle ; celle-ci va bouleverser nos façons de vivre, de travailler, de consommer. Telle est, en substance, la thèse de l'économiste américain, qui affirme, après d'autres : "L'humanité est à un carrefour."

Un million d'alternatives: un autre monde existe déjà! «There is no alternative». Si Margareth Thatcher touchait des royalties à chaque fois que ces quatre mots étaient prononcés, elle serait probablement multimilliardaire. En effet, depuis plus de trente ans, les têtes de gondoles de l'intelligentsia libérale n'ont eu de cesse de nous expliquer qu'il n'y avait point de salut en dehors du marché, de la concurrence mondialisée, de la baisse du «coût du travail» et des dépenses de l’État. «There is no alternative». Cette «arme rhétorique redoutable» a servi à légitimer les coupes qu'ont subi l’État providence et le droit du travail depuis la contre révolution libérale des années 70/80. Toute proposition ne rentrant pas dans le cadre de référence qu'est devenu le libéralisme mondialisé étant considérée, au mieux, comme irréalisable et utopiste. publicité Avec son livre Un million de révolutions tranquilles, la journaliste Bénédicte Mannier déconstruit ce dogme et envoie dans les cordes la Dame de fer et ses disciples. Utopies concrètes

Jeremy Rifkin : "le nucléaire est mort" "Je préside un groupe de 120 des plus grandes entreprises du monde dans le domaine de l'informatique, des transports, de la logistique, de l'énergie, de la distribution d'électricité, de la construction [...], ces sociétés savent que le nucléaire est mort" dit Jeremy Rifkin. Dans une interview exceptionnelle réalisée par Terre.tv, Rifkin, essayiste, spécialiste de prospective économique de réputation mondiale, fondateur et président de la Fondation pour les tendances économiques (Foundation on Economic Trends) explique pourquoi en 5 arguments factuels. Quatre autres interviews de Jeremy Rifkin seront diffusées sur Terre.tv très prochainement. Rifkin considère la technologie comme "totalement dépassée, d'un autre siècle". Les arguments de Jeremy Rifkin résumés : 1) il faudrait construire 1500 réacteurs nucléaires dans les 25 ans, à coups de milliers de milliards de dollars pour avoir un effet sur les émissions de gaz à effet de serres.

Contribution des alternatifs | Rendez-vous le 1er décembre 2012 ! - Iceweasel La crise écologique s’accentue : la crise climatique et le réchauffement de la planète -dont le diagnostic n’est plus contesté aujourd’hui que par les multinationales et leurs relais politiques et scientifiques- une crise d’un système de la catastrophe, comme à Fukushima et aux effets parfois déjà irréversibles. La crise écologique est multiforme et généralisée, de l’effondrement de la biodiversité à la menace nucléaire en passant notamment par la déforestation, la crise alimentaire, la crise du modèle productiviste agricole, l’artificialisation croissante des sols, l’extractivisme, les pollutions, l’accumulation de déchets plastiques et autres jusqu’à former un « 7ème continent », sans oublier l’intensification exponentielle des champs et les rayonnements électromagnétiques. 1° Vers une reconversion écologique de l’économie et de la société 1. Quelques orientations pour la transition écologique et sociale 1.2 Cette transition exige une planification écologique souple et décentralisée :

La Troisième révolution industrielle sera-t-elle démocratique ? - Idées A quoi ressemblera notre paysage énergétique en 2050 ? La commission chargée de répondre à cette question remettait aujourd’hui son rapport au ministre de l’Industrie, Eric Besson. Un rapport qui valide la stratégie française en faveur du nucléaire civil Modèle en totale contradiction avec la voie proposée par un de nos invités du soir : Jérémy Rifkin. Pour cet économiste américain, le nucléaire n’a pas d’avenir. Le pétrole pas davantage. Jeremy Rifkin et Luc Ferry Mastrangelo Reino (pour J.Rifkin) © Alors quoi ressemblera le monde selon Jérémy Rifkin ? Avec ce système, finies les grandes multinationales hyper centralisées : le capitalisme sera latéral, coopératif. Quand les machines remplaceront les hommes, Chroniques

Avec l'«empowerment», peut-on réparer les quartiers de l'intérieur? Pas de plan Marshall pour cette fois. Après une concertation dans les quartiers et un comité interministériel de la ville (CIV), le ministre de la ville François Lamy a communiqué sobrement ses propositions en février. Au programme, un retour au droit commun, l’énumération de dispositifs publics à mieux cibler pour lutter contre la discrimination, des mesures pour favoriser l’emploi (30% des emplois d’avenir, expérimentation des emplois francs) et améliorer le quotidien dans les quartiers. Faire plus avec moins, voilà la nouvelle ligne social-réaliste privilégiée. Depuis le début des années 2000, la politique de la ville était un mélange d’action sur l’urbanisme des quartiers, avec le programme national de rénovation urbaine (PNRU) de Jean-Louis Borloo démarré en 2003, et une action plus axée sur la sécurité. Pourquoi la rénovation de l’habitat a ses limites Pourquoi? Changement de philosophie: du problème à la ressource «Les gens ordinaires sont les meilleurs experts pour eux-mêmes»

Tomáš Sedláček: L'économie (hors?) du bien et du mal ÉCONOMIE - Aujourd'hui, l'économie paraît être une science technique, ignorant la morale, extérieure au bien et au mal. Mais elle est en réalité exactement le contraire. Elle est devenue pour nous une nouvelle religion, un agent éthique qui nous dit quoi faire, tandis que nous ne sommes pas censés lui dire quoi faire (alors nous devrions "laisser faire, laisser passer" les marchés, ils nous indiqueraient, eux, ce que nous devrons faire et passer). Derrière le voile des chiffres (souvent inutiles), on trouve un corps de croyances, une religion contemporaine qui dicte ce qu'il faut faire pour que cela fonctionne. On trouve une solide croyance en un Orchestrateur inorchestré, en une main invisible du marché qui nous corrige et nous dirige vers un avenir qu'il ne nous appartient pas d'orchestrer. Hélas, nous devons y croire et lui faire confiance; en échange, elle nous offre une espérance (en la croissance) mais brandit des menaces apocalyptiques au cas où nous enfreindrions ses directives.

Related: