background preloader

Professeurs-documentalistes et nouveau collège : un état des lieux et des ambitions ?

Professeurs-documentalistes et nouveau collège : un état des lieux et des ambitions ?
La journée de grève importante du mardi 26 janvier contre la réforme du collège, a été, une nouvelle fois, l’occasion d’évoquer les langues anciennes, les langues vivantes, et plus globalement, les disciplines d’enseignement à qui la nouvelle organisation du collège[4] impose des changements d’horaire, de contenu[5] et d’organisation pédagogique. En revanche, il a été fort peu question, hors de la profession même, des professeurs-documentalistes et de leur rôle auprès des élèves et de leurs collègues. Le Café pédagogique vient de publier une circulaire académique[6] visant à rappeler leur place dans la mise en œuvre de la réforme du collège. Une enquête réalisée par la FADBEN[7] en 2015, publiée en novembre, est à ce titre intéressante, car elle fournit des éléments pour un état de lieux, un an avant la mise en place de la réforme. Le programme distingue 4 grandes compétences, liées chacune à un ou plusieurs domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. [6] [8]

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/270116/professeurs-documentalistes-et-nouveau-college-un-etat-des-lieux-et-des-ambitions

Related:  A CONSULTERemelinepochonMétier docVeille

Portrait de lecteurs : la lecture numérique mal aimée des « digital natives » Depuis ses débuts, la lecture numérique ne cesse de rallier de nouveaux lecteurs à sa cause. Mais qui sont ces convertis ? Instinctivement, on pencherait pour les « digital natives » (également connus sous le nom de « Millenials »), ces jeunes dont l’âge varie aujourd’hui entre 18 et 34 ans et qui ont grandi au rythme d’Internet et de toutes les autres nouveautés technologiques. S’ils semblent représenter le public cible idéal sur papier, la réalité est en fait tout autre sur le terrain. Google va modifier la façon dont il applique le « droit à l’oubli » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Damien Leloup Depuis 2014, les citoyens européens peuvent faire valoir un « droit à l’oubli » – ou droit au déréférencement –, pour éviter que des informations personnelles apparaissent lorsque l’on tape leur nom dans un moteur de recherche. Mais la manière dont ce droit doit être appliqué est au cœur d’un conflit entre Google et les gendarmes européens de la vie privée, dont la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) française. Ces derniers considèrent que pour appliquer ce droit, consacré par une décision de la Cour de justice de l’Union européenne, Google doit bloquer les résultats de recherche non seulement dans les déclinaisons européennes de Google, mais également dans toutes les autres (dont google.com). Lire aussi : « Droit à l’oubli » : les autorités françaises rejettent la demande de Google

Pearltrees, outil de veille et de curation pour le professeur documentaliste Un « pearltree » est un dossier dans lequel vous allez insérer des sites sur votre sujet de veille. Chaque site sera représenté par une perle. Vous constituez ainsi un « arbre à perles » que vous pouvez organiser comme bon vous semble, et partager. En tant que professeurs documentalistes, nous avons l’habitude de gérer nos sites favoris avec différents outils.

Professeurs-documentalistes: «évolutions statutaires et reconnaissance accrue»? Le 22 mars dernier, la ministre de l’éducation nationale a, dans le cadre de la Semaine de la presse et des médias dans l’école®, lancé la plate forme lirelactu.fr qui permettra avant la fin de l’année scolaire la lecture gratuite de 15 titres de presse nationaux dans les établissements d’enseignement secondaire[1]. A cette occasion, elle a rappelé la place grandissante de l’éducation aux médias et à l’information ainsi que "l’importance accrue" des professeurs-documentalistes, qui connaîtront prochainement des "évolutions statutaires et une reconnaissance accrue". Le 10 août 2015, les conseillers principaux d’éducation ont bénéficié d’une nouvelle circulaire de missions[2], abrogeant la circulaire 82-482 vieille de 34 ans. Si la clarification dans ce domaine est fort attendue par les professeurs-documentalistes comme par les personnels de direction des établissements, les attentes vont bien au delà. [2] [3]

Chronologie des supports, des dispositifs spatiaux, des outils de repérage de l'information. Sylvie FAYET-SCRIBE 1960 (suite) Une politique d'IST se met en place progressivement dans tous les pays occidentaux après la seconde guerre mondiale. Depuis 1945, " La Big Science " : gros moyens financiers investis dans la recherche privée ou public. Un guide de l'Open Access à destination du grand public Le mouvement promouvant l’accès ouvert (open access en anglais) à la recherche a été lancé avec une belle idée, celle de mettre les résultats de la recherche à la disposition de tous dans des archives ouvertes et des revues ouvertes. Ce mouvement conquiert maintenant le monde pour le plus grand bénéfice des auteurs, des chercheurs, des étudiants, des bibliothèques, des éditeurs, des universités et des centres de recherche. Et, tout aussi important peut-être, pour le bénéfice du grand public, quelle que soit sa formation et quel que soit son parcours professionnel. Pour en savoir plus, merci de consulter la présentation de l’accès ouvert par Peter Suber. Certains passages ci-dessous sont d’ailleurs inspirés de cette présentation, un des multiples avantages de l’accès ouvert, à savoir pouvoir s’inspirer du travail d’autrui pour nos propres textes dans la mesure où le nom de la source originale et de son auteur sont impérativement cités. kate_harbison CC BY SA 2.0

[APDEN] Après avoir recueilli les avis sur le projet de décret, en 2014 [1], l’A.P.D.E.N.(ex-FADBEN) et l’ANDEP ont souhaité consulter la profession sur l’application concrète du décret et de la circulaire relatifs aux obligations de service et aux missions des personnels enseignants [2]. L’observation des échanges sur les listes de diffusion professionnelles et sur les réseaux sociaux en ligne nous ont conduits à formaliser une enquête afin de pouvoir dégager une analyse fine sur les conditions de mise en œuvre du décret. Elle interroge la mise en pratique des textes, au regard de l’investissement pédagogique des professeurs documentalistes.

Professeurs-documentalistes : quels modèles d’enseignement et d’enseignant ? Le débat est récurrent. Les professeurs-documentalistes ne sont pas des professeurs comme les autres, ni des documentalistes comme les autres, car ils sont à la fois et l’un et l’autre. Comme professeurs, ils n’ont pas de classe attitrée, ni d’heures d’enseignement inscrites à leur emploi du temps. Ils sont potentiellement professeur de chaque élève de l’établissement. Et, de fait, ils interviennent pédagogiquement, comme professeurs, sous des formes extrêmement diverses, auprès des élèves de l’établissement, non pas le plus souvent dans une classe, mais dans le centre d’information et de documentation dont ils ont la responsabilité. Selon les contextes, ils vivent cette situation comme celle d’acteur/trice-clé ou comme Maître Jacques/line de leur établissement.

Les enfants du numérique à la recherche d’informations Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, puisqu’ils passent en moyenne 13h 30’ par semaine sur internet pour les 13-17 ans, et beaucoup plus de temps encore devant les écrans. Ce temps passé depuis leur plus tendre enfance à manipuler des objets numériques a sans aucun doute des conséquences sur leurs comportements, sur leur façon de penser, de voir le monde, de réfléchir, d’apprendre. Et l’Ecole ne peut plus éluder le problème. La question d’une révolution de la pensée et de l’expertise dans la société de l’information est posée depuis plus de deux décennies. Auteur de la célèbre formule choc des « digital natives » qu’il oppose aux « digital immigrants », Mark Prensky, affirme dès 2001 que « nos étudiants ont radicalement changé.

« L’information ne passe plus en priorité par l’accès à des médias » Pouvez-vous dessiner le « portrait-robot » du lecteur de presse d'aujourd'hui ? Jean-Marie Charon : C’est mission impossible, tant il y a des formes de presses différentes auxquelles ne correspondraient pas le même portrait-robot. Dans tous les cas, le lecteur de la presse n’est pas très jeune, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un lecteur de presse quotidienne payante. La dernière édition des « Pratiques culturelles des Français » livre un chiffre saisissant de 10 % de lecteurs réguliers chez les 15-24 ans. Le lecteur de quotidiens est davantage un homme et s’il s’agit de quotidiens nationaux il appartient le plus souvent à des catégories éduquées.

APDEN : « Le prof doc est réduit aux EPI, sans horaires affectés à son enseignement » A l’occasion du changement de nom de la FABDEN, petit tour d’horizon sur le rôle du professeur documentaliste et son enseignement. Entretien avec Florian Reynaud, président de l’APDEN. Florian Reynaud La FABDEN est récemment devenue l’A.P.D.E.N. Pourquoi ce changement de nom ?

Le blog de Jean-Pierre VERAN L’ école au 21e siècle, de la déconstruction à la refondation : par quels chemins ? A l’heure de la marchandisation et de la mondialisation, quel avenir pour l ‘école ? Un examen lucide peut donner tout son sens à une école profondément transformée parce qu’elle remet en question une forme scolaire d’autant plus forte qu’elle structure les représentations.

Related: