background preloader

Ils sont de retour : Washington projette une nouvelle intervention en Libye pour stopper Daesh

Ils sont de retour : Washington projette une nouvelle intervention en Libye pour stopper Daesh
Les Etats-Unis étudient les options d’une intervention militaire en Libye, qui serait justifiée par des informations sur l’activité des terroristes de Daesh dans le pays plongé dans le chaos… suite à la première intervention de l’OTAN en 2011. «Des forces [militaires] des Etats-Unis se sont récemment rendus en Libye, essayant d’établir des contacts avec les forces au sol» pour se faire une idée claire de la situation et évaluer qui pourrait être «digne du soutien américain» dans la future opération contre l’Etat islamique, a annoncé mercredi aux journalistes le porte-parole de la Défense américaine Peter Cook, en reconnaissant ainsi pour la première fois mercredi une présence militaire américaine directe en Libye. Lire aussi : A peine arrivés en Libye, des soldats américains sont priés de partir Les nouveaux projets de l’administration américaine ont suscité des inquiétudes au sein de la presse anglophone.

https://francais.rt.com/international/14734-washington-projette-nouvelle-intervention-libye-daesh

Related:  LIBYE : Actualités 2016 - 1Les USA ou SAM le POULPE 3Les OEUVRES des USA 3CES FOUS QUI NOUS GOUVERNENT : JANVIER 2016 - 5

Les grandes puissances prêtes à armer le gouvernement libyen d'union nationale Les Etats-Unis et les grandes puissances se déclarent favorables à une levée de l'embargo de l'ONU sur les ventes d'armes à la Libye et être «prêts» à répondre aux demandes de Tripoli pour s'armer en vue de lutter contre la menace djihadiste. La communauté internationale réunie à Vienne le 16 mai au chevet de la Libye déclare dans un communiqué final qu'elle «soutiendra totalement les efforts» du gouvernement libyen d'union nationale qui va demander la levée de cet embargo et est «prête à répondre aux demandes du gouvernement libyen en vue d'entraîner et d'équiper la garde présidentielle et les forces autorisées». Parmi 25 délégations nationales ou unions régionales qui ont signé cette déclaration, figurent les Etats-Unis, la Russie, la France, l'Arabie Saoudite, la Chine, l'Egypte, la Tunisie, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie. Le Premier ministre libyen désigné par l’ONU, Fayez al-Sarraj, était présent à Vienne, rapporte l’AFP.

La guerre civile en Europe planifiée Comme l’a récemment soulevé le journaliste de guerre Arnold Karskens dans le journal NRC, repris par 7sur7 à propos de la situation en Europe dans les mois à venir, « Tous les éléments sont présents pour un soulèvement de foule ». Il y fait le parallèle entre des troubles possibles en Europe et les Printemps arabes. Depuis les attentats de Paris de janvier 2015, une certaine tension est palpable en Europe. Sanctions contre la Russie : boomerang contre la France Guillaume Faye, écrivain, essayiste ♦ Les sanctions économiques contre la Russie et les mesures de rétorsion russes qui ont logiquement suivi sont désastreuses pour l’économie française. À la suite de la crise ukrainienne, le gouvernement français, oubliant le principe de souveraineté nationale, a choisi une stratégie anti-russe, dictée par Washington et adoptée par les autres pays de l’UE. Cette position est catastrophique pour les intérêts français – mais aussi européens.

Le Royaume-Uni salue les «efforts» de l'Arabie saoudite en matière de droits de l'Homme Alors que l'Arabie saoudite a récemment exécuté 47 détenus, le bureau du ministère des Affaires étrangères britannique pour le Moyen-Orient a pourtant salué des «progrès notables» effectués dans le domaine des droits de l'Homme. Tobias Ellwood, le ministre des Affaires étrangères pour le Moyen-Orient a fait ce commentaire alors qu'il se trouvait en compagnie d'autres délégués britanniques pour s'adresser à la Société nationale pour les droits de l'homme de l'Arabie saoudite dans la capitale Riyadh, selon The Independent. L'homme a ainsi affirmé que l'Arabie saoudite avait introduit toute une série de réformes, autorisant notamment le vote pour les femmes aux élections municipales. Il a néanmoins ajouté que le royaume avait besoin d'améliorer sa façon de promouvoir les droits de l'Homme dans le pays, ce qu'il fait déjà avec un relatif «succès».

Killiary est son nom... Un surnom qui rassemble trois calamités à la fois : « kill », (tuer) « liar », menteuse, et du prénom ne reste que deux lettres. Elle s’est réjouie ouvertement de l’ignoble lynchage de Kadhafi : « Nous sommes venus, nous avons vu, et il est mort », suivi d’un rire vulgaire et de s’applaudir elle-même. La même traite Poutine de Hitler. Snowden révèle un scandale d’espionnage entre les USA, la Grande-Bretagne et Israël L’espionnage entre pays amis a encore de beaux jours devant lui : des documents fuités révèlent que les caméras des avions militaires israéliens ont été régulièrement hackées par les renseignements américano-britanniques, et ce depuis des années. L’ancien employé de la NSA Edward Snowden a révélé que les services secrets des Etats-Unis et du Royaume-Uni avaient utilisé un programme, baptisé «Anarchiste», afin d’accéder aux caméras des cockpits israéliens, au beau milieu d’opérations de Tsahal à Gaza ou au Liban. La pratique se serait poursuivie depuis 1998 jusque récemment, selon les documents fuités. Le service de renseignement britannique aurait ainsi ordonné à des officiels, basé à Chypre et travaillant sur le programme d’espionnage, d’accéder aux drones survolant le plateau du Golan, la Cisjordanie et Gaza, ainsi que les frontières israéliennes avec le Liban et la Syrie en 2008. Et la Grande-Bretagne n’est pas la seule à avoir espionné Israël.

L’archevêque d’Alep : le gouvernement Assad constitue «une protection pour la population» syrienne De passage en France, Monseigneur Jean-Clément Jeanbart a dénoncé haut et fort la situation dans son pays, évoquant la politique du gouvernement français, la crise des migrants, ou encore le rôle de Bachar el-Assad. Ce 29 janvier, le prélat s’exprimait à Notre-Dame de Paris, aux côtés d’autres religieux, d’Irak, du Pakistan, ou encore du Soudan, venus partager les difficultés qu’ils rencontrent pour vivre leur foi librement, dans le cadre de conférences qui se tiendront dans toute la France. Il était invité par la fondation Aide à l’Eglise en détresse, qui vise à protéger les Chrétiens persécutés dans le monde. «J’ai connu une autre France, qui défendait les valeurs de liberté, d’humanité, de laïcité»

Le guide suprême iranien conteste l’authenticité de la Shoah, sur fond de visite de Rohani en Europe Alors que Hassan Rohani effectue une tournée historique en Europe pour renouer des contacts économiques et diplomatiques, l’Ayatollah Ali Khamenei a posté une vidéo où il conteste l’ampleur du massacre des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette vidéo nommée «les temps sombres sont-ils passés ?» montre des images du camp de concentration d’Auschwitz et de photos négationnistes. L’Ayatollah Ali Khamenei, plus haut dignitaire religieux du pays, explique que «même si c'est la réalité, on ne sait pas comment elle est arrivée. Parler de l'Holocauste et exprimer des doutes sur ce sujet est considéré comme un grand péché. Si quelqu'un fait cela, ils l'arrêtent, l'emprisonnent et le jugent».

Libye : Saïf al-Islam, le fils de Mouammar Kadhafi, amnistié et libéré de prison Condamné à mort par contumace par le tribunal du régime libyen internationalement reconnu, Saïf al-Islam a finalement bénéficié d’une amnistie générale. On vient seulement d’apprendre qu’il a été libéré mi avril. Karim Khan, qui a refusé de dire où se trouvait le fils de Mouammar Kadhafi, a aussi annoncé qu'il œuvrerait à la cessation des poursuites menées par le tribunal pénal international visant Saïf al-Islam. Saïf al-Islam Kadhafi, le second fils de l’ancien dirigeant libyen, le colonel Kadhafi, avait été condamné à mort pour «crimes de guerre et répression de manifestations pacifiques» pendant la révolte de 2011, lors d'un procès tenu en juillet 2015. Considéré comme la deuxième personne la plus influente de Libye avant 2011 En novembre 2011, Saïf al-Islam fut capturé par les forces rebelles, alors qu’il essayait de quitter la Libye après l’exécution de son père.

Pentagone : la dissuasion contre une agression russe est notre première tâche en Europe Le Commandement militaire américain pour l’Europe (EUCOM) a publié stratégie pour l’année 2016. Premier objectif, «dissuader la Russie de commettre une agression», avant de «favoriser l’OTAN» et de «conserver les partenariats stratégiques». D’après le document publié par EUCOM, les menaces qui pèsent sur la sécurité européenne sont observables au nord, à l’est et au sud du Vieux Continent. Pour les deux premières, c’est en raison du comportement agressif de la Russie et qui militarise l’arctique alors que dans le sud, les terroristes de Daesh posent problème. EN CONTINU : les pourparlers de paix pour la Syrie reprennent à Genève Alors que l’ONU tente de relancer une fois de plus le processus de paix en Syrie, les négociations à Genève commencent dans la confusion quant aux participants ainsi qu’au format des discussions. «Le droit humanitaire doit être respecté et l’obtention d’une transition politique activement recherchée afin de permettre le succès des pourparlers», a souligné le chef de la diplomatie française Laurent Fabius dans une déclaration citée par Reuters. Une délégation du Haut comité de négociation, représentant une partie de l'opposition syrienne, doit arriver ce samedi à Genève, a annoncé l'agence Reuters.

Apartheid au conseil régional : personne ne veut s'asseoir à côté des élus FN Il y en a pour qui accepter les règles de la démocratie n’est pas chose simple. De ces partis politiques pourtant autoproclamés héritiers des valeurs de la République. À s’en attribuer le patronyme. Républicains. Les élections régionales ont vu entrer des conseillers régionaux FN par dizaines dans des hémicycles peu enclins à partager leur terrain de jeux, et l’aller-retour entre les déclarations de principe et la mise en place de la volonté des urnes tourne au cul-de-sac.

Kadhafi : la Société générale peu empressée de rendre des comptes sur sa gestion des avoirs libyens Un fonds souverain libyen réclame à la banque 2,1 milliards de dollars de dommages et l'accuse de versements de pots-de-vin. Les avocats de l'établissement bancaire demandent plus de temps pour préparer leur défense. La saga judiciaire continue.

Related: